RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Survivre

            Plon
            EAN : 9782259200974
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 348
            Format : 140 x 225 mm
            Survivre

            Date de parution : 05/01/2006

            Le dernier volet très attendu des mémoires de Jean-François Deniau, plus intime que les précédents.

            La vie de Jean François Deniau, c'est d'abord survivre. Aux rêves d'une enfance enchantée. A la maladie et à l'hôpital qui ne le lâchent pas depuis près de vingt ans. Aux pièges de la jungle, aux secrets de la diplomatie, aux risques des maquis afghans ou de la guerre en...

            La vie de Jean François Deniau, c'est d'abord survivre. Aux rêves d'une enfance enchantée. A la maladie et à l'hôpital qui ne le lâchent pas depuis près de vingt ans. Aux pièges de la jungle, aux secrets de la diplomatie, aux risques des maquis afghans ou de la guerre en Bosnie, aux tentations du pouvoir, aux complots de la politique française, aux dangers de la mer. A la vie elle-même avec ses passions amoureuses, ses moments d'aveux et de désespoir - le courage quand même de ne jamais abandonner.

            La volonté d'espoir quand il n'y a pas d'espoir s'appelle l'espérance.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782259200974
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 348
            Format : 140 x 225 mm

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • BVIALLET Posté le 7 Avril 2017
              Un peu oublié de nos jours, Jean-François Deniau, (né le 31 octobre 1928 et décédé le 24 janvier 2007), est un homme politique atypique, un aventurier et un écrivain. Il a été co-rédacteur du Traité de Rome, ambassadeur, six fois ministre, commissaire européen, député, président du Conseil général du Cher, essayiste et romancier. Il fut aussi un navigateur émérite. De santé fragile, il dut subir de nombreuses interventions chirurgicales (poumons, cœur), fut un habitué des services de réanimation et n’eut plusieurs fois la vie sauve que par la grâce de la science médicale… « Survivre » ne se présente pas comme une autobiographie classique. Point de récit circonstancié suivant une chronologie bien définie, mais une suite d’anecdotes tirées d’une vie hors norme et racontées au fil de la plume comme des bulles remontant à la surface de l’étang de ses souvenirs. Deniau, présenté comme un « aventurier de la générosité » fut une sorte de chevalier d’un autre temps, cherchant toujours à se rendre utile. Ainsi apprend-on que c’est grâce à son intervention que les Soviétiques purent évacuer d’Afghanistan de façon digne. Il intervint dans nombre de pays en conflit (Darfour, Afghanistan, Yougoslavie, Bosnie, Kossovo, etc.), côtoya et conseilla les grands de ce monde qui... Un peu oublié de nos jours, Jean-François Deniau, (né le 31 octobre 1928 et décédé le 24 janvier 2007), est un homme politique atypique, un aventurier et un écrivain. Il a été co-rédacteur du Traité de Rome, ambassadeur, six fois ministre, commissaire européen, député, président du Conseil général du Cher, essayiste et romancier. Il fut aussi un navigateur émérite. De santé fragile, il dut subir de nombreuses interventions chirurgicales (poumons, cœur), fut un habitué des services de réanimation et n’eut plusieurs fois la vie sauve que par la grâce de la science médicale… « Survivre » ne se présente pas comme une autobiographie classique. Point de récit circonstancié suivant une chronologie bien définie, mais une suite d’anecdotes tirées d’une vie hors norme et racontées au fil de la plume comme des bulles remontant à la surface de l’étang de ses souvenirs. Deniau, présenté comme un « aventurier de la générosité » fut une sorte de chevalier d’un autre temps, cherchant toujours à se rendre utile. Ainsi apprend-on que c’est grâce à son intervention que les Soviétiques purent évacuer d’Afghanistan de façon digne. Il intervint dans nombre de pays en conflit (Darfour, Afghanistan, Yougoslavie, Bosnie, Kossovo, etc.), côtoya et conseilla les grands de ce monde qui souvent se trompaient dans leur évaluation de la situation sur place. Un livre qui, sans être d’actualité, n’en demeure pas moins passionnant à lire ne serait-ce qu’à titre de témoignage historique. Une écriture impeccable, ce regretté touche à tout de génie était également membre de l’Académie Française quand même !
              Lire la suite
              En lire moins
            • JplG Posté le 23 Mai 2012
              Quelle vie ! Ou plutôt quelles vies ont été celles de Jean François Deniau! Puisque naguère, il publiait ses « Mémoires de 7 vies », décrivant ses résurrections et ses réincarnations successives en nous laissant comprendre qu’après tout, il était toujours possible de vaincre la mort, à la seule condition de « croire et oser ». « Survivre » n’est pas un nouveau recueil de ses mémoires. « Des mémoires, c’est une chronologie, un rappel systématique d’événements vécus, de personnages rencontrés… Je laisse quelques souvenirs monter, d’enfance et d’aventures » nous dit l’auteur en avant-propos. Toutes ses vies, Jean François Deniau les a croquées à pleines dents, aux quatre coins du monde, côtoyant « la mort de près », au milieu de toutes les guerres, de toutes les souffrances physiques et morales que l’homme, dans ses ivresses de pouvoir et d’argent, est capable d’inventer et d’imposer aux autres. « Survivre »…, toujours en lignes élégantes et fortes, le récit se pare souvent des atours de l’épopée: … aux abords de la Khyber Pass, «Avec le colonel commandant les Khyber Rifles, nous nous arrêtons sur une petite colline juste avant la frontière, avec vue sur l’Afghanistan. Nous nous installons, Alain Boinet,... Quelle vie ! Ou plutôt quelles vies ont été celles de Jean François Deniau! Puisque naguère, il publiait ses « Mémoires de 7 vies », décrivant ses résurrections et ses réincarnations successives en nous laissant comprendre qu’après tout, il était toujours possible de vaincre la mort, à la seule condition de « croire et oser ». « Survivre » n’est pas un nouveau recueil de ses mémoires. « Des mémoires, c’est une chronologie, un rappel systématique d’événements vécus, de personnages rencontrés… Je laisse quelques souvenirs monter, d’enfance et d’aventures » nous dit l’auteur en avant-propos. Toutes ses vies, Jean François Deniau les a croquées à pleines dents, aux quatre coins du monde, côtoyant « la mort de près », au milieu de toutes les guerres, de toutes les souffrances physiques et morales que l’homme, dans ses ivresses de pouvoir et d’argent, est capable d’inventer et d’imposer aux autres. « Survivre »…, toujours en lignes élégantes et fortes, le récit se pare souvent des atours de l’épopée: … aux abords de la Khyber Pass, «Avec le colonel commandant les Khyber Rifles, nous nous arrêtons sur une petite colline juste avant la frontière, avec vue sur l’Afghanistan. Nous nous installons, Alain Boinet, le colonel et moi, dans trois grands fauteuils d’osier face au panorama. Thé. »… « Au-dessus de nos têtes, le sifflement des obus nous oblige à élever la voix. Je dois donc élever un peu la voix aussi – pas trop, gardons notre sang froid-… ». Nous ne sommes pas dans un roman de Kipling, nous sommes en 1987. Jean François Deniau n’a jamais voulu être roi! « Survivre »…, le verbe devient parfois cri de colère, de révolte et dénonce l’hypocrisie :… à « Sarajevo, quand l’Europe a perdu son âme … La « culture des Nations unies» est une sorte de neutralisme nordique où on vit avec bonne conscience des guerres des autres sans y participer. Prendre un risque est mal vu»... à Srebrenica qui sera « écrasée…C’est un exemple dramatique, en pleine paix, et sans doute unique, de massacre sous contrôle international, au cœur de l’Europe ». Quelles leçons de courage nous sont données dans tous ces vécus, de la jungle indochinoise au désert de Mauritanie, en passant par les montagnes afghanes et balkaniques, par les rues déchiquetées de Beyrouth mais aussi par les couloirs de Bruxelles et les cabinets ministériels de Paris. L’histoire de l’homme politique, de l’écrivain académicien, de l’ambassadeur de France, du marin, s’inscrit et s’implique dans chaque intensité de l’histoire du monde et celle de notre pays. Se souvient-on que Jean François Deniau rédigea le préambule du Traité de Rome ? « Et personne n’a osé ni même pensé s’attaquer à mon paragraphe final qui introduit pour la première fois dans un traité international le mot « idéal » ! ». Pour la plupart d’entre-nous, tous ces soubresauts du monde ne représentent déjà plus que le souvenir de gros titres dans les journaux, trop rapidement estompés par les derniers flashs du vingt heures. Il faut avoir connu les affres de l’abandon pour ne pas oublier la main qui a été tendue : « …la réponse d’un chef d’Etat, ancien guérillero, interviewé à la télévision française : - Vous connaissez Deniau ? - Si je connais Deniau ! Il était avec nous quand personne n’était avec nous. » En ces temps où nous dit-on, nos concitoyens sont moroses et ne croient plus en leur classe politique, où les valeurs de notre société semblent se déliter dans les recours insultants, les contestations violentes, les abus de confiance et les discours délétères, il nous est rappelé comme à ceux qui en revendiquent le titre, ce que suppose la fonction de « Grand Commis de l’Etat », avec une majuscule à chaque mot. Le monde, l’Europe, la France a tant besoin de cette race de serviteurs. Il est certes plus facile et confortable de succomber aux tentations du renom et de la gloire corrompue des âmes grises. Mais navigateur lui même, Jean François Deniau sait combien il est difficile de garder son cap dans les déferlantes de la bassesse, de la trahison et de la démission. En le lisant, la devise d’un autre Grand Capitaine, Jean de Lattre de Tassigny, nous vient à l’esprit : « Ne pas subir ». « Survivre »…, le ton se fait humble devant la maladie :… « J’ai peur de la nuit qui n’a pas de nom », mais ne désarme pas :… « Je ne pense qu’à retrouver la mer… la vie est trop courte, à peine le temps de se retourner… et il faut abandonner. N’abandonnons pas ». Quelle espérance aussi, pour « Tant d’hommes [qui] commencent à mourir si jeunes même s’ils ont l’air vivants »… « La volonté d’espoir quand il n’y a pas d’espoir, s’appelle l’espérance ». « Survivre »…, les mots sont tendres lorsque la nostalgie affleure :… « Le bonheur prend toujours la forme d’une île au loin » ou que le précepte du poète nous est rappelé : « Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour ». A n’en pas douter, l’ouvrage de Jean-François Deniau est à méditer, par ceux qui se veulent être les architectes de notre futur, par chacun d’entre-nous dans les coups de tabac de la vie.
              Lire la suite
              En lire moins
            • foret22 Posté le 10 Février 2008
              Refus du compromis, refus de perdre son âme ... Bref, pas un grand Politique Mais un homme d'engagement Un homme qui nous fait découvrir les sombres et abjectes cuisines des Politiques A lire pour se rappeler de la grande petitesse des Hommes ... A lire aussi, pour se rassurer : cet auteur est la preuve même que nous pouvons ne pas nous compromettre, pas nos propres engagements Mais le prix n'en est pas donné !!!
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
            Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…