Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258194045
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 140 x 225 mm

Tomber du ciel

Date de parution : 17/09/2020
Avec un regard plein de finesse et d’humanité, Caroline Tiné nous plonge dans un étrange huis clos.
 
« J’ai cessé d’être hôtesse il y a un an pour me mettre à écrire et me sortir des poisons de la tête. Seulement en avion. La nuit dans le ciel me chuchote les mots effacés dans l’enfance. Et l’odeur du feutre des fauteuils imprégnés de strates d’intimité et de... « J’ai cessé d’être hôtesse il y a un an pour me mettre à écrire et me sortir des poisons de la tête. Seulement en avion. La nuit dans le ciel me chuchote les mots effacés dans l’enfance. Et l’odeur du feutre des fauteuils imprégnés de strates d’intimité et de vies inconnues me rapproche d’une humanité dont j’essaie de pénétrer les secrets. »
 
Vol de nuit Paris-Singapour à bord d’un Airbus A380. Talitha se met dans sa bulle. A son côté, une adolescente très particulière. Plus loin, une femme fait le deuil d'amours malheureuses et cajole son chien minuscule. Dans le cockpit, le copilote est en proie à ses démons. Et l’homme sans âge, Anil Shankar, qui revient de son ashram, est prêt pour le dernier voyage.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258194045
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 192
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

« Un huit-clos original, suspendu hors du temps et du monde, dans un roman court, dense et intense. D’un avion, nul ne peut s’échapper, ni échapper à ses propres pensées ; l’atmosphère d’un long-courrier est merveilleusement rendue par la plume de Caroline Tiné, et donne presque envie de s’embarquer, nous aussi, dans cet avion qui désormais ne volera plus. Car ce roman est aussi une déclaration d’amour au modèle A380, dont la production s’est arrêtée ce printemps, et au personnel qui y navigue et consacre une bonne partie de sa vie.
C’est un roman original qui nous emmène loi au-dessus des nuages, dans les angoisses et des tourments de ses hôtesse, copilote ou passagers… »
Bernadette de Labarthe / Librairie La Procure de Rouen

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Christlbouquine Posté le 23 Février 2021
    Talitha, ancienne hôtesse de l’air, prend place dans un A380 à destination de Singapour depuis Paris. Des heures de vol en perspective en compagnie d’inconnus tous embarqués pour un huis clos d’une quinzaine d’heures. Aux côtés de Talitha le lecteur fait la connaissance de Leïla, une jeune fille de 15 ans, autiste Asperger qui rêve de pénétrer dans le cockpit. Puis Marie Ange, femme d’affaires en route pour ce qui semble être une nouvelle vie. Saul le copilote au comportement étrange et visiblement au bord de la rupture et Anil, ancien homme d’affaires atteint d’un cancer en stade terminal. Le trajet va ainsi se dérouler entre les souvenirs de Talitha qui revient sur sa passion pour son ancien métier et sur une histoire d’amour qui a failli la détruire et ce qui se passe dans l’avion et se joue entre chacun des personnages. Ce voyage dans un espace temps et dans ce lieu si particulier qu’est un avion est l’occasion pour tous de laisser tomber le masque, de cesser de jouer un rôle et de montrer ou de s’avouer leurs failles et leurs doutes. leurs angoisses ou leurs espoirs. Chacun à sa manière est en quête de quelque chose... Talitha, ancienne hôtesse de l’air, prend place dans un A380 à destination de Singapour depuis Paris. Des heures de vol en perspective en compagnie d’inconnus tous embarqués pour un huis clos d’une quinzaine d’heures. Aux côtés de Talitha le lecteur fait la connaissance de Leïla, une jeune fille de 15 ans, autiste Asperger qui rêve de pénétrer dans le cockpit. Puis Marie Ange, femme d’affaires en route pour ce qui semble être une nouvelle vie. Saul le copilote au comportement étrange et visiblement au bord de la rupture et Anil, ancien homme d’affaires atteint d’un cancer en stade terminal. Le trajet va ainsi se dérouler entre les souvenirs de Talitha qui revient sur sa passion pour son ancien métier et sur une histoire d’amour qui a failli la détruire et ce qui se passe dans l’avion et se joue entre chacun des personnages. Ce voyage dans un espace temps et dans ce lieu si particulier qu’est un avion est l’occasion pour tous de laisser tomber le masque, de cesser de jouer un rôle et de montrer ou de s’avouer leurs failles et leurs doutes. leurs angoisses ou leurs espoirs. Chacun à sa manière est en quête de quelque chose et à un moment clé de leur vie. Ce qui m’a tout d’abord frappée c’est que tous ces passagers voyagent seuls. Pas un qui soit accompagné d’un parent, d’un ami, d’un compagnon. Et c’est probablement leurs différentes solitudes qui vont faire que leurs histoires peuvent s’imbriquer les unes dans les autres. L’auteure va ainsi créer des passerelles entre les uns et les autres, par paire, par petit groupe et les faire aller ainsi des uns aux autres, tissant des liens plus ou moins étroits entre eux. En alternant des chapitres courts qui mettent en scène tour à tour ces 5 personnages, en les faisant parfois s’entrechoquer, parfois plonger dans leurs pensées intimes, Caroline Tiné imprime un rythme soutenu au récit. On sent monter petit à petit comme une sorte de suspens quant à l’issue du voyage. On vole ainsi, entre deux mondes, persuadé comme semblent l’être les personnages que la vie après ce trajet sera différente, que ce voyage en avion ouvrira des portes vers des vies nouvelles. Chacun des personnages est attachant à sa façon, on aime voyager à leur côté et s’attarder avec eux dans leurs introspections ou dans les projections de ce qu’ils imaginent être un moment qui signera peut-être de profonds changements. Je n’imaginais pas qu’il puisse arriver tant de choses au cours d’un voyage en avion. Je crois que je ne regarderai plus mes compagnons de vol de la même manière dorénavant !
    Lire la suite
    En lire moins
  • leslie-fleur Posté le 23 Janvier 2021
    Talitha, une ancienne hôtesse de l'air, embarque pour un vol de nuit Paris-Singapour, à bord d'un Airbus 380, en tant que passagère. Elle aime être là-haut, dans l'ambiance calfeutrée du ciel, car il n'y a que là qu'elle parvient à se reconnecter à ses émotions et à écrire. Mais pendant ce voyage, elle devra composer avec les autres passagers, qui trimballent eux aussi des bagages, surtout des bagages émotionnels ! Elle va ainsi croiser Marie-Ange, une rousse incendiaire qui aime fourrer son nez partout ; Leïla, une jeune fille autiste au caractère bien affirmé ; Saul, le copilote aux idées sombres, qu'elle connaît depuis longtemps ; et Anil, un vieil homme dont ce voyage pourrait être le dernier. Quand cinq destins collisionnent, attention aux turbulences ! Ce "roman choral" est une plongée dans la psychologie humaine... Car si les personnages que l'on suit sont très différents les uns des autres, ils ont un point commun : une part d'ombre qui les ronge. J'ai aimé découvrir leur vie, leurs angoisses, leurs craquages. Un roman sympathique, mais pas inoubliable pour moi.
  • MaminouG Posté le 17 Janvier 2021
    Lire encore et encore. Lire encore et toujours, et toujours rencontrer de nouveaux auteurs, découvrir de nouveaux styles d’écriture, partager la vie de nouveaux personnages. Aujourd’hui, j’entre dans l’univers de Caroline Tiné pour la première fois à travers son quatrième roman "Tomber du ciel" et je m’envole, moi qui ai pourtant peur de l’avion. S’envoler ! s’immiscer dans le ventre rond d’un A 380, le temps d’un vol de nuit Paris/Singapour, s’installer dans un fauteuil et contempler passagers et membres d’équipage, les observer, les entendre, les deviner… Dans ce huis clos insolite et pesant, on côtoie Talitha, ancienne hôtesse de l’air, qui désormais écrit mais a besoin pour libérer ses mots d’entendre les battements de cœur de l’avion. Près d’elle, côté hublot, Leïla quinze ans – U M, Unaccompanied Minor – "Très belle, métisse au teint mat, aux cheveux noirs et bouclés, elle a un regard intense". Différente, atteinte d’un autisme Asperger, elle rêve de visiter le cockpit. En face, a pris place Marie Ange, cheveux roux, qui étudie ses voisines avec beaucoup d’attention. Le copilote, Saul, dépressif, vient juste de rentrer d’un congé maladie. "Il reste là, comme un fou volant intermittent, un somnambule naviguant au gré des vents... Lire encore et encore. Lire encore et toujours, et toujours rencontrer de nouveaux auteurs, découvrir de nouveaux styles d’écriture, partager la vie de nouveaux personnages. Aujourd’hui, j’entre dans l’univers de Caroline Tiné pour la première fois à travers son quatrième roman "Tomber du ciel" et je m’envole, moi qui ai pourtant peur de l’avion. S’envoler ! s’immiscer dans le ventre rond d’un A 380, le temps d’un vol de nuit Paris/Singapour, s’installer dans un fauteuil et contempler passagers et membres d’équipage, les observer, les entendre, les deviner… Dans ce huis clos insolite et pesant, on côtoie Talitha, ancienne hôtesse de l’air, qui désormais écrit mais a besoin pour libérer ses mots d’entendre les battements de cœur de l’avion. Près d’elle, côté hublot, Leïla quinze ans – U M, Unaccompanied Minor – "Très belle, métisse au teint mat, aux cheveux noirs et bouclés, elle a un regard intense". Différente, atteinte d’un autisme Asperger, elle rêve de visiter le cockpit. En face, a pris place Marie Ange, cheveux roux, qui étudie ses voisines avec beaucoup d’attention. Le copilote, Saul, dépressif, vient juste de rentrer d’un congé maladie. "Il reste là, comme un fou volant intermittent, un somnambule naviguant au gré des vents dominants, à attendre que le monde décide pour lui." Anil, "l'homme sans âge, semble perdu dans un songe." Il souffre d’une maladie incurable et se trouve visiblement confronté à son tout dernier voyage. J’ai particulièrement aimé la belle écriture délicate, l’étude fine et bourrée d’empathie, le regard bienveillant que l’auteure pose sur chacun de ses personnages, tous attachants par leurs faiblesses. J’ai aimé le portrait fouillé qu’elle en dresse, l’analyse minutieuse qu’elle fait de leurs douleurs, leurs souvenirs, leurs doutes. J’ai aimé ses questions sur le rapport de chacun à son enfance, à ses parents. J’ai tout autant apprécié les retours en arrière, les rebondissements, le rythme du récit qui petit à petit monte en puissance et m’a tenue en haleine jusqu’à être "tombée du ciel." Derrière sa couverture discrète, blanche déchirée de bleu, le roman décrit en profondeur la vie qui, tel un voyage entre ciel et terre, se déroule entre temps calme et turbulences. Théâtre, chant choral, il orchestre les solos jusqu’à l’apothéose. Sans doute "Tomber du ciel" ne m’a-t-il pas guérie de ma phobie de l’avion, mais il m’a procuré bien plus : le plaisir d’une lecture touchante, captivante, d’une indulgente étude des âmes torturées.
    Lire la suite
    En lire moins
  • BIBI789 Posté le 29 Décembre 2020
    Ce livre raconte l’histoire d’une petite fille née de parents qui se sont rencontrés à Woodstock et bien vite séparés. Du coup et longtemps, elle a été amenée à connaître des semaines partagées entre l’un et l’autre, avec d’inévitables voyages en avion, compliqués par la difficulté de choisir qui aimer le plus ? Adulte et devenue hôtesse de l’air, elle a préféré se retirer du monde de l’aviation pour se consacrer à elle-même, se cloisonner dans sa bulle et écrire comme elle le sent pour un magazine de voyages. Sorte de catharsis pour mettre de l’ordre dans son passé et éveiller en elle ce qui peut naître de meilleur. Aussi de parcourir le monde en restant chez elle et sans avoir à traverser les continents de part en part. L’écriture représente un but en soi, imprégnée de souvenirs flous, de mots chuchotés et de rencontres froufroutantes. En vérité, l’équilibre de Talitha est précaire et ne tient qu’à un fil. A travers le portrait d’une femme moderne, Caroline Tiné interroge avec sagacité le rapport que nous entretenons avec nos parents et, plus largement, avec les autres. Bien entendu, ceux-ci sont parfois teintés de souffrance et de non-dits. Un livre pas vraiment... Ce livre raconte l’histoire d’une petite fille née de parents qui se sont rencontrés à Woodstock et bien vite séparés. Du coup et longtemps, elle a été amenée à connaître des semaines partagées entre l’un et l’autre, avec d’inévitables voyages en avion, compliqués par la difficulté de choisir qui aimer le plus ? Adulte et devenue hôtesse de l’air, elle a préféré se retirer du monde de l’aviation pour se consacrer à elle-même, se cloisonner dans sa bulle et écrire comme elle le sent pour un magazine de voyages. Sorte de catharsis pour mettre de l’ordre dans son passé et éveiller en elle ce qui peut naître de meilleur. Aussi de parcourir le monde en restant chez elle et sans avoir à traverser les continents de part en part. L’écriture représente un but en soi, imprégnée de souvenirs flous, de mots chuchotés et de rencontres froufroutantes. En vérité, l’équilibre de Talitha est précaire et ne tient qu’à un fil. A travers le portrait d’une femme moderne, Caroline Tiné interroge avec sagacité le rapport que nous entretenons avec nos parents et, plus largement, avec les autres. Bien entendu, ceux-ci sont parfois teintés de souffrance et de non-dits. Un livre pas vraiment joyeux, mais qui relève de la dure réalité qu’est parfois l’existence !
    Lire la suite
    En lire moins
  • SansSucreSansSel Posté le 12 Novembre 2020
    Premier roman lu pendant ce reconfinement et roman qui m’a tiré d’une panne de lecture qui compromettait dangereusement mes plans - de chill dans un plaid avec un bon livre à la main - quand « Tomber du ciel » est entré dans ma vie. C’est un roman qui m’a beaucoup plu. J’ai beaucoup aimé le cadre ; un avion qui représente à fois la liberté totale en garantissant un enfermement total aussi. Les personnages sont atypiques et j’ai beaucoup aimé leurs petits détails à chacun. C’est un huis-clos comme j’en ai peu lu, qui pour le coup n’est pas angoissant. Je l’ai vécu comme une parenthèse de douceur, bercée dans les airs aux côté de Talitha qui m’a semblé avoir la situation en main tout du long. La seule chose qui m’a manqué je pense ce sont les dialogues. En dehors de ça je me suis laissée porter par ce vol peu importe la tournure que les évènements pouvaient prendre. Encore merci aux éditions @pressedelacite pour cet envoi, comme chaque roman que vous m’envoyez c’est un joli roman qui frôle le coup de coeur.
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Interview
    Presses de la Cité

    Caroline Tiné : "La mélancolie est le sentiment qui habite le plus mes romans"

    Avec Tomber du ciel, Caroline Tiné signe un huis clos aérien en faisant embarquer au sein d’un long vol de nuit des personnages aussi singuliers qu’attachants. Un roman mélancolique porté par une plume pleine de finesse et d’humour. À l’occasion de sa sortie le 17 septembre aux Presses de la Cité, la romancière a répondu à nos questions.

    Lire l'article