En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        On ne meurt pas la bouche pleine

        Plon
        EAN : 9782259251402
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 360
        Format : 135 x 185 mm
        On ne meurt pas la bouche pleine

        ,

        Collection : Sang Neuf
        Date de parution : 26/10/2017
        Manger tue. Avec ce premier polar coécrit par un chef deux étoiles au Michelin, le thème de la femme empoisonneuse est revisité et modernisé. Ici, ce n'est pas le poison mais la molécule qui donne la mort. Entre la France et le Japon, un roman qui fait voyager, découvrir une autre culture et des recettes de cuisine... mortelles.
        Alors qu’à Tokyo deux cadavres d’hommes empoisonnés par une substance indécelable embarrassent la police japonaise, en France un commandant de la brigade criminelle est chargé d’élucider la mort d’un riche Japonais lui aussi empoisonné par un produit inconnu. Des deux côtés de la planète, des assassinats qui, a priori, n’ont... Alors qu’à Tokyo deux cadavres d’hommes empoisonnés par une substance indécelable embarrassent la police japonaise, en France un commandant de la brigade criminelle est chargé d’élucider la mort d’un riche Japonais lui aussi empoisonné par un produit inconnu. Des deux côtés de la planète, des assassinats qui, a priori, n’ont rien à voir, sauf que… Le commandant Simmeo, passionné d’art, découvre qu’ils sont liés par les yakuzas. Voilà la Crim’ du 36, quai des Orfèvres obligée de travailler avec son homologue japonaise, aux méthodes bien différentes, pour coincer un coupable qui utilise la cuisine moléculaire pour parvenir à ses fins… Entre Paris et Tokyo, une sidérante plongée dans les eaux troubles de la gastronomie, de la science et du crime.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782259251402
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 360
        Format : 135 x 185 mm
        Plon
        18.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • SKTV Posté le 10 Juin 2018
        • XS Posté le 24 Février 2018
          Une intrigue qui n’est pas spécialement surprenante, mais le cadre l’est vraiment : un soupçon de cuisine moléculaire, un soupçon de traditions japonaise pour un assaisonnement savoureux qui relève le tout avec brio. L’originalité ne vient pas du personnage principal ; enquêteur doué, martyrisé par la vie, revenu de tout et franc-tireur c’est un peu du déjà-vu. Non, c’est plutôt cette façon qu’ont les auteurs de ne pas réellement enfermer leur intrigue dans un cadre. Ce qui peut être déstabilisant pour les uns – des bouts d’enquêtes secondaires qui parfois n’aboutissent pas- ne m’ont pas gênée : signe d’une vision réaliste du quotidien des enquêteurs. Et l’univers intrigant des Yakuzas est décrit beaucoup plus finement que ce qu’on en apprend en trois lignes dans les articles de presse. Il constitue une toile de fond parfaite. Un Japon ni idyllique ni trop noir, avec juste ce qu’il faut d’explications pour qui ne connait pas les coutumes ancestrales, ce qui permet de s’y retrouver et donne envie d’en savoir un peu plus. Un roman qui sort du lot de mes lectures policières et que j’ai beaucoup apprécié.
        • Sydola Posté le 17 Janvier 2018
          Achille, qui survit difficilement à la mort de sa femme Chloé, assassinée par un psychopathe est un commandant de police pointilleux qui aime que les choses soient bien claires. Aussi lorsque ses supérieurs décident de classer le dossier sur la mort simultanée de deux japonais considérée comme naturelle. Il trouve la coïncidence un peu trop évidente et décide de fouiller un peu plus, ce qui dérange un peu sa hiérarchie. Cette dernière lui propose de prendre des congés, d’autant qu’il a des choses personnelles à régler comme l’héritage de son père naturel. A la suite de cela, il décide donc de partir au Japon pour trouver des réponses à la mort des japonais et pour se faire, il a recours aux compétences d’un étudiant journaliste qui va lui permettre d’entrer à l’ambassade de France et d’être en contact avec un policier japonais lui aussi très pointilleux et donc de participer à l’enquête en local. Cela va nous emmener dans le monde des yakusas et nous permettre de comprendre les ramifications de leur organisation au sein de la société et l’économie japonaise tout en nous faisant découvrir la vie tokyoïte et ce roman a un dénouement aussi évident que déroutant. Et cela sous fond de... Achille, qui survit difficilement à la mort de sa femme Chloé, assassinée par un psychopathe est un commandant de police pointilleux qui aime que les choses soient bien claires. Aussi lorsque ses supérieurs décident de classer le dossier sur la mort simultanée de deux japonais considérée comme naturelle. Il trouve la coïncidence un peu trop évidente et décide de fouiller un peu plus, ce qui dérange un peu sa hiérarchie. Cette dernière lui propose de prendre des congés, d’autant qu’il a des choses personnelles à régler comme l’héritage de son père naturel. A la suite de cela, il décide donc de partir au Japon pour trouver des réponses à la mort des japonais et pour se faire, il a recours aux compétences d’un étudiant journaliste qui va lui permettre d’entrer à l’ambassade de France et d’être en contact avec un policier japonais lui aussi très pointilleux et donc de participer à l’enquête en local. Cela va nous emmener dans le monde des yakusas et nous permettre de comprendre les ramifications de leur organisation au sein de la société et l’économie japonaise tout en nous faisant découvrir la vie tokyoïte et ce roman a un dénouement aussi évident que déroutant. Et cela sous fond de cuisine nouvelle tendance où se mêle la chimie, la technicité, les textures et le goût, ce qui montre la patte de Thierry Marx. Cependant ce roman est quelque peu brouillon car on part dans différentes directions qui parfois débouchent sur un élément qui va faire avancer l’enquête et parfois on perd le chemin emprunté sans savoir ce qu’il est par la suite… Est-ce juste des portes ouvertes sur un futur roman ? Des éléments pour étoffer cette histoire ? Ce roman est agréable à lire et nous expose l’art de vivre à la japonais avec un sens de l'organisation, de la politesse, de la discipline et de la rigueur.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Bigmammy Posté le 20 Décembre 2017
          « La cuisine est une arme de destruction lascive. » Pour moi qui ai lu avec bonheur les trois polars d'Odile Bouhier et qui suis fan de la culture nippone, ce livre ne pouvait pas m'échapper. Avec en plus la caution gastronomique de Thierry Marx que j'apprécie non pas pour avoir goûté à sa cuisine – je n'en ai pas les moyens – mais pour son action en faveur de l'emploi des jeunes des cités. Voici donc un nouveau et sympathique héros de polar : Achille Simmeo, 57 ans, commandant de police féru d'art asiatique et amateur de Perrier-Jouet Belle époque, qui ne se remet pas de la mort tragique de son épouse Chloé, assassinée à coup de hache par un psychopathe mal contrôlé. Au cours d'une de ses pérégrinations à l'hôtel des Ventes, il repère un couple de japonais très chics, acquéreur d'une superbe armure ancienne. Appelé soudain sur une scène de crime dans un palace parisien, il tombe sur la dame japonaise en train d'étouffer, secourue par le SAMU et apparemment en très mauvaise posture … Quelques heures plus tard, on apprend que son époux, de retour d'une soirée au casino d'Enghien, est retrouvé mort au volant de sa voiture.... « La cuisine est une arme de destruction lascive. » Pour moi qui ai lu avec bonheur les trois polars d'Odile Bouhier et qui suis fan de la culture nippone, ce livre ne pouvait pas m'échapper. Avec en plus la caution gastronomique de Thierry Marx que j'apprécie non pas pour avoir goûté à sa cuisine – je n'en ai pas les moyens – mais pour son action en faveur de l'emploi des jeunes des cités. Voici donc un nouveau et sympathique héros de polar : Achille Simmeo, 57 ans, commandant de police féru d'art asiatique et amateur de Perrier-Jouet Belle époque, qui ne se remet pas de la mort tragique de son épouse Chloé, assassinée à coup de hache par un psychopathe mal contrôlé. Au cours d'une de ses pérégrinations à l'hôtel des Ventes, il repère un couple de japonais très chics, acquéreur d'une superbe armure ancienne. Appelé soudain sur une scène de crime dans un palace parisien, il tombe sur la dame japonaise en train d'étouffer, secourue par le SAMU et apparemment en très mauvaise posture … Quelques heures plus tard, on apprend que son époux, de retour d'une soirée au casino d'Enghien, est retrouvé mort au volant de sa voiture. Et, simultanément à Tokyo, plusieurs morts « naturelles » sont enregistrées dans les rangs d'une des familles de yakusas les plus influentes. Coïncidences ? Certainement pas. Une belle japonaise foudroyée par un cancer du foie, son mari écrasé dans son véhicule alors qu'il ne boit que du thé, un homme de main retrouvé frappé d'un infarctus dans les bureaux de l'ambassade de France à Tokyo, le suicide d'un ponte de la mafia japonaise à la suite de l'annonce d'une tumeur au cerveau : quatre personnes identifiées comme appartenant à la pègre la plus puissante du Japon, qui se connaissaient de longue date et ont un point commun : ils ont tous dîné dans le même restaurant parisien étoilé à quelques heures d'écart … Achille Simmeo saisit l'occasion pour poursuivre l'enquête au Japon. Et nous en profitons pour apprendre en même temps que lui une foule de choses sur la place des yakusas dans la société et l'économie japonaises. C'est foisonnant, un peu brouillon, mais nous plonge, tel une manga, dans l'univers des quartiers, des bars et des clubs – en particulier ceux qui mettent en scène de jeunes adolescentes – de la capitale tokyoïte. le tout enrobé dans un nuage de cuisine moléculaire … Déroutant, parfois, mais haletant, toujours.
          Lire la suite
          En lire moins
        • yv1 Posté le 1 Novembre 2017
          Un peu brouillon par moment : des paragraphes pas vraiment nécessaires qui alourdissent le poids du livre sans rien lui apporter, des pistes évoquées qui ne vont pas jusqu'au bout, des portes ouvertes non refermées, enfin des maladresses un poil agaçantes qui émoussent un peu le plaisir de lecture ce qui est fort dommage, car malgré cela, ce roman se lit très vite et les plongées au Japon et dans les coulisses de la nouvelle cuisine ne sont pas étrangères à l'intérêt qu'il suscite. En plus, il faut dire que j'aime beaucoup Odile Bouhier que je connais notamment grâce à sa très bonne trilogie avec Victor Kolvair (ici, ici, et ici). Thierry Marx est lui, plutôt connu pour sa cuisine qualifiée de moléculaire. Les deux ont mis leurs savoirs et leurs talents au service de Simmeo et de sa recherche de la vérité, alliant intrigue policière proprement dite et cuisine, et le tout fonctionne. C'est parfois un peu technique, mais ça passe surtout si plutôt que de technicité on parle d'inventivité et de culture générale qui augmente grâce à ce polar culinaire. Maintenant, j'hésite, je goûterais bien la cuisine de Thierry Marx -mais il faut que vous m'invitiez cher Thierry,... Un peu brouillon par moment : des paragraphes pas vraiment nécessaires qui alourdissent le poids du livre sans rien lui apporter, des pistes évoquées qui ne vont pas jusqu'au bout, des portes ouvertes non refermées, enfin des maladresses un poil agaçantes qui émoussent un peu le plaisir de lecture ce qui est fort dommage, car malgré cela, ce roman se lit très vite et les plongées au Japon et dans les coulisses de la nouvelle cuisine ne sont pas étrangères à l'intérêt qu'il suscite. En plus, il faut dire que j'aime beaucoup Odile Bouhier que je connais notamment grâce à sa très bonne trilogie avec Victor Kolvair (ici, ici, et ici). Thierry Marx est lui, plutôt connu pour sa cuisine qualifiée de moléculaire. Les deux ont mis leurs savoirs et leurs talents au service de Simmeo et de sa recherche de la vérité, alliant intrigue policière proprement dite et cuisine, et le tout fonctionne. C'est parfois un peu technique, mais ça passe surtout si plutôt que de technicité on parle d'inventivité et de culture générale qui augmente grâce à ce polar culinaire. Maintenant, j'hésite, je goûterais bien la cuisine de Thierry Marx -mais il faut que vous m'invitiez cher Thierry, je n'ai pas les moyens, ou alors, que vous veniez à la maison nous préparer un repas (en plus, j'ai une nouvelle cuisine)-, mais évidemment, j'ai des craintes, il y a quand même des morts dans son roman ! L'autre aspect vraiment bien de ce roman, c'est le Japon et tout ce qu'on apprend sur sa culture, sur les yakusas et les samouraïs, notamment lorsque Simmeo visite le musée du samouraï, ça me rappelle l'exposition sur ce thème l'an dernier au Château de Nantes avec des armures, des sabres, des casques, ... je comprends aisément la fascination. Pour résumer, malgré mes réserves, j'ai bien aimé ce polar, le dépaysement, l'originalité de l'intrigue et du contexte, Simmeo le flic français un rien blasé qui boit pas mal de Champagne Perrier-Jouët Belle époque, j'ai vu le prix ce n'est pas non plus dans mes moyens, mais si je le dis plusieurs fois, ça fait placement de produit, il y a moyen de faire un petit kekchose M. Perrier-Jouët, même pas forcément un Belle époque ? Perrier-Jouët, Perrier-Jouët, Perrier-Jouët, ... Si avec tous ces appels du pied très discrets, je ne mange pas Marx ni ne boit Perrier-Jouët, je n'y comprends plus rien. Allez bon appétit mais avant un petit apéro champagne , non non, je ne redirai pas le nom de Perrier-Jouët ? Ah si, tant pis... ou tant mieux si mon appel est entendu...
          Lire la suite
          En lire moins

        les contenus multimédias

        Ils en parlent

        « [Thierry Marx] manie aussi bien la cuillère que la plume. » 
        A. de M. / Gala
        Lisez! La newsletter qui vous inspire !
        Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

        Lisez maintenant, tout de suite !

        • Par Plon

          Crimes et délices

          C'est un duo de choc qui s'est constitué pour vous écrire le premier polar moléculaire ! Odile Bouhier, auteure et scénariste, et Thierry Marx, chef étoilé qu'on ne présente plus. Ils nous révèlent quelques secrets de fabrication.

          Lire l'article