RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Munich

            Plon
            EAN : 9782259276658
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Munich

            Natalie ZIMMERMANN (Traducteur)
            Date de parution : 08/11/2018
            Septembre 1938. Hitler est prêt à déclarer la guerre. Le premier ministre du Royaume-Uni, Chamberlain, fera tout pour conserver la paix. Tout se jouera dans une ville : Munich.
            Tandis que l’avion de Chamberlain survole la manche, Hitler quitte le sud de Berlin en train. Tous deux se dirigent vers Munich.
            De leur côté, deux jeunes hommes entament le même voyage : Hugh Legat, secrétaire privé de Chamberlain, et Paul Hartmann, diplomate allemand et membre de la résistance au nazisme....
            Tandis que l’avion de Chamberlain survole la manche, Hitler quitte le sud de Berlin en train. Tous deux se dirigent vers Munich.
            De leur côté, deux jeunes hommes entament le même voyage : Hugh Legat, secrétaire privé de Chamberlain, et Paul Hartmann, diplomate allemand et membre de la résistance au nazisme. Amis durant leurs études à Oxford, avant qu’Hitler n’arrive au pouvoir, ils ne se sont pas vus depuis leur dernier voyage à Munich, six ans plus tôt.
            Alors que le destin de l’Europe est en train de se jouer, leurs chemins se croisent à nouveau.
            Quand les enjeux sont si grands, qui êtes-vous prêt à trahir ? Vos amis, votre famille, votre pays, ou votre conscience ?
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782259276658
            Façonnage normé : EPUB3
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Plon

            Ils en parlent

            « Une fois de plus, Harris donne vie à l’histoire avec un talent exceptionnel. »

             
            The Washington Post

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • ZeroJanvier79 Posté le 10 Août 2019
              J’ai découvert Robert Harris il y a plusieurs années en lisant son roman Fatherland, que j’ai d’ailleurs relu il y a tout juste un an. Il s’agissait alors d’une uchronie, un polar ayant pour cadre la ville de Berlin dans des années 1960 fictives, au sein d’une Europe dominée par l’Allemagne nazie qui aurait remporté la Seconde Guerre Mondiale. Il semble que la période nazie intéresse beaucoup Robert Harris car Munich, paru en 2018, a pour cadre la négociation des fameux accords de Munich en 1938, quand le Grande-Bretagne et la France ont abandonné leur allié tchécoslovaque et ont cédé face à l’Allemagne d’Hitler pour éviter la guerre. Le roman suit alternativement les deux délégations auxquelles l’auteur s’intéresse particulièrement : celle de l’Allemagne nazie qui reçoit à Munich, et celle de la Grande-Bretagne conduite par le premier ministre Neville Chamberlain. Les délégations de la France et de l’Italie sont bien présentes mais ne jouent qu’un rôle secondaire dans le récit proposé par Robert Harris. Au sein de ces deux délégations, nous suivons particulièrement deux jeunes diplomates : le britannique Hugh Legat et l’allemand Paul Harmann, qui ont étudié ensemble à Oxford mais ne se sont plus vus depuis six ans. Hugh est l’étoile... J’ai découvert Robert Harris il y a plusieurs années en lisant son roman Fatherland, que j’ai d’ailleurs relu il y a tout juste un an. Il s’agissait alors d’une uchronie, un polar ayant pour cadre la ville de Berlin dans des années 1960 fictives, au sein d’une Europe dominée par l’Allemagne nazie qui aurait remporté la Seconde Guerre Mondiale. Il semble que la période nazie intéresse beaucoup Robert Harris car Munich, paru en 2018, a pour cadre la négociation des fameux accords de Munich en 1938, quand le Grande-Bretagne et la France ont abandonné leur allié tchécoslovaque et ont cédé face à l’Allemagne d’Hitler pour éviter la guerre. Le roman suit alternativement les deux délégations auxquelles l’auteur s’intéresse particulièrement : celle de l’Allemagne nazie qui reçoit à Munich, et celle de la Grande-Bretagne conduite par le premier ministre Neville Chamberlain. Les délégations de la France et de l’Italie sont bien présentes mais ne jouent qu’un rôle secondaire dans le récit proposé par Robert Harris. Au sein de ces deux délégations, nous suivons particulièrement deux jeunes diplomates : le britannique Hugh Legat et l’allemand Paul Harmann, qui ont étudié ensemble à Oxford mais ne se sont plus vus depuis six ans. Hugh est l’étoile montante de la diplomatie britannique mais traverse une période difficile dans son couple. Quand à Paul, s’il travaille pour le Ministère des Affaires Etrangères allemand, il appartient clandestinement à un petit groupe de diplomates et de militaires qui désapprouvent la politique du régime nazi et veulent renverser Hitler. Le roman se déroule sur quatre jours, fin septembre 1938 au moment de la crise tchécoslovaque. Hitler menace d’envahir la Tchécoslovaquie pour récupérer les territoires des Sudètes, dont la population est majoritairement de langue allemande. Les britanniques, civils comme militaires, craignent une guerre qu’ils ne sont pas certains de gagner, et le Premier Ministre Neville Chamberlain veut jouer l’apaisement, au moins pour retarder l’échéance. C’est dans ce contexte que le récit de Robert Harris nous plonge. Le roman est bien construit et prenant. Il nous emmène dans les coulisses d’une négociation internationale tristement fameuse, puisqu’elle signait le renoncement des démocraties occidentales à faire respecter les traités et le droit international face à l’Allemagne nazie. Malgré tout, le propos de l’auteur m’a semblé plus nuancé, j’ai même senti une tentative de réhabiliter la figure de Neville Chamberlain, présenté non pas comme un pacifiste absolu mais comme un pragmatique qui voulait éviter la guerre immédiate pour permettre à la Grande-Bretagne de se préparer au mieux pour un conflit malgré tout inévitable. Par contre, les deux personnages principaux que l’auteur nous propose de suivre tout au long du roman ne m’ont pas vraiment captivé. Leur passé commun à Oxford n’est qu’à peine effleuré et m’a semblé n’être qu’un simple prétexte pour les besoins du récit. Leurs personnalités respectives sont assez transparentes et j’ai eu du mal à me passionner pour leurs aventures à Munich. Finalement, j’ai pris un certain plaisir à lire ce roman, plus pour l’aspect historique, sa description des enjeux et des négociations, que pour les deux protagonistes. Un bon roman historique, assurément, qui m’a donné de poursuivre ma découverte de l’oeuvre de Robert Harris.
              Lire la suite
              En lire moins
            • ZeroJanvier79 Posté le 10 Août 2019
              J’ai découvert Robert Harris il y a plusieurs années en lisant son roman Fatherland, que j’ai d’ailleurs relu il y a tout juste un an. Il s’agissait alors d’une uchronie, un polar ayant pour cadre la ville de Berlin dans des années 1960 fictives, au sein d’une Europe dominée par l’Allemagne nazie qui aurait remporté la Seconde Guerre Mondiale. Il semble que la période nazie intéresse beaucoup Robert Harris car Munich, paru en 2018, a pour cadre la négociation des fameux accords de Munich en 1938, quand le Grande-Bretagne et la France ont abandonné leur allié tchécoslovaque et ont cédé face à l’Allemagne d’Hitler pour éviter la guerre. Le roman suit alternativement les deux délégations auxquelles l’auteur s’intéresse particulièrement : celle de l’Allemagne nazie qui reçoit à Munich, et celle de la Grande-Bretagne conduite par le premier ministre Neville Chamberlain. Les délégations de la France et de l’Italie sont bien présentes mais ne jouent qu’un rôle secondaire dans le récit proposé par Robert Harris. Au sein de ces deux délégations, nous suivons particulièrement deux jeunes diplomates : le britannique Hugh Legat et l’allemand Paul Harmann, qui ont étudié ensemble à Oxford mais ne se sont plus vus depuis six ans. Hugh est l’étoile... J’ai découvert Robert Harris il y a plusieurs années en lisant son roman Fatherland, que j’ai d’ailleurs relu il y a tout juste un an. Il s’agissait alors d’une uchronie, un polar ayant pour cadre la ville de Berlin dans des années 1960 fictives, au sein d’une Europe dominée par l’Allemagne nazie qui aurait remporté la Seconde Guerre Mondiale. Il semble que la période nazie intéresse beaucoup Robert Harris car Munich, paru en 2018, a pour cadre la négociation des fameux accords de Munich en 1938, quand le Grande-Bretagne et la France ont abandonné leur allié tchécoslovaque et ont cédé face à l’Allemagne d’Hitler pour éviter la guerre. Le roman suit alternativement les deux délégations auxquelles l’auteur s’intéresse particulièrement : celle de l’Allemagne nazie qui reçoit à Munich, et celle de la Grande-Bretagne conduite par le premier ministre Neville Chamberlain. Les délégations de la France et de l’Italie sont bien présentes mais ne jouent qu’un rôle secondaire dans le récit proposé par Robert Harris. Au sein de ces deux délégations, nous suivons particulièrement deux jeunes diplomates : le britannique Hugh Legat et l’allemand Paul Harmann, qui ont étudié ensemble à Oxford mais ne se sont plus vus depuis six ans. Hugh est l’étoile montante de la diplomatie britannique mais traverse une période difficile dans son couple. Quand à Paul, s’il travaille pour le Ministère des Affaires Etrangères allemand, il appartient clandestinement à un petit groupe de diplomates et de militaires qui désapprouvent la politique du régime nazi et veulent renverser Hitler. Le roman se déroule sur quatre jours, fin septembre 1938 au moment de la crise tchécoslovaque. Hitler menace d’envahir la Tchécoslovaquie pour récupérer les territoires des Sudètes, dont la population est majoritairement de langue allemande. Les britanniques, civils comme militaires, craignent une guerre qu’ils ne sont pas certains de gagner, et le Premier Ministre Neville Chamberlain veut jouer l’apaisement, au moins pour retarder l’échéance. C’est dans ce contexte que le récit de Robert Harris nous plonge. Le roman est bien construit et prenant. Il nous emmène dans les coulisses d’une négociation internationale tristement fameuse, puisqu’elle signait le renoncement des démocraties occidentales à faire respecter les traités et le droit international face à l’Allemagne nazie. Malgré tout, le propos de l’auteur m’a semblé plus nuancé, j’ai même senti une tentative de réhabiliter la figure de Neville Chamberlain, présenté non pas comme un pacifiste absolu mais comme un pragmatique qui voulait éviter la guerre immédiate pour permettre à la Grande-Bretagne de se préparer au mieux pour un conflit malgré tout inévitable. Par contre, les deux personnages principaux que l’auteur nous propose de suivre tout au long du roman ne m’ont pas vraiment captivé. Leur passé commun à Oxford n’est qu’à peine effleuré et m’a semblé n’être qu’un simple prétexte pour les besoins du récit. Leurs personnalités respectives sont assez transparentes et j’ai eu du mal à me passionner pour leurs aventures à Munich. Finalement, j’ai pris un certain plaisir à lire ce roman, plus pour l’aspect historique, sa description des enjeux et des négociations, que pour les deux protagonistes. Un bon roman historique, assurément, qui m’a donné de poursuivre ma découverte de l’oeuvre de Robert Harris.
              Lire la suite
              En lire moins
            • cmpf Posté le 11 Mai 2019
              Ce livre traite sous la forme fictionnelle mais en respectant les faits, des quatre jours de négociations qui ont eu lieu entre Hitler et Chamberlain et accessoirement Daladier et Mussolini avant l’invasion des Sudètes. Comme beaucoup j’avais une image très négative du Premier Ministre anglais due à la façon dont aujourd’hui il est présenté, mais je suspend mon jugement. Bien sûr pour qui connaît la suite cela paraît une reculade basée sur la naïveté mais ce n’est pas si simple. Déjà en 1938, la Grande Bretagne n'était pas prête militairement et puis la demande pouvait sembler acceptable : rattacher des Allemands à l’Allemagne. Il semble d'ailleurs que Chamberlain ait beaucoup négocié et que Hitler n’était pas si satisfait que cela. On prête à Churchill ces mots adressé au Premier Ministre à son retour de Munich "Vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre, vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre" ( propos en fait tenus plus tard dans une correspondance). Mais les populations étaient toutes ravies d’avoir échappé un second conflit si peu de temps après celui de 14-18 toujours en mémoire y compris la population allemande. N’oublions pas que la Première Guerre... Ce livre traite sous la forme fictionnelle mais en respectant les faits, des quatre jours de négociations qui ont eu lieu entre Hitler et Chamberlain et accessoirement Daladier et Mussolini avant l’invasion des Sudètes. Comme beaucoup j’avais une image très négative du Premier Ministre anglais due à la façon dont aujourd’hui il est présenté, mais je suspend mon jugement. Bien sûr pour qui connaît la suite cela paraît une reculade basée sur la naïveté mais ce n’est pas si simple. Déjà en 1938, la Grande Bretagne n'était pas prête militairement et puis la demande pouvait sembler acceptable : rattacher des Allemands à l’Allemagne. Il semble d'ailleurs que Chamberlain ait beaucoup négocié et que Hitler n’était pas si satisfait que cela. On prête à Churchill ces mots adressé au Premier Ministre à son retour de Munich "Vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre, vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre" ( propos en fait tenus plus tard dans une correspondance). Mais les populations étaient toutes ravies d’avoir échappé un second conflit si peu de temps après celui de 14-18 toujours en mémoire y compris la population allemande. N’oublions pas que la Première Guerre était censée “mettre fin à toutes les guerres”. Et aurait on gagné la guerre si le conflit avait commencé en 1938 ? C’est en tout cas une lecture très agréable avec peu de personnages inventés.
              Lire la suite
              En lire moins
            • cmpf Posté le 11 Mai 2019
              Ce livre traite sous la forme fictionnelle mais en respectant les faits, des quatre jours de négociations qui ont eu lieu entre Hitler et Chamberlain et accessoirement Daladier et Mussolini avant l’invasion des Sudètes. Comme beaucoup j’avais une image très négative du Premier Ministre anglais due à la façon dont aujourd’hui il est présenté, mais je suspend mon jugement. Bien sûr pour qui connaît la suite cela paraît une reculade basée sur la naïveté mais ce n’est pas si simple. Déjà en 1938, la Grande Bretagne n'était pas prête militairement et puis la demande pouvait sembler acceptable : rattacher des Allemands à l’Allemagne. Il semble d'ailleurs que Chamberlain ait beaucoup négocié et que Hitler n’était pas si satisfait que cela. On prête à Churchill ces mots adressé au Premier Ministre à son retour de Munich "Vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre, vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre" ( propos en fait tenus plus tard dans une correspondance). Mais les populations étaient toutes ravies d’avoir échappé un second conflit si peu de temps après celui de 14-18 toujours en mémoire y compris la population allemande. N’oublions pas que la Première Guerre... Ce livre traite sous la forme fictionnelle mais en respectant les faits, des quatre jours de négociations qui ont eu lieu entre Hitler et Chamberlain et accessoirement Daladier et Mussolini avant l’invasion des Sudètes. Comme beaucoup j’avais une image très négative du Premier Ministre anglais due à la façon dont aujourd’hui il est présenté, mais je suspend mon jugement. Bien sûr pour qui connaît la suite cela paraît une reculade basée sur la naïveté mais ce n’est pas si simple. Déjà en 1938, la Grande Bretagne n'était pas prête militairement et puis la demande pouvait sembler acceptable : rattacher des Allemands à l’Allemagne. Il semble d'ailleurs que Chamberlain ait beaucoup négocié et que Hitler n’était pas si satisfait que cela. On prête à Churchill ces mots adressé au Premier Ministre à son retour de Munich "Vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre, vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre" ( propos en fait tenus plus tard dans une correspondance). Mais les populations étaient toutes ravies d’avoir échappé un second conflit si peu de temps après celui de 14-18 toujours en mémoire y compris la population allemande. N’oublions pas que la Première Guerre était censée “mettre fin à toutes les guerres”. Et aurait on gagné la guerre si le conflit avait commencé en 1938 ? C’est en tout cas une lecture très agréable avec peu de personnages inventés.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Balthazar21 Posté le 22 Février 2019
              Ce livre traite d'un événement très important de 1938, à savoir la volonté d'Hitler d'annexer les sudètes, population germanique vivant en Tchécoslovaquie ... au risque de déclencher une guerre contre la France et l'Angleterre. L'auteur, à travers une Histoire romancée, nous présente le point de vue des nazis ainsi que celui des anglais, ces derniers étant prêts à toute compromission pourvu qu'on évite la guerre ... et tout se passe en quelques jours intenses avec comme point d'orgue la signature de 2 "traités" à Münich. Chamberlin, premier ministre anglais, abandonne la Tchécoslovaquie et, véritable pute politique, revient à Londres avec une sorte d'accord écrit de non agression future entre l'Allemagne et l'Angleterre ... et la presse et le peuple l'en félicitent ... et l'Histoire aura le dernier mot. L'Histoire a tendance à se répéter, et être faible peut être populaire à court terme (regardez autour de nous), mais cela n'élimine pas le problème ... et il nous revient en pleine figure comme un boomerang, et nos hommes politiques européens actuels feraient bien de reprendre leurs livres d'Histoire et se dire qu'il faut absolument être intransigeant sur certaines dérives qui pourrissent nos sociétés occidentales plutôt que de faire l'autruche et de ne pas appeler... Ce livre traite d'un événement très important de 1938, à savoir la volonté d'Hitler d'annexer les sudètes, population germanique vivant en Tchécoslovaquie ... au risque de déclencher une guerre contre la France et l'Angleterre. L'auteur, à travers une Histoire romancée, nous présente le point de vue des nazis ainsi que celui des anglais, ces derniers étant prêts à toute compromission pourvu qu'on évite la guerre ... et tout se passe en quelques jours intenses avec comme point d'orgue la signature de 2 "traités" à Münich. Chamberlin, premier ministre anglais, abandonne la Tchécoslovaquie et, véritable pute politique, revient à Londres avec une sorte d'accord écrit de non agression future entre l'Allemagne et l'Angleterre ... et la presse et le peuple l'en félicitent ... et l'Histoire aura le dernier mot. L'Histoire a tendance à se répéter, et être faible peut être populaire à court terme (regardez autour de nous), mais cela n'élimine pas le problème ... et il nous revient en pleine figure comme un boomerang, et nos hommes politiques européens actuels feraient bien de reprendre leurs livres d'Histoire et se dire qu'il faut absolument être intransigeant sur certaines dérives qui pourrissent nos sociétés occidentales plutôt que de faire l'autruche et de ne pas appeler un chat un chat! C'est le moment de lire ce livre ...
              Lire la suite
              En lire moins
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
            Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Plon

              6 romans à offrir pour Noël

              Il n’est pas toujours aisé de trouver le roman idéal à offrir pour Noël. Pour faciliter vos choix, nous vous proposons une sélection de 6 romans historiques. D’une épopée au temps des croisades à une fresque foisonnante de la révolution de 1830, embarquez vos proches pour un voyage à travers le temps.

              Lire l'article