Lisez! icon: Search engine
Une certaine raison de vivre
Date de parution : 26/08/2021
Éditeurs :
Robert Laffont

Une certaine raison de vivre

Date de parution : 26/08/2021

Rentrée Littéraire 2021
Des tranchées, des arbres, les tourments d’un homme et l’espoir du monde.

« J’ai toujours envie de te gifler… Continue à écrire et on va continuer à faire l’amour puisqu’il n’y a que ça qui marche entre nous. Tu vas signer la...

« J’ai toujours envie de te gifler… Continue à écrire et on va continuer à faire l’amour puisqu’il n’y a que ça qui marche entre nous. Tu vas signer la paperasse de mon père… Je vais avoir une autre vie, Jean, mais, dans cette autre vie il y aura un...

« J’ai toujours envie de te gifler… Continue à écrire et on va continuer à faire l’amour puisqu’il n’y a que ça qui marche entre nous. Tu vas signer la paperasse de mon père… Je vais avoir une autre vie, Jean, mais, dans cette autre vie il y aura un tiroir secret, et dans ce tiroir il y aura toi. Et si un jour tu as quelque chose à me proposer, dis le-moi. Ne regarde pas mes larmes, elles ne veulent pas dire grand chose, écris, mon Jean, surtout n’arrête pas, j’aime que tu écrives… Je m’offrirai certaines de tes phrases, même si elles ne sont pas pour moi. Je suis jalouse de cette guerre qui te garde pour elle, qui te fait marcher seul je ne sais où… sans moi… sans ta femme… Je pense que je suis la seule veuve de guerre dont le mari est vivant et devant ses yeux. »

Du grand massacre de 14-18, Jean Fournier revient indemne physiquement mais broyé de l’intérieur. Démobilisé, il fait tout ce qu’il peut pour y croire, croire qu’un avenir est encore possible après cinq années à voir et entendre ce que des yeux et des oreilles de vingt ans ne devraient pas avoir à saisir. Il retrouve son emploi discret dans une banque et le destin lui fait grimper les échelons par la grâce d’un amour fol : celui d’Alice. Mais Alice, malgré ses efforts, le voit rêver de hauteurs qu’elle ne connaît pas, celles des cimes où un berger lui a, un jour, offert un autre regard sur les hommes et sur la vie.

Retrouvez toute la Rentrée Littéraire Robert Laffont ici : http://rentreelitteraire.robertlaffont.com/
 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221254790
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 135 x 215 mm
EAN : 9782221254790
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Obiterscriptum 18/10/2022
    Ma belle-mère est une grande lectrice. Nous n'avons pas les mêmes goûts mais elle me donne les livres qui lui ont plus. Parfois, ça me confirme que c'était pas pour moi, et parfois, c'est une belle découverte, ce livre en est une... L'auteur a un vrai style, l'histoire est touchante et le personnage principal est attachant sans être un "héro" au sens habituel du terme
  • dakota0306 07/08/2022
    "Elle avait raison pour tout et surtout de prendre la vie comme ça, facilement. En quelques instants, son esprit brouillé en un réflexe de survie lui ordonna de la suivre aveuglément. Alice était sa chance, peut-être même son unique chance de construire quelque chose qui ressemblerait à une vie après cette guerre (...)" Jean et Alice... L'histoire à travers eux, à travers lui surtout, ou le semblant d'une histoire de Elzeard Bouffier de Giono. L'histoire des rescapés de guerre qui s'en sont sortent indemnes physiquement , mais bousillés de l'intérieur. L'histoire d'un poète qui ne se prend pas pour un poète. L'histoire d'un amour. L'histoire de survivants. Ode à la nature. Ode aux taiseux et aux silences qui veulent dire tellement plus que les longs discours. Ode à la vie, qui finit toujours par gagner. Ode aux arbres qui devraient nous survivre si l'homme arrête de les détruire. Ce livre est d'une poésie sans fin et je n'ai qu'une envie le recommencer, m'y replonger et l'aimer à nouveau encore plus.
  • luparahlam 25/04/2022
    J'ai eu l'immense privilège de rencontrer Philippe Toretton au salon du livres de Bondues. Un moment doux devant un homme plein de tendresse. J'ai acheté 3 livres dont celui-ci. Sa dédicace : "merci très chère Ahlam de repartir avec Alice et Jean. Passez du bon temps avec eux, je les aime !" Eh bien je plussoie fort et haut ! J'ai passé un temps de lecture immersive et j'ai senti à quel point P.Torreton avait de l'amour pour eux et qu'il avait eu, certainement, du mal à les quitter en écrivant le mot Fin. D'ailleurs, sa postface s'en ressent et ses remerciements de fin, principalement à Jean Giono, dont le livre en est empreint le prouve. Si la construction peut perdre, on navigue entre 1920 et 1947, les années se chevauchant sans ordre, ça n'enlève rien à l'histoire ! Jean, qui revient de la grande guerre "désespérément beau" physiquement intacte alors que son âme est restée là-bas dans les charniers et la boue à "fréquenter les ombres". Jean qui rencontre Alice à l'inauguration d'un ascenseur dans une banque et c'est le coup de foudre immédiat, absolu, irréel. Lui le taiseux, poète, de milieu rural et elle, la flamboyante, l'amoureuse, d'un milieu aisé. Tout... J'ai eu l'immense privilège de rencontrer Philippe Toretton au salon du livres de Bondues. Un moment doux devant un homme plein de tendresse. J'ai acheté 3 livres dont celui-ci. Sa dédicace : "merci très chère Ahlam de repartir avec Alice et Jean. Passez du bon temps avec eux, je les aime !" Eh bien je plussoie fort et haut ! J'ai passé un temps de lecture immersive et j'ai senti à quel point P.Torreton avait de l'amour pour eux et qu'il avait eu, certainement, du mal à les quitter en écrivant le mot Fin. D'ailleurs, sa postface s'en ressent et ses remerciements de fin, principalement à Jean Giono, dont le livre en est empreint le prouve. Si la construction peut perdre, on navigue entre 1920 et 1947, les années se chevauchant sans ordre, ça n'enlève rien à l'histoire ! Jean, qui revient de la grande guerre "désespérément beau" physiquement intacte alors que son âme est restée là-bas dans les charniers et la boue à "fréquenter les ombres". Jean qui rencontre Alice à l'inauguration d'un ascenseur dans une banque et c'est le coup de foudre immédiat, absolu, irréel. Lui le taiseux, poète, de milieu rural et elle, la flamboyante, l'amoureuse, d'un milieu aisé. Tout les oppose sauf l'amour. Et Jean ne peut revenir à la surface qu'en pensant à ce berger, Elzéard, qu'il a connu avant que la guerre ne l'abîme. Jean ne peut revenir à la surface que dans les bras d'Alice qui dit "Je suis la seule femme de soldat à vivre auprès de mon mari absent". Jean qui s'acharne à monter sa pièce de théâtre. Alice qui l'attend. C'est un livre fort, beau par l'écriture, par les personnages, par ses 2 guerres mondiales que l'auteur a su mettre en perspective, c'est un livre aussi sur les arbres, la persévérance, l'amour et les silences. C'est une belle histoire. C'est un beau roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ludoyelle 04/04/2022
    Philippe TORRETON aborde dans ce livre les fractures psychologiques de Jean revenu de l'enfer des tranchées. Récit profondément humaniste qui se refuse à sombrer dans le pessimisme et nous ouvre au contraire une fenêtre écologique par le biais d'une passerelle dans l'œuvre de GIONO. Ce livre aborde également la question de l'amour entre deux êtres issus de classes opposés, la sagesse l'emportera et questionnera le lecteur sur le sens de la vie. Servi par une écriture poétique très imagée, un petit bijou qu'on a peine à refermer.
  • thisou08 09/02/2022
    C'est un livre qui m'a marquée au fer rouge. Et qui a suscité en moi cette interrogation : comment un homme, né en 1965, peut-il retranscrire avec un tel réalisme la douleur insoutenable du traumatisé qui a vécu la guerre 14/18 dans sa chair et son âme ? Le talent, peut-être, et même sûrement. Car Philippe Torreton, que j'ai déjà rencontré avec "Mémé", a une écriture ébouriffante et, parfois, effrayante. Son texte est parsemé d'expressions inattendues qui interpellent comme « tousser une cigarette » ou « laisser le cours d'eau de sa mémoire reprendre son lit ». Quant à son non héros, Jean... Revenu sain et sauf de cette guerre affreuse alors que tant d'autres sont soit morts soit atrocement mutilés, quelle chance ! Et bien non, car dans sa tête, la guerre continue, nuit et jour, elle ne lui laisse aucun répit. Il n'a jamais quitté cette guerre, cette guerre ne l'a jamais quitté. Elles est là, toujours présente, oppressante, brutale, atroce, inhumaine, avec ses odeurs pestilentielles, ses corps déchiquetés, ses hurlements d'agonie. Son seul répit, c'est lorsqu'il fait l'amour avec Alice. Un bref instant, un court instant, il échappe à l'horreur, l'étau se desserre. Ils s'aiment éperdument mais la guerre se dresse entre... C'est un livre qui m'a marquée au fer rouge. Et qui a suscité en moi cette interrogation : comment un homme, né en 1965, peut-il retranscrire avec un tel réalisme la douleur insoutenable du traumatisé qui a vécu la guerre 14/18 dans sa chair et son âme ? Le talent, peut-être, et même sûrement. Car Philippe Torreton, que j'ai déjà rencontré avec "Mémé", a une écriture ébouriffante et, parfois, effrayante. Son texte est parsemé d'expressions inattendues qui interpellent comme « tousser une cigarette » ou « laisser le cours d'eau de sa mémoire reprendre son lit ». Quant à son non héros, Jean... Revenu sain et sauf de cette guerre affreuse alors que tant d'autres sont soit morts soit atrocement mutilés, quelle chance ! Et bien non, car dans sa tête, la guerre continue, nuit et jour, elle ne lui laisse aucun répit. Il n'a jamais quitté cette guerre, cette guerre ne l'a jamais quitté. Elles est là, toujours présente, oppressante, brutale, atroce, inhumaine, avec ses odeurs pestilentielles, ses corps déchiquetés, ses hurlements d'agonie. Son seul répit, c'est lorsqu'il fait l'amour avec Alice. Un bref instant, un court instant, il échappe à l'horreur, l'étau se desserre. Ils s'aiment éperdument mais la guerre se dresse entre eux dans toute sa noirceur. Et Alice, malgré tout son amour, sa joie de vivre, ne peut rien faire pour le soulager, sauf se donner à lui. Il s'apaise aussi lorsqu'il part rejoindre, dans les montagnes, le berger qui plante des arbres et qu'il a rencontré avant guerre. Un sacré réquisitoire contre la guerre écrit avec brio, une balade un peu décousue, mais non dépourvue de charme, au travers des années 1920 à 1947. Une postface ainsi que les remerciements explicitent la genèse du livre. A découvrir absolument.
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !