Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782352877844
Façonnage normé : EPUB2
Nombre de pages : 386
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Loin de la foule déchaînée

Mathilde Zeys (Traducteur)
Date de parution : 01/06/2015
Gabriel Oak, jeune paysan du Wessex, est devenu propriétaire d’une bergerie. Il s’éprend de Barbara Everdene, venue s’installer au pays avec sa tante. Mais la belle repousse ses avances avec hauteur. Ayant perdu toutes ses bêtes par la faute d’un chien mal dressé, Gabriel, ruiné, est réduit à trouver du... Gabriel Oak, jeune paysan du Wessex, est devenu propriétaire d’une bergerie. Il s’éprend de Barbara Everdene, venue s’installer au pays avec sa tante. Mais la belle repousse ses avances avec hauteur. Ayant perdu toutes ses bêtes par la faute d’un chien mal dressé, Gabriel, ruiné, est réduit à trouver du travail dans une ferme qu’il vient de sauver d’un incendie et dont la propriétaire n’est autre que… Barbara, qu’un héritage a rendue riche.Entretemps, la jeune femme subit les assauts d’un prospère exploitant, William Boldwood, mais aussi de son rival, le fringant sergent Francis Troy, qu’elle finit par épouser, sans savoir qu’une domestique, Fanny, est enceinte de ses œuvres… Gabriel ne parvient pas à lui cacher la mort en couches de la mère et de l’enfant, tandis que Troy, repentant, tente de se noyer. Alors que chacun le croit mort, il resurgit à la veille de Noël et est abattu par Boldwood, qui retourne l’arme contre lui. Lorsque enfin Barbara comprend qu’elle n’a jamais eu qu’un ami, Gabriel lui annonce qu’il quitte l’Angleterre pour la Californie…Le quatrième roman de Thomas Hardy (1874) fut son premier grand succès public et critique.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782352877844
Façonnage normé : EPUB2
Nombre de pages : 386
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • PharMarion Posté le 5 Octobre 2020
    Loin de la foule déchainée, mais aussi loin du stéréotype de l'heroïne romantique. Bathsheba Everdeen ne veut pas de mari. Elle veut construire sa propre vie et rester libre. J'ai aimé suivre les revirements, plus ou moins prévisibles, de son histoire. J'ai apprécié aussi les passages plus noirs, comme les chapitres consacrés à Fanny Robin. Loin de moi l'idée de bouder le plaisir que j'ai eu à cette lecture !
  • Cricri08 Posté le 3 Août 2020
    Une femme - trois prétendants. Dans la campagne anglaise, Bathsheba Everdene est une jeune femme volontaire, indépendante qui décide de gérer seule la ferme de son oncle décédé . Hélas, même si elle fait preuve de beaucoup de bon sens quant à la gestion des moutons et récoltes, il n'en va pas de même avec ses sentiments. Elle est partagée : Gabriel Oak, le berger toujours franc, Francis Troy, le beau sergent flatteur ou William Boldwood, le célibataire endurci qu'elle a subjugué? Infiniment plus lumineux que Tess d'Urberville qui m'avait paru sombre et assez déprimant, Loin de la foule déchainée m'a réconciliée avec cet auteur, que je relirai avec plaisir.
  • taganga2000 Posté le 16 Mai 2020
    Pourquoi faut-il lire @loin de la foule déchaînée de Thomas Hardy ? Parce que c'est une immersion complète dans l'Angleterre paysanne du XIX siècle avec ses paysages bucoliques, ses troupeaux de moutons paissant tranquillement dans les prés ou s'affolant à l'approche de l'orage. Je sens encore l'odeur du foin mouillé et visualise les conditions de travail de tous ces ouvriers agricoles récoltant l'orge ou tondant les ovins. J'ai été impressionné par le réalisme de nombreuses scènes mais une de mes préférées est celle où Gabriel Oak défie les éléments déchaînés pour mettre à l'abri les récoltes de la ferme alors que le tonnerre et les éclairs frappent de toute part. Cette longue scène est d'une intensité dramatique exceptionnelle. Parce que Bathsheba Everderne est une héroïne formidable, belle, orgueilleuse, ambitieuse, intelligente et travailleuse, une femme qui revendique son indépendance car son histoire familiale renferme une cicatrice qui lui donne toute sa motivation à s'affranchir des hommes. Parce que les personnages masculins ne sont pas en reste et que Hardy décrit parfaitement leurs caractères, leurs qualités, leurs défauts. L'analyse psychologique de ces hommes, qui gravitent autour de la belle Bathsheba, est d'un réalisme éloquent. Parce que Gabriel Oak est un personnage fascinant, d'une intégrité et... Pourquoi faut-il lire @loin de la foule déchaînée de Thomas Hardy ? Parce que c'est une immersion complète dans l'Angleterre paysanne du XIX siècle avec ses paysages bucoliques, ses troupeaux de moutons paissant tranquillement dans les prés ou s'affolant à l'approche de l'orage. Je sens encore l'odeur du foin mouillé et visualise les conditions de travail de tous ces ouvriers agricoles récoltant l'orge ou tondant les ovins. J'ai été impressionné par le réalisme de nombreuses scènes mais une de mes préférées est celle où Gabriel Oak défie les éléments déchaînés pour mettre à l'abri les récoltes de la ferme alors que le tonnerre et les éclairs frappent de toute part. Cette longue scène est d'une intensité dramatique exceptionnelle. Parce que Bathsheba Everderne est une héroïne formidable, belle, orgueilleuse, ambitieuse, intelligente et travailleuse, une femme qui revendique son indépendance car son histoire familiale renferme une cicatrice qui lui donne toute sa motivation à s'affranchir des hommes. Parce que les personnages masculins ne sont pas en reste et que Hardy décrit parfaitement leurs caractères, leurs qualités, leurs défauts. L'analyse psychologique de ces hommes, qui gravitent autour de la belle Bathsheba, est d'un réalisme éloquent. Parce que Gabriel Oak est un personnage fascinant, d'une intégrité et d'une intelligence bien au-dessus de la moyenne dans ce monde rural, il démontre un déterminisme à toutes épreuves et se transforme en colosse aux pieds d'argile en présence de Bathsheba. Parce qu'Hardy une fois son lecteur ferré ne le lâche plus et déroule son histoire dans une narration aboutie. L'humour et le drame se mêlent ou se succèdent sans temps mort. La prose est lumineuse, l'histoire est palpitante, pleine de rebondissements inattendus et judicieusement amenés. Parce que l'on n'a pas tous les jours l'occasion de refermer un roman en étant conscient que l'on vient d'achever un joyau de la littérature mondiale et que cela fait un bien fou.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Calliope2017 Posté le 23 Avril 2020
    Au vu des critiques dithyrambiques sur Babelio, j’étais très enthousiaste à l’idée d’entamer enfin la lecture de ce roman… Comme j’ai été déçue ! J’ai eu surtout beaucoup de mal avec le style de l’auteur. Malgré quelques pointes d’ironie ici et là que j’ai appréciées, je l’ai trouvé lourd et artificiel (notamment les descriptions de la nature qui se veulent poétiques mais qui sont pour moi surfaites). Quant aux remarques misogynes qui émaillent le roman, j’ai d’abord essayé de me dire que c’était une autre époque et qu’il ne fallait pas juger, mais elles sont tellement nombreuses que c’est devenu franchement insupportable. Quant à la traduction, elle est catastrophique ! Quiconque a fait un peu d’anglais voit que la « traductrice » (a-t-elle vraiment fait des études de traduction ou est-ce simplement une personne qui parlait anglais à qui l’on a demandé de faire ce travail ??) a transcrit du mot à mot, respectant l’ordre anglais quand ça ne fonctionne pas du tout en français et tombant dans tous les pièges des « faux amis » et des « transpositions ». A titre d’exemple, « newly married », c’est très courant, mais « nouvellement marié », ça passe beaucoup moins… (Et je ne... Au vu des critiques dithyrambiques sur Babelio, j’étais très enthousiaste à l’idée d’entamer enfin la lecture de ce roman… Comme j’ai été déçue ! J’ai eu surtout beaucoup de mal avec le style de l’auteur. Malgré quelques pointes d’ironie ici et là que j’ai appréciées, je l’ai trouvé lourd et artificiel (notamment les descriptions de la nature qui se veulent poétiques mais qui sont pour moi surfaites). Quant aux remarques misogynes qui émaillent le roman, j’ai d’abord essayé de me dire que c’était une autre époque et qu’il ne fallait pas juger, mais elles sont tellement nombreuses que c’est devenu franchement insupportable. Quant à la traduction, elle est catastrophique ! Quiconque a fait un peu d’anglais voit que la « traductrice » (a-t-elle vraiment fait des études de traduction ou est-ce simplement une personne qui parlait anglais à qui l’on a demandé de faire ce travail ??) a transcrit du mot à mot, respectant l’ordre anglais quand ça ne fonctionne pas du tout en français et tombant dans tous les pièges des « faux amis » et des « transpositions ». A titre d’exemple, « newly married », c’est très courant, mais « nouvellement marié », ça passe beaucoup moins… (Et je ne parle pas des coquilles ou du personnage de Coggan qui s’appelle tantôt Jan tantôt Jean…) Je n’ai pas non plus réussi à m’intéresser à l’intrigue pendant la majeure partie du livre. Si la psychologie des personnages est travaillée, la lourdeur du style rend l’intrigue lente et artificielle, et je n’ai été touchée par aucune des émotions ressenties par les personnages. J’ai commencé à me passionner pour l’intrigue vers la page 300 (sur 470, il était temps), lorsque tout s’accélère et que l’écriture, qui devient plus dynamique et moins alambiquée, permet enfin d’apprécier les événements et les personnages. J’ai mis deux mois à lire les 300 premières pages et trois jours à lire la fin, et c’est cette dernière impression positive qui explique ma note de 3 étoiles.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Zazaboum Posté le 19 Avril 2020
    Sur fond de campagne anglaise du 19ème siècle, parmi les fermiers aisés, des histoires d’amour : 1 femme et 3 hommes aux antipodes les uns des autres ! Thomas Hardy n’est pas Jane Austen ! Beaucoup de clichés : le berger bourru, le soldat cavaleur, le triste sire qui devient fou et la belle qui s’en sort toujours ! Les dialogues atteignent parfois des sommités de niaiserie, ça m’a bien crispé et j’ai souvent eu l’impression de lire du Harlequin ! Les personnages secondaires m’ont semblé plus réels et plus crédibles que les « héros » de l’histoire. Quelque peu déçue au final, j’en attendais plus et mieux ! CHALLENGE PAVES 2020 CHALLENGE XIXè SIECLE 2020 CHALLENGE SOLIDAIRE 2020 CHALLENGE BBC 2020 CHALLENGE DU LIVRE AU FILM
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.