Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782823873412
Code sériel : 6023
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Le père Goriot
Gérard Gengembre (préface de)
Date de parution : 13/06/2019
Éditeurs :
12-21

Le père Goriot

Gérard Gengembre (préface de)
Date de parution : 13/06/2019

Tous les chemins de la Comédie humaine partent du Père Goriot et de la sinistre pension Vauquer. La grande saga de l’Occident dont rêve Balzac commence par le martyre d’un...

Tous les chemins de la Comédie humaine partent du Père Goriot et de la sinistre pension Vauquer. La grande saga de l’Occident dont rêve Balzac commence par le martyre d’un père éperdu d’amour pour ses deux filles qui le bafouent, le torturent et le ruinent. Témoins de cette tragédie, le...

Tous les chemins de la Comédie humaine partent du Père Goriot et de la sinistre pension Vauquer. La grande saga de l’Occident dont rêve Balzac commence par le martyre d’un père éperdu d’amour pour ses deux filles qui le bafouent, le torturent et le ruinent. Témoins de cette tragédie, le jeune Rastignac, qui va défier Paris, et le fabuleux Vautrin, ancien forçat, que l’on recroisera ultérieurement dans d’autres œuvres.
Un galérien des Lettres criblé de dettes imagine et crée sous nos yeux une fresque éternelle avec une puissance de visionnaire. Mystère du génie car personne, depuis, n’a réussi à démoder Balzac.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823873412
Code sériel : 6023
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • glegat Posté le 7 Avril 2022
    Il y a tant à dire sur Balzac et sur chacun de ses romans et en particulier sur son chef-d'oeuvre « Le père Goriot » que les mots et les idées se bousculent en rangs serrés à l'esprit au point que rien ne passe par l'entonnoir de l'écriture. Il faut donc prendre sa respiration, noter quelques idées, faire un tri, sélectionner l'essentiel et ensuite tenter une formulation en sachant d'avance que l'on ne pourra pas tout dire et c'est alors que la peur d'oublier quelque chose d'important vous paralyse encore plus. Essayons tout de même… Balzac a eu l'idée de son Père Goriot probablement dans le courant de l'année 1834, on trouve dans son carnet d'idées les notes suivantes : « Sujet du père Goriot : un brave homme — pension bourgeoise — 600 francs de rentes — s'étant dépouillé pour ses filles qui toutes deux ont 50 000 francs de rentes, mourants comme un chien. » Vous avez 40 jours pour en faire un chef-d'oeuvre de 300 pages ! C'est la tâche à laquelle Balzac s'est attelé en septembre 1834 à Saché dans le château de son ami monsieur de Margonne où il était venu pour se « reposer » sur les recommandations du docteur Nacquart. L'essentiel est dit dans cet énoncé, chaque mot a son... Il y a tant à dire sur Balzac et sur chacun de ses romans et en particulier sur son chef-d'oeuvre « Le père Goriot » que les mots et les idées se bousculent en rangs serrés à l'esprit au point que rien ne passe par l'entonnoir de l'écriture. Il faut donc prendre sa respiration, noter quelques idées, faire un tri, sélectionner l'essentiel et ensuite tenter une formulation en sachant d'avance que l'on ne pourra pas tout dire et c'est alors que la peur d'oublier quelque chose d'important vous paralyse encore plus. Essayons tout de même… Balzac a eu l'idée de son Père Goriot probablement dans le courant de l'année 1834, on trouve dans son carnet d'idées les notes suivantes : « Sujet du père Goriot : un brave homme — pension bourgeoise — 600 francs de rentes — s'étant dépouillé pour ses filles qui toutes deux ont 50 000 francs de rentes, mourants comme un chien. » Vous avez 40 jours pour en faire un chef-d'oeuvre de 300 pages ! C'est la tâche à laquelle Balzac s'est attelé en septembre 1834 à Saché dans le château de son ami monsieur de Margonne où il était venu pour se « reposer » sur les recommandations du docteur Nacquart. L'essentiel est dit dans cet énoncé, chaque mot a son importance et l'on est frappé par la simplicité de l'esquisse par rapport à l'importance de l'oeuvre qui va en sortir. Il y est question d'un brave homme, d'argent, de ses filles qui le dépouillent et de sa mort. C'était l'idée de départ De Balzac, un hymne à la paternité, mais en cours d'écriture le génie De Balzac s'échauffe, il crée des personnages exceptionnels, des « types humains » que l'on retrouve dans toute son oeuvre (c'est dans le père Goriot qu'il commence à appliquer sa grande idée du retour des personnages) : Rastignac, Vautrin (inspiré par l'ancien bagnard Vidocq dont s'emparera aussi plus tard Victor Hugo en créant Jean Valjean), Gobsek, le baron Nucingen, la duchesse de Langeais, Horace Bianchon et tant d'autres personnages plus vivants que leurs modèles. En créant ses personnages Balzac change ou plutôt complète la thématique de son roman, il s'agira aussi d'un roman d'éducation, celle d'Eugène de Rastignac qui va passer du jeune homme sensible pétri de bonnes intention à l'arriviste le plus exécrable sous l'égide de Vautrin et de la vicomtesse de Beauséant, celle-ci lui prodiguera ce conseil : « N'acceptez les hommes et les femmes que comme des chevaux de poste que vous laisserez crever à chaque relais, vous arriverez ainsi au faîte de vos désirs. » Le père Goriot c'est aussi un roman sur l'argent, il en est toujours question dans Balzac, mais aussi un roman sur la bourgeoisie parisienne, les moeurs du temps, le mariage, la corruption, l'hypocrisie et la trahison. Un roman aux multiples entrés et d'une richesse inouïe avec ce thème central du sacrifice christique d'un père pour ses filles. Le père Goriot est l'un des trois ou quatre grands romans de la littérature mondiale qu'il faut avoir lus. le génie De Balzac s'y révèle à chaque page avec une force d'évocation et une telle vitalité que je ne pouvais m'empêcher de dire presque après avoir tourné chaque page « C'est sublime ! » avec l'étonnement du ver de terre qui rencontre le plus beau papillon du monde. Comme l'écrivait Maurice Bardèche « … le Père Goriot est plus qu'un moment heureux dans l'art De Balzac, c'est un moment décisif. Tout ce que Balzac avait dispersé jusqu'ici, dans différentes séries d'oeuvres, est réuni pour la première fois et désormais tout se renforce et s'éclaire. Tout est maintenant chargé de pensée, multiplié, et porté, pour ainsi dire, par toute l'oeuvre antérieure… C'est pourquoi le Père Goriot n'est pas seulement le plus grand succès De Balzac, c'est une date capitale dans l'histoire de son oeuvre. Pour la première fois, Balzac est maître de tous les moyens de son art et de sa pensée… C'est le premier chef d'oeuvre De Balzac. » Je ne saurais mieux dire. J'ai découvert pour la première fois le Père Goriot vers l'âge de 15 ans, je le redécouvre aujourd'hui à 70 ans avec plus de ravissement encore. Mais pour découvrir Balzac, il faut un temps d'adaptation et commencer peut-être par des nouvelles plus courtes comme « le colonel Chabert » ou « La fille aux yeux d'or » pour se préparer à absorber le choc du Père Goriot et aussi pour lancer au monument que représente la Comédie Humaine, le défi de Rastignac : "À nous deux maintenant !". – « Le Père Goriot », Hachette n° 1 de la collection des oeuvres illustrées d'Honoré de Balzac (2022), 284 pages.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Danseaveclesloup Posté le 7 Avril 2022
    Balzac le maître des descriptions à mon humble avis c est partit ! Il y a longtemps que j ai lu ce livre mais je l ai beaucoup aimé . Je préfère illusion perdues mais le personnage du père Goriot m a touché . Encore une critique courte et peu intéressante. Je vais vite me reprendre promis !
  • smithro Posté le 19 Février 2022
    Encore une oeuvre qui appartient au canon des lectures obligatoires au lycée (du moins était-ce le cas à mon époque). Ce classique, pas trop long, offre un condensé des grands thèmes balzaciens. La passion, ici la passion paternelle, incarné par le père Goriot, l'ambition, incarnée par Rastignac et le cynisme, incarné par Vautrin. Par certains aspects, l'oeuvre relève du roman noir. La description de la pension Vauquer n'est pas sans rappeler les romans de Simenon. Je reconnais avoir versé une larme sur le destin du père Goriot, rejeté par ses filles après avoir tout sacrifié pour elles. À prolonger par la lecture d'Illusions perdues et de Splendeurs et misères des courtisanes.
  • cegeglyx Posté le 4 Février 2022
    Un monument! La pièce maîtresse de la Comédie Humaine, on y retrouve de nombreux personnages réunis dans une sorte d'auberge parisienne, des personnages plutôt sans le sou, dont certains, à l'instar de Rastignac, espèrent pouvoir grimper dans l'échelle sociale, alors que d'autres, comme le Père Goriot, sont en chute libre, ce dernier étant ruiné par des filles bien peu reconnaissantes. L'écriture est impeccable, on y retrouve d'ailleurs pas mal de "patois parisien" de l'époque, par la bouche des personnages, notamment les terminaisons en "rama".
  • loeuillet Posté le 27 Janvier 2022
    Après avoir lu la biographie de titiou lecoq sur Honoré de Balzac, il me fallait lire un de ses romans.. Aventure extravagante dans une pension de famille de la veuve Vauquer. Le père Goriot dont on ne sait rien à part le fait qu'il était riche de pouvoir habiter un appartement, puis avec le temps il dût monter dans les étages, sa fortune diminuant.. Encore plus surprenant des visites de deux jeunes femmes. Nous avons un jeune effronté en école de droit, qui voudrait faire fortune et s'insérer dans la société parisienne ,Eugene de rastignac un provincial. Un étudiant en médecine, un ancien bagnard, une jeune fille dont le père l'ignore ( il est pourtant riche). Tout un monde où Balzac dénonce le pouvoir de l'argent et la soumission des femmes de l'époque, qui n'avaient qu'un second rôle, presque des esclaves des hommes et leurs époux.
Inscrivez-vous à la newsletter des lecteurs numériques : 12-21
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !