Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823878448
Façonnage normé : EFL3
DRM : DRM Adobe

Demon Slave - tome 1

,

Pierre Giner (traduit par)
Collection : mangas
Série : Demon Slave
Date de parution : 11/02/2021
Quand le scénariste de Red Eyes Sword donne le pouvoir aux femmes et enchaîne son héros !
Sur Mato, une cité venue d’une dimension démoniaque, existe un fruit appelé Pêche. Une ressource spéciale qui a la particularité de donner des super-pouvoirs à celles qui les mangent. Ces femmes sont des membres des escadrons antidémons.
Le jeune Yûki Wakura se retrouve plongé dans la dimension de Mato. Acculé par...
Sur Mato, une cité venue d’une dimension démoniaque, existe un fruit appelé Pêche. Une ressource spéciale qui a la particularité de donner des super-pouvoirs à celles qui les mangent. Ces femmes sont des membres des escadrons antidémons.
Le jeune Yûki Wakura se retrouve plongé dans la dimension de Mato. Acculé par une horde de monstres, il est sauvé de justesse par une jeune femme capable de le transformer en une créature surpuissante. Mais l’activation de ce pouvoir comporte une condition : il doit devenir son esclave…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823878448
Façonnage normé : EFL3
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • enairolf Posté le 23 Septembre 2021
    En lisant le résumé de ce premier tome, j’avais vraiment hâte de me plonger dans ma lecture. Au vue de la couverture je m’attendais à avoir du fan service dans ce manga. Ce n’est pas forcément quelque chose qui me dérange dans les manges. Il faut juste que ce soit bien doser et qu’il n’ai pas que ça à chaque page non plus. Ici c’est le cas, j’ai trouvé que c’était bien dosé et ce n’est pas désagréable à lire. En tout cas, j’ai passé un très bon moment durant ma lecture! On se trouve sur Mato, une cité venue d’une dimension démoniaque. Il se trouve que sur Mato, il y a un fruit qui a la particularité de donner des super pouvoirs aux femmes. Elles font parti de l’escadron antidatons. Yûk, un jeune homme, est acculé par une horde de monstres. Il est sauvé par une de ces femmes qui est capable de se transformer en une créature surpuissante. Mais l’activation de ce pouvoir comporte une condition: il doit devenir son esclave. J’ai beaucoup aimé les personnages du manga. Yûki m’a beaucoup fait rire. Le voir décontenancé face à sa maitresse c’est vraiment très drôle à suivre. Le pauvre,... En lisant le résumé de ce premier tome, j’avais vraiment hâte de me plonger dans ma lecture. Au vue de la couverture je m’attendais à avoir du fan service dans ce manga. Ce n’est pas forcément quelque chose qui me dérange dans les manges. Il faut juste que ce soit bien doser et qu’il n’ai pas que ça à chaque page non plus. Ici c’est le cas, j’ai trouvé que c’était bien dosé et ce n’est pas désagréable à lire. En tout cas, j’ai passé un très bon moment durant ma lecture! On se trouve sur Mato, une cité venue d’une dimension démoniaque. Il se trouve que sur Mato, il y a un fruit qui a la particularité de donner des super pouvoirs aux femmes. Elles font parti de l’escadron antidatons. Yûk, un jeune homme, est acculé par une horde de monstres. Il est sauvé par une de ces femmes qui est capable de se transformer en une créature surpuissante. Mais l’activation de ce pouvoir comporte une condition: il doit devenir son esclave. J’ai beaucoup aimé les personnages du manga. Yûki m’a beaucoup fait rire. Le voir décontenancé face à sa maitresse c’est vraiment très drôle à suivre. Le pauvre, il n’a pas d’autre choix que d’être l’esclave de Kyôka. D’ailleurs, j’adore le personnage de Kyôka également. Elle est très drôle tout comme les autres filles de l’escadron. Elles adorent malmener gentiment Yûki et ça nous offre des scènes plutôt drôle. J’ai beaucoup aimé le fait que pour une fois, ce soit les femmes qui ont clairement le pouvoir. On ne voit pas ça très souvent et je trouve ça bien de mettre ça en avant. D’habitude on a tendance à mettre les hommes au pouvoir et les femmes doivent être soumise. Alors qu’ici ce n’est pas le cas. Et ça c’est très plaisant! Au moins ça change de ce qu’on a l’habitude de voir. Ce premier tome m’a beaucoup plu. J’ai hâte de lire le second tome et continuer cette série. Bien qu’il y ai du fan service, perso ça ne me dérange pas. Mais je peux comprendre que ça puisse refroidir certaines personnes. En tout cas l’intrigue est vraiment plaisante à suivre. L’univers est intriguant et les personnages sont drôles et très plaisant. Vivement la suite!
    Lire la suite
    En lire moins
  • hellrick Posté le 28 Mai 2021
    Premier tome d’une nouvelle saga, ce manga séduit immédiatement par son scénario déjanté. Un fruit, la Pêche, donne des pouvoirs aux femmes qui le mange, les transformants en défenseurs de la planète contre des hordes de démons. Comme tous les hommes, le jeune, timide et un brin pervers Yûki Wakura n’a pas accès aux super-pouvoirs et doit donc se contenter d’un rôle subalterne dans cette nouvelle société séparée entre les sexes. Agressé par des démons dans la dimension après avoir plongé dans le monde parallèle démoniaque de Mato, Yûki est sauvé par Kyoka, une jeune fille membre d’une escouade anti-démon. Il se transforme alors en un être très puissant mais à l’unique condition de devenir esclave de la demoiselle. Celle-ci va donc l’utiliser dans sa croisade vengeresse (elle est l’unique survivante de son village et a jurer de détruire les démons) mais, en échange, elle doit exhausser les désirs de Yûki et lui offrir une récompense chaque fois qu’il l’aide. DEMON SLAVE constitue une bonne surprise : un monde de fantasy urbaine, des créatures démoniaques, un côté comédie / romance adolescente plaisante, de l’humour un peu gras, une louche d’érotisme,…C’est original, fun, divertissant et bien rythmé. Cependant, en dépit du... Premier tome d’une nouvelle saga, ce manga séduit immédiatement par son scénario déjanté. Un fruit, la Pêche, donne des pouvoirs aux femmes qui le mange, les transformants en défenseurs de la planète contre des hordes de démons. Comme tous les hommes, le jeune, timide et un brin pervers Yûki Wakura n’a pas accès aux super-pouvoirs et doit donc se contenter d’un rôle subalterne dans cette nouvelle société séparée entre les sexes. Agressé par des démons dans la dimension après avoir plongé dans le monde parallèle démoniaque de Mato, Yûki est sauvé par Kyoka, une jeune fille membre d’une escouade anti-démon. Il se transforme alors en un être très puissant mais à l’unique condition de devenir esclave de la demoiselle. Celle-ci va donc l’utiliser dans sa croisade vengeresse (elle est l’unique survivante de son village et a jurer de détruire les démons) mais, en échange, elle doit exhausser les désirs de Yûki et lui offrir une récompense chaque fois qu’il l’aide. DEMON SLAVE constitue une bonne surprise : un monde de fantasy urbaine, des créatures démoniaques, un côté comédie / romance adolescente plaisante, de l’humour un peu gras, une louche d’érotisme,…C’est original, fun, divertissant et bien rythmé. Cependant, en dépit du sujet, ce tome reste timoré, on aurait aimé que le scénariste aille plus loin dans les scènes de récompenses : celles-ci sont néanmoins sympathique, Kyoka étant contrainte par son système de pouvoir à s’offrir contre son gré à son esclave. L’idée est amusante mais assez peu exploitée, espérons que les volumes suivants développent tout ça de manière plus perverse et que notre timide adolescent exige des récompenses plus exotiques de sa maitresse. Voici donc une lecture satisfaisante et rondement menée : l’univers est riche, l’auteur le met en place de manière fluide au fil des pages, les personnages se dévoilent peu à peu (au propre comme au figuré), l’action prend de l’ampleur dans le dernier chapitre qui se conclut par un cliffhanger intéressant laissant la porte ouverte pour une suite qu’on imagine encore plus énergique. Belle découverte !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nellyel974 Posté le 17 Avril 2021
    D'un avenir de salary man à celui de concierge pour un foyer de super héroïnes... Yûki Wakura a fait son choix ! Mon avis : Ce manga reprend les bases du shonen, mais pas que. Bourré de scènes d'action, il expose aussi un monde dans lequel l'ordre a été bouleversé jusque dans ses fondements sociétaux, les femmes ayant accès à une puissance démesurée grâce aux Pêches, les hommes étant à présents de frêles créatures à protéger des démons... Concept intéressant en soi. Les personnages suivent pas mal d'archétypes du genre mais restent sympathiques. Les dessins sont beaux et le découpage des planches est dynamiques. Même les scènes... plutôt olé-olé (les récompenses de Yûki, entre-autres...) sont bien amenées et m'ont fait pas mal rigoler. Distrayant et avec une base intéressante, je pense que cette œuvre a beaucoup de potentiel. À voir avec les prochains tomes ! En conclusion : "Demon Slave" est un shonen très fun plein d'action, de "girl's power" et avec un côté ecchi qui sert le récit sans être juste gratuit. Très sympa, j'ai hâte d'en savoir plus au tome 2 !
  • Sachan Posté le 11 Février 2021
    Il n'y a pas à dire, le style de TAKAHIRO, le scénariste de Red Eyes Sword, est reconnaissable entre mille, il y a un petit quelque chose dans ses histoires qui fait qu'on sait tout de suite qu'on a affaire à lui. Si en plus de cela il collabore avec un bon mangaka avec un style graphique léché et beau, on ne peut que passer un agréable moment de lecture. Pour un premier tome, je l'ai trouvé intéressant et bien maitrisé par le duo d'auteurs, un bon début pour Demon Slave. Yûki est un lycéen en dernière année qui se débat pour échapper à la monotonie et se faire un nom où les femmes ont le dessus et les hommes ont peu de droits. Doué pour les tâches ménagères et marqué par la disparition de sa sœur, il va se retrouver dans le Mato et obtenir une chance de changer son avenir, tout en développant une capacité unique de se transformant en démon en contre partie de devenir l'esclave de Kyoka, la commandant du septième escadron anti-démon. L'escadron en question est formé d'un quatuor féminin avant l'arrivée du concierge/esclave. Quatre demoiselles différentes aux pouvoirs incroyables offert par la Pêche et qui combattent... Il n'y a pas à dire, le style de TAKAHIRO, le scénariste de Red Eyes Sword, est reconnaissable entre mille, il y a un petit quelque chose dans ses histoires qui fait qu'on sait tout de suite qu'on a affaire à lui. Si en plus de cela il collabore avec un bon mangaka avec un style graphique léché et beau, on ne peut que passer un agréable moment de lecture. Pour un premier tome, je l'ai trouvé intéressant et bien maitrisé par le duo d'auteurs, un bon début pour Demon Slave. Yûki est un lycéen en dernière année qui se débat pour échapper à la monotonie et se faire un nom où les femmes ont le dessus et les hommes ont peu de droits. Doué pour les tâches ménagères et marqué par la disparition de sa sœur, il va se retrouver dans le Mato et obtenir une chance de changer son avenir, tout en développant une capacité unique de se transformant en démon en contre partie de devenir l'esclave de Kyoka, la commandant du septième escadron anti-démon. L'escadron en question est formé d'un quatuor féminin avant l'arrivée du concierge/esclave. Quatre demoiselles différentes aux pouvoirs incroyables offert par la Pêche et qui combattent en première ligne. Elles vont toutes les quatre développer des relations différentes avec Yûki. Kyoka est à la fois dominatrice et respectueuse avec l'adolescent, une dualité lié à son don. Shushu, qui peut modifier son physique, ne connait rien aux garçons et va jeter son dévolu sur le nouveau venu, alors Nei qui est la plus jeune, est adorable avec ce dernier, un peu comme une petite sœur. Quand à Himari, elle est la plus dur avec le concierge, disant haut et fort qu'il n'a rien à faire là. Bien que l'histoire se mette en place de façon classique, c'est bien géré, l'univers est expliqué comme il le faut, l'intrigue de la série se développe peu à peu et le bonus explicatif du scénariste à la fin est très intéressant. Savant mélange d'action, d'humour et d'ecchi bien dosé, le plot twist final donne envie de lire la suite et est probablement l'explication du fil rouge de la série.
    Lire la suite
    En lire moins
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !