RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La voix des anges

            12-21
            EAN : 9782823817096
            Code sériel : PPO
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            La voix des anges

            Paul ALEXANDRE (Traducteur)
            Date de parution : 22/05/2014

            En 1750, l’Italie est une mosaïque de principautés que dévore une passion commune : l’opéra. Les castrats en sont les monstres sacrés, adulés pour leur voix – à la fois exclus et recherchés pour leur liberté de pensée et leurs mœurs.
            Tonio, héritier d’une riche famille vénitienne, a été spolié puis...

            En 1750, l’Italie est une mosaïque de principautés que dévore une passion commune : l’opéra. Les castrats en sont les monstres sacrés, adulés pour leur voix – à la fois exclus et recherchés pour leur liberté de pensée et leurs mœurs.
            Tonio, héritier d’une riche famille vénitienne, a été spolié puis castré à l’adolescence. Guido, fils de paysans, a perdu sa belle voix de castrat à 18 ans et s’est fait compositeur.
            Devenus maître et élève, ils vont mettre le monde à leurs pieds et tenter d’assouvir leur vengeance à l’encontre de ceux qui, à l’origine, ont décidé de leur destin.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782823817096
            Code sériel : PPO
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            12-21
            10.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Varaha Posté le 16 Mars 2017
              Un superbe récit sur l'histoire de l'opéra et par là même sur la terrible vie des castrats de l'époque. Tout et tous se mêlent ici : les nobles, les pauvres, les grands chanteurs et les jeunes amateurs sans futur. « Sa vie durant, d'aucuns diraient de lui : « Comme il est laid ! », tandis que d'autres s'exclameraient : « Ah, qu'il est beau ! » » L'écriture est poétique, romantique à souhait et reste légère malgré le sérieux du sujet. Déchirures intra et inter familiales, jalousies et envies de pouvoir suivre ses rêves sont les pierres fondatrices de ce récit. Les paysages d'Italie sont superbement décrits : Venise, Naples, le Vésuve, ... Toutes ces images appellent au voyage et à l'émerveillement. « Ce n'était que Naples ; ce n'était que le paradis ; la terre et le ciel et la mer, Dieu et les hommes, et rien, absolument rien de tout cela ne pouvait émouvoir Tonio. » La souffrance des castrats et leur émerveillement pouvant être ressentis lorsqu'ils se rendent compte que même mutilés, certaines libertés existent toujours. L'amour a une part fort importante dans ce récit, tant désir et amour physique qu'amour de la musique et du chant. « Cette voix n'avait aucune résonance cuivrée, elle évoquait les bois plutôt que les cuivres, la sonorité un peu assombrie... Un superbe récit sur l'histoire de l'opéra et par là même sur la terrible vie des castrats de l'époque. Tout et tous se mêlent ici : les nobles, les pauvres, les grands chanteurs et les jeunes amateurs sans futur. « Sa vie durant, d'aucuns diraient de lui : « Comme il est laid ! », tandis que d'autres s'exclameraient : « Ah, qu'il est beau ! » » L'écriture est poétique, romantique à souhait et reste légère malgré le sérieux du sujet. Déchirures intra et inter familiales, jalousies et envies de pouvoir suivre ses rêves sont les pierres fondatrices de ce récit. Les paysages d'Italie sont superbement décrits : Venise, Naples, le Vésuve, ... Toutes ces images appellent au voyage et à l'émerveillement. « Ce n'était que Naples ; ce n'était que le paradis ; la terre et le ciel et la mer, Dieu et les hommes, et rien, absolument rien de tout cela ne pouvait émouvoir Tonio. » La souffrance des castrats et leur émerveillement pouvant être ressentis lorsqu'ils se rendent compte que même mutilés, certaines libertés existent toujours. L'amour a une part fort importante dans ce récit, tant désir et amour physique qu'amour de la musique et du chant. « Cette voix n'avait aucune résonance cuivrée, elle évoquait les bois plutôt que les cuivres, la sonorité un peu assombrie du violon plutôt que celle, plus mate, de la trompette. C'était un castrat, forcément ! » A certains moments, l'amour physique prend, à mon goût, un peu trop le devant de la scène, même si c'est nécessaire pour montrer l'évolution physique et mentale du jeune héros. « Tu es prêt à me prendre mon nom, prêt à me prendre mon sexe, tout cela au nom de la musique et de ce que l'on doit faire pour réussir, et à présent, au nom des mêmes contingences, tu m'expédies dans le lit du cardinal... » L'auteur nous parle aussi de l'évolution des prestations, de l'opéra, de la musique, toujours en fonction des désirs du public et de la population. « C'était donc cela la voix humaine, et cela correspondait bien à ce qu'il en avait toujours entendu dire : un instrument si puissant et si parfaitement réglé que tous les autres paraissaient débiles à côté de lui. » En résumé, ce livre est une superbe histoire d'amour, qui se joue entre un compositeur et son interprète de choix, entre la population et les salles où la musique est jouée, et finalement entre le héros et sa voix, son don. Chaque histoire d'amour est aussi un combat, doux et puissant à la fois. « Mais l'ornementation d'une mélodie est un mécanisme plus complexe. Il ne s'agissait pas seulement d'apprendre de nouveaux sons ou de nouvelles combinaisons de sons, il fallait encore se forger l'instinct qui permet au chanteur de les ajouter à la mélodie de son propre chef et au juste moment. » Ce combat peut prendre des directions inattendues, ce qui fait de la chute du récit ce qu'elle est, juste magnifique. La post-face lève un coin de voile sur le travail de titan qu'a réalisé l'auteur pour pouvoir nous donner autant de détails sur la vie et la voix des anges. Pour le multi-défis 2017, je classe ce livre dans l'item 59. Un livre qui met à l'honneur la musique.
              Lire la suite
              En lire moins
            • PauseEarlGrey Posté le 2 Mai 2016
              Au-delà de l’aspect historique sur lequel je n’ai rien à dire, il y a l’histoire et l’intrigue dont je veux aussi vous toucher quelques mots. Le livre est assez long, presque 900 pages, et il est donc nécessaire d’avoir une intrigue qui tient la route. Pourtant, avec un peu de recul, je me suis aperçue que l’intrigue en soit n’existait pas vraiment. Certes, il y a bien ce désir de vengeance qui sous-tend le roman mais au final, elle ne se trouve pas au coeur du récit. Au coeur du récit, c’est la vie de castrat que l’on retrouve et l’acceptation d’un corps nouveau et d’une identité sexuelle. Tonio est né dans une famille riche en tant que garçon, et même en tant que seul héritier mâle. Autant dire qu’après l’opération qu’il subit contre sa volonté, le garçon est perdu dans son identité. Finalement c’est cette recherche d’identité qui fait l’intrigue car la vengeance passe au second plan et le dénouement tient en une cinquantaine de pages....
            • Henri-l-oiseleur Posté le 28 Novembre 2015
              Les romans d'Ann Rice sont distrayants et font passer de bons moments d'oubli. Ici, cette histoire parfois salace d'aventures trépidantes et d'amours homosexuelles satisfera le lecteur qui aime s'évader un moment dans un univers plus intense et plus beau.
            • Patience82 Posté le 27 Septembre 2015
              En Italie, au milieu du XVIIIème siècle, Guido Maffeo est castré à l'âge de 6 ans, envoyé dans un conservatoire à Naples, mais perd sa voix à 18 ans. Tonio Treschi, héritier d'une riche famille de Venis est castré à l'âge de 15 ans contre son gré. Guido va alors composer pour Tonio, et Tonio préparera sa vengeance. J'ai bien aimé dans l'ensemble, mais certains passages sont trop long voir inutiles. La vengeance de Tonio n'est pas assez souvent mise en avant dans l'histoire à mon goût, je m'attendais à ce que cela prenne plus de place. L'histoire se suit quand même bien, l'écriture est plaisante même si je n'ai pas vraiment ressenti tous les sentiments de haine et d'amour des personnages, et j'ai appris des choses sur les castrats de l'époque.
            • clemleroy Posté le 4 Janvier 2014
              Anne Rice nous compte les histoires mêlées de deux castras dans l'Italie du 18ème siècle. L'un aura une voix magique l'autre un talent de compositeur. Un vrai plaisir.
            12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
            Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !