Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266108355
Code sériel : 11197
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm
Birdman
Thierry Arson (traduit par)
Date de parution : 04/10/2001
Éditeurs :
Pocket

Birdman

Thierry Arson (traduit par)
Date de parution : 04/10/2001

Dans un terrain vague de la banlieue de Londres, une pelleteuse exhume cinq cadavres de femmes. Un seul lien unit tous ces corps tailladés puis recousus : un oiseau a...

Dans un terrain vague de la banlieue de Londres, une pelleteuse exhume cinq cadavres de femmes. Un seul lien unit tous ces corps tailladés puis recousus : un oiseau a été enfermé à l'intérieur de chaque cage thoracique.
C'est avec ces meurtres en série que l'inspecteur Jack Caffery inaugure son nouveau...

Dans un terrain vague de la banlieue de Londres, une pelleteuse exhume cinq cadavres de femmes. Un seul lien unit tous ces corps tailladés puis recousus : un oiseau a été enfermé à l'intérieur de chaque cage thoracique.
C'est avec ces meurtres en série que l'inspecteur Jack Caffery inaugure son nouveau poste au Service régional des enquêtes sensibles. Entre l'hostilité de certains collègues, sa vie conjugale étouffante et la tension grandissante avec un voisin qu'il soupçonne d'être responsable de la disparition de son propre frère, Caffery est mis à rude épreuve. Mais l'enquête dont il est chargé est de celles qui font oublier tout le reste.

« Digne du chef-d'œuvre Dragon rouge. » Bruno Corty – Le Figaro littéraire

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266108355
Code sériel : 11197
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un cauchemar éveillé qu’on ne peut pas quitter ! Il y a une véritable intensité dans chacun des romans de Mo Hayder. » Zonelivre.fr

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Suzette41 Posté le 11 Février 2022
    Mais comment autant de machiavélisme pervers peut-il ressortir d'un cerveau féminin? Rhaaaa j'adore cette auteur et ai dévoré ce livre. Je commence la saga Jack Caffery depuis le début (même si j'ai déjà lu Viscères, tant pis) et je suis diablement fan. L'enquête policiere est incroyable, c'est terriblement bien décrit, et l'on plonge par moments dans la tête du tueur, ainsi que dans celle des victimes, puis dans les coulisses de la police londonienne. Le fil rouge: l'histoire personnelle de l'inspecteur Caffery nous prend aux tripes également. Hâte de lire la suite...avec un petit verre de "Glenmorangie", au chaud au coin du feu ;-)
  • julienraynaud Posté le 27 Décembre 2021
    Lu deux fois, à 21 ans d'intervalle ! Lu une première fois à sa sortie en 2000. Comme je n'en avais aucun souvenir 20 ans plus tard, je l'ai relu en décembre 2021. Précisons d'emblée que mon exemplaire des Presses de la Cité était toujours absolument intact, comme neuf disent les revendeurs d'occasion. Félicitations donc à l'imprimeur Bussière Camedan, situé à Saint-Amand-Montrond, dans le Cher. Il faut croire qu'il avait fait du travail de qualité. Un livre sans temps morts, guère de descriptions inutiles. Le modus operandi du tueur ne s'oublie pas et explicite le titre du roman. Le final est assez spectaculaire. Dommage que le film n'existe pas, ce qui est une étrangeté. Avec quelques stars pour jouer les enquêteurs, ce serait fameux. Pour les recruter, on chercherait parmi les acteurs des séries Hannibal ou Dexter, ils sont habitués à baigner dans la sauce tomate. Pour ceux qui connaissent le livre, n'hésitez pas à mettre en commentaires des intrigues similaires, je suis preneur.
  • Tomabooks Posté le 18 Novembre 2021
    Le premier constat que l’on peut se faire en lisant quelques pages de Birdman de Mo Hayder, c’est que celui-ci semble assez classique dans le genre thriller évoquant un tueur en série. On peut alors se dire que nous sommes en train de lire le tout premier roman d’une jeune romancière et qu’il ne faut pas avoir peur d’entrer sur un chemin trop balisé, ni d’avoir trop d’attente. On découvre les premiers chapitres et il est indéniable que l’autrice maîtrise les codes du genre, puisque l’on retrouve bien évidemment l’inspecteur de police au passé trouble, un poil borderline dans sa vie privée, ainsi que dans son travail, mais également un psychopathe qui sent le déjà vu, déjà lu… La progression dans Birdman continue et l’impression de n’avoir aucune surprise à l’horizon se fait ressentir encore quelques instants. Le chemin balisé s’assombrit peu à peu et Mo Hayder prouve qu’elle a de quoi se démarquer des autres finalement. Il faut dire que la romancière n’a pas peur de nous offrir de réel moment gore, malsains, voire parfois insoutenable, tout en jouant sur les attentes classiques d’un thriller. Celle-ci se joue de nous et renverse la situation dès qu’il le faut avec une... Le premier constat que l’on peut se faire en lisant quelques pages de Birdman de Mo Hayder, c’est que celui-ci semble assez classique dans le genre thriller évoquant un tueur en série. On peut alors se dire que nous sommes en train de lire le tout premier roman d’une jeune romancière et qu’il ne faut pas avoir peur d’entrer sur un chemin trop balisé, ni d’avoir trop d’attente. On découvre les premiers chapitres et il est indéniable que l’autrice maîtrise les codes du genre, puisque l’on retrouve bien évidemment l’inspecteur de police au passé trouble, un poil borderline dans sa vie privée, ainsi que dans son travail, mais également un psychopathe qui sent le déjà vu, déjà lu… La progression dans Birdman continue et l’impression de n’avoir aucune surprise à l’horizon se fait ressentir encore quelques instants. Le chemin balisé s’assombrit peu à peu et Mo Hayder prouve qu’elle a de quoi se démarquer des autres finalement. Il faut dire que la romancière n’a pas peur de nous offrir de réel moment gore, malsains, voire parfois insoutenable, tout en jouant sur les attentes classiques d’un thriller. Celle-ci se joue de nous et renverse la situation dès qu’il le faut avec une nouvelle thématique qui prend place. Publicités REPORT THIS ADCONFIDENTIALITÉ Parce que Birdman, c’est une immersion dans une ville de Londres froide, dangereuse, très sombre où la violence du quotidien et le racisme ambiant se veulent insidieux et présents à chaque coin de rue. La brume s’infiltre partout et l’impression d’être dans un coupe-gorge permanent se fait ressentir. Mo Hayder ne lésine pas sur l’atmosphère et sur l’inquiétude qui se met en place. Il est rare que je ne me sente pas véritablement serein durant mes lectures, mais je dois bien admettre que ce roman fonctionne à la perfection. Cette noirceur est aussi visible dès que l’autrice nous plonge dans les pensées et dans les actes du tueur en série. On entre pleinement dans ses tourments, dans son quotidien, dans ses réflexions et ses pulsions aussi fascinantes que repoussantes. Mo Hayder nous met mal à l’aise et c’est en cela que le roman se démarque des autres. Birdman se fait une belle place dans les plus grands thrillers que j’ai pu lire ces dix dernières années. Il est difficile pour moi de ne pas aller plus en profondeur dans ce que l’autrice nous apporte ici, tant il serait dommage de vous gâcher la surprise. Il est fort probable que vous ne voyez rien venir, que certaines thématiques vous marquent à tout jamais et vous choque pour un bon moment. Birdman fera assurément partie de vous après votre lecture et vous aurez du mal à vous défaire de son aura funeste. Pour le reste, vous aurez le droit à un thriller qui fonctionne parfaitement, avec un rythme qui prend aux tripes. On plonge dans cette enquête grâce à la plume de Mo Hayder et à sa volonté de nous faire vivre ce moment de l’intérieur, tout en nous faisant côtoyer des personnages charismatiques. On peut alors dire que la romancière joue avec les codes du thriller pour mieux les tordre et nous offrir, finalement, un récit hors du commun. Vous l’aurez compris, Birdman s’avère être le genre de thriller que l’on est pas prêt d’oublier. Mo Hayder use des codes classiques pour nous immerger dans une ville de Londres aussi sombre que sale, aussi dangereuse que violente, créant ainsi un climat d’insécurité permanent. Le roman nous offre de grands moments malsains, de beaux retournements de situation et des personnages charismatiques, que ce soit chez les protagonistes que chez les antagonistes. En un mot : foncez !
    Lire la suite
    En lire moins
  • LisaGiraudTaylor Posté le 14 Novembre 2021
    Il faut l'avouer, j'ai commencé à lire Mo Hayder à l'envers puisque j'ai découvert Jack Caffery dans Proies... et que j'ai lu son one-short Tokyo par la suite... mais j'ai tellement aimé le style de Hayder que j'ai décidé de les lire tous. Birdman est donc la genèse de la saga de Mo Hayder... et nous offre un bien beau portrait d'introduction de Caffery... On découvre donc un enquêteur pas très bien dans sa vie (il veut se séparer de sa compagne mais il est un peu lâche sur les bords), obsédé par la disparition de son frère des années plus tôt, par l'homme qu'il soupçonne d'avoir tuer son "double", un voisin qu'il épie. En sus de tout cela, il va enquêter sur des meurtres particulièrement sordides perpétrés sur des femmes, mutilées avec des marques indiquant une autopsie et des cadavres d'oiseaux dans la cage thoraciques... le lien ? un bar qui semblerait être le point commun des victimes... Caffery va donc entreprendre cette enquête mais rien n'est simple chez Mo Hayder... Il y a deux parties à ce roman, la première est plus personnellement lié à Caffery, la seconde est focalisée sur le déroulé et la révélation de cette cruauté. De scènes de mutilations de... Il faut l'avouer, j'ai commencé à lire Mo Hayder à l'envers puisque j'ai découvert Jack Caffery dans Proies... et que j'ai lu son one-short Tokyo par la suite... mais j'ai tellement aimé le style de Hayder que j'ai décidé de les lire tous. Birdman est donc la genèse de la saga de Mo Hayder... et nous offre un bien beau portrait d'introduction de Caffery... On découvre donc un enquêteur pas très bien dans sa vie (il veut se séparer de sa compagne mais il est un peu lâche sur les bords), obsédé par la disparition de son frère des années plus tôt, par l'homme qu'il soupçonne d'avoir tuer son "double", un voisin qu'il épie. En sus de tout cela, il va enquêter sur des meurtres particulièrement sordides perpétrés sur des femmes, mutilées avec des marques indiquant une autopsie et des cadavres d'oiseaux dans la cage thoraciques... le lien ? un bar qui semblerait être le point commun des victimes... Caffery va donc entreprendre cette enquête mais rien n'est simple chez Mo Hayder... Il y a deux parties à ce roman, la première est plus personnellement lié à Caffery, la seconde est focalisée sur le déroulé et la révélation de cette cruauté. De scènes de mutilations de plus en plus sanglantes (âmes très sensibles, passez votre chemin), de rebondissements en fausses pistes, Mo Hayder joue parfaitement avec nos nerfs (et ceux du Jack Caffery qui se dévoile être un héros, anti-héros, typiquement très attachant, malgré quelques récurrences sur les policiers bordeline). Premier de la saga, je comprends immédiatement l'engouement qu'il a suscité... j'ai vraiment énormément aimé ma lecture et le fait de connaître désormais (oui, lisez les sagas dans l'ordre devrait être marqué en taille 48 devant mes yeux !) les démons de Jack Caffery ne fait que renforcer ma volonté de lire tous les autres tomes. Quelques clichés çà et là (la pute au grand coeur, etc.) mais honnêtement cela ne gâche rien de la main de maître de l'auteure, malheureusement décédée.
    Lire la suite
    En lire moins
  • sandraboop Posté le 8 Novembre 2021
    découverte de cette autrice dans le cadre du challenge Black november dédié aux polars /thrillers. Le moins qu'on puisse dire c'est que nous sommes dans le thème. toutefois, je ne suis pas totalement satisfaite de ma lecture et je vous explique pourquoi. rappel des faits: des cadavres de femmes mutilés sont retrouvés sur un terrain vague. elles semblent avoir subi une autopsie sale avec l'incision en Y caractéristique. mais cela renferme plutôt un cadavre de plus : un oisillon placé vivant et enfermé par la suture dans ce corps qu'il va déchiqueter pour tenter de survivre. quels points communs ont les victimes en dehors de leur mort : toxicomane, elles semblent être strip-teaseuses et disparaître après s être produite au Dog and Bell. l enquête est menée par Jack Caffery sous la supervision du chef Maddox et avec Essex et Kryotos, soit l equipe B du SRES. en renfort, l'équipe F, avec l'inspecteur principal Diamond, aussi antipathique qu'incompetent. rapidement le tueur s'exprime et son identité est révélée. Pas de surprise de ce côté là. mais alors qu'il est retrouvé mort, d'autres victimes "vivantes" présentant les mêmes mutilations sont retrouvées. dès lors aux 2/3 du roman, le lecteur comprend où l... découverte de cette autrice dans le cadre du challenge Black november dédié aux polars /thrillers. Le moins qu'on puisse dire c'est que nous sommes dans le thème. toutefois, je ne suis pas totalement satisfaite de ma lecture et je vous explique pourquoi. rappel des faits: des cadavres de femmes mutilés sont retrouvés sur un terrain vague. elles semblent avoir subi une autopsie sale avec l'incision en Y caractéristique. mais cela renferme plutôt un cadavre de plus : un oisillon placé vivant et enfermé par la suture dans ce corps qu'il va déchiqueter pour tenter de survivre. quels points communs ont les victimes en dehors de leur mort : toxicomane, elles semblent être strip-teaseuses et disparaître après s être produite au Dog and Bell. l enquête est menée par Jack Caffery sous la supervision du chef Maddox et avec Essex et Kryotos, soit l equipe B du SRES. en renfort, l'équipe F, avec l'inspecteur principal Diamond, aussi antipathique qu'incompetent. rapidement le tueur s'exprime et son identité est révélée. Pas de surprise de ce côté là. mais alors qu'il est retrouvé mort, d'autres victimes "vivantes" présentant les mêmes mutilations sont retrouvées. dès lors aux 2/3 du roman, le lecteur comprend où l auteur nous emmène. en parallèle, on suit l inspecteur Cafferey dans son univers personnel avec sa copine si particulière, ses amours compliqués et surtout un lourd secret qui est une obsession. si l enquête proposée, bien que difficile emotionnellement en raison des tortures et sévices infligées aux victimes, soit assez simpliste, la vie personnelle de Jack ainsi que son groupe de l'équipe B se retrouvent à chatouiller le lecteur pour le plu grand plaisir. à vous de vous faire votre opinion. bonne lecture
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.