RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La Femme qui tuait les hommes

            Robert Laffont
            EAN : 9782221216859
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            La Femme qui tuait les hommes

            Date de parution : 04/01/2018

            « Jeanne pense souvent au point de bascule. L’instant où la vie change de cours. Où l’homme qui n’était qu’un voisin, un parent, un amant, un fonctionnaire, un commerçant, devient un criminel ou une victime. Quand elle compulse ses dossiers, quand elle punaise une coupure de presse sur son mur,...

            « Jeanne pense souvent au point de bascule. L’instant où la vie change de cours. Où l’homme qui n’était qu’un voisin, un parent, un amant, un fonctionnaire, un commerçant, devient un criminel ou une victime. Quand elle compulse ses dossiers, quand elle punaise une coupure de presse sur son mur, c’est ce mystère qui la hante. L’instant où le passé, le présent et l’avenir cristallisent sans remède. »
            Paris, 2017. Saint-Pétersbourg, 1909. Une rencontre sur un quai de métro. Un hallucinant fait divers. Un voyage entre deux mondes où se noue le destin d’une couturière octogénaire, d’un écrivain coureur de jupons, du jeune Lénine et d’une terrible justicière. Une comtesse savoyarde y côtoie un poseur de rails et un cirque ambulant. De la Russie prérévolutionnaire au Paris littéraire, mêlant humour, tendresse et gravité, Eve de Castro nous embarque, nous bouscule, nous envoûte.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221216859
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Robert Laffont

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • brinvilliers Posté le 21 Juillet 2019
              1909 Saint Pétersbourg, Léna élimine les hommes qui brutalisent les femmes à leur demande et pour elle c'est rendre service et hommage à Lénine sans le connaître. Paris 2017, Jeanne a rencontré sur les quais Lucie qui a décidé de mettre fin à ses jours. Jeanne décide de rencontrer celui qui a causé ce malheur. Il s'agit de l'auteur Brideau. Jeanne arrive à s'immiscer dans la vie de celui-ci, elle le découvre égoïste, coureur de jupons et surtout en mal d'inspiration pour son prochain livre. Elle décide de l'aider, et sans le savoir il va tomber dans son piège. Le récit est entrecoupé de Leana et de Jeanne, deux femmes meurtries par la vie et par les hommes. Un livre fascinant par son écriture car nous sommes immergés dans l'histoire dès le début.
            • cvd64 Posté le 22 Mai 2019
              Fait divers d'une sérial killeuse russe avec en toile de fond la montée en politique de Lénine et la future révolution. En parallèle, de nos jours, à Paris, la vengeance d'une "vieille femme" avec comme motivation, les mêmes souffrances et la même recherche punitive que Popova.
            • Sevlipp Posté le 6 Février 2019
              Que ce roman sort de l'ordinaire. Nous suivons le destin de deux femmes. Une qui participe à sa façon à la révolution russe en tuant des hommes pour libérer les femmes de leur joug. L'autre, une vieille femme, Jeanne, qui veut aider un écrivain goujat à décrocher le Goncourt. Deux histoires en alternance, deux époques, deux destins. Vont-elles se rejoindre ? On rentre doucement dans ces histoires, on se laisse accrocher et après on ne peut plus les quitter. J'ai lu les cent dernières pages d'une traite. Je suis un peu déçue de devoir quitter les deux héroïnes. La plume de l'auteur est tellement agrèable. Mon premier coup de cœur de l'année.
            • jostein Posté le 8 Septembre 2018
              Un siècle sépare les deux héroïnes de ce roman. Lena vit en Russie à la fin du XIXe siècle, elle a intimement connu le jeune Lénine. Nous la rencontrons en prison, à Saint- Petersbourg en 1909, elle attend son exécution. Jeanne était couturière à l’Opéra de Paris. Retraitée , mise au rebut, oubliée de la société, elle s’ennuie dans sa vie routinière. Jeanne passe ses après-midi à attendre dans le métro. Un jour, elle y croise Lucie, une jeune trentenaire en pleurs. Lucie vient d’être abandonnée par Paul, son amant, un écrivain qui collectionne les aventures amoureuses. Elle voulait lui inspirer le roman qui lui vaudrait le Goncourt, devenir unique à ses yeux. Il ne la regarde plus. Lucie demande à Jeanne de rendre à Paul sa clé enveloppée dans un mouchoir bleu. Lena et Jeanne ont de nombreux points communs. Elles ne sont pas particulièrement belles, elles sont habituées à occuper la place qu’on leur assigne, à se contenter de peu. Chacune, à un moment donné de leur vie, a atteint ce point de bascule, cet instant où lassée des insultes et des coups, elle décide de réagir, de changer de vie. Elles se sentent investies d’une mission de vengeance, s’inscrivent... Un siècle sépare les deux héroïnes de ce roman. Lena vit en Russie à la fin du XIXe siècle, elle a intimement connu le jeune Lénine. Nous la rencontrons en prison, à Saint- Petersbourg en 1909, elle attend son exécution. Jeanne était couturière à l’Opéra de Paris. Retraitée , mise au rebut, oubliée de la société, elle s’ennuie dans sa vie routinière. Jeanne passe ses après-midi à attendre dans le métro. Un jour, elle y croise Lucie, une jeune trentenaire en pleurs. Lucie vient d’être abandonnée par Paul, son amant, un écrivain qui collectionne les aventures amoureuses. Elle voulait lui inspirer le roman qui lui vaudrait le Goncourt, devenir unique à ses yeux. Il ne la regarde plus. Lucie demande à Jeanne de rendre à Paul sa clé enveloppée dans un mouchoir bleu. Lena et Jeanne ont de nombreux points communs. Elles ne sont pas particulièrement belles, elles sont habituées à occuper la place qu’on leur assigne, à se contenter de peu. Chacune, à un moment donné de leur vie, a atteint ce point de bascule, cet instant où lassée des insultes et des coups, elle décide de réagir, de changer de vie. Elles se sentent investies d’une mission de vengeance, s’inscrivent en sauveur des femmes bafouées. A Samara, la jeune Lena est mariée de force à Sergueï, un homme rustre qui boit et frappe fort. A la fin du XIXe siècle en Russie, les coups ne sont rien à côté de la faim. Le jeune Lénine, terrassé par l’exécution de son frère et la mort de sa soeur apprend à Lena l’importance d’avoir une volonté de fer. « Tu vois: il suffit de choisir ce qu’on vise, puis d’assortir les moyens aux fins. Rien d’autre ne doit exister que le but à atteindre. » Lena se répète cette leçon pour sauver femmes et enfants de la violence des hommes. Le meurtre de son mari sera le premier de deux cent soixante-douze vengeances. Dans sa prison, elle écrit le nom de ses victimes et se souvient de Lénine, son ambition politique, son exil, ses amours. Jeanne est fascinée par les faits divers tragiques. Alors qu’elle travaillait dans un cirque, régulièrement violée par les mâles de la troupe (tout comme à l’Opéra de Paris), elle rencontre à Samara celui qui sera son protecteur et l’homme de sa vie. Toute sa vie, elle ne cessera de l’attendre. Sa rencontre avec Paul est fascinante. Suspicieux l’un envers l’autre, ils apprennent à se connaître. Il comble sa solitude, elle l’inspire. En alternant les deux récits, Eve de Castro éclaire le destin des deux femmes. Deux femmes bafouées, humiliées, violentées qui atteignent leur point de bascule et agissent sans aucun scrupule, aucun sentiment de culpabilité. Les contextes sont ébauchés, de la situation en Russie à l’aube du XXe au Paris contemporain, des vies de Lénine, des parents des uns et des autres. Peut-être trop rapidement pour s’immerger dans l’histoire. D’autant que le ton reste léger malgré les situations tragiques. L’alternance des deux sujets m’a parfois perdue. Au départ, je me suis passionnée pour Lena, au détriment du passé de Jeanne. Puis la rencontre avec Paul a modifié l’équilibre de mes sentiments. Si j’ai une petite réserve sur la construction, je suis toujours aussi conquise par le ton ( il est ici parfois ironique) et le style ( l’auteur est une excellente conteuse).
              Lire la suite
              En lire moins
            • eb9122 Posté le 4 Juillet 2018
              J'étais parti mitigé dans ce roman ... l'alternance des 2 récits, un peu décousue au début; l'histoire qui met un peu de temps à se mettre en place. Et puis, je me suis laissé happé par cette petite dame ex-couturière, sans plus vraiment de but dans la vie, qui au détour d'une rencontre, décide de ... elle ne sait pas encore trop, mais se met au service d'un écrivain papillonneur au talent indéniable, mais qui disperse son énergie entre ses multiples conquêtes. Et elle va lui donner à moudre l'histoire de Lena la fameuse tueuse d'hommes de Samara ... Et là, nos 2 récits se rencontrent, la petite dame, son histoire et son écrivain, et la jeune tueuse russe inspirée par un jeune Lénine pas franchement sympathique (au contraire de la tueuse à la grosse santé). Jusqu'au dénouement final, envisagé au départ, mais plutôt inattendu à la fin, je ne vous en dis pas plus ;-) Au final, un roman bien plaisant à lire, entre la grande histoire russe pré-révolution, et la petite histoire de nos 2 protagoniste écrivain et petite main.
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.