Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266308168
Code sériel : 17928
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

Céleste, la fille de Perline

Date de parution : 10/09/2020
Saint-Étienne, 1945. À la Libération, Céleste a vingt ans. Alors que les scènes d’épuration se multiplient partout en France, sa vie bascule brutalement dans l’horreur lorsqu’elle est accusée à tort de lien avec l’occupant. Incapable de reprendre une vie normale auprès des siens, elle part s’installer à Lyon où elle... Saint-Étienne, 1945. À la Libération, Céleste a vingt ans. Alors que les scènes d’épuration se multiplient partout en France, sa vie bascule brutalement dans l’horreur lorsqu’elle est accusée à tort de lien avec l’occupant. Incapable de reprendre une vie normale auprès des siens, elle part s’installer à Lyon où elle fait bientôt la connaissance d’Alexander, un jeune GI.
Par amour pour lui, elle deviendra une « épouse américaine », une de ces femmes qui vont traverser seule l’Atlantique vers une nouvelle famille, tandis que leurs maris continuent leur progression à travers l’Europe. Mais Céleste peut-elle devenir l’épouse soumise qu’on attend d’elle dans l’Illinois puritain des années quarante ? La fille de Perline aspire davantage à une vie de femme libre, selon le chemin tracé pour elle par sa mère…

« Un récit émouvant au service d’un roman historique, grand public, à l’écriture fluide. » La Provence
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266308168
Code sériel : 17928
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un récit émouvant au service d'un roman historique, grand public, à l'écriture fluide, resserrée. Ce véritable "page-turner", peuplé de personnages attachant près des traditions, mais loin des clichés, donne de la place au suspense, et ne cède pas à la violence. Céleste, femme forte, courageuse, amoureuse, rayonne et emporte le lecteur dans ses pas vers la Liberté. La fin en forme de happy-end, comble le lecteur, désireux d'un bel avenir pour des personnages qu'il a aimés... »
La Provence
« L'histoire de Céleste, la fille de Perline, rencontrée pour la première fois dans Perline, Clémence, Lucille et les autres... Céleste s'avère être la digne fille de Perline. »
Biblioteca Magazine
« L'auteur, professeur d'histoire à la retraite, est éditée chez Charleston "l'éditeur au féminin" et son dernier titre raconte encore l'histoire de femmes qui se battent pour plus de justice et de liberté, cette fois au sortir de la guerre 39-45 en France et aux États-Unis. Un beau roman historique, grand public. »
La Provence

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • soniaboulimiquedeslivres Posté le 23 Septembre 2020
    Troisième tome de cette saga historique, « Céleste, la fille de Perline », est la suite de « Le printemps des femmes » et « Le vent souffle où il veut » (le deux premiers volumes sont regroupés chez Pocket sous le titre « Perline, Clémence, Lucille et les autres »). Ils peuvent tous se lire indépendamment, mais le mieux, quand même est de les dévorer sans modération, les uns après les autres ! Si les premiers romans nous emmènent au cœur de la Première Guerre Mondiale, « Céleste, la fille de Perline » nous embarque à la fin du conflit de 39-45. Nous sommes toujours à Saint-Etienne, ville où je travaille désormais depuis plus de 15 ans, ce qui rajoute une empathie particulière pour cette histoire. J’ai été ravie de retrouver les personnages et l’ambiance du récit que j’avais tant appréciés lors des précédents lectures. Perline a désormais 46 ans et est devenue la directrice des Filatures et Tissages Fougerolles. Céleste, quant à elle, la vingtaine tout juste, sera complètement traumatisée par un évènement de fin de guerre. Elle décide de partir travailler dans un couvent au Nord de Lyon, afin d’aider les blessés de guerre américains en servant d’interprète.... Troisième tome de cette saga historique, « Céleste, la fille de Perline », est la suite de « Le printemps des femmes » et « Le vent souffle où il veut » (le deux premiers volumes sont regroupés chez Pocket sous le titre « Perline, Clémence, Lucille et les autres »). Ils peuvent tous se lire indépendamment, mais le mieux, quand même est de les dévorer sans modération, les uns après les autres ! Si les premiers romans nous emmènent au cœur de la Première Guerre Mondiale, « Céleste, la fille de Perline » nous embarque à la fin du conflit de 39-45. Nous sommes toujours à Saint-Etienne, ville où je travaille désormais depuis plus de 15 ans, ce qui rajoute une empathie particulière pour cette histoire. J’ai été ravie de retrouver les personnages et l’ambiance du récit que j’avais tant appréciés lors des précédents lectures. Perline a désormais 46 ans et est devenue la directrice des Filatures et Tissages Fougerolles. Céleste, quant à elle, la vingtaine tout juste, sera complètement traumatisée par un évènement de fin de guerre. Elle décide de partir travailler dans un couvent au Nord de Lyon, afin d’aider les blessés de guerre américains en servant d’interprète. Elle va y rencontrer Alexander, jeune soldat américain de 25 ans. Entre eux, ce sera le coup de foudre. Ils vont se marier avant qu’Alexander, guéri, ne soit contraint de repartir au front. Céleste va s’installer aux États-Unis dans sa belle famille, pour aider à la reconstruction, dans l’attente de la démobilisation et du retour de son époux. L’entente avec sa belle-mère sera loin d’être harmonieuse, leurs relations devenant vite conflictuelles, accentuées par les différences culturelles et religieuses. J’ai plongé dans ce roman avec un plaisir assuré. La plume de l’auteure est fluide, elle a un talent indéniable pour nous immerger dans l’Histoire avec un grand H. Professeure d’histoire-géographie, elle maîtrise son sujet à la perfection (normal me direz-vous), mais elle apporte surtout une touche de sensibilité et de poésie, rendant le récit inlâchable. C’est détaillé, passionnant, sans jamais devenir lourd ni ennuyeux. Le lecteur partage pour quelques heures le quotidien de ces femmes souhaitant confirmer et affirmer le rôle chèrement obtenu au fil des deux guerres. Le doigt est judicieusement pointé sur le féminisme, l’indépendance des femmes, l’obtention d’une reconnaissance, ou encore le mariage mixte et la divergence d’éducation et religieuse. Les séquelles de la guerre sont décrites avec finesse, le lecteur souffre en compagnie de ces soldats incapables d’extérioriser leurs peurs et leurs blessures psychologiques (nommé bien plus tard syndrome post-traumatique) ; Alexander est l’une de ces âmes perdues avides de retrouver une vie normale. Le parallèle de Céleste avec la vie de sa cousine, Claire, est intéressant. Claire est un personnage fort, qui n’a pas froid aux yeux et qui sait quelle direction donner à sa vie. Têtue et déterminée, elle fera tout pour arriver au bout de ses rêves. J’ai ressenti beaucoup d’admiration pour elle. Céleste ne manque pas de combativité, mais elle a toujours agit en arrondissant les angles, avec beaucoup de diplomatie. Voilà un trait de caractère que je ne possède malheureusement pas 😀. Quant à la fin, elle est juste sublime ! Mais chuuuut 😍. Une lecture que je vous conseille et qui vous transportera bien loin de notre quotidien morose. Vous y trouverez forcément votre compte, que ce soit historiquement, émotionnellement ou encore à travers les sujets sociétaux développés. #EditionsCharleston #CélestelafilledePerline #JeanneMarieSauvageAvit
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bookandco Posté le 20 Février 2020
    ce roman est normalement une suite mais je n’avais pas lu le premier. Je lis très peu de livres historiques mais j’ai vraiment adoré celui-ci. Les personnages sont hyper attachants, l’histoire change de ce que je peux lire d’habitude. Ce roman met en avant la place qu’avait les femmes dans les années 40/50. On y aborde plein de thèmes comme le mariage forcé, le traumatisme et la dépression après avoir vu les horreurs dans les camps, la pression parentale ou encore religieuse. J’ai eu un peu de mal à me mettre dedans au début mais je ne regrette pas d’avoir poursuivi.
  • jardinlitteraire Posté le 15 Octobre 2019
    A la réception de ce nouveau roman, j’étais très très intriguée par le titre et la couverture. Mais c’est en voyant le nom de l’auteure que j’ai définitivement fondu. Rappelez vous elle a gagné le prix du livre romantique en 2017 avec Cueilleuse de thé. J’avais hâte de découvrir celui-ci du coup. Je l’ai lu que dis-je dévoré quasiment d’une traite. J’ai adoré ! Céleste est issue d’une famille originale et progressiste. Elle va tomber amoureuse d’un GI qu’elle va suivre aux Etats Unis pour le meilleur et pour le pire… Céleste, c’est le pilier central de ce roman. Elle le porte et le fait vivre. C’est une femme résolument moderne et en avance sur son temps. Elle a été élevée dans une famille atypique et ouverte d’esprit qui lui a inculquée des valeurs féministes. Chez elle, les femmes sont chefs d’entreprise et maîtres de leurs destins même si nous sommes en 1944. Elle est forte et déterminée, c’est une héroïne du quotidien. Quand elle arrive aux États Unis, elle va se heurter à une toute autre mentalité. Sa belle famille est très rétrograde. La place de la femme est derrière les fourneaux, elle doit tenir la maison, s’occuper des enfants et... A la réception de ce nouveau roman, j’étais très très intriguée par le titre et la couverture. Mais c’est en voyant le nom de l’auteure que j’ai définitivement fondu. Rappelez vous elle a gagné le prix du livre romantique en 2017 avec Cueilleuse de thé. J’avais hâte de découvrir celui-ci du coup. Je l’ai lu que dis-je dévoré quasiment d’une traite. J’ai adoré ! Céleste est issue d’une famille originale et progressiste. Elle va tomber amoureuse d’un GI qu’elle va suivre aux Etats Unis pour le meilleur et pour le pire… Céleste, c’est le pilier central de ce roman. Elle le porte et le fait vivre. C’est une femme résolument moderne et en avance sur son temps. Elle a été élevée dans une famille atypique et ouverte d’esprit qui lui a inculquée des valeurs féministes. Chez elle, les femmes sont chefs d’entreprise et maîtres de leurs destins même si nous sommes en 1944. Elle est forte et déterminée, c’est une héroïne du quotidien. Quand elle arrive aux États Unis, elle va se heurter à une toute autre mentalité. Sa belle famille est très rétrograde. La place de la femme est derrière les fourneaux, elle doit tenir la maison, s’occuper des enfants et obéir à son mari. Pas question d’aller au pub ou de faire de la musique, la seule sortie est l’Office du dimanche. Si Céleste est tout de suite choquée par ces pratiques, elle essaie tout de même de s’adapter, par amour. Au départ très docile, son caractère affirmé va tout de même ressurgir… Ce qui ne sera pas au goût de tous. Nous découvrons une Amérique fermée, discriminante et sexiste. C’est un véritable choc des cultures pour Céleste. Arrivera t’elle à s’adapter et à rentrer dans le moule ? Rien n’est sûr. Tout au long de ma lecture, j’espérais qu’elle n’en ferait rien et qu’elle se battrait pour faire évoluer les mentalités. Ce roman véhicule des idées féministes qui m’ont interpellée et plu. Les femmes de ce roman prennent toutes leurs destins en main et bousculent les codes. Leur combat est noble et encore terriblement d’actualité. Pourtant ce roman, c’est aussi de belles histoires d’amour qui m’ont fait vibrer. Des idylles semées d’embûches : aimer l’autre tel qu’il est, faire des choix, s’affirmer. L’auteure aborde également la seconde guerre mondiale et surtout les blessures qu’elle a pu laisser de façon très pudique. C’est une très belle lecture portée par la plume délicate de l’auteure. Il m’a pourtant manqué un petit quelque chose pour que je fonde complètement. Ce roman m’a surprise de bien des manières. Céleste est une héroïne inoubliable. Fière de ses origines, elle rend un vibrant hommage aux femmes de sa famille qui, comme elle, ont soif d’indépendance et de liberté. Je viens d’ailleurs de voir qu’un roman leur était déjà consacré.
    Lire la suite
    En lire moins
  • labibliothequedesreves Posté le 9 Octobre 2019
    J'ai adoré ! Lauréate du Prix du Livre Romantique en 2017 pour "Cueilleuse de thé", je découvre pour la première fois la plume fluide et engagée de Jeanne-Marie Sauvage-Avit. Si ce roman se place en 1944, peu de temps avant la fin de la seconde guerre mondiale, l'auteure ne se prive pas de démontrer ses convictions par le biais de ses personnages hauts en couleur et c'est quelque chose que j'ai adoré. Nous suivons principalement Céleste, vingt ans qui vient de subir un traumatisme : suite à un malentendu, elle se retrouve prisonnière des hommes de la Résistance pour avoir embrassé un allemand. Pour se remettre, elle décide d'être volontaire dans un hôpital à Lyon. Mais quand elle croise le regard du G.I Alexander Walles, américain et combattant pour la liberté, ce n'est pas seulement son cœur qui flanche mais tout son avenir qui va changer. Suivant son époux envers et contre tout, elle partira vers l'Amérique, terre des libertés. Pourtant, ces libertés ne sont pas ce qu'elles semblent être... Jeanne-Marie Sauvage-Avit nous présente une facette de la guerre différente que celle que j'ai déjà lu : le côté combatif des femmes qui ont du mener à bien la société... J'ai adoré ! Lauréate du Prix du Livre Romantique en 2017 pour "Cueilleuse de thé", je découvre pour la première fois la plume fluide et engagée de Jeanne-Marie Sauvage-Avit. Si ce roman se place en 1944, peu de temps avant la fin de la seconde guerre mondiale, l'auteure ne se prive pas de démontrer ses convictions par le biais de ses personnages hauts en couleur et c'est quelque chose que j'ai adoré. Nous suivons principalement Céleste, vingt ans qui vient de subir un traumatisme : suite à un malentendu, elle se retrouve prisonnière des hommes de la Résistance pour avoir embrassé un allemand. Pour se remettre, elle décide d'être volontaire dans un hôpital à Lyon. Mais quand elle croise le regard du G.I Alexander Walles, américain et combattant pour la liberté, ce n'est pas seulement son cœur qui flanche mais tout son avenir qui va changer. Suivant son époux envers et contre tout, elle partira vers l'Amérique, terre des libertés. Pourtant, ces libertés ne sont pas ce qu'elles semblent être... Jeanne-Marie Sauvage-Avit nous présente une facette de la guerre différente que celle que j'ai déjà lu : le côté combatif des femmes qui ont du mener à bien la société et remplacer les hommes. Je ne peux qu'approuver les messages forts et clairs que proclame l'auteure et ses personnages. Un combat que nous menons toujours aujourd'hui, qui est difficile, mais qui en vaut la peine. J'admets avoir trouvé le début du roman un peu long. Toutefois, cela ne m'a pas empêché de beaucoup apprécier ma lecture par la suite, lorsque Céleste et Claire n'hésitent pas à faire entendre leurs voix. J'ai adoré ces deux personnages pour leurs caractères audacieux, rebelles et leurs répliques cinglantes. Cela ne les empêche, cependant, pas d'être dotées d'une grande sensibilité. Ces femmes fortes donnent espoir aux autres dans l'Amérique et la France des années 40/50. J'ai tout autant apprécié les personnages secondaires : la famille de Céleste et Claire est dissonante mais adorable (surtout Clémence, que j'ai trouvé touchante). Il est bien mis en exergue que toute famille n'était pas comme ça à l'époque, et que c'était une véritable chance de se sentir aimer et protéger. Qu'il s'agisse de la vie américaine puritaine ou française, j'ai été déboussolée de voir comment les choses se déroulaient : les mariages arrangés, la pression parentale, la pression religieuse et d'une communauté. Tout était fait pour étouffer les femmes, dans un monde fait et dirigé par les hommes. En avançant dans la lecture, on sent le vent changer de direction et les choses évoluer, heureusement ! La question du roman est la suivante : faut-il sacrifier sa personne par amour ? Une question qui est véritablement d'actualité et à laquelle nous sommes tous confrontés. Le choix n'est pas évident. Pour savoir ce que Céleste et Claire auront choisi, je vous laisse découvrir le roman... J'ai régulièrement grincé les dents au cours de ma lecture face au comportement révoltant envers le genre féminin, mais je n'en suis aussi que plus admirative pour ces femmes qui n'ont pas hésité à porter leurs convictions pour faire changer les choses. Elles ont réussi à façonner mon avenir, le nôtre, pour le mieux. Alors, merci. En bref, ce roman n'est pas qu'une simple histoire : il retrace le début de l'indépendance, les premiers pas des femmes vers la liberté et je n'ai jamais été aussi fière d'en être une. Encore merci aux éditions Charleston !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kazcook Posté le 7 Octobre 2019
    Je vais vous avouer un secret, j'ai un gros faible pour les romances historiques du siècle dernier. Je suis toujours profondément touchée et en général si la romance est belle... je finis en larmes. Et là évidemment ça n'a pas loupé ! La plume est tellement jolie, tantôt poétique tantôt si juste et maîtrisée qu'elle porte le réalisme au sommet de son art. L'auteure nous plonge dans la vie de personnages construits, conciliant entre leurs failles et leurs forces dans un monde d'après-guerre qui oppose traditionnalisme et progrès. Céleste, notre héroïne, se montre incroyablement attachante, elle est si forte, et incarne l'émancipation de la femme à merveille. Sans féminisme à outrance, on assiste aux changements de mentalité. Non sans mal, elle se bat contre ses tourments et les conventions avec une pugnacité admirable. Cette volonté d'indépendance et de vivre heureuse en tant que femme comblée et épanouie sans rester dans l'ombre de son mari est vraiment bien amenée. Le fond historique, maîtrisé, apporte une touche supplémentaire de crédibilité et nous permet un voyage dans le temps plus vrai que nature. Le parallèle entre la France et l'Amérique est également bien posé sur le papier. J'ai été conquise par les découvertes faites au fil... Je vais vous avouer un secret, j'ai un gros faible pour les romances historiques du siècle dernier. Je suis toujours profondément touchée et en général si la romance est belle... je finis en larmes. Et là évidemment ça n'a pas loupé ! La plume est tellement jolie, tantôt poétique tantôt si juste et maîtrisée qu'elle porte le réalisme au sommet de son art. L'auteure nous plonge dans la vie de personnages construits, conciliant entre leurs failles et leurs forces dans un monde d'après-guerre qui oppose traditionnalisme et progrès. Céleste, notre héroïne, se montre incroyablement attachante, elle est si forte, et incarne l'émancipation de la femme à merveille. Sans féminisme à outrance, on assiste aux changements de mentalité. Non sans mal, elle se bat contre ses tourments et les conventions avec une pugnacité admirable. Cette volonté d'indépendance et de vivre heureuse en tant que femme comblée et épanouie sans rester dans l'ombre de son mari est vraiment bien amenée. Le fond historique, maîtrisé, apporte une touche supplémentaire de crédibilité et nous permet un voyage dans le temps plus vrai que nature. Le parallèle entre la France et l'Amérique est également bien posé sur le papier. J'ai été conquise par les découvertes faites au fil des pages. Tout est formidablement bien dosé pour en faire un cocktail délicieux. Que dire de la romance ? Sans être simple ni gnan-gnan, elle se veut vibrante ! Sous cette écriture sensible, on vit les émotions avec eux... J'ai eu souvent les larmes aux yeux et la gorge nouée. La fin m'a laissée toute tremblotante, les yeux brillants. L'auteure réussit à faire passer un message très profond à travers ce bel hommage aux femmes d'antan à qui nous devons tout, nous, femmes d'aujourd'hui. En bref, j'ai vraiment beaucoup aimé l'intrigue, le fond historique et cette façon de mettre sur le devant l'émancipation de la femme à travers une héroïne à la fois forte et attachante. Pour moi c'est un sans faute, je lirai les autres romans de l'auteure avec grand plaisir et c'est avec regret que j'ai tourné la dernière page de l'histoire de Céleste, j'en aurais voulu encore plus...
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.