RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Avoue que t'en meurs d'envie

            Nil
            EAN : 9782378910556
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Nouveauté
            Avoue que t'en meurs d'envie

            Marguerite CAPELLE (Traducteur)
            Date de parution : 22/08/2019

             

            Un couple bien sous tous rapports héberge un ami qui tente d’échapper à une relation toxique – pour mieux sombrer dans une autre que personne n’avait vue venir et qui le détruira. Une célibataire sceptique qui suit la recette d’un vieux grimoire pour trouver l’amour est dépassée par l’apparition d’un...

            Un couple bien sous tous rapports héberge un ami qui tente d’échapper à une relation toxique – pour mieux sombrer dans une autre que personne n’avait vue venir et qui le détruira. Une célibataire sceptique qui suit la recette d’un vieux grimoire pour trouver l’amour est dépassée par l’apparition d’un homme parfait dans sa cave. L’anniversaire d’une petite fille inquiétante prend une tournure dramatique après qu’elle a « souhaité » le mal. Une jeune femme se retrouve au lit avec un homme qu’elle a rencontré peu de temps auparavant et se demande s’il ne s’agit pas d’un psychopathe déguisé en « mec à chats »…
            Kristen Roupenian plonge dans nos fantasmes et délires à travers douze nouvelles qui explorent avec une écriture très réaliste et un humour impitoyable et souvent sombre les relations humaines. Une voix impétueuse et mortelle.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782378910556
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Heleniah Posté le 12 Octobre 2019
              Avoue que tu en meurs d’envie est l’un des titres de nouvelles qui compose ce livre. Cat Person (Le Mec à chat) est une nouvelle sortie il y a bientôt deux ans aux Etats-Unis et qui a immédiatement fait parler d’elle. Avec une couverture colorée et dynamique, je me suis dit pourquoi pas essayer pour cette rentrée littéraire ! L’inconvénient de parler de nouvelles c’est qu’il faut faire un petit topo sur chacune, c’est, je trouve, plus pertinent, même si plus long. Vilain : un homme vient de se séparer de sa copine après une relation houleuse. Il s’installe sur le canapé de ses amis, un couple tout d’abord frustré dans leur intimité qu’il soit aussi proche, puis bientôt excité par sa présence, l’obligeant petit à petit à obéir à leurs 4 volontés. Je n’ai pas été hyper emballée par cette nouvelle, j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages (l’inconvénient d’une nouvelle) et de comprendre leur véritables but. La fin est à la fois logique et un peu sortie de nulle part. Fais gaffe à ce petit jeu, ma belle : une ado traîne sur le terrain de skateboard et est abordé par un adulte, fan de Manson, qui veut lui faire écouter... Avoue que tu en meurs d’envie est l’un des titres de nouvelles qui compose ce livre. Cat Person (Le Mec à chat) est une nouvelle sortie il y a bientôt deux ans aux Etats-Unis et qui a immédiatement fait parler d’elle. Avec une couverture colorée et dynamique, je me suis dit pourquoi pas essayer pour cette rentrée littéraire ! L’inconvénient de parler de nouvelles c’est qu’il faut faire un petit topo sur chacune, c’est, je trouve, plus pertinent, même si plus long. Vilain : un homme vient de se séparer de sa copine après une relation houleuse. Il s’installe sur le canapé de ses amis, un couple tout d’abord frustré dans leur intimité qu’il soit aussi proche, puis bientôt excité par sa présence, l’obligeant petit à petit à obéir à leurs 4 volontés. Je n’ai pas été hyper emballée par cette nouvelle, j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages (l’inconvénient d’une nouvelle) et de comprendre leur véritables but. La fin est à la fois logique et un peu sortie de nulle part. Fais gaffe à ce petit jeu, ma belle : une ado traîne sur le terrain de skateboard et est abordé par un adulte, fan de Manson, qui veut lui faire écouter une cassette. Encore une fois j’ai été peu séduite, le twist ne m’a pas convaincu, mais les questions abordées par la nouvelle sont malgré tout intéressantes. Les Sardines : pour l’anniversaire de sa fille, une maman doit organiser la fête chez son ex-mari et la nouvelle Copine. Pendant la fête, l’ado propose de jouer aux sardines (une sorte de cache-cache, mais lorsqu’on trouve la personne cachée, on doit se cacher avec). Nouvelle plutôt surprenante qui part dans le surnaturel, voir l’horrifique, sans apporter vraiment de réponse, juste d’autres questions. Course nocturne : un volontaire est ennuyé par les filles de 6ème qu’il a dans sa classe, au Kenya. Les gamines redoublent d’énergie pour le faire craquer ou le rendre fou. Cette nouvelle nous raconte une croyance de là-bas (les coureurs de nuit) sans que j’ai vérifié si c’est un mythe réel ou pas, mais ça le pourrait tout à fait. La fin est un peu surprenante, mais ce sont surtout les sentiments exacerbés du héros martyrisé par les gamines qui sont mis en avant : l’incompréhension, la peur, la répugnances, etc Le Miroir, le seau et le vieux fémur : Ce conte de fée nous raconte l’histoire étrange d’une princesse qui a dû mal à trouver une âme sœur. J’ai préféré cette nouvelle, elle mêle l’étrange à un soupçon d’horrifique (ou de dégoût en tout cas), tout en respectant les codes du contes féeriques. Le mélange est intéressant, plutôt agréable à lire, même si la fin n’est pas des plus originales. Un Mec à chat : LA nouvelle tant attendue. Une fille d’une 20n d’années travaille dans un cinéma en continuant ses études. Elle rencontre un homme, plus âgée qu’elle, pour qui elle n’a pas de véritable attirance, mais ils commencent à discuter, puis à s’envoyer des textos. Personnellement, je n’ai pas compris le succès de cette nouvelle, tout du moins dans une 1ere lecture. Le personnage masculin m’a toujours mis mal à l’aise, je n’ai pas compris les choix de l’héroïne, un peu tête brûlée et le rapport avec les chats (inexistants dans la nouvelle) trop peu présents dans le début de la nouvelle pour qu’un twist se forme. Après avoir lu d’autres avis, je comprends un peu mieux le sujet de la nouvelle, ce rapport entre les deux personnages et la scène qui a fait polémique, qui prenant partie pour la fille, qui pour le gars. Personnellement, n’ayant pas vécu d’expérience similaire, si je comprends l’attitude de la jeune fille, je ne comprends pas comment on peut accepter une telle intimité auprès d’un homme dont elle ne sait quasiment rien, qu’elle ne connaît pas, et dont elle a même parfois peur. Le sujet abordé est donc intéressant, peut faire parler, mais ce n’est pas non plus pour moi la nouvelle du siècle, je préfère les bonnes chutes ou les twists bien dosés ! Un Mec bien : alors qu’il est blessé, le héros se souvient de ses premiers amours, lorsqu’il sortait avec une fille alors qu’il en désirait une autre. Une loongue nouvelle qui n’amène pas bien loin, de mon avis. Je me suis plutôt ennuyée avec celle-ci. Le Garçon dans la piscine : pour l’enterrement de vie de jeune fille d’une amie perdue de vue depuis longtemps (mais qui était son amourette d’ado), une femme recontacte un acteur sur le déclin, qui avait joué une scène érotique dans un film qu’elles avaient vue ensemble. Si les sujets abordés (érotisme, homosexualité et fantasme) sont évoqués, j’ai trouvé que la nouvelle en elle-même n’apportait pas grand-chose. Sacrifice : une nouvelle surprenante. Une femme emprunte un livre de magie à la bibliothèque et décide de faire le 1er sort pour « obtenir tout ce que son cœur désire ». Apparaît un homme coincé dans le cercle magique, son idéal absolu, mais également ingrédient de base pour toutes les recettes suivantes et obtenir gloire, beauté, richesse, etc. On est ici plus dans le fantastique et j’ai bien aimé cette idée avec ce qui en découle, même si la fin est pour moi trop éludée. Le Signe de la boîte d’allumettes : une jeune femme se découvre un bouton sur le bras un matin. Mais il ne disparaît pas, empire, se multiplie. Bientôt, elle est persuadée qu’un insecte a pondu des œufs en elle, une affliction que les médecins appellent « le signe de la boîte d’allumettes » (parce que les patients leur apportent ce qu’ils pensent être des œufs ou des larves alors qu’il n’y a rien. Vécue du point de vue de l’homme, cette nouvelle est assez horrible, mais bien menée, même si la fin reste relativement prévisible. Pulsion de mort : Un homme, qui reste toujours chez lui, drague sur Tinder. Il y rencontre une fille qui veut bien venir chez lui, sans même le connaître. Mais sa demande avant leur rapport est très étrange et perturbe le narrateur. Encore une fois des sujets intéressants sont abordés, ou plutôt des questions sont soulevées, mais il n’y a pas vraiment de réponses apportées. C’est comme ça dans la vie, certes, mais dans les romans, j’aime avoir des avis plus tranchés. A pleine dents : Dernière nouvelle, assez bizarre aussi. La narratrice n’a jamais pu se passer de cette pulsion enfantine de mordre les gens. Elle fantasme sur l’un de ses collègues en attendant le bon moment. Même si la fin explique et défend une cause, les moyens qui sont pris par la nouvelle semblent assez nébuleux et on arrive pas vraiment à comprendre le désir de mordre de l’héroïne. Si vous êtes parvenus jusque là (ou si vous avez sauté quelques lignes) vous vous êtes sûrement rendus compte que j’ai un avis mitigé sur ce livre. Il se lit rapidement, l’écriture est fluide et on ne s’ennuie pas (sauf pour Un Mec bien, pour ma part), mais d’un autre côté, si les sujets abordés sont intéressants, l’auteur n’a pas assez creusé pour moi et les chutes m’ont plus souvent fait dire « ah… » que « trop bien, il faut que je la fasse lire à tout le monde ». Si vous êtes curieux, vous pouvez malgré tout le lire et n’hésitez pas à me dire ce que vous en aurez pensé !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Cassy Posté le 10 Octobre 2019
              Avoue que t’en meurs d’envie ou le titre qui annonce tout de suite la couleur. Au programme, douze nouvelles dérangeantes, malsaines, perverses, où on peut retrouver tous les vices possibles des êtres-humains. On culpabiliserait presque de prendre plaisir à lire ces nouvelles ! J’ai apprécié le côté décalé de ces histoires, on passe d’une littérature contemporaine à du fantastique en passant par un conte. Si je n’ai pas aimé toutes les nouvelles, surtout en raison d’une fin trop ouverte parfois, j’ai passé un bon moment de lecture !
            • puchkina Posté le 11 Septembre 2019
              Une femme piquée par des insectes imaginaires qui lui pondent des œufs sous la peau… Un conte de fées dans lequel une princesse est amoureuse de son reflet… Un grimoire à sortilèges qui fait apparaître un être de chair et de sang… Margot accepte de sortir avec un mec un peu bizarre… Ellie aime mordre depuis qu’elle est petite mais n’en trouve pas l’occasion dans le monde policé des adultes… Un pauvre gars invite une fille sur Tinder mais celle-ci a des envies étranges et dangereuses… Un goûter d’anniversaire se transforme en jeu de massacre… Avoue que t’en meurs d’envie de lire un recueil de douze nouvelles perverses, malaisantes, horrifiques qui sondent comme rarement on a lu la psyché de l’être humain, ses petits travers, ses peurs, ses obsessions et qui, en dépit de leur étrangeté, font écho à ce que l’on cache au plus profond de nous.
            • megs_readings Posté le 2 Septembre 2019
              En voilà un roman déroutant. Merci NetGalley et Robert Laffont pour l’envoi. Comme pour « J’ai des idées pour détruire ton ego » j’ai d’abord été interpellée par cette couverture très réussie et ce titre racoleur. Heureusement j’ai beaucoup plus accroché avec celui-ci qu’avec l’autre sortie littéraire de chez Nil Editions. Composé de 12 nouvelles, si j’ai bien compté, leur seul point commun c’est l’angoisse que vous ressentirez en les lisant ou un profond sentiment dérangeant. Ce n’est ni un contemporain, ni un fantastique, ni un roman de fantasy ou de science-fiction et c’est un peu tout ça à la fois. Va te retrouver là dedans Simone. Complètement décalé et carrément ovni, j’ai tout de même adoré ce roman. Une adoration un peu maso parce que chaque nouvelle m’a mise dans un malaise plutôt palpable. Dommage que l’on ai finalement des fins trop ouvertes à chaque fois. Si parfois ça fonctionnait, sur d’autres nouvelles ça m’a gêné. La grande force de cet ouvrage réside dans la plume qui vous fera ressentir des émotions puissantes. Rare sont les livres qui arrivent à me gêner et me bousculer aussi bien. Il n’y a pas un chapitre qui m’a laissé de marbre, même ceux dont je... En voilà un roman déroutant. Merci NetGalley et Robert Laffont pour l’envoi. Comme pour « J’ai des idées pour détruire ton ego » j’ai d’abord été interpellée par cette couverture très réussie et ce titre racoleur. Heureusement j’ai beaucoup plus accroché avec celui-ci qu’avec l’autre sortie littéraire de chez Nil Editions. Composé de 12 nouvelles, si j’ai bien compté, leur seul point commun c’est l’angoisse que vous ressentirez en les lisant ou un profond sentiment dérangeant. Ce n’est ni un contemporain, ni un fantastique, ni un roman de fantasy ou de science-fiction et c’est un peu tout ça à la fois. Va te retrouver là dedans Simone. Complètement décalé et carrément ovni, j’ai tout de même adoré ce roman. Une adoration un peu maso parce que chaque nouvelle m’a mise dans un malaise plutôt palpable. Dommage que l’on ai finalement des fins trop ouvertes à chaque fois. Si parfois ça fonctionnait, sur d’autres nouvelles ça m’a gêné. La grande force de cet ouvrage réside dans la plume qui vous fera ressentir des émotions puissantes. Rare sont les livres qui arrivent à me gêner et me bousculer aussi bien. Il n’y a pas un chapitre qui m’a laissé de marbre, même ceux dont je n’ai pas compris la fin. Alors chapeau l’artiste. J’ai pris des courtes notes à la fin de chaque histoire pour vous partager un court ressenti sur chacune d’entres elles, je vous les mets telles qu’elles ont été écrites (bienvenue dans mon cerveau) : Nouvelle 1 – wow terriblement dérangeante. Malsaine au possible et très noire. Nouvelle 2 – Histoire très angoissante. Fin moyenne. Nouvelle 3 – Frontière entre réel et fantastique. J’avoue que je n’ai pas compris. Mais très malaisant jusqu’à la fin. Nouvelle 4 – Ultra particulier aussi. Fantastique ou réel ? Dérangeante en crescendo. Nouvelle 5 – Conte fantasy intéressant. Fin bof, pas trop compris l’intérêt ou la morale Nouvelle 6 – Ca frappe là où ça fait mal. Semble douloureusement vrai. Nouvelle 7 – Extrêmement réaliste, incisif. Nouvelle 8 – Pas vraiment compris l’intérêt ni la fin ? Nouvelle 9 – Etrangement addictif. Pas grand intérêt mais j’ai énormement aimé. J’avais deviné la fin. Nouvelle 10 – Difficile de distinguer le vrai du faux. Profondément dérangeant. Une impression qui tord le bide Nouvelle 11 – Hyper glauque mais sans morale… Nouvelle 12 – Incroyablement dérangeant. Forcément comme dans tout recueil du style on n’aime pas tout de la même manière et j’ai plus ou moins accroché à certaines. Si vous aimez les lectures qui dérangent, la noirceur humaine et l’imaginaire vous serez servis. Un livre qui laisse une jolie trace indélébile au lecteur, donc une belle réussite. En bref, complètement inattendu, je me suis laissée embarquer par une écriture d’une efficacité redoutable. J’ai frissonné plus d’une fois. Je recommande à ceux qui ont le coeur accroché !
              Lire la suite
              En lire moins
            • JessSwann Posté le 11 Août 2019
              Comme toujours, je vais commenter chaque nouvelle individuellement * Vilain : Une première histoire de "polyamour" matinée de sadisme que j'ai beaucoup appréciée. On sent vraiment la tension monter et on pressent le drame à mesure que le petit couple joue avec leur ami pour pimenter leur vie sexuelle. La fin est particulièrement bonne ! Ma note : 8/10 * Fais gaffe à ce petit jeu, ma belle : Une ambiance complètement différente dans cette nouvelle où nous suivons la jeune Jessica qui, un jour, rencontre un vagabond adorateur de Charles Manson. Ce derner lui donne une cassette et lui fait une vive impression... Peu de temps après Polly, une amie de Jessica disparait à l'occasion d'une soirée pyjama à laquelle la jeune fille a finalement renoncé... On sent l'impact de cette disparition sur Jessica et les conséquences. J'ai trouvé celà bien mené et celà met en avant le "pouvoir de l'esprit" et la manière dont on peut angoisser Ma note : 7/10 * Les sardines : Une très étrange nouvelle... On ne peut pas vraiment dire qu'on éprouve de la sympathie pour Tilly ou sa mère, Marla. La nouvelle part complètement dans le fantastique et je dois dire que la fin m'a... Comme toujours, je vais commenter chaque nouvelle individuellement * Vilain : Une première histoire de "polyamour" matinée de sadisme que j'ai beaucoup appréciée. On sent vraiment la tension monter et on pressent le drame à mesure que le petit couple joue avec leur ami pour pimenter leur vie sexuelle. La fin est particulièrement bonne ! Ma note : 8/10 * Fais gaffe à ce petit jeu, ma belle : Une ambiance complètement différente dans cette nouvelle où nous suivons la jeune Jessica qui, un jour, rencontre un vagabond adorateur de Charles Manson. Ce derner lui donne une cassette et lui fait une vive impression... Peu de temps après Polly, une amie de Jessica disparait à l'occasion d'une soirée pyjama à laquelle la jeune fille a finalement renoncé... On sent l'impact de cette disparition sur Jessica et les conséquences. J'ai trouvé celà bien mené et celà met en avant le "pouvoir de l'esprit" et la manière dont on peut angoisser Ma note : 7/10 * Les sardines : Une très étrange nouvelle... On ne peut pas vraiment dire qu'on éprouve de la sympathie pour Tilly ou sa mère, Marla. La nouvelle part complètement dans le fantastique et je dois dire que la fin m'a déstabilisée. Ma note : 6/10 * Course nocturne : Une aventure étrange au Kenya... Les petites filles sont vraiment horribles et on compatit avec le pauvre volontaire. L'idée du coureur est bien trouvée et j'aime beaucoup le côté dégueu de l'affaire. La fin est surprenante Ma note : 7/10 * Le miroir, le seau et le vieux fémur : Une nouvelle qui se présente comme un conte de fée mais qui est loin d'être féérique... En effet, la belle princesse est loin d'être aussi gracieuse et altruiste qu'on pourrait s'y attendre et la description faite par l'auteure du fameux fémur est très parlante (on peut presque sentir l'odeur qu'il exhale). J'ai beaucoup aimé l'attitude du roi vis à vis d'elle. Ma note : 8/10 * Un mec à chat : Une histoire étonnante ! J'aime beaucoup la romance entre la jeune étudiante et ce type qui a des chats (qu'on ne voit nulle part ! ) Les échanges de textos sont bien trouvés et l'histoire se suit avec plaisir Ma note : 7/10 * Un mec bien : J'ai beaucoup aimé cette histoire où le héros est fou amoureux d'une fille tout en couchant avec une autre. Le tout est constitué d'un retour vers le passé alors qu'il se vide de son sang et j'ai vraiment apprécié le récit Ma note : 8/10 * Le garçon dans la piscine : Une nouvelle amusante où une jeune femme tente de renouer avec ses amies d'enfances en convoquant leur fantasme d'adolescentes.. La fin est douce amère et j'ai aimé le désespoir que l'on sent dans cette nouvelle Ma note : 7/10 * Sacrifice : Une histoire de magie et plus encore de vaudou où une femme cherche à obtenir tout ce qu'elle désire. Le seul problème c'est qu'elle en veut toujours plus. J'aime la manière dont elle évolue et finit par se perdre Ma note : 7/10 * Le signe de la boite d'allumettes : Flippant ! J'ai vraiment aimé cette histoire de parasites ! Jusqu'à la fin, on ignore si tout est dans la tête de Laura ou si les bestioles existent réellement. J'aime la manière dont l'auteure décrit la déchéance de Laura et de son couple Ma note : 8/10 * Pulsion de mort : Une nouvelle qui fait froid dans le dos et qui alerte sur le type de cinglé que l'on peut rencontrer sur les appli de rencontre. Sauf que c'est la fille qui a visiblement un gros problème... On compatit avec le héros et je ne peux m'empêcher de lui en vouloir d'avoir cédé aux exigences étranges de la jeune femme Ma note : 7/10 * A pleine dents : Bizarre.. Cette nouvelle centrée sur l'envie de mordre d'une femme (envie qui ne lui a pas passé depuis la maternelle) et la manière dont elle va pouvoir l'assouvir. La fin, très opportuniste est bien trouvée Ma note 6/10 Pour résumer Ce que j'aime : des nouvelles réellement originales et aux messages subtils. L'auteure réussit à créer tout un univers en peu de pages à chaque fois Ce que j'aime moins : du coup, certaines nouvelles comme celles des Sardines m'ont parues un peu obscures, j'aurais apprécié plus d'explications En bref : Un recueil de nouvelles soigné qui présente des styles très différents Ma note 7/10
              Lire la suite
              En lire moins
            Aventurez-vous sur les rives du NiL
            Petite maison généraliste à forte personnalité, NiL a toujours défendu avec passion les regards d'auteurs originaux sans se poser la question des genres. Embarquez dès à présent pour recevoir toutes les actualités de NiL !