RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            En son absence

            Pocket
            EAN : 9782266281294
            Code sériel : 17132
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 304
            Format : 108 x 177 mm
            En son absence

            Date de parution : 01/02/2018
            Jeudi 17 mars 2005, 6 h 45, Montange, au cœur des Ardennes belges. Bénédicte ouvre la porte de la maison et se met en route pour le lycée. Mais trouve dehors une douceur à laquelle elle ne s’attendait pas. Surprise, elle hésite, fait demi-tour, troque la parka trop chaude contre un blouson... Jeudi 17 mars 2005, 6 h 45, Montange, au cœur des Ardennes belges. Bénédicte ouvre la porte de la maison et se met en route pour le lycée. Mais trouve dehors une douceur à laquelle elle ne s’attendait pas. Surprise, elle hésite, fait demi-tour, troque la parka trop chaude contre un blouson plus léger. Celui que l’on verra bientôt sur les avis de recherche. Car Bénédicte n’arrivera jamais jusqu’à l’arrêt de bus. Ses parents et les habitants du paisible village vivent alors des jours d’angoisse qui vont dévorer l’équilibre de ce monde où, jusqu’ici, il ne se passait rien. Entre inquiétudes, soupçons, rumeurs, reproches, mensonges et dissimulations, la disparition de Bénédicte pulvérise les apparences.

            Cet ouvrage a fait partie de la sélection du Grand Prix de Littérature policière

            « Glaçant, un miroir tendu vers la vilenie de nos actes et la bassesse de nos jugements. » Élise Lépine – Transfuge
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266281294
            Code sériel : 17132
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 304
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            7.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Une intrigue menée de main de maître qui prouve qu'Armel Job poursuit une œuvre forte et attachante. » Claire Lesegretain - La Croix
            « Glaçant, En son absence est un miroir tendu vers la vilenie de nos actes et la bassesse de nos jugements. » Élise Lépine - Transfuge

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • latina Posté le 9 Décembre 2018
              Tout le monde connait ou a rencontré un jour cette hantise chevillée au cœur d’un père et d’une mère : que leur enfant disparaisse, emmené par un sombre satyre. Armel Job joue ici assez subtilement sur cette hantise, en la mettant en scène dans un tout petit village des Ardennes belges tout près de la frontière française. Des personnages hauts en couleur peuplent les chaumières aux murs épais le long des ruelles pentues. Il ne fait pas si bon vivre, finalement, au bord de la Sûre, car les villageois n’y sont guère avenants. Enfin, ils sont humains, voilà tout, avec leurs qualités et leurs travers. Armel Job appuie sur ces travers, les fait ressortir avec tellement de réalisme qu’on a envie de réagir avec force devant la bêtise populaire qui se targue de rendre la justice ou devant une commère amère qui se venge en semant le mal par des paroles doucereuses. On s’y croirait, oui. Bénédicte, 17 ans, disparait un beau jour de printemps précoce. Elle n’arrive pas à l’école. Le chauffeur de bus en est le premier surpris, qui ne la voit pas à l’arrêt. Ce chauffeur a le cœur bien lourd... A la fin de... Tout le monde connait ou a rencontré un jour cette hantise chevillée au cœur d’un père et d’une mère : que leur enfant disparaisse, emmené par un sombre satyre. Armel Job joue ici assez subtilement sur cette hantise, en la mettant en scène dans un tout petit village des Ardennes belges tout près de la frontière française. Des personnages hauts en couleur peuplent les chaumières aux murs épais le long des ruelles pentues. Il ne fait pas si bon vivre, finalement, au bord de la Sûre, car les villageois n’y sont guère avenants. Enfin, ils sont humains, voilà tout, avec leurs qualités et leurs travers. Armel Job appuie sur ces travers, les fait ressortir avec tellement de réalisme qu’on a envie de réagir avec force devant la bêtise populaire qui se targue de rendre la justice ou devant une commère amère qui se venge en semant le mal par des paroles doucereuses. On s’y croirait, oui. Bénédicte, 17 ans, disparait un beau jour de printemps précoce. Elle n’arrive pas à l’école. Le chauffeur de bus en est le premier surpris, qui ne la voit pas à l’arrêt. Ce chauffeur a le cœur bien lourd... A la fin de la journée, la maman de Bénédicte s’inquiète, et puis sombre dans l’angoisse de plus en plus profonde. Il faudra bien qu’elle avertisse son ex-mari. Et puis les voisins s’en mêlent. Bénédicte reviendra-t-elle ? Armel Job s’amuse en entrant à pas feutré dans les chaumières. Il nous y invite à sa suite. Ce n’est pas très poli de se mêler de la vie des gens, mais cet auteur n’en a cure, alors tant pis, entrons ! Et nous voilà pris dans l’imbroglio de la vie cachée ou tout au moins méconnue des villageois où amour et mort, tendresse et vengeance, parents et enfants sont intimement liés. Le suspens est subtilement distillé et la psychologie bien dosée. C’est très agréable de jouer les voyeurs avec Armel Job ! En l’absence de Bénédicte, il s’en passe des choses...
              Lire la suite
              En lire moins
            • talleyrand50 Posté le 26 Juin 2018
              intimiste. excellentes description de caractère mais un peu long sur la fin
            • saphoo Posté le 21 Mai 2018
              il suffit d'un égarement, d'une absence pour que toutes les rancœurs, les non-dits, les blessures remontent à la surface. La construction de l'intrigue est intéressante, l'auteur nous tente une perche on y croit mais paf ça tombe à l'eau. Alors on se raccroche à une autre main tendue mais mince ce n'est pas encore la bonne piste. On est pris au piège de la lecture, la fluidité du texte est telle qu'on glisse très vite vers la fin. C'est un polar sans l'être, c'est beaucoup plus psychologique, et j'ai bien aimé justement car je n'aime pas plus que ça les policiers, mais là on cherche un coupable, et il en ressort toute autre histoire. Original.
            • prune42 Posté le 21 Mai 2018
              Le 17 mars 2005, à Montange, petit village de Belgique, Bénédicte, 15 ans, ne rentre pas chez elle en fin de journée. Les soupçons se tournent vers Julien, le chauffeur de bus que Bénédicte prenait tous les matins, puis vers de nombreux habitants du village, chacun soupçonnant l'autre pour une raison ou pour une autre. Même la simple gentillesse d'un homme envers une jeune fille peut être mal interprétée et les ragots aller bon train. De plus, certains habitants auraient tendance à vouloir faire justice eux-mêmes, au risque de se tromper de coupable. Qu'est devenue Bénédicte ? La retrouvera-t-on avant qu'il ne soit trop tard ? J'ai connu la plume d'Armel Job grâce à une amie babeliote qui m'avait parlé de cet auteur belge de son pays. Je remercie grandement cette amie lectrice car c'est le deuxième roman de cet auteur que je découvre et je n'ai vraiment pas été déçue. J'ai beaucoup aimé le climat de méfiance régnant dans le village dépeint ici, il est très vraisemblable et contribue à donner au roman cette atmosphère particulière de soupçons. J'apprécie ce style de roman policier où chacun pourrait être le coupable car il a au fond de lui quelque chose à se... Le 17 mars 2005, à Montange, petit village de Belgique, Bénédicte, 15 ans, ne rentre pas chez elle en fin de journée. Les soupçons se tournent vers Julien, le chauffeur de bus que Bénédicte prenait tous les matins, puis vers de nombreux habitants du village, chacun soupçonnant l'autre pour une raison ou pour une autre. Même la simple gentillesse d'un homme envers une jeune fille peut être mal interprétée et les ragots aller bon train. De plus, certains habitants auraient tendance à vouloir faire justice eux-mêmes, au risque de se tromper de coupable. Qu'est devenue Bénédicte ? La retrouvera-t-on avant qu'il ne soit trop tard ? J'ai connu la plume d'Armel Job grâce à une amie babeliote qui m'avait parlé de cet auteur belge de son pays. Je remercie grandement cette amie lectrice car c'est le deuxième roman de cet auteur que je découvre et je n'ai vraiment pas été déçue. J'ai beaucoup aimé le climat de méfiance régnant dans le village dépeint ici, il est très vraisemblable et contribue à donner au roman cette atmosphère particulière de soupçons. J'apprécie ce style de roman policier où chacun pourrait être le coupable car il a au fond de lui quelque chose à se reprocher, ce procédé d'écriture est pour moi assez habile. En même temps, l'auteur nous donne à voir l'âme humaine dans toute sa complexité, un mélange de bonté et de bassesse mais où parfois, le vice l'emporte. Finalement, cette disparition mystérieuse et inquiétante pourrait se produire n'importe où et on voit bien justement comment, quand il y a disparition d'enfant dans l'actualité, les médias savent vite trouver un coupable, quitte à abandonner cette première piste ensuite. La vie du suspect initial ne sera plus jamais la même, même s'il est prouvé innocent et on assiste parfois à de véritables drames humains, comme ici dans ce livre.
              Lire la suite
              En lire moins
            • argali Posté le 25 Avril 2018
              ne fois de plus Armel Job décrit avec soin et précision l’effet domino qu’entraine un grain de sable dans l’engrenage, en apparence bien huilé, des rapports humains. Une adolescente disparait. Fugue ? Rapt ? Assassinat ? Accident ? Peu importe ; les langues se délient, les rumeurs courent, les soupçons se portent tour à tour sur chacun et de vieilles rancœurs ressurgissent. Les parents se reprochent mutuellement leurs manquements, les voisins s’épient, ils concluent hâtivement… Nous sommes en 2005. La Belgique est sous le choc de l’affaire Dutroux dont le procès a eu lieu l’année précédente. Dans les Ardennes justement. Le pays entier est traumatisé et la disparition de Bénédicte fait naitre les pires craintes. On ne se volatilise pas sans laisser de trace à 15 ans. Quelqu’un a forcément vu quelque chose. Quelqu’un sait. Quoi qu’il se soit passé, le paisible village de Montange ne sera plus jamais le même après ces quatre jours d’incertitude et d’angoisse. Armel Job n’a pas son pareil pour explorer avec justesse l’âme humaine. Avec des mots choisis, en se centrant sur l’essentiel, il tisse des fils entre les habitants, dévoile leurs pensées les plus intimes, il décrit des situations tendues, des sentiments refoulés et toute la gamme... ne fois de plus Armel Job décrit avec soin et précision l’effet domino qu’entraine un grain de sable dans l’engrenage, en apparence bien huilé, des rapports humains. Une adolescente disparait. Fugue ? Rapt ? Assassinat ? Accident ? Peu importe ; les langues se délient, les rumeurs courent, les soupçons se portent tour à tour sur chacun et de vieilles rancœurs ressurgissent. Les parents se reprochent mutuellement leurs manquements, les voisins s’épient, ils concluent hâtivement… Nous sommes en 2005. La Belgique est sous le choc de l’affaire Dutroux dont le procès a eu lieu l’année précédente. Dans les Ardennes justement. Le pays entier est traumatisé et la disparition de Bénédicte fait naitre les pires craintes. On ne se volatilise pas sans laisser de trace à 15 ans. Quelqu’un a forcément vu quelque chose. Quelqu’un sait. Quoi qu’il se soit passé, le paisible village de Montange ne sera plus jamais le même après ces quatre jours d’incertitude et d’angoisse. Armel Job n’a pas son pareil pour explorer avec justesse l’âme humaine. Avec des mots choisis, en se centrant sur l’essentiel, il tisse des fils entre les habitants, dévoile leurs pensées les plus intimes, il décrit des situations tendues, des sentiments refoulés et toute la gamme de réactions que les hommes apeurés peuvent avoir. Il met ainsi en place un suspens accrocheur au cœur de la condition humaine. Le regard qu’il pose sur ses semblables est sombre et sans concession mais excessivement pertinent. Armel Job nous démontre une fois de plus que le thriller n’est pas qu’une affaire de meurtre ou d’effroi et nous propose un thriller psychologique implacable.
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.