RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            En son absence

            Pocket
            EAN : 9782266281294
            Code sériel : 17132
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 304
            Format : 108 x 177 mm
            En son absence

            Date de parution : 01/02/2018
            Jeudi 17 mars 2005, 6 h 45, Montange, au cœur des Ardennes belges. Bénédicte ouvre la porte de la maison et se met en route pour le lycée. Mais trouve dehors une douceur à laquelle elle ne s’attendait pas. Surprise, elle hésite, fait demi-tour, troque la parka trop chaude contre un blouson... Jeudi 17 mars 2005, 6 h 45, Montange, au cœur des Ardennes belges. Bénédicte ouvre la porte de la maison et se met en route pour le lycée. Mais trouve dehors une douceur à laquelle elle ne s’attendait pas. Surprise, elle hésite, fait demi-tour, troque la parka trop chaude contre un blouson plus léger. Celui que l’on verra bientôt sur les avis de recherche. Car Bénédicte n’arrivera jamais jusqu’à l’arrêt de bus. Ses parents et les habitants du paisible village vivent alors des jours d’angoisse qui vont dévorer l’équilibre de ce monde où, jusqu’ici, il ne se passait rien. Entre inquiétudes, soupçons, rumeurs, reproches, mensonges et dissimulations, la disparition de Bénédicte pulvérise les apparences.

            Cet ouvrage a fait partie de la sélection du Grand Prix de Littérature policière

            « Glaçant, un miroir tendu vers la vilenie de nos actes et la bassesse de nos jugements. » Élise Lépine – Transfuge
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266281294
            Code sériel : 17132
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 304
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            7.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Une intrigue menée de main de maître qui prouve qu'Armel Job poursuit une œuvre forte et attachante. » Claire Lesegretain - La Croix
            « Glaçant, En son absence est un miroir tendu vers la vilenie de nos actes et la bassesse de nos jugements. » Élise Lépine - Transfuge

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Ziliz Posté le 24 Février 2019
              En route pour le lycée, ce jeudi 5 mars 2005, Bénédicte s'est attardée près du pont de la Sûre. Il faisait beau. Elle n'a pas pris le bus habituel, n'est pas rentrée chez sa mère le soir. Il s'avère qu'elle n'est pas allée en cours. Que lui est-il arrivé ? On imagine le pire, le procès Dutroux a débuté quelques mois plus tôt. L'affaire hante les esprits, a fortiori dans l'Ardenne belge. Roman noir, thriller psychologique d'une remarquable finesse. On découvre alternativement les pensées sombres et les secrets des parents de Bénédicte et des autres habitants du village, les drames passés, les vieilles rancoeurs. Chacun fait son mea culpa de son côté, dissimule (pour se protéger) des éléments qui pourraient faire avancer l'enquête, suspecte untel ou untel, quitte à pousser certains à faire justice eux-mêmes. Lecture angoissante, douloureuse. On se détend de loin en loin avec les réflexions bêtes et méchantes de la vieille Mme Maca. Si tout n'était pas si tragique, on pourrait en rire. J'avais décidé de faire une pause avec les histoires de disparitions d'enfants/adolescents. C'est le nom de l'auteur qui m'a attirée, souvent encensé sur Babelio. Le titre aurait dû me mettre la puce à l'oreille. Quoi qu'il en soit, je ne regrette rien. Armel... En route pour le lycée, ce jeudi 5 mars 2005, Bénédicte s'est attardée près du pont de la Sûre. Il faisait beau. Elle n'a pas pris le bus habituel, n'est pas rentrée chez sa mère le soir. Il s'avère qu'elle n'est pas allée en cours. Que lui est-il arrivé ? On imagine le pire, le procès Dutroux a débuté quelques mois plus tôt. L'affaire hante les esprits, a fortiori dans l'Ardenne belge. Roman noir, thriller psychologique d'une remarquable finesse. On découvre alternativement les pensées sombres et les secrets des parents de Bénédicte et des autres habitants du village, les drames passés, les vieilles rancoeurs. Chacun fait son mea culpa de son côté, dissimule (pour se protéger) des éléments qui pourraient faire avancer l'enquête, suspecte untel ou untel, quitte à pousser certains à faire justice eux-mêmes. Lecture angoissante, douloureuse. On se détend de loin en loin avec les réflexions bêtes et méchantes de la vieille Mme Maca. Si tout n'était pas si tragique, on pourrait en rire. J'avais décidé de faire une pause avec les histoires de disparitions d'enfants/adolescents. C'est le nom de l'auteur qui m'a attirée, souvent encensé sur Babelio. Le titre aurait dû me mettre la puce à l'oreille. Quoi qu'il en soit, je ne regrette rien. Armel Job dissèque à la perfection les relations de voisinage et les rapports complexes au sein des couples et des familles. Tout en posant subtilement la question de l'homme 'prédateur' (viol, pédophilie, inceste) : « Avant de se sécher, elle resta un moment, frissonnante, devant la glace. Une femme peut-elle vraiment imaginer ce qu'un homme ressent à cette vue ? Longtemps, à une fille, chaque parcelle d'elle-même semble aussi innocente que sa main ou que son pied. Jusqu'au jour où le regard hébété des garçons lui révèle le double sens de sa chair. Comme si son corps, dont elle connaissait la langue familière, s'adressait tout à coup à l'autre dans un idiome nouveau qu'elle ne maîtrise pas. C'est parti pour le grand malentendu. » A lire, dès quinze ans. ❤️
              Lire la suite
              En lire moins
            • nath59 Posté le 7 Janvier 2019
              Pas mal du tout, un climat de village oppressant, des tensions mesquines... Une fin tragique, mais dans du tout ce qu'on imaginait.
            • Esorlecram Posté le 29 Décembre 2018
              C’est toujours avec plaisir que je retrouve Armel Job, ses romans à la fois policiers et « terroir ». La quatrième de couverture parle ici de « thriller psychologique ». On peu dire ça à condition d’insister sur le mot « psychologique » Le cœur du récit : la disparition d’une adolescente de quinze ans dans un village des Ardennes belges. A-elle fugué, a-t-elle été victime d’un de ces monstres genre Dutroux ? L’auteur entretien le suspense, lance quelques pistes, vraies ou fausses. Mais surtout il étudie les réactions des habitants qui ont tôt fait de désigner le coupable. Un tel qui a un passé douteux, un autre qui, on s’en souvient subitement, s’est brouillé jadis avec la famille. Chacun est décrit avec ses qualités et ses défauts, amplifiés par l’excitation générée par ce drame. Armel Job : à consommer sans modération.
            • latina Posté le 9 Décembre 2018
              Tout le monde connait ou a rencontré un jour cette hantise chevillée au cœur d’un père et d’une mère : que leur enfant disparaisse, emmené par un sombre satyre. Armel Job joue ici assez subtilement sur cette hantise, en la mettant en scène dans un tout petit village des Ardennes belges tout près de la frontière française. Des personnages hauts en couleur peuplent les chaumières aux murs épais le long des ruelles pentues. Il ne fait pas si bon vivre, finalement, au bord de la Sûre, car les villageois n’y sont guère avenants. Enfin, ils sont humains, voilà tout, avec leurs qualités et leurs travers. Armel Job appuie sur ces travers, les fait ressortir avec tellement de réalisme qu’on a envie de réagir avec force devant la bêtise populaire qui se targue de rendre la justice ou devant une commère amère qui se venge en semant le mal par des paroles doucereuses. On s’y croirait, oui. Bénédicte, 17 ans, disparait un beau jour de printemps précoce. Elle n’arrive pas à l’école. Le chauffeur de bus en est le premier surpris, qui ne la voit pas à l’arrêt. Ce chauffeur a le cœur bien lourd... A la fin de... Tout le monde connait ou a rencontré un jour cette hantise chevillée au cœur d’un père et d’une mère : que leur enfant disparaisse, emmené par un sombre satyre. Armel Job joue ici assez subtilement sur cette hantise, en la mettant en scène dans un tout petit village des Ardennes belges tout près de la frontière française. Des personnages hauts en couleur peuplent les chaumières aux murs épais le long des ruelles pentues. Il ne fait pas si bon vivre, finalement, au bord de la Sûre, car les villageois n’y sont guère avenants. Enfin, ils sont humains, voilà tout, avec leurs qualités et leurs travers. Armel Job appuie sur ces travers, les fait ressortir avec tellement de réalisme qu’on a envie de réagir avec force devant la bêtise populaire qui se targue de rendre la justice ou devant une commère amère qui se venge en semant le mal par des paroles doucereuses. On s’y croirait, oui. Bénédicte, 17 ans, disparait un beau jour de printemps précoce. Elle n’arrive pas à l’école. Le chauffeur de bus en est le premier surpris, qui ne la voit pas à l’arrêt. Ce chauffeur a le cœur bien lourd... A la fin de la journée, la maman de Bénédicte s’inquiète, et puis sombre dans l’angoisse de plus en plus profonde. Il faudra bien qu’elle avertisse son ex-mari. Et puis les voisins s’en mêlent. Bénédicte reviendra-t-elle ? Armel Job s’amuse en entrant à pas feutré dans les chaumières. Il nous y invite à sa suite. Ce n’est pas très poli de se mêler de la vie des gens, mais cet auteur n’en a cure, alors tant pis, entrons ! Et nous voilà pris dans l’imbroglio de la vie cachée ou tout au moins méconnue des villageois où amour et mort, tendresse et vengeance, parents et enfants sont intimement liés. Le suspens est subtilement distillé et la psychologie bien dosée. C’est très agréable de jouer les voyeurs avec Armel Job ! En l’absence de Bénédicte, il s’en passe des choses...
              Lire la suite
              En lire moins
            • talleyrand50 Posté le 26 Juin 2018
              intimiste. excellentes description de caractère mais un peu long sur la fin
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.