En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Minus, lapsus et mordicus

        Robert Laffont
        EAN : 9782221133422
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 1 x 240 mm
        Minus, lapsus et mordicus
        Nous parlons tous latin

        Date de parution : 13/11/2014
        Dans la veine de ses premiers best-sellers, Henriette Walter nous invite à nous lancer dans une passionnante odyssée étymologique en mêlant érudition, jeux et humour, et nous prouve que le latin est une langue encore bien vivante. 

        Dans la veine de ses plus grands succès, Henriette Walter nous embarque dans une passionnante odyssée étymologique.
        Saviez-vous qu’Olibrius était un empereur romain d’Occident (mort en 472), dont la légende a fait le symbole d’un homme incapable mais plein de jactance ?
        Que minus est l’abréviation de minus habens, « qui...

        Dans la veine de ses plus grands succès, Henriette Walter nous embarque dans une passionnante odyssée étymologique.
        Saviez-vous qu’Olibrius était un empereur romain d’Occident (mort en 472), dont la légende a fait le symbole d’un homme incapable mais plein de jactance ?
        Que minus est l’abréviation de minus habens, « qui a moins (d’intelligence) » ?
        Que plusieurs albums d’Astérix ont été traduits en latin ?
        Que les distributeurs de billets de la banque du Vatican se lisent en latin ?
        C’est tout naturellement que nous employons tous les jours et sans y penser des mots comme lavabo, agenda, quiproquo ou constat, qui ont l’air tellement français mais qui sont en réalité des mots du latin sous leur forme d’origine, au même titre que consensus, placebo, a priori, vice versa, minus, lapsus, ipso facto ou referendum
        Mais que dire de motus et de rasibus ? Ne serait-ce pas plutôt du « latin de cuisine », ce pseudo-latin inventé par des érudits facétieux, toujours prêts à jouer avec les mots ?
        En passant allègrement du latin de l’Église au latin des tribunaux, et du latin des naturalistes au latin d’Astérix, Henriette Walter propose un nouveau regard sur cette langue encore bien vivante dans les usages du XXIe siècle, et pleine de ressources, que l’on s’est trop vite empressé d’enterrer. Un ouvrage ludique et passionnant, ponctué d’anecdotes, de devinettes et de récréations, pour conjuguer humour et érudition.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221133422
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 1 x 240 mm
        Robert Laffont
        22.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Paulinoisette Posté le 1 Août 2017
          Pour les latinistes, les amoureux de la langue françaises ou les fans d'Henriette Walter : ce livre est un régal ! Salve !
        • Lprieur Posté le 2 Août 2016
          Je m'intéresse beaucoup à la langue française, à l'étymologie : voilà pourquoi, avide de nouvelles anecdotes (plus ou moins poussées par ailleurs), je me suis lancée dans ce livre d'Henriette Walter. A mon sens, ce livre est bien organisé car il est progressif. La première partie est la plus accessible et la plus parlante. Par la suite, ça se corse. Il faut l'avouer : pour être passionnants comme il se doit, de nombreux passages nécessitent un certain bagage. Vous ne serez pas complètement perdus si vous n'y connaissez rien en diphtongue (par exemple) , mais c'est parfois un peu ardu. J'ai trouvé la troisième partie moins captivante, surtout pour un néophyte. Si tel est le cas, je ne vous conseille pas de lire Minus, lapsus et mordicus d'une traite, du début à la fin : certaines parties vous intéresseront moins que d'autres, par exemple parce qu'elle évoquent une langue que vous ne maîtrisez pas. Pour ma part, ne parlant que le français, ça ne m'a pas empêchée de m'intéresser au portugais ou au roumain, mais je reconnais que cela m'a moins marquée. Pour conclure : un ouvrage intéressant, à lire avec parcimonie, à l'aide de la table des matières par exemple, qui est... Je m'intéresse beaucoup à la langue française, à l'étymologie : voilà pourquoi, avide de nouvelles anecdotes (plus ou moins poussées par ailleurs), je me suis lancée dans ce livre d'Henriette Walter. A mon sens, ce livre est bien organisé car il est progressif. La première partie est la plus accessible et la plus parlante. Par la suite, ça se corse. Il faut l'avouer : pour être passionnants comme il se doit, de nombreux passages nécessitent un certain bagage. Vous ne serez pas complètement perdus si vous n'y connaissez rien en diphtongue (par exemple) , mais c'est parfois un peu ardu. J'ai trouvé la troisième partie moins captivante, surtout pour un néophyte. Si tel est le cas, je ne vous conseille pas de lire Minus, lapsus et mordicus d'une traite, du début à la fin : certaines parties vous intéresseront moins que d'autres, par exemple parce qu'elle évoquent une langue que vous ne maîtrisez pas. Pour ma part, ne parlant que le français, ça ne m'a pas empêchée de m'intéresser au portugais ou au roumain, mais je reconnais que cela m'a moins marquée. Pour conclure : un ouvrage intéressant, à lire avec parcimonie, à l'aide de la table des matières par exemple, qui est très fournie. Les divers encadrés ainsi que les récréations (petits quiz ludiques) sont répertoriés à la fin également, et sauront vous intéresser !
          Lire la suite
          En lire moins
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.