Lisez! icon: Search engine

Le Coeur à bout de souffle

Robert Laffont
EAN : 9782221238790
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Le Coeur à bout de souffle

Henri ROBILLOT (Traducteur)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 27/09/2018
« Saul Bellow est l’écrivain américain le plus important de la seconde moitié du XXe siècle. » Le Monde

Kenneth Trachtenberg, excentrique professeur de russe, quitte la France et son Paris natal pour rejoindre l’université du Midwest, aux États-Unis, où son oncle Ben Crader, botaniste de génie, lui a obtenu un poste. Très liés, les deux hommes se confient l’un à l’autre leurs incroyables et complexes histoires de coeur....

Kenneth Trachtenberg, excentrique professeur de russe, quitte la France et son Paris natal pour rejoindre l’université du Midwest, aux États-Unis, où son oncle Ben Crader, botaniste de génie, lui a obtenu un poste. Très liés, les deux hommes se confient l’un à l’autre leurs incroyables et complexes histoires de coeur. Trachtenberg a eu une fille avec une femme qui refuse de l’épouser, quand Crader, veuf d’une première femme, est tombé sous l’emprise d’une deuxième, avide de sexe, avant de se laisser embarquer par une troisième, aussi riche que désaxée.
C’est avec beaucoup de verve et un sens de l’humour percutant que Saul Bellow raconte les « aventures » de Trachtenberg et Crader, qui vont tenter de comprendre pourquoi des gens doués et intelligents comme eux se retrouvent toujours victimes de leur vie personnelle.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221238790
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • FannyNetherfieldPark Posté le 14 Mars 2014
    Dès les premières pages nous sommes prévenus : la principale particularité du narrateur (Kenneth) est de divaguer sur divers sujets et de partir dans des digressions n’ayant rien à voir avec la conversation de départ. C’est ainsi qu’il nous parle de son oncle et ne peut s’empêcher de faire des parenthèses. Il est souvent dur à suivre sur le terrain de la littérature russe et de la psychanalyse qui sont parfois difficiles à appréhender. Ces égarements ne sont pas très accessibles car ils traitent de sujets bien ciblés. J’ai parfois eu l’impression de me perdre en chemin. Ce roman de 600 pages est agréable à lire dans l’ensemble. Mais certains passages m’ont paru quelque peu longuet notamment à cause des égarements des deux personnages. Par contre, j’avoue avoir régulièrement souri devant leurs difficultés face aux relations amoureuses. Ils ne semblent pas vraiment doués pour cela. Les deux personnages principaux sont attachants par leur inaptitude à se conformer à la société. Je suis très heureuse de découvrir un peu plus la littérature américaine que je lis finalement peu. Après Richard Yates, j’ai découvert avec Saul Bellow une autre façon de décrire les relations humaines. Par contre, les longueurs et les thèmes difficilement accessibles... Dès les premières pages nous sommes prévenus : la principale particularité du narrateur (Kenneth) est de divaguer sur divers sujets et de partir dans des digressions n’ayant rien à voir avec la conversation de départ. C’est ainsi qu’il nous parle de son oncle et ne peut s’empêcher de faire des parenthèses. Il est souvent dur à suivre sur le terrain de la littérature russe et de la psychanalyse qui sont parfois difficiles à appréhender. Ces égarements ne sont pas très accessibles car ils traitent de sujets bien ciblés. J’ai parfois eu l’impression de me perdre en chemin. Ce roman de 600 pages est agréable à lire dans l’ensemble. Mais certains passages m’ont paru quelque peu longuet notamment à cause des égarements des deux personnages. Par contre, j’avoue avoir régulièrement souri devant leurs difficultés face aux relations amoureuses. Ils ne semblent pas vraiment doués pour cela. Les deux personnages principaux sont attachants par leur inaptitude à se conformer à la société. Je suis très heureuse de découvrir un peu plus la littérature américaine que je lis finalement peu. Après Richard Yates, j’ai découvert avec Saul Bellow une autre façon de décrire les relations humaines. Par contre, les longueurs et les thèmes difficilement accessibles ont un peu gâché ma lecture. Heureusement, l’humour, la trame principale, les flashbacks et les personnages sont bien agréables.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.