Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823817089
Code sériel : PPO
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Le sortilège de Babylone

MARIANNE VERON (Traducteur)
Date de parution : 22/05/2014
Né à Babylone la rayonnante plus de 500 ans avant notre ère, Azriel est un fantôme aussi triste que puissant. Depuis des siècles, il est le jouet de forces obscures qui le tirent régulièrement du néant pour semer la peur et le désespoir parmi les hommes.
Quand il se retrouve projeté...
Né à Babylone la rayonnante plus de 500 ans avant notre ère, Azriel est un fantôme aussi triste que puissant. Depuis des siècles, il est le jouet de forces obscures qui le tirent régulièrement du néant pour semer la peur et le désespoir parmi les hommes.
Quand il se retrouve projeté sur la scène d’un crime dans le New York du xxe siècle, Azriel ne comprend pas dans quel but on l’a appelé. Mais, étrangement, le meurtre de la ravissante Esther Belkin, fille du redoutable gourou d’une secte de l’âge informatique, va devenir pour lui une véritable obsession…
 
« L’auteur connaît sur le bout des doigts les gammes de l’effroi et de l’émotion. Elle en use divinement. » Le Figaro
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823817089
Code sériel : PPO
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • cecileterrestria Posté le 31 Août 2018
     Il s'agit de mon deuxième Rice, après mon énorme coup de coeur pour Le violon, je ne pouvais que revenir vers cette auteure. On retrouve dans ce roman l'écriture travaillée de l'auteure, des descriptions fouillées et précises qui dressent un décor détaillé pour l'action. Comme dans Le violon, on retrouve ici un récit entre deux protagonistes principaux, cette intimité et cette sensualité qui unissent deux personnes autour de l'histoire du personnage fantomatique. La temporalité est traitée de la même manière également à coups de réminiscences, de récits dans le récits, une mise en abyme qui nous fait voyager sur 2000 ans d'histoire. Dans la première moitié du livre, on découvre un héros gothique romantique, le beau et bon héros, jeune, innocent qui par un coup du sort est arraché à la vie dans une mort atroce faisant de lui un être surnaturel difficile à définir. Le traitement de sa psychologie et de son émotionnel est extrêmement bien mené, ne sachant ce qu'il est : entre ange et démon, ne sachant parfois même qui il est, naviguant entre amnésie et souvenirs, ne sachant ce qu'il doit faire, hésitant entre obéissance et rébellion... Nous avons ici un être complexe et torturé aussi fragile émotionnellement qu'il...  Il s'agit de mon deuxième Rice, après mon énorme coup de coeur pour Le violon, je ne pouvais que revenir vers cette auteure. On retrouve dans ce roman l'écriture travaillée de l'auteure, des descriptions fouillées et précises qui dressent un décor détaillé pour l'action. Comme dans Le violon, on retrouve ici un récit entre deux protagonistes principaux, cette intimité et cette sensualité qui unissent deux personnes autour de l'histoire du personnage fantomatique. La temporalité est traitée de la même manière également à coups de réminiscences, de récits dans le récits, une mise en abyme qui nous fait voyager sur 2000 ans d'histoire. Dans la première moitié du livre, on découvre un héros gothique romantique, le beau et bon héros, jeune, innocent qui par un coup du sort est arraché à la vie dans une mort atroce faisant de lui un être surnaturel difficile à définir. Le traitement de sa psychologie et de son émotionnel est extrêmement bien mené, ne sachant ce qu'il est : entre ange et démon, ne sachant parfois même qui il est, naviguant entre amnésie et souvenirs, ne sachant ce qu'il doit faire, hésitant entre obéissance et rébellion... Nous avons ici un être complexe et torturé aussi fragile émotionnellement qu'il est puissant en termes de pouvoir et de capacités. Contrairement à ce que pourraient penser certains lecteurs, nous avons ici un héros humain dans son questionnement existentiel alors même qu'il n'est qu'une entité dénuée de vie, il faut donc apprécier les personnages en perpétuel questionnement pour aimer Azriel, sinon vous vous ennuierez ou le trouverez probablement mièvre. Hors il n'en est rien pour peu que l'on entre dans la psychologie et l'émotionnel de ce héros victime d'une malédiction, que l'on saisisse que l'homme préparé à mourir est devenue forme éthérée immortelle en quête de réponses. La seconde partie se teinte de l'atmosphère du thriller, ce n'est pas la partie que j'ai le plus apprécié, ce genre n'étant pas ce que j'affectionne le plus mais le tout reste bien mené et cohérent. Au final un très bon roman de Anne Rice, il n'atteint pas, selon moi, le niveau exultatoire du premier roman de l'auteure que j'ai lu, Le Violon mais on retrouve ici des mécanismes rôdés et sa plume affûtée, le tout fonctionne très bien et fait mouche.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Henri-l-oiseleur Posté le 30 Avril 2016
    Voilà un roman passable, distrayant, dans la veine de ceux que l'on a l'habitude de lire d'Anne Rice. L'argument, le résumé de départ, m'avaient un peu inquiété, car on s'attendait presque à une histoire de meurtre rituel, vieille légende antisémite que je m'étonnais de retrouver chez cet auteur. Heureusement, le roman est plein de sympathie pour les Juifs et ne véhicule en rien les calomnies affreuses qui circulent. Azriel, jeune Hébreu doué dont la famille a été exilée à Babylone, est déguisé en figure divine pour légitimer la prise de pouvoir du roi perse Cyrus et la libération de son peuple. Hélas, il tombe aux mains d'un magicien babylonien maléfique qui le tue et fait de lui un esprit surnaturel, un "Serviteur des Ossements", censé obéir aux ordres des magiciens qui le commanderont. Dans la deuxième partie du roman, trois mille ans après, Azriel est chargé de déjouer l'horrible conspiration planétaire d'une secte auprès de laquelle le Temple Solaire ou David Koresh semblent de gentils amateurs. C'est en fait à Jim Jones et à son "Temple du Peuple" terminé en massacre que l'on pense le plus. Le récit que fait Azriel de sa propre vie est souvent écrit de façon... Voilà un roman passable, distrayant, dans la veine de ceux que l'on a l'habitude de lire d'Anne Rice. L'argument, le résumé de départ, m'avaient un peu inquiété, car on s'attendait presque à une histoire de meurtre rituel, vieille légende antisémite que je m'étonnais de retrouver chez cet auteur. Heureusement, le roman est plein de sympathie pour les Juifs et ne véhicule en rien les calomnies affreuses qui circulent. Azriel, jeune Hébreu doué dont la famille a été exilée à Babylone, est déguisé en figure divine pour légitimer la prise de pouvoir du roi perse Cyrus et la libération de son peuple. Hélas, il tombe aux mains d'un magicien babylonien maléfique qui le tue et fait de lui un esprit surnaturel, un "Serviteur des Ossements", censé obéir aux ordres des magiciens qui le commanderont. Dans la deuxième partie du roman, trois mille ans après, Azriel est chargé de déjouer l'horrible conspiration planétaire d'une secte auprès de laquelle le Temple Solaire ou David Koresh semblent de gentils amateurs. C'est en fait à Jim Jones et à son "Temple du Peuple" terminé en massacre que l'on pense le plus. Le récit que fait Azriel de sa propre vie est souvent écrit de façon relâchée et surtout très verbeuse. On sait qu'il aime, qu'il est fait pour l'amour, qu'il veut être bon, mais pourquoi le répéter à longueur de page ? La partie de son enfance à Babylone et de son apprentissage d'esprit à Milet est baignée d'une belle lumière antique, un peu gâchée par la sensiblerie agaçante du narrateur. La seconde partie, l'enquête policière dans les milieux hassidiques de New York, est plus faible, perdant l'exotisme temporel et géographique de la première et noyée dans cette fatigante subjectivité du narrateur, dans les étalages de sentiments et le récit détaillé des mouvements de son coeur assoiffé d'amour. Cinquante bonnes pages de verbiage en moins feraient de l'ensemble un roman passable dont on ne sauterait pas les pages. Mais on le sait bien en France, le récit à la première personne est le moyen le plus facile d'écrire, et d'écrire aussi vite que mal.
    Lire la suite
    En lire moins
  • mauriceandre Posté le 23 Janvier 2015
    Ce n'est pas mon premier roman de cette auteure, mais je ne me rappelle plus lesquels j'ai lus; celui-ci sort du lot par la somptuosité des descriptions des lieux et des personnages ainsi que par l'intrigue policière qui nous tient en haleine.
  • rogermue Posté le 7 Juillet 2013
    Titre original: Servant of the Bones - titre française: Le Sortilège de Babylone. Roman de fantaisie avec un fort élément d'histoire – à travers les temps commençant à Babylone de l'antiquité, passant à la Grèce, au Moyen Age et finissant à New York de notre temps. Le personnage principal est Azriel, un jeune homme qui par des circonstances magiques est changé en fantôme immortel, très puissant qui passe de lieu à lieu à travers les temps, mais qui est toujours le servant de celui qui possède le coffret contenant les os d'Azriel, le jeune homme. Le roman contient beaucoup d'éléments de l'histoire juif. A New York Azriel se venge du meurtrier d'une jeune femme juive ce qui le mène aux machinations d'une secte juive qui a des adhérents partout dans le monde. Le chef de cette secte qui dispose d'une fortune de billions aspire à prendre le pouvoir du monde. Fantaisie, histoire et une fin de thriller.
  • johaylex Posté le 15 Août 2011
    Très beau roman. Les passages sur Babylone et toute l'Antiquité sont magnifiques et le moment de la mise en place du sortilège très impressionnant. La suite est du Anne Rice...
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !