RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Trop de lumière

            Plon
            EAN : 9782259243537
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 240
            Format : 132 x 215 mm
            Trop de lumière

            Date de parution : 12/01/2017
            Quand on a tout, a-t-on le droit de ne plus avoir envie de rien ? Du burn-out d'une star sans conteste à l'introspection la plus profonde, un beau portait de femme. Premier roman.
            Léo Rivière a une carrière de rêve, beaucoup d’argent, quelques amis, peu de scrupules, pas d’enfant. Elle sait être drôle, elle peut être belle. Chacun de ses concerts affiche complet.
            Mais alors qu’elle entame sa nouvelle tournée à travers la France, elle se sent oppressée. Tout l’englue, tout la secoue. Elle...
            Léo Rivière a une carrière de rêve, beaucoup d’argent, quelques amis, peu de scrupules, pas d’enfant. Elle sait être drôle, elle peut être belle. Chacun de ses concerts affiche complet.
            Mais alors qu’elle entame sa nouvelle tournée à travers la France, elle se sent oppressée. Tout l’englue, tout la secoue. Elle a beau essayer de mettre les choses à distance, rien n’apaise l’écœurement qui la gagne.
            Quand on a tout, a-t-on le droit de ne plus avoir envie de rien ?
            Dans la violence de cette crise personnelle, Léo se cogne aux limites de son propre système. Hantée et si fragile face à son public, elle se confronte à l’inconnu, ce mystère qui prend ses racines en elle-même.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782259243537
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 240
            Format : 132 x 215 mm
            Plon
            18.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            "On  lit, et on applaudit «Tropdelumière», Marinette Lévy frappe fort."
            Cosmopolitain
            " Léo est chanteuse, elle est ure avec les autres et avec elle même. Elle souffre de solitude et s'est construite une carapace pour pouvoir faire sa place dans ce milieu. Mais plusieurs évenements vont la chambouler et elle va tout remettre en question. Très belle plume qui vous attrape et que vous ne pouvez pas lacher." 
            Sandrine- FNAC Grenoble - 38

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • marc34 Posté le 22 Février 2019
              Une pépite à découvrir. Ce texte passé relativement inaperçu mérite de venir au premier plan de vos lectures. Récit de la crise d'une star de la chanson de qualité, style Barbara, Berkin ou F. Hardy, "trop de lumière" nous accroche par son style précis, incisif et en fin de compte percutant. De la star rendue imbuvable par son propre succès jusqu'à sa descente au fond du trou de son questionnements "à quoi bon tout ça". Bref je me suis régalé. Faites en autant!
            • Labelettedusud Posté le 3 Août 2017
              Pour ses fans, elle est un roc, une idole éternelle. Pour ses amis, elle est la femme douée et volontaire qui dirige sa vie de main de maître. Pour son manager, elle est un produit marketing lucratif. Pour son assistante et son coiffeur, elle est un cauchemar quotidien. Pour vous, elle sera le personnage le plus imbuvable que vous ayez jamais rencontré. Pourtant, vous allez l’apprécier et la comprendre, j’en fais le pari ! Elle ? C’est Leo Rivière. Enfin, ça, c’est son nom de scène, parce que, son vrai nom, elle ne se le rappelle même plus. A 17 ans, elle a été repérée par un impresario qui l’a modelée année après année pour la transformer en chanteuse de variétés au succès international. A presque 40 ans, elle connaît la gloire, la fortune, choisit ses amants de passage et n’a pas d’enfant. Puis survient le décès de son meilleur ami Alban. Et là, ses certitudes s’envolent, l’écorce devenue si épaisse se fendille. Tout ce qui a fait sa vie la rend malade. Malheureusement, « le succès est un engrenage et la notoriété, une dictature. » On ne peut jamais être soi-même, il faut sourire alors qu’on a envie d’hurler et d’être seul ». Je vous laisse... Pour ses fans, elle est un roc, une idole éternelle. Pour ses amis, elle est la femme douée et volontaire qui dirige sa vie de main de maître. Pour son manager, elle est un produit marketing lucratif. Pour son assistante et son coiffeur, elle est un cauchemar quotidien. Pour vous, elle sera le personnage le plus imbuvable que vous ayez jamais rencontré. Pourtant, vous allez l’apprécier et la comprendre, j’en fais le pari ! Elle ? C’est Leo Rivière. Enfin, ça, c’est son nom de scène, parce que, son vrai nom, elle ne se le rappelle même plus. A 17 ans, elle a été repérée par un impresario qui l’a modelée année après année pour la transformer en chanteuse de variétés au succès international. A presque 40 ans, elle connaît la gloire, la fortune, choisit ses amants de passage et n’a pas d’enfant. Puis survient le décès de son meilleur ami Alban. Et là, ses certitudes s’envolent, l’écorce devenue si épaisse se fendille. Tout ce qui a fait sa vie la rend malade. Malheureusement, « le succès est un engrenage et la notoriété, une dictature. » On ne peut jamais être soi-même, il faut sourire alors qu’on a envie d’hurler et d’être seul ». Je vous laisse découvrir la suite. Dans ce premier roman que j’ai vraiment apprécié, Marinette Lévy exprime d’une manière très juste le combat intérieur derrière le sourire et les paillettes, l’impossibilité de faire son deuil lorsqu’on est en permanence dans la lumière, la difficulté d’être disponible aux autres quand on ne trouve pas la paix intérieure. Dans un style parfois brutal, parfois poétique, l’auteure nous interpelle : faut-il toujours aller là où on vous attend ? Quand la vie que vous menez n’a plus de sens à vos yeux, n’est-il pas temps de changer de cap ? Personnellement, j'ai choisi !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Aufildeslivres Posté le 10 Juin 2017
              A grand renfort de pub, de pages Facebook sponsorisées, nos lectures peuvent être orientées. On entend parler de tel ou tel livre, les réseaux sociaux partagent et l’on est tenté par le roman. Et puis, il y a des écrits dont la diffusion reste confidentielle ou, du moins, plus discrète. De véritables pépites auxquelles on ne prête pas forcément attention, que l’on pourrait même rater. « Trop de Lumière » est de ces livres là. Une pépite. Un excellent roman. Une découverte qui mérite le détour. Une lecture riche, de qualité, qui « a tout d’une grande » ! Marinette Lévy nous entraine dans l’envers du décor. Celui de Léo, chanteuse adulée, dont l’image affichée ne reflète pas le désordre intérieur. Ce désordre est intense. Véritable cataclysme personnel qui va ébranler cette chanteuse à la vie formatée. Léo craque. Le décès de son ami Alban – élément déclencheur - la lamine. La pulvérise. Tout s’écroule. « Je suis, je crois envahie de chagrin. J’ai beau essayer de le planquer sous le tapis de mon agenda surbooké, quand je suis seule la nuit, c’est un fantôme moqueur qui vient ricaner à mes oreilles » Léo décrit ce qu’elle fait, confie ce qu’elle... A grand renfort de pub, de pages Facebook sponsorisées, nos lectures peuvent être orientées. On entend parler de tel ou tel livre, les réseaux sociaux partagent et l’on est tenté par le roman. Et puis, il y a des écrits dont la diffusion reste confidentielle ou, du moins, plus discrète. De véritables pépites auxquelles on ne prête pas forcément attention, que l’on pourrait même rater. « Trop de Lumière » est de ces livres là. Une pépite. Un excellent roman. Une découverte qui mérite le détour. Une lecture riche, de qualité, qui « a tout d’une grande » ! Marinette Lévy nous entraine dans l’envers du décor. Celui de Léo, chanteuse adulée, dont l’image affichée ne reflète pas le désordre intérieur. Ce désordre est intense. Véritable cataclysme personnel qui va ébranler cette chanteuse à la vie formatée. Léo craque. Le décès de son ami Alban – élément déclencheur - la lamine. La pulvérise. Tout s’écroule. « Je suis, je crois envahie de chagrin. J’ai beau essayer de le planquer sous le tapis de mon agenda surbooké, quand je suis seule la nuit, c’est un fantôme moqueur qui vient ricaner à mes oreilles » Léo décrit ce qu’elle fait, confie ce qu’elle pense. Plus rien ne colle. Il y a discordance. « Et si tout n’était qu’une question d’aiguillage ? Si j’avais choisi le charabia inquiétant de Nietzche plutôt que la mélancolie douce de Michel Berger le jour où j’ai rencontré Georges, où en serais-je aujourd’hui ? » Les mots sont percutants, vifs. Marinette Lévy décrit très finement le chaos intérieur de son personnage. C’est perlé. Impossible de demeurer indifférent. Pourtant, qu’elle est antipathique cette Léo ! Acariâtre, despotique, blasée, égoïste… Et seule. Terriblement seule. Fatiguée. Usée. Elle s’interroge, doute. « Je débite ma chanson en me demandant pourquoi j’ai choisi de tracer cette interminable autoroute de travail, d’exil et de solitude. » Ce cheminement personnel captive parce qu’il est juste. C’est l’oubli de la vie qui est décrit. Léo n’a vécu que pour son métier, que pour les autres, dans l’oubli d’elle-même, dans l’omission de ses propres désirs, dans l’illusion de ses choix. Jusqu’à la rupture. SA rupture. « J’ouvre la bouche, mais ma voix ne sort pas. Elle est coincée. Empêtrée sous les gravats des murs que j’ai créés, qui sont en train de s’écrouler. Mes cordes vocales sont prises entre les débris de ce que je pulvérise, des morceaux de moi qui se disloquent et se désagrègent dans une fumée étouffante. Le chagrin que je cherche à fuir me dépasse. » Marinette Levy nous offre un merveilleux écrit. Fort. Intense. Prenant. Sa plume est habile. Elle est indéniablement une auteur à suivre. Ma chronique complète sur mon blog ! Marinette Ma
              Lire la suite
              En lire moins
            • Tomabat Posté le 19 Mars 2017
              Trop de lumière m'a vraiment conquis par son style, son humours et les mille nuances que Marinette Lévy apporte à son personnage acerbe Leo Rivière. Marinette Lévy, nous donne à entendre le petit vrombissement qui tonne à l'oreille de Léo jusqu'à en devenir insupportable. La star ne peut plus nier que quelque chose cloche au royaume de son succès. Elle ne sait plus qui elle est au milieu de l'agitation, des préparatifs de sa tournée et des personnes qui l'entourent en la mettant sur un piédestal. Bref l'édifice se fissure, mais pour lui permettre de mieux renaitre. A lire!
            • Lectures_et_gourmandises Posté le 3 Mars 2017
              Léo Rivière, grande star de la chanson à tout pour être heureuse. Elle vit de sa passion, elle a le succès, des amis autour d'elle, de l'argent. Bref, c'est une fille comblée... Mais Léo c'est aussi : une star capricieuse, tyrannique, méprisante... et malgré ce succès flamboyant, une star paumée ! Peur du futur, souvenirs du passé... où Léo peut-elle se placer et comment gérer cette vie qui lui offre tellement, mais qui en même temps ne la rend pas si heureuse que ça... On commence ce livre et direct on déteste ce personnage. Léo est infecte ! c'est le type de star qui se croit au-dessus de tout le monde, qui peut tout se permettre ! elle agace et on se dit : "Mince... ça sent mauvais pour la suite du bouquin, si dès le départ on ne supporte pas l'héroïne même en peinture !" Mais une envie de persévérer, une envie d'en savoir plus sur ce premier roman de l'auteure... Puis on apprend à mieux la connaitre, à la dompter, à connaitre plus de sa vie et les origines de ce mal-être. Un monologue intérieur dans la peau et l'esprit de Léo. Ce "Trop de lumière" qui peut plonger une personne célèbre... Léo Rivière, grande star de la chanson à tout pour être heureuse. Elle vit de sa passion, elle a le succès, des amis autour d'elle, de l'argent. Bref, c'est une fille comblée... Mais Léo c'est aussi : une star capricieuse, tyrannique, méprisante... et malgré ce succès flamboyant, une star paumée ! Peur du futur, souvenirs du passé... où Léo peut-elle se placer et comment gérer cette vie qui lui offre tellement, mais qui en même temps ne la rend pas si heureuse que ça... On commence ce livre et direct on déteste ce personnage. Léo est infecte ! c'est le type de star qui se croit au-dessus de tout le monde, qui peut tout se permettre ! elle agace et on se dit : "Mince... ça sent mauvais pour la suite du bouquin, si dès le départ on ne supporte pas l'héroïne même en peinture !" Mais une envie de persévérer, une envie d'en savoir plus sur ce premier roman de l'auteure... Puis on apprend à mieux la connaitre, à la dompter, à connaitre plus de sa vie et les origines de ce mal-être. Un monologue intérieur dans la peau et l'esprit de Léo. Ce "Trop de lumière" qui peut plonger une personne célèbre dans l'ombre d'elle-même. Un très beau premier roman, une auteure à suivre !
              Lire la suite
              En lire moins
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
            Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…