RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            L'assassin qui rêvait d'une place au paradis

            Presses de la cité
            EAN : 9782258135390
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            L'assassin qui rêvait d'une place au paradis

            Laurence MENNERICH (Traducteur)
            Date de parution : 18/02/2016
            L'Évangile selon Dédé
            Après trente ans de prison, Johan Andersson, alias Dédé le Meurtrier, est enfin libre. Mais ses vieux démons le rattrapent vite : il s’associe à Per Persson, réceptionniste sans le sou, et à Johanna Kjellander, pasteur défroqué, pour monter une agence de châtiments corporels. Des criminels ont besoin d’un homme de... Après trente ans de prison, Johan Andersson, alias Dédé le Meurtrier, est enfin libre. Mais ses vieux démons le rattrapent vite : il s’associe à Per Persson, réceptionniste sans le sou, et à Johanna Kjellander, pasteur défroqué, pour monter une agence de châtiments corporels. Des criminels ont besoin d’un homme de main ? Dédé accourt ! Per et Johanna, eux, amassent les billets. Alors, le jour où Dédé découvre la Bible et renonce à la violence, ses deux acolytes décident de prendre les choses en main et de le détourner du droit chemin…
            Après son vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, son analphabète qui savait compter, c’est à un malfrat repenti que Jonas Jonasson donne une seconde chance. Déjanté !
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258135390
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Presses de la cité
            12.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • saigneurdeguerre Posté le 30 Septembre 2018
              Approchez, Mesdames et Messieurs ! Venez suivre les aventures de ces trois pieds nickelés suédois. A tout Seigneur, tout honneur ! Applaudissez notre bon pasteur ! Bon Dieu, ne soyez pas aussi surpris parce que le représentant de Dieu est une femme ! Vous n’en croyez pas vos yeux ? Pas grave ! Elle, elle ne croit pas en Lui ! Et voici que s’avance le réceptionniste ! Il s’appelle… Il s’appelle… On s’en fout de son nom ridicule ! Et maintenant, faites trembler la terre sous vos applaudissements car voici Dédé ! Dédé le meurtrier ! Aucun bras ! Aucune jambe ne saurait lui résister ! Imaginez une jeune femme, pasteur de son état chassée de son église pour s’être réjouie en chaire de vérité de la mort de son père, le pasteur qui l’avait précédée dans sa paroisse. Supposez qu’elle rencontre un réceptionniste d’un hôtel miteux qui fut quelques temps auparavant un bordel. Pensez que ce réceptionniste porte en lui la haine de ses aïeux, un grand-père qui dilapida sa fortune en refusant de voir que le monde changeait, un père qui l’a abandonné à l’âge de deux ans et dont le principal amour se nomme « alcool ». Tentez de... Approchez, Mesdames et Messieurs ! Venez suivre les aventures de ces trois pieds nickelés suédois. A tout Seigneur, tout honneur ! Applaudissez notre bon pasteur ! Bon Dieu, ne soyez pas aussi surpris parce que le représentant de Dieu est une femme ! Vous n’en croyez pas vos yeux ? Pas grave ! Elle, elle ne croit pas en Lui ! Et voici que s’avance le réceptionniste ! Il s’appelle… Il s’appelle… On s’en fout de son nom ridicule ! Et maintenant, faites trembler la terre sous vos applaudissements car voici Dédé ! Dédé le meurtrier ! Aucun bras ! Aucune jambe ne saurait lui résister ! Imaginez une jeune femme, pasteur de son état chassée de son église pour s’être réjouie en chaire de vérité de la mort de son père, le pasteur qui l’avait précédée dans sa paroisse. Supposez qu’elle rencontre un réceptionniste d’un hôtel miteux qui fut quelques temps auparavant un bordel. Pensez que ce réceptionniste porte en lui la haine de ses aïeux, un grand-père qui dilapida sa fortune en refusant de voir que le monde changeait, un père qui l’a abandonné à l’âge de deux ans et dont le principal amour se nomme « alcool ». Tentez de voir à quoi ressemble Dédé, 56 ans, une carrure de taureau et un cerveau de petit-pois, ne souffrant ni la contradiction ni les mots trop compliqués (cela a tendance à le mettre en colère). Supposons que les deux premiers décident de monter une affaire juteuse en se servant de la réputation et des aptitudes du troisième. Comment ? Hé bien, c’est simple : vous en voulez à quelqu’un de particulier ? Dédé peut s’en charger ! Un bras cassé ? Les deux ? Un tibia ? C’est comme vous voulez ! C’est vous qui payez… Critique : Vu certains très mauvais commentaires que j’ai lus à propos de cet ouvrage, ce livre qui m’avait été offert a trainé durant un an avant que je ne me décide à l’ouvrir parce que, bien qu’amateur de polars, j’étais quelque peu écœuré par les descriptions très anatomiquement détaillées de souffrances infligées dans des romans dont les auteurs s’imaginent que plus ils détaillent les horreurs subies par les victimes, plus les lecteurs seront intéressés. J’avais donc besoin d’un peu d’humour et presque à regrets, j’ai entrepris la lecture de « L’assassin qui rêvait d’une place au paradis ». J’ai tout de suite apprécié l’humour décalé de Jonas Jonasson. J’étais curieux de découvrir comment cette fine équipe allait s’en tirer… Et je ne l’ai pas regretté.
              Lire la suite
              En lire moins
            • emiko97400 Posté le 28 Février 2018
              J'avais déjà accroché avec cet auteur et ses deux romans précédent, et celui ci ne m'a pas déçue. Je me suis demandée où allait mener ce meurtrier et ses deux acolytes, et même si la fin me semble tomber comme un cheveu sur la soupe (quoique...), j'ai beaucoup ri et cela fait du bien !
            • DrJackal Posté le 14 Janvier 2018
              Le troisième roman du suédois à l'humour décapant, acide à souhait. On rechange de personne en Suède on mélange un meurtrier convertie, un réceptionniste désabusé, et une pasteur sans foi et c'est partie pour des aventure truculente dans la Suède. Bien que les personnages restent toujours aussi particulier, attachant, et drôle dans leurs extrêmes on fini par trouver toute la recette qui a fait le succès des deux premier romans légèrement éventé, on a l'impression de mélanger le tout et de le ressortir en changeant le nom des héros et leur métiers , mais pas vraiment le reste. Toujours facile à lire, rapide, divertissant, se qui était original au début dévient redondant et c'est dommage, je n'ai pas réussi a retrouver ce que j'avais aimé à ses début, et bien que l'humour reste omniprésent, l'amusement reste terne et ne donne pas forcement envie d'y retourner pour un éventuelle quatrième...
            • lalectricedyslexique Posté le 12 Novembre 2017
              L’histoire et le style de ce roman sont assez particuliers, en effet l’auteur met de la dérision dans tous ces chapitres, et cela rend le récit burlesque. Ce type d’écriture ne plaît pas à tout le monde, en effet c’est assez déjanté et assez éloigné de la réalité. En lisant ce texte j’ai été plusieurs fois dérangé par ce coté abracadabrant qui m’a laissé un peu pantoise. J’aime quand les récits sont cohérents et bien menés. Pourtant je n’ai pas détesté ma lecture, je savais à quoi m’attendre et j’ai pris cette lecture légère pour « couper » entre deux lectures plus dure . Et ce roman à joué ce rôle sans problème. Et puis il y a les personnages qui m’ont bien plu je l’avoue, ils sont tous farfelue et je ne les aimerai pas dans mon groupe d’amis mais il rende le texte amusant et je mis suis un peu attaché quand même . En conclusion un roman complètement farfelu qui m’a peu convaincu, j’ai aimé le style léger mais je n’ai pas forcément passé un agréable moment de lecture du fait du manque de cohérence et de cette démesure trop prononcée.
            • Fandol Posté le 14 Septembre 2017
              Après l’énorme succès de son premier roman, Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, Jonas Jonasson, écrivain suédois, a poursuivi dans la même veine avec L’Analphabète qui savait compter puis un troisième opus : L’Assassin qui rêvait d’une place au paradis. Comme il est facile de le constater, les éditeurs ne changent pas une formule qui gagne avec une couverture qui fait penser aussitôt à un livre de Jonas Jonasson. Il est vrai que l’auteur poursuit dans le même style, un humour un peu loufoque d’où surgissent beaucoup de travers de notre société. Ici, il nous fait rire à propos de la crédulité des foules prêtes à s’enthousiasmer pour des croyances non fondées. Sous couvert de religion et de textes qu’il n’est pas possible de discuter, on peut faire avaler n’importe quoi à beaucoup de monde. Per Persson dont l’histoire familiale est un peu compliquée, est réceptionniste d’un hôtel quand débarque Dédé le meurtrier qui a passé presque toute sa vie en prison à cause de trois homicides. Per rencontre le troisième héros de l’histoire sur un banc public : une femme pasteur qui fait une prière pour lui et… lui réclame 10 couronnes (kr), soit 1 euro (€) ! Hélas,... Après l’énorme succès de son premier roman, Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, Jonas Jonasson, écrivain suédois, a poursuivi dans la même veine avec L’Analphabète qui savait compter puis un troisième opus : L’Assassin qui rêvait d’une place au paradis. Comme il est facile de le constater, les éditeurs ne changent pas une formule qui gagne avec une couverture qui fait penser aussitôt à un livre de Jonas Jonasson. Il est vrai que l’auteur poursuit dans le même style, un humour un peu loufoque d’où surgissent beaucoup de travers de notre société. Ici, il nous fait rire à propos de la crédulité des foules prêtes à s’enthousiasmer pour des croyances non fondées. Sous couvert de religion et de textes qu’il n’est pas possible de discuter, on peut faire avaler n’importe quoi à beaucoup de monde. Per Persson dont l’histoire familiale est un peu compliquée, est réceptionniste d’un hôtel quand débarque Dédé le meurtrier qui a passé presque toute sa vie en prison à cause de trois homicides. Per rencontre le troisième héros de l’histoire sur un banc public : une femme pasteur qui fait une prière pour lui et… lui réclame 10 couronnes (kr), soit 1 euro (€) ! Hélas, la traductrice n’a fait aucune conversion en euro de la monnaie suédoise et c’est dommage car les sommes d’argent vont se succéder tout au long du récit. Cette femme pasteur se nomme Johanna Kjellander et a une influence énorme sur toute l’histoire qui s’emballe lorsque Dédé ne reçoit que 5 000 kr (500,90 €), soit la moitié de ce qu’il attendait du comte… Pourquoi ? Parce qu’il n’a cassé qu’un bras, en deux endroits quand même, à un client indélicat de ce comte qui doit 700 000 kr (70 126 €) au Trésor Public. Il dirige cinq entreprises de vente de voitures d’occasion à Stockholm et reviendra plusieurs fois dans le déroulement de l’histoire. Johanna lui ayant dit que « le Seigneur montre la voie à quiconque le craint… Le réceptionniste répliqua qu’il n’avait jamais rien entendu de plus stupide et lui suggéra de se servir de sa tête au lieu de débiter des citations bibliques par cœur. Surtout que la propriétaire du cœur en question ne croyait ni en Dieu ni au message divin. » De subterfuges en stratagèmes, Per et Johanna, maintenant amants, utilisent les dons de Dédé pour récolter un maximum d’argent mais ce dernier boit beaucoup et il n’est possible de discuter avec lui qu’entre « la gueule de bois carabinée de la veille et l’orgie du jour. » Or, voilà que Dédé le meurtrier, séduit par la religion, ne veut plus tabasser les gens. Il faut « éloigner Dédé de Dieu, du Christ et de la Bible, ce trio qui avait une si mauvaise influence sur lui, pour le ramener à sa trinité habituelle : la bibine, le bistrot et la bringue. » Impossible d’en dire plus sans dévoiler les nombreux rebondissements de l’histoire avec une fuite en camping-car, des dons généreux, une église peu ordinaire, une île au milieu de la mer Baltique et le Père Noël… L’auteur glisse régulièrement observations et remarques sur les habitudes de son pays. S’il a beaucoup d’imagination, un don évident pour amuser son lecteur, cela ressemble un peu trop à ce qu’il a écrit auparavant et l’effet de surprise en est, bien sûr, amoindri.
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
            Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.