Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266281294
Code sériel : 17132
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 304
Format : 108 x 177 mm

En son absence

Date de parution : 01/02/2018
Jeudi 17 mars 2005, 6 h 45, Montange, au cœur des Ardennes belges. Bénédicte ouvre la porte de la maison et se met en route pour le lycée. Mais trouve dehors une douceur à laquelle elle ne s’attendait pas. Surprise, elle hésite, fait demi-tour, troque la parka trop chaude contre un blouson... Jeudi 17 mars 2005, 6 h 45, Montange, au cœur des Ardennes belges. Bénédicte ouvre la porte de la maison et se met en route pour le lycée. Mais trouve dehors une douceur à laquelle elle ne s’attendait pas. Surprise, elle hésite, fait demi-tour, troque la parka trop chaude contre un blouson plus léger. Celui que l’on verra bientôt sur les avis de recherche. Car Bénédicte n’arrivera jamais jusqu’à l’arrêt de bus. Ses parents et les habitants du paisible village vivent alors des jours d’angoisse qui vont dévorer l’équilibre de ce monde où, jusqu’ici, il ne se passait rien. Entre inquiétudes, soupçons, rumeurs, reproches, mensonges et dissimulations, la disparition de Bénédicte pulvérise les apparences.

Cet ouvrage a fait partie de la sélection du Grand Prix de Littérature policière

« Glaçant, un miroir tendu vers la vilenie de nos actes et la bassesse de nos jugements. » Élise Lépine – Transfuge
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266281294
Code sériel : 17132
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 304
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Une intrigue menée de main de maître qui prouve qu'Armel Job poursuit une œuvre forte et attachante. » Claire Lesegretain - La Croix
« Glaçant, En son absence est un miroir tendu vers la vilenie de nos actes et la bassesse de nos jugements. » Élise Lépine - Transfuge

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MLClerc Posté le 22 Avril 2021
    Véritable coup de coeur pour ce polar qui n'en est pas un. Car il n'y a pas de meurtre, du moins pas de corps, pas d'enquête avec un policier qui questionne tout le monde, ou si peu... Mais la disparition d'une toute jeune adolescente. Bénédicte, 15 ans, quitte son domicile, situé dans un petit village de Belgique, comme d'habitude, pour prendre le bus qui l'emmènera au collège. Sauf qu'elle n'arrivera jamais au collège. Que s'est-il passé? Tout le village va enquêter, à sa manière. Les parents, séparés, mais unis par leur angoisse, à qui il reste tellement de regrets de cette vie gâchée à cause d'une chimère. Les voisins, avec leur deuil trop lourd à porter pour eux, de leur petite fille qui devrait avoir l'âge de Bénédicte. Lui, Julien, est chauffeur de bus: et si c'était lui, avec ses regards pervers, qui avait du mal à la petite? La vieille dame seule, qui n'a pour son mari que du mépris, qui attise tous les feux? Le forestier, Walter, parce qu'il attise les haines de sa femme et du chauffeur du bus qui le tient pour responsable de sa douleur? L'agriculteur qui bat sa femme et nourrit tellement de rancoeur vis-à-vis... Véritable coup de coeur pour ce polar qui n'en est pas un. Car il n'y a pas de meurtre, du moins pas de corps, pas d'enquête avec un policier qui questionne tout le monde, ou si peu... Mais la disparition d'une toute jeune adolescente. Bénédicte, 15 ans, quitte son domicile, situé dans un petit village de Belgique, comme d'habitude, pour prendre le bus qui l'emmènera au collège. Sauf qu'elle n'arrivera jamais au collège. Que s'est-il passé? Tout le village va enquêter, à sa manière. Les parents, séparés, mais unis par leur angoisse, à qui il reste tellement de regrets de cette vie gâchée à cause d'une chimère. Les voisins, avec leur deuil trop lourd à porter pour eux, de leur petite fille qui devrait avoir l'âge de Bénédicte. Lui, Julien, est chauffeur de bus: et si c'était lui, avec ses regards pervers, qui avait du mal à la petite? La vieille dame seule, qui n'a pour son mari que du mépris, qui attise tous les feux? Le forestier, Walter, parce qu'il attise les haines de sa femme et du chauffeur du bus qui le tient pour responsable de sa douleur? L'agriculteur qui bat sa femme et nourrit tellement de rancoeur vis-à-vis de Julien, qu'il soupçonne de l'avoir dénoncé? Le plus important dans ce roman n'est pas tellement l'enquête en soi, c'est l'attitude des gens du village, qui se soupçonnent les uns les autres, à tort ou à raison, qui veulent faire justice eux-mêmes, qui pensent avoir compris le fin mot de l'affaire et remuent les couteaux dans toutes les plaies. Une face sombre de l'humanité, mais pas uniquement sombre, car rien n'est simple. Personne n'est tout bon ou tout mauvais, comme dans la vie, finalement. Un vrai talent de l'auteur d'avoir su mettre en scène tout cela, avec une foultitude de personnages dans lesquels on arrive pas à se perdre, dans un livre qu'on a du mal à lâcher.
    Lire la suite
    En lire moins
  • jolliyaya Posté le 15 Février 2021
    Très réussie cette histoire qui nous est racontée par petites touches, avec une belle plume fluide et imagée et en donnant le point de vue des différents protagonistes. Bénédicte, tout juste quinze ans, quitte le domicile familial comme d'habitude pour se rendre en bus au collège, en ce jour printanier de mars 2005. Pourtant, elle ne rentre pas chez elle le soir, et sa mère se rend compte qu'elle n'a pas pris le bus le matin. Que s'est-il passé ? En son absence, on en apprend plus, peu à peu, sur les personnages, leurs rapports complexes, les liens qui les unissent et sur leur passé qui continue d'interférer dans leurs relations. Armel Job s'immisce à merveille dans la tête de chacun pour nous faire comprendre leur psychologie. Il y a Marie-Louise, la mère, infirmière, Julien le voisin, chauffeur de bus, marié à Liesbeth, parents d'Annelise, du même âge que Bénédicte, morte à quatre ans, Mehdi, le père, mis à la porte de la maison après son aventure avec sa secrétaire Sandra avec qui il a depuis refait sa vie, Walter le bûcheron, Julie son épouse soupçonneuse et Laura leur fille qui a subitement quitté le village sans oublier Mme... Très réussie cette histoire qui nous est racontée par petites touches, avec une belle plume fluide et imagée et en donnant le point de vue des différents protagonistes. Bénédicte, tout juste quinze ans, quitte le domicile familial comme d'habitude pour se rendre en bus au collège, en ce jour printanier de mars 2005. Pourtant, elle ne rentre pas chez elle le soir, et sa mère se rend compte qu'elle n'a pas pris le bus le matin. Que s'est-il passé ? En son absence, on en apprend plus, peu à peu, sur les personnages, leurs rapports complexes, les liens qui les unissent et sur leur passé qui continue d'interférer dans leurs relations. Armel Job s'immisce à merveille dans la tête de chacun pour nous faire comprendre leur psychologie. Il y a Marie-Louise, la mère, infirmière, Julien le voisin, chauffeur de bus, marié à Liesbeth, parents d'Annelise, du même âge que Bénédicte, morte à quatre ans, Mehdi, le père, mis à la porte de la maison après son aventure avec sa secrétaire Sandra avec qui il a depuis refait sa vie, Walter le bûcheron, Julie son épouse soupçonneuse et Laura leur fille qui a subitement quitté le village sans oublier Mme Maca, mauvaise langue qui a un avis sur tout et tout le monde. Subsiste dans les têtes l’affaire Marc Dutroux. Suite à cette disparition, la peur resurgit au sein de la communauté, poussant chacun à montrer les tréfonds de sa personnalité. Des questions se posent, des soupçons s'insinuent, des rancœurs remontent à la surface et sourd une méfiance envers l'homme prédateur "Les hommes sont méchants [...] Pas un pour racheter l'autre" Il en résulte un thriller efficace doublé d'une étude sociologique d'une finesse remarquable. Voilà un auteur que je vais suivre sans aucun doute. Challenge ABC 2020/2021
    Lire la suite
    En lire moins
  • allornothing Posté le 31 Décembre 2020
    La narration est très bien menée et détaillée, nous permettant de s'immerger dans une réalité que l'on nous propose de vivre. On se projette facilement aux jours glacés de l'hiver ardennais. L'ambiance est posée, lourde, tragique et mystérieuse. Seul bémol, il y a très peu de présentations des personnages, il est donc facile de s'y perdre. Mais la lecture devient de plus en plus fluide a mesure que l'auteur fait monter le mystère en crescendo. En plus de mener une enquête sur la disparition de Bénédicte, l'auteur nous fait plonger dans l'intimité de familles, de couple et relations sociales et amoureuses de chacun des protagonistes. On est très vite surpris par la tournure des evenements. L'intrigue est travaillée avec finesse. Mais tout au long de ma lecture j'ai vraiment eu du mal a connaitre tous les prénoms, il était aisé de confondre les personnages par moment... Surprise egalement par certains paragraphes clairement poétiques et dépeignant avec détail certains sentiments parfois inexplicables comme l'amour, l'adultère, la mort. En ce sens il s'agit presque d'un roman poétique. Vraiment déçue par la fin... Qui a l'air d'avoir été bâclée.
  • majero Posté le 21 Août 2020
    Ce matin là dans le petit village frontalier de Montange le chauffeur du bus, Julien, n'a pas embarqué Bénédicte mais n'était-ce pas elle à l'arrière du break de Walter? Sur fond d'affaire Dutroux, circulent les suspicions, ressurgissent les rancoeurs enfouies et quelques malentendus pourraient bien pousser des esprits échauffés à se faire justice. Comme toujours chez Armel Job, des personnages bien campés comme le complexé commissaire Léonard ou la torve veuve de gendarme, madame Maca, mais malgré la flamande Liesbeth, la seule à garder les pieds sur terre, la tension m'a paru trop lourde tout au long du bouquin.
  • diablotin0 Posté le 19 Juillet 2020
    En l'absence de Bénédicte, jeune fille de 15 ans qui décide de ne pas prendre le bus pour se rendre à son lycée comme elle le fait pourtant tous les matins, tout un village va être impliqué. Les soupçons les uns envers les autres ne se font pas attendre. Une fois encore Armel Job sait décrire le mécanisme psychologique qui se crée chez les uns et les autre : les interrogations, les soupçons, les certitudes, les rancœurs. Nous, en tant que lecteurs, en savons bien plus dès le départ, mais nous nous délectons de voir le cheminement d'une rumeur, dans laquelle on est finalement pris.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.