Lisez! icon: Search engine
Kurokawa
EAN : 9782368526118
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 128 x 182 mm

Shinobi Gataki - Tome 02

Pierre GINER (Traducteur)
Date de parution : 05/12/2019
Ninja contre Samouraï. Qui sera le dernier survivant ?
La vengeance ou bien...
Toranosuke est un Samouraï dont la famille a été décimée par des Ninjas, qu'il chasse sans répit depuis ce jour. Il rejoint d'autres combattants pour mener à bien une mission : assassiner Nobukage Onaga.
Accompagné d'Akari, ce groupe hétéroclite se met ainsi en route, mais tout ne va...
La vengeance ou bien...
Toranosuke est un Samouraï dont la famille a été décimée par des Ninjas, qu'il chasse sans répit depuis ce jour. Il rejoint d'autres combattants pour mener à bien une mission : assassiner Nobukage Onaga.
Accompagné d'Akari, ce groupe hétéroclite se met ainsi en route, mais tout ne va pas se passer comme prévu...
Alors qu'il ne vivait que pour la vengeance, notre Samouraï sent que ses convictions vacillent...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782368526118
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 272
Format : 128 x 182 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • pommerouge Posté le 26 Décembre 2019
    Je remercie les éditions Kurokawa pour cette lecture. Après avoir lu le premier tome et découvert un univers et un style graphique qui me plaisait beaucoup, j’avais extrêmement hâte que le deuxième tome sorte. Seul problème : J’ai maintenant hâte que le troisième soit là ! ^^’ On retrouve notre personnage principal, Toranosuke et la fille qui l’accompagnait, la princesse Akari. Ils ont rejoint un groupe, qui ont tous une seule idée en tête : Tuer Nobukage. Cet homme et ses ninjas tyrannisent tout le monde. De ce fait, il a beaucoup d’ennemis et de personnes qui voudrait voir sa tête tomber. L’homme qui a réuni toutes ces personnes ici à un plan. Normalement, celui-ci permettrait de tuer Nobukage. Mais on se doute bien que cela ne se passe pas aussi facilement qu’on le pense. Dans ce second tome, on rentre un peu plus dans l’action. Le combat est au rendez-vous et avec le style graphique du mangaka, c’est un plaisir pour les yeux. Le détail, l’action, on s’y croyait ! De plus, on découvre de nouveaux personnages, qui deviennent rapidement important et le seront sans doute par la suite. Ils ont tous leur caractère bien à eux, mais aucun d’entre eux n’est laissé... Je remercie les éditions Kurokawa pour cette lecture. Après avoir lu le premier tome et découvert un univers et un style graphique qui me plaisait beaucoup, j’avais extrêmement hâte que le deuxième tome sorte. Seul problème : J’ai maintenant hâte que le troisième soit là ! ^^’ On retrouve notre personnage principal, Toranosuke et la fille qui l’accompagnait, la princesse Akari. Ils ont rejoint un groupe, qui ont tous une seule idée en tête : Tuer Nobukage. Cet homme et ses ninjas tyrannisent tout le monde. De ce fait, il a beaucoup d’ennemis et de personnes qui voudrait voir sa tête tomber. L’homme qui a réuni toutes ces personnes ici à un plan. Normalement, celui-ci permettrait de tuer Nobukage. Mais on se doute bien que cela ne se passe pas aussi facilement qu’on le pense. Dans ce second tome, on rentre un peu plus dans l’action. Le combat est au rendez-vous et avec le style graphique du mangaka, c’est un plaisir pour les yeux. Le détail, l’action, on s’y croyait ! De plus, on découvre de nouveaux personnages, qui deviennent rapidement important et le seront sans doute par la suite. Ils ont tous leur caractère bien à eux, mais aucun d’entre eux n’est laissé de côté, de ce fait, j’ai apprécié la diversité proposée. En bref, ce manga reste toujours autant qualitatif. Les dessins sont magnifiques, l’histoire est prenante, captivante et les personnages intriguant. De plus, dans ce second tome, on en découvre un peu plus sur le passé de Tora et les motivations réel de sa vengeance ! Un manga qui pourra énormément plaire pour les fans de samouraï, ninja et d’action ! 😉
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tachan Posté le 25 Décembre 2019
    Shinobi Gataki continue sur sa lancée à être une bonne surprise pour moi. Alors non, je ne retrouverai jamais la profondeur de l'intrigue de l'Habitant de l'infini, ni le sens de l'esthétisme de Hiroaki Samura dans les dessins de Nikiichi Tobita, mais nous avons de tout de même un très bon divertissement bien pêchu. Dans ce deuxième tome, nous continuons à suivre les envies de vengeance du héros qui s'est acoquiné de toute une bande de guerriers comme lui afin de répondre au plan d'un mystérieux bonhomme qui veut éliminer Nobukage Onaga, le maître de celui qu'il cherche, ce qui est parfait pour lui ! L'auteur livre une belle et classique histoire de vengeance mais pour accrocher le lecteur un peu plus adulte, il n'oublie pas d'ajouter de bons twists. Ainsi, le "big boss" n'est peut-être pas exactement celui que l'on croit. Il accorde aussi une belle place à la politique faisant tout de même un peu écho à l'histoire passée japonaise où il y avait bien une rivalité entre le shogun et les autres seigneurs de guerre, et entre le shogun et l'empereur. Il suffit de bien lire entre les lignes. Cela donne un univers vraiment bien exploité avec des combats, des... Shinobi Gataki continue sur sa lancée à être une bonne surprise pour moi. Alors non, je ne retrouverai jamais la profondeur de l'intrigue de l'Habitant de l'infini, ni le sens de l'esthétisme de Hiroaki Samura dans les dessins de Nikiichi Tobita, mais nous avons de tout de même un très bon divertissement bien pêchu. Dans ce deuxième tome, nous continuons à suivre les envies de vengeance du héros qui s'est acoquiné de toute une bande de guerriers comme lui afin de répondre au plan d'un mystérieux bonhomme qui veut éliminer Nobukage Onaga, le maître de celui qu'il cherche, ce qui est parfait pour lui ! L'auteur livre une belle et classique histoire de vengeance mais pour accrocher le lecteur un peu plus adulte, il n'oublie pas d'ajouter de bons twists. Ainsi, le "big boss" n'est peut-être pas exactement celui que l'on croit. Il accorde aussi une belle place à la politique faisant tout de même un peu écho à l'histoire passée japonaise où il y avait bien une rivalité entre le shogun et les autres seigneurs de guerre, et entre le shogun et l'empereur. Il suffit de bien lire entre les lignes. Cela donne un univers vraiment bien exploité avec des combats, des plans de vengeance, des sauvetages, etc. L'ensemble est bien rythmé et on s'ennuie nullement. De plus, les personnages évoluent et l'équipe que l'on suit s'agrandit au fil des chapitres. Ils sont bien définis et chacun apporte quelque chose à l'intrigue. Même si c'est classique cela reste donc très agréable à suivre et on est surpris à plusieurs reprises. Ainsi avec ces dessins plus que sympathiques qui dynamisent bien l'histoire et restent très lisibles lors des scènes de combat, ainsi que son intrigue qui gagne en profondeur avec un héros qui se dévoile et devient plus complexe, et une pointe d'humour bienvenue au milieu de toute cette violence, Shinobi Gataki confirme être vraiment une bonne surprise.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Alfaric Posté le 7 Décembre 2019
    Dans ce tome 2, après un test musclé Manoshita prépare ses « expandables » Kabuto, Tenjin, Ayako, Kinji, Toranosuke et Akari pour assassiner le roi-démon, le roi-ninja Nobukage Onaga. Le plan est de l’isoler de son armée, et que les « expandables » se charges de ses gardes du corps aux pouvoirs surhumains pour que lui-même le prenne la vie quitte à sacrifier sa propre vie. Mais même en ayant prévu un Plan B, rien ne se passe comme prévu. L’opération d’assassinat devient ainsi une opération de sauvetage, et c’est reparti pour une nouvelle opération commando ! Mêmes qualités et mêmes défauts que pour le tome 1 : le mangaka meilleur dessinateur que scénariste raconte le pathos le plus sérieux du le monde avec une mise en scène plus au moins naïve pleine de stéréotypes sur le fond ou sur la forme. On dirait un scénario de jeu vidéo, et j’ai envie de dire pourquoi déguiser Oda Nobunaga en Nobukage Onaga dans un uchronie fantastique pour ressortir dès le tome 2 les Takeda Shingen et Uesugi Kenshin du Sengoku Jidai IRL ? Pourtant ce tome 2 est finalement plus réussi donc plus plaisant que le tome 1. Déjà le côté « expandables » mélangeant action et humour est très sympathique. Ensuite... Dans ce tome 2, après un test musclé Manoshita prépare ses « expandables » Kabuto, Tenjin, Ayako, Kinji, Toranosuke et Akari pour assassiner le roi-démon, le roi-ninja Nobukage Onaga. Le plan est de l’isoler de son armée, et que les « expandables » se charges de ses gardes du corps aux pouvoirs surhumains pour que lui-même le prenne la vie quitte à sacrifier sa propre vie. Mais même en ayant prévu un Plan B, rien ne se passe comme prévu. L’opération d’assassinat devient ainsi une opération de sauvetage, et c’est reparti pour une nouvelle opération commando ! Mêmes qualités et mêmes défauts que pour le tome 1 : le mangaka meilleur dessinateur que scénariste raconte le pathos le plus sérieux du le monde avec une mise en scène plus au moins naïve pleine de stéréotypes sur le fond ou sur la forme. On dirait un scénario de jeu vidéo, et j’ai envie de dire pourquoi déguiser Oda Nobunaga en Nobukage Onaga dans un uchronie fantastique pour ressortir dès le tome 2 les Takeda Shingen et Uesugi Kenshin du Sengoku Jidai IRL ? Pourtant ce tome 2 est finalement plus réussi donc plus plaisant que le tome 1. Déjà le côté « expandables » mélangeant action et humour est très sympathique. Ensuite l’évolution psychologique de l’antihéros Toranosuke en quête de vengeance est très appréciable. Toranosuke est obnubilé par son ancien ami d’enfance Kazemaru Kusame, et dans sa quête de vengeance il prêt à sacrifier tous ses compagnons d’armes. Le fait qu’Akari mette sa vie avant la sienne le fait douter, et quand il se retrouve mutilé et handicapé il supplie ses compagnons d’armes de l’accepter parmi eux pour accomplir un tâche plus grande et plus noble qu’eux tous réunis. C’est peu ou prou le cheminement du héros dans le film "La Rage du Tigre", 3e épisode de la trilogie wu xia du "Sabreur Manchot" de Chang Cheh qui inspira fortement George Lucas pour le cheminement de Luke Skywalker dans sa trilogie space-opera "Starwars". Nous sommes dans la Quête du Héros aux mille et un visages, et forcément les inquisiteurs culturels et les commissaires littéraires qui ont toujours qualifiée ce mythe universel d’affreux cliché pour les teubés s’étranglent de rage : qu’ils aillent tous au diable, le monde n’a pas besoin d’élitiste à la con et de petits cercles intellos prout prout… Après je ne sais pas trop où veux aller le mangaka. Kazemaru Kusame n’a pas trahi pour rejoindre les rang du tyran, c’est le tyran qui a trahi son clan pour rejoindre le Côté Obscur amené par Kazemaru Kusame. Mais ce n’est pas super cohérent, car le créateur qui agit avec noblesse obéit aveuglément à sa créature qui agit avec bassesse. Et je ne parle même du super-pouvoir démoniaque / ninja que Kazemaru a partagé avec son ancien ami d’enfance avant de le lui reprendre de force… To Be Continued ?
    Lire la suite
    En lire moins
Kurokawa, la newsletter qui a du punch !
Toute l'actualité 100% manga de vos collections et séries préférées.