En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Une nuit avec Jean Seberg

        Fleuve éditions
        EAN : 9782265117266
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 368
        Format : 130 x 200 mm
        Nouveauté
        Une nuit avec Jean Seberg

        Date de parution : 20/09/2018
        Coups de coeur des libraires:

        "Si vous aviez prévu quelque chose pour ce weekend annulez tout. Si tel n'est pas le cas, alors votre occupation est toute trouvée !" Librairie Tome 7, Paris

        "Un roman dense et très bien construit. L'intrigue reviens sur une époque riche et passionnante et le parallèle avec...
        Coups de coeur des libraires:

        "Si vous aviez prévu quelque chose pour ce weekend annulez tout. Si tel n'est pas le cas, alors votre occupation est toute trouvée !" Librairie Tome 7, Paris

        "Un roman dense et très bien construit. L'intrigue reviens sur une époque riche et passionnante et le parallèle avec aujourd'hui est très pertinent, une vraie réussite !" Librairie de Paris, Saint-Etienne 

        Lausanne, hôtel Beau-Rivage, 1970. Une jeune femme, algérienne par sa mère, afro-américaine par son père, est missionnée par les Black Panthers pour approcher un « gros poisson » et obtenir de celui-ci de quoi alimenter les caisses du parti. Mais le « gros poisson » en question, Jean Seberg au sommet de sa gloire, de sa beauté et de ses fragilités, se révèle moins facile que prévu à amadouer. Elizabeth tombe sous le charme de l’actrice qui, l’espace d’une nuit, bouleverse son regard sur l’existence et les luttes pour lesquelles elle était prête à tout sacrifier.
        Elle gardera de ces heures volées au monde le souvenir d’une amitié plus intense que l’amour et plus forte que la mort, souvenir ravivé cinquante ans plus tard, quand son petit-fils disparaîtra mystérieusement pour suivre à son tour la voie de la révolte.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782265117266
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 368
        Format : 130 x 200 mm
        Fleuve éditions
        19.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • bouquinovore Posté le 14 Septembre 2018
          Dans un premier temps, je tiens à remercier Marie Charrel, qui chaque année, me fait parvenir son dernier roman de la Rentrée Littéraire. Et c’est sans l’ombre d’un doute, que je me suis plongé les yeux fermé (si l’on peut dire) dans la lecture d’ « une nuit avec Jean Seberg » Je pourrais vous parler pendant des heures, du dernier roman de Marie Charrel, de l’auteur exceptionnelle qu’elle peut-être avec cet effort de documentation sur ses personnages, mais je n’ai pas trouvé de meilleur résumé que celui que nous propose le site dans les petits papiers de la rentrée, avec les mots suivants : « Marie Charrel arrive à aborder dans un seul livre : les Black Panthers, Jean Seberg, la radicalisation de certains jeunes, le journalisme, la guerre d'Algérie... Comment ? Grâce à un sens impressionnant de la narration et surtout un personnage inoubliable, une grand-mère qui cache bien des secrets : Elizabeth » Lorsque j’ai lu ce roman, je me suis souvent rappelé ce que disait l’un de mes profs à l’université : « Il faut prendre acte du passé pour comprendre notre société et les maux d’aujourd’hui. » C’est un peu ce que nous propose Marie Charrel en nous permettant... Dans un premier temps, je tiens à remercier Marie Charrel, qui chaque année, me fait parvenir son dernier roman de la Rentrée Littéraire. Et c’est sans l’ombre d’un doute, que je me suis plongé les yeux fermé (si l’on peut dire) dans la lecture d’ « une nuit avec Jean Seberg » Je pourrais vous parler pendant des heures, du dernier roman de Marie Charrel, de l’auteur exceptionnelle qu’elle peut-être avec cet effort de documentation sur ses personnages, mais je n’ai pas trouvé de meilleur résumé que celui que nous propose le site dans les petits papiers de la rentrée, avec les mots suivants : « Marie Charrel arrive à aborder dans un seul livre : les Black Panthers, Jean Seberg, la radicalisation de certains jeunes, le journalisme, la guerre d'Algérie... Comment ? Grâce à un sens impressionnant de la narration et surtout un personnage inoubliable, une grand-mère qui cache bien des secrets : Elizabeth » Lorsque j’ai lu ce roman, je me suis souvent rappelé ce que disait l’un de mes profs à l’université : « Il faut prendre acte du passé pour comprendre notre société et les maux d’aujourd’hui. » C’est un peu ce que nous propose Marie Charrel en nous permettant de suivre le trajet de vie d’Elizabeth. À la lecture de ce roman, j’ai également découvert Jean Seberg, que je connaissais uniquement de nom pour le film « Bonjour tristesse », actrice que l’on découvre non pour son rôle d’actrice mais pour cette femme militante de la première heure et fragile à la fois. Encore merci à Marie Charrel, pour ce roman qui traverse les époques.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Horizonetinfini Posté le 1 Septembre 2018
          Marie Charrel brillante journaliste et auteure talentueuse nous a déjà conquis avec ses précédents livres. Personnellement j’apprécie cette écrivaine pour sa plume mais aussi pour sa personnalité et ses convictions. Ce nouveau roman était pour moi attendu. « Une nuit avec Jean Seberg » va au-delà de toutes mes attentes, c’est une perle rare. Une fiction certes mais tellement bien documentée et captivante que la plongée dans l’histoire est totale, impossible d’en émerger. Elisabeth et les quatre générations de sa famille sont le portrait d’un siècle, le portrait « des possibles ». Marie Charrel nous fait voyager dans le temps, les époques changent mais le lecteur n’est jamais perdu, tout a un sens, tout se tient. Lisa est métisse: son arbre généalogique inclus des origines algériennes par sa mère et afro-américaines par son père. Après les bouleversants événements du 8 février 1962 à Paris et la mort de son jeune ami Daniel ( Inspiré par Daniel Fay militant communiste mort à 16 ans lors de la dramatique manifestation qui est décrite dans le livre ) une rage immense commence a envahir la jeune fille. J’ai pensé en lisant cette partie du livre à la chanson italienne de Francesco Guccini La locomotive : « …peut être une rage ancienne, générations... Marie Charrel brillante journaliste et auteure talentueuse nous a déjà conquis avec ses précédents livres. Personnellement j’apprécie cette écrivaine pour sa plume mais aussi pour sa personnalité et ses convictions. Ce nouveau roman était pour moi attendu. « Une nuit avec Jean Seberg » va au-delà de toutes mes attentes, c’est une perle rare. Une fiction certes mais tellement bien documentée et captivante que la plongée dans l’histoire est totale, impossible d’en émerger. Elisabeth et les quatre générations de sa famille sont le portrait d’un siècle, le portrait « des possibles ». Marie Charrel nous fait voyager dans le temps, les époques changent mais le lecteur n’est jamais perdu, tout a un sens, tout se tient. Lisa est métisse: son arbre généalogique inclus des origines algériennes par sa mère et afro-américaines par son père. Après les bouleversants événements du 8 février 1962 à Paris et la mort de son jeune ami Daniel ( Inspiré par Daniel Fay militant communiste mort à 16 ans lors de la dramatique manifestation qui est décrite dans le livre ) une rage immense commence a envahir la jeune fille. J’ai pensé en lisant cette partie du livre à la chanson italienne de Francesco Guccini La locomotive : « …peut être une rage ancienne, générations sans nom qui crièrent vengeance et lui aveuglèrent le cœur, il oublia la bonté et égara sa pitié … ». Notre Elisabeth vivra dans cet ouvrage beaucoup d’épreuves dans ses années de jeunesse quand la force de l’âge se confond avec les certitudes et sera troublée et changée par sa rencontre avec Jean Seberg en 1970. Un corps plus fragile mais toujours une force d’esprit hors du commun, elle est prête, quand son petit-fils Alexandre disparaît, à replonger dans le passé pour réparer le présent. Elle s’éveille comme Paris ( magistrale description du Paris nocturne et matinal page 108 du livre qui fait écho à la chanson « Paris s’éveille » de Jacques Dutronc ). J’ai eu, jeune étudiante, la chance de rencontrer Ethel Kennedy, femme de Bob Kennedy qui venait parler d’une biographie dédié à RFK « Le rêve brisé ». Elle nous a expliqué que très souvent images du passé et événements du présent lui semblaient se superposer tout comme pour Elisabeth qui rue Charonne ne peut que se revoir à 15 ans lors de sa première participation à une manifestation. Ethel a continué le combat de Robert contre la peine de mort et soutenu Barack Obama. Paul Beatty auteur afro-américain vainqueur du Man Booker Prize en 2016 écrit dans Moi contre les États-Unis d’Amérique : « C’est le problème avec l’histoire, on se plaît à penser que c’est un livre – qu’on peut tourner cette page qui nous hante et passer à autre chose. Mais l’histoire n’est pas le papier sur lesquel on l’imprime. L’histoire c’est la mémoire, le temps, les émotions, une chanson. L’histoire c’est ce qui te colle à la peau ». Son amie Jean, la confidente de quelques nuits, colle à la peau d’Elisabeth et l’accompagnera tendrement tout au long de sa vie. J. est engagée politiquement mais sa fragilité la conduira dans une inexorable descente aux enfers. Romain Gary le plus connus de ses époux et figure essentielle dans sa vie ne la sauvera pas, beaucoup profiterons de la belle actrice. L’humanité qui vit toujours dans la peur de l’autre dans la crainte de la différence est aussi un fil conducteur de ce récit : éradiquer la bêtise n’est pas chose simple. Le final que la plume de Marie Charrel nous offre est sublime mais évidemment je vous laisse le découvrir. Une note de l’auteure nous propose des idées d’approfondissement sur les sujets traités et cela peut être un moyen d’aller plus loin avec, comme le ferait Elisabeth, une pensée pour J. « Une nuit avec Jean Seberg » sortira le 20 septembre et je vous le conseille vivement, c’est un énorme coup de cœur. Les madeleines après cette lecture ne vous feront plus penser uniquement à Proust.
          Lire la suite
          En lire moins
        • MAPATOU Posté le 31 Août 2018
          J’ai découvert cette auteure avec son précédent roman « Je suis ici pour vaincre la nuit ». C’est donc avec grand plaisir que je l’ai retrouvée ici. Si l’univers change complètement dans ce roman, Marie Charrel mêle à nouveau avec grand brio l’Histoire à l’histoire. Elisabeth a des origines algériennes par sa mère et afro-américaine par son père. Si elle est aujourd’hui une vieille dame rangée, elle a toujours été engagée politiquement. Elle vit à Paris et voit très régulièrement son petit-fils Alexandre avec qui elle a tissé des liens affectifs très forts. Le jeune homme sait qu’il peut tout dire à sa grand-mère. Aussi quand quelques mois après les attentats du 13 novembre 2015, le jeune homme disparaît, Elisabeth ne comprend pas. Surtout que les éléments trouvés dans sa chambre laissent à penser qu’il aurait pu rejoindre la Syrie. La vieille dame fera tout pour entrer en contact avec lui par email et se décidera à lui raconter, ce qu’elle a toujours tu à son propre fils : son engagement politique et activiste auprès des Black-Panthers et ce qu’a été sa vie pendant toutes ces années là. Ce roman est passionnant car il confronte les points de vue des deux personnages principaux. D’un côté, il... J’ai découvert cette auteure avec son précédent roman « Je suis ici pour vaincre la nuit ». C’est donc avec grand plaisir que je l’ai retrouvée ici. Si l’univers change complètement dans ce roman, Marie Charrel mêle à nouveau avec grand brio l’Histoire à l’histoire. Elisabeth a des origines algériennes par sa mère et afro-américaine par son père. Si elle est aujourd’hui une vieille dame rangée, elle a toujours été engagée politiquement. Elle vit à Paris et voit très régulièrement son petit-fils Alexandre avec qui elle a tissé des liens affectifs très forts. Le jeune homme sait qu’il peut tout dire à sa grand-mère. Aussi quand quelques mois après les attentats du 13 novembre 2015, le jeune homme disparaît, Elisabeth ne comprend pas. Surtout que les éléments trouvés dans sa chambre laissent à penser qu’il aurait pu rejoindre la Syrie. La vieille dame fera tout pour entrer en contact avec lui par email et se décidera à lui raconter, ce qu’elle a toujours tu à son propre fils : son engagement politique et activiste auprès des Black-Panthers et ce qu’a été sa vie pendant toutes ces années là. Ce roman est passionnant car il confronte les points de vue des deux personnages principaux. D’un côté, il y a Alexandre, jeune métis, sidéré par les attentats et qui prend tout à coup conscience de sa couleur de peau : » Désormais, les gens me considèrent comme un musulman potentiel et se méfient de moi. Dans le métro, dans la rue, les magasins, le regard des inconnus s’arrête sur moi un peu plus longtemps qu’il y a un mois. La différence est subtile mais elle est bien là et c’est insupportable. Le regard des Parisiens traîne sur mon visage une demi-seconde de plus qu’avant le 7 janvier 2015 parce qu’ils me jaugent… (…) Ils étudient mes cheveux frisés mais pas crépus. Ils sondent mes origines : Antilles Françaises ? Passe encore. Maghreb ? Plus dangereux. » De l’autre côté, Elisabeth s’est engagée très jeune dans la lutte et l’a payé très cher dans sa vie privée. Elle nous raconte comment le début de la guerre d’Algérie en 1954 l’a poussée à militer puis à faire partie des Black Panthers. Tout le génie de l’auteure est de nous faire comprendre de façon très documentée et fouillée toute cette période, comment les événements se sont déroulés, leurs tenants et leurs aboutissants, sans jamais ennuyer son lecteur. Bien au contraire. Elle aborde dans la dernière partie le sort actuel réservé aux réfugiés , la problématique de ceux partis faire la guerre aux côtés de Daech désireux de revenir en France. Je ne me suis pas ennuyée une seule minute à la lecture de ce livre. Au contraire, j’ai eu le sentiment d’avoir compris beaucoup de choses. Ce roman est passionnant.
          Lire la suite
          En lire moins
        Fleuve éditions, la newsletter résolument intense !
        Au programme : surprendre, trembler, s'évader et rire.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com