Lisez! icon: Search engine
L'homme nu. La dictature invisible du numérique
Date de parution : 21/04/2016
Éditeurs :
Plon

L'homme nu. La dictature invisible du numérique

,

Date de parution : 21/04/2016
1984 d’Orwell parlait d’une dictature violente. Le monde des Big Datas à l’horizon de la moitié de ce siècle sera celui d’une hégémonie à la fois douce et totalitaire. La fin de la pensée grecque est en marche et avec elle une époque de l’humanité est bientôt révolue.
 

On les appelle les Big Datas. Google, Apple, Facebook ou Amazon, ces géants du numérique, qui aspirent à travers Internet, smartphones et objets connectés, des milliards de données sur nos...

On les appelle les Big Datas. Google, Apple, Facebook ou Amazon, ces géants du numérique, qui aspirent à travers Internet, smartphones et objets connectés, des milliards de données sur nos vies.
Derrière cet espionnage, dont on mesure chaque jour l’ampleur, on découvre qu’il existe un pacte secret scellé par les Big...

On les appelle les Big Datas. Google, Apple, Facebook ou Amazon, ces géants du numérique, qui aspirent à travers Internet, smartphones et objets connectés, des milliards de données sur nos vies.
Derrière cet espionnage, dont on mesure chaque jour l’ampleur, on découvre qu’il existe un pacte secret scellé par les Big Datas avec l’appareil de renseignement le plus puissant de la planète. Cet accouplement entre les agences américaines et les conglomérats du numérique, est en train d’enfanter une entité d’un genre nouveau. Une puissance mutante, ensemencée par la mondialisation, qui ambitionne ni plus ni moins de reformater l’Humanité.
La prise de contrôle de nos existences s’opère au profit d’une nouvelle oligarchie mondiale. Pour les Big data, la démocratie est obsolète, tout comme ses valeurs universelles. C’est une nouvelle dictature qui nous menace. Une Big Mother bien plus terrifiante encore que Big Brother.
Si nous laissons faire nous serons demain des « hommes nus », sans mémoire, programmés, sous surveillance. Il est temps d’agir.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259249263
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
EAN : 9782259249263
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Oxiane 05/12/2023
    Les auteurs critiquent l’air du numérique notamment au travers des 4 Big data soit Google, Apple, Facebook et Amazon. Ils décrivent que personne ne peut garder un contenu numérique secret car rien n’est gratuit et chaque action sur un ordinateur ou tout autre écran est scruté par ces firmes puis analysés. Les données sont récoltées sur des serveurs puis vendues ou juste collectées pour être analysées. Personne n’est à l’abri car même dans la rue, nous sommes filmés. Les écrans en veille peuvent également être pilotés à distance et filmer sans que nous ne soyons au courant. Ces firmes dépendent également de l’Etat américain et tout est secret. Tout y passe et les autres Etats sont à la traine. On parle de données courantes mais également du dark web qui représente une énorme industrie cachée. Certains secteurs prennent de plus en plus de place tel que le porno. A côté de ceci, l’humain ne réfléchit plus et laisse tout faire la machine. Il peut y avoir un risque que l’être humain devienne esclave des machines et s’abrutisse car il ne peut plus rien faire par lui-même. Des robots prennent de plus en plus de place et il serait prévu un taux de chômage de 80% dans les prochaines années car les divers métiers manuels seront remplacés par des robots, plus rapides et économiques. Bref, en lisant on prend peur et on se dit qu’on devient vraiment nu à notre insu ! Tout y est numérisé pour être analysé. Un livre papier n’est plus utile pour les grandes firmes car ils ne peuvent plus placer de logiciels espions pour savoir si le livre a été lu entièrement, quels passages ont été passés, etc. Faut.il en avoir peur ? Faut-il revenir en arrière ? Que faire pour garder son intégrité, son humanisme et sa vie privée ? À nous d’agir avant qu’il ne soit trop tard. J’ai beaucoup aimé ce livre qui nous avertit des dangers en cours et de ce qui se passe à notre insu. Les auteurs critiquent l’air du numérique notamment au travers des 4 Big data soit Google, Apple, Facebook et Amazon. Ils décrivent que personne ne peut garder un contenu numérique secret car rien n’est gratuit et chaque action sur un ordinateur ou tout autre écran est scruté par ces firmes puis analysés. Les données sont récoltées sur des serveurs puis vendues ou juste collectées pour être analysées. Personne n’est à l’abri car même dans la rue, nous sommes filmés. Les écrans en veille peuvent également être pilotés à distance et filmer sans que nous ne soyons au courant. Ces firmes dépendent également de l’Etat américain et tout est secret. Tout y passe et les autres Etats sont à la traine. On parle de données courantes mais également du dark web qui représente une énorme industrie cachée. Certains secteurs prennent de plus en plus de place tel que le porno. A côté de ceci, l’humain ne réfléchit plus et laisse tout faire la machine. Il peut y avoir un risque que l’être humain devienne esclave des machines et s’abrutisse car il ne peut plus rien faire par lui-même. Des robots prennent de plus en plus de place et il serait prévu un...
    Lire la suite
    En lire moins
  • ANT233 10/07/2023
    Précis, documenté avec des références précises, un travail rigoureux qui décrit la "révolution" numérique qui prépare la fin de la démocratie et la venue de l'empire. Sans concession. On finit par regretter la lucidité qui l'anime. On lève les yeux sur la vie réelle et on se prend à craindre ce qui nous attend. "Le pire est désormais certain". A lire.
  • carlottita91 06/11/2020
    Je suis en ce moment sur des livres très positifs sur l'avenir de l'humanité... Ou pas...voyez-vous, j'aime nourrir ce climat anxiogène qui nous étouffe de plus en plus... Non plus sérieusement... Ce court essai est très intéressant. Il ne fait pas de révélation fracassante mais il explique brièvement l'influence du numérique sur notre intimité. C'est très bien écrit, truffé d''exemples et surtout très accessible à tous. Chaque individu est constamment fliqué, analysé pour devenir un gentil mouton au service de la société de consommation. Et ça ne va pas en s'améliorant. Certes, nous en sommes tous plus ou moins conscient mais c'est toujours bien ce type de petit rappel non ? C'est foncièrement un essai à mettre dans les mains des plus jeunes pour leur faire prendre conscience de l'influence du numérique sur leur vie privée. Même si il est difficile de faire marche arrière et de couper toute utilisation d'internet, il est toujours bon de savoir où vont les informations que l'on transmet. Il s'avère d'ailleurs que nous transmettons beaucoup plus de choses que nous pensons.
  • pattinage 24/10/2020
    Un livre qui nous fait prendre conscience de l'ampleur qu'a pris Internet dans nos vie. Malgré certaines longueurs, c'est un livre à lire pour les plus jeunes comme les adultes.
  • Tricape 23/09/2020
    Cet essai sur la dictature invisible du numérique a été écrit avant l'élection de Donal Trump. Les deux auteurs examinent les conséquences de la révolution des "big data", conséquences déjà avérées et conséquences d'ores et déjà prévisibles. Normalement, ce type d'essai prend rapidement des rides ; mais non, on peut encore le lire trois ans après, même si l'on admet que pendant ce laps de temps le coût de stockage de mémoire a été divisé par plus de deux et que le nombre de données engrangées par les gros opérateurs se compte en milliers de milliards. Les objets connectés commencent à poindre en grand nombre, multipliant les sources d’information. Sans cesse, et de plus en plus, "on" aspire nos données personnelles et on les traite pour mieux nous (as)servir...Si les chiffres relatifs aux données peuvent provoquer le tournis, l'analyse de la dépendance croissante de l'individu aux réseaux électroniques (pas seulement "sociaux") et celle de l'usage réel ou potentiel de ces données donnent froid dans le dos. Non seulement la technologie actuelle de traitement des données modifie notre comportement, mais elle altère aussi progressivement notre cerveau et celui de nos descendants., et cela rapidement et profondément. Les enfants nés avec un smartphone (téléphone "intelligent") dans la main arrivent à rester concentrés 9 secondes (une de plus qu'un poisson rouge dans son bocal !). "Big Brother" vous tient par le bout du nez en orientant vos "clics" en fonction de vos affinités. Le butinage éparpille votre réflexion en mille éclats, casse la flèche du Temps et, finalement vous prive d'analyse critique. Il n'y a plus de "récit", d’œuvre, il ne reste que des échantillons épars provenant de sources plus ou moins identifiables. Le chaos prend la place qu'occupait la culture qui organisait une cohérence. Facebook vous relie à vos amis : donc vous finissez par tous penser la même chose puisque vous ne discutez qu'avec des personnes qui vous ressemblent... A force de vouloir diminuer les risques et de tendre vers un avenir "sans risque", on finira par tuer la vie, car mériterait-elle d'être vécue sans aucun risque ? Je n'aborde pas ici la question des robots, de l'homme "augmenté", de la délégation de mémoire personnelle à un service externe (capable de vous la rendre sur demande) ... Selon les auteurs, la pente sur laquelle nous glissons nous conduit tout droit à la dépendance quasi-totale vis-à-vis des GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon), à la perte de sens critique et à l'amnésie. Quant à la démocratie, on sait qu’elle est manipulable ; preuve en a été donnée. Bref, nous sommes potentiellement des esclaves des GAFA et entreprises assimilées, elles-mêmes acoquinées avec les agences américaines de renseignement. Cet essai, fortement critique, aide à comprendre la mécanique de l'étau qui se resserre sur nous, mais ne nous propose pas de moyen d'enrayer son étreinte. Heureusement, le livre papier demeure un espace silencieux et "déconnecté" où la précipitation et l'absence de réflexion sont mises à mal. Cet essai sur la dictature invisible du numérique a été écrit avant l'élection de Donal Trump. Les deux auteurs examinent les conséquences de la révolution des "big data", conséquences déjà avérées et conséquences d'ores et déjà prévisibles. Normalement, ce type d'essai prend rapidement des rides ; mais non, on peut encore le lire trois ans après, même si l'on admet que pendant ce laps de temps le coût de stockage de mémoire a été divisé par plus de deux et que le nombre de données engrangées par les gros opérateurs se compte en milliers de milliards. Les objets connectés commencent à poindre en grand nombre, multipliant les sources d’information. Sans cesse, et de plus en plus, "on" aspire nos données personnelles et on les traite pour mieux nous (as)servir...Si les chiffres relatifs aux données peuvent provoquer le tournis, l'analyse de la dépendance croissante de l'individu aux réseaux électroniques (pas seulement "sociaux") et celle de l'usage réel ou potentiel de ces données donnent froid dans le dos. Non seulement la technologie actuelle de traitement des données modifie notre comportement, mais elle altère aussi progressivement notre cerveau et celui de nos descendants.,...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter Plon
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…