Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266299787
Code sériel : 17764
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm
Erectus
Date de parution : 02/01/2020
Éditeurs :
Pocket

Erectus

Date de parution : 02/01/2020
Un virus se propage dans le monde : hommes et animaux régressent et l'on voit réapparaître les mammouths et l'homme erectus. Faut-il les protéger ou s'en protéger ?
Et soudain l'humanité se mit à régresser…

À Richards Bay, en Afrique du Sud, c'est le choc. Un homme s'est métamorphosé. Il arbore des mâchoires proéminentes, est couvert de poils,...
Et soudain l'humanité se mit à régresser…

À Richards Bay, en Afrique du Sud, c'est le choc. Un homme s'est métamorphosé. Il arbore des mâchoires proéminentes, est couvert de poils, ne parle plus. Bientôt, à New York, Paris, Genève, des Homo erectus apparaissent en meutes, semant la panique dans la...
Et soudain l'humanité se mit à régresser…

À Richards Bay, en Afrique du Sud, c'est le choc. Un homme s'est métamorphosé. Il arbore des mâchoires proéminentes, est couvert de poils, ne parle plus. Bientôt, à New York, Paris, Genève, des Homo erectus apparaissent en meutes, semant la panique dans la population. De quel virus s'agit-il ? Que se cache-t-il derrière cette terrifiante épidémie ?
Une scientifique française se lance dans une course contre la montre pour comprendre et freiner cette régression de l'humanité. Partout, la question se pose, vertigineuse : les erectus sont-ils encore des hommes ? Faut-il les considérer comme des ancêtres à protéger ou des bêtes sauvages à éliminer ?

« Attention, nuit blanche assurée. Une fois ce livre ouvert, vous ne pourrez plus le refermer. Une aventure à 100 à l’heure aussi passionnante qu’angoissante. » Sandrine Bajos – Le Parisien
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266299787
Code sériel : 17764
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Un roman sensation. », Yves Calvi, RTL
 
RTL

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • domi_troizarsouilles Posté le 8 Juin 2022
    Voici un énième livre qui se trouvait depuis très longtemps dans ma PAL, et que j’ai tout à coup choisi de lire car il répond à plusieurs critères à la fois d’un seul et même challenge, c’est presque « inespéré » si j’ose dire ! J’avais en tête qu’il avait eu un grand succès, ravivé par la sortie assez récente de son 2e tome en format poche, ce que semblent confirmer les notes qu’il a récoltées sur les différentes plateformes (entre 15,5 et 16/20 quand même, pour des centaines de lecteurs). Cela dit, si ma lecture a été plutôt plaisante, on est très loin d’une révélation littéraire, même dans ce « mauvais genre » (comme dirait Babelio) à cheval entre thriller et science-fiction. La première réflexion que je me fais, en relisant le synopsis proposé, et que je n’avais pas du tout relu avant de m’attaquer à ce livre, trop motivée que j’étais par mon challenge ! pour une fois j’étais partie à l’aveugle ; bref, ce synopsis n’est qu’une version tapageuse de ce qu’on peut peut-être trouver dans ce livre, mais présenté de façon décousue et plus commerciale que fidèle, dommage… La seconde réflexion est beaucoup plus terre-à-terre : l’auteur aurait-il eu... Voici un énième livre qui se trouvait depuis très longtemps dans ma PAL, et que j’ai tout à coup choisi de lire car il répond à plusieurs critères à la fois d’un seul et même challenge, c’est presque « inespéré » si j’ose dire ! J’avais en tête qu’il avait eu un grand succès, ravivé par la sortie assez récente de son 2e tome en format poche, ce que semblent confirmer les notes qu’il a récoltées sur les différentes plateformes (entre 15,5 et 16/20 quand même, pour des centaines de lecteurs). Cela dit, si ma lecture a été plutôt plaisante, on est très loin d’une révélation littéraire, même dans ce « mauvais genre » (comme dirait Babelio) à cheval entre thriller et science-fiction. La première réflexion que je me fais, en relisant le synopsis proposé, et que je n’avais pas du tout relu avant de m’attaquer à ce livre, trop motivée que j’étais par mon challenge ! pour une fois j’étais partie à l’aveugle ; bref, ce synopsis n’est qu’une version tapageuse de ce qu’on peut peut-être trouver dans ce livre, mais présenté de façon décousue et plus commerciale que fidèle, dommage… La seconde réflexion est beaucoup plus terre-à-terre : l’auteur aurait-il eu un don de prémonition ? C’est que ce livre a été publié en novembre 2018, c’est-à-dire environ un an avant la survenue du désormais trop célèbre (si l’on peut dire) covid-19. Or, il s’avère que tous les aspects « techniques » autour de la propagation d’un nouveau virus sont là ! On citera en vrac : le besoin de le cacher dans un premier temps, sa rapide expansion par diverses voies, les réactions variées des divers États selon qu’ils soient riches ou émergents, l’implication de l’ONU au nom de tous, les mesures de confinement… ensuite décriées par ceux qui prétendent dénoncer un complot, la recherche active d’un vaccin et/ou d’un remède, etc. Vraiment, tout y est ! et c’est bien un peu flippant de se dire que tout avait déjà été écrit un an avant, d’une certaine façon… La seule différence, finalement, mais elle est de taille, c’est la nature du virus : tandis que le covid-19 s’est présenté comme un état grippal que personne n’a pris au sérieux dans un premier temps, mais qui a ensuite massivement tué comme une mauvaise peste, le virus dans « Erectus » nous plonge de plain-pied dans la science-fiction : il touche animaux, plantes et hommes, les faisant régresser (après quelques inconforts cutanés et un coma, pour les animaux en tout cas) à un stade préhistorique, et irréversible, de leur propre espèce ! Or, même si des épisodes de régression ont été prouvés depuis lors chez certaines espèces (ce que l’auteur confirme en postface), elles ont été nettement moins spectaculaires, et jamais liées à un quelconque virus ! Ainsi, l’idée de départ est excellente. Hélas pour l’auteur, je crois qu’on ne peut plus lire ce livre en 2022, après avoir connu un (autre) virus mondial terrible, les confinements, les morts et tous ces questionnements existentiels, comme on le lisait à sa sortie en 2018… On voit l’intérêt, l’excitation même, puis le désarroi des scientifiques quand ils comprennent la nature du virus, mais très vite ça se perd dans des pages et des pages de discussion entre spécialistes et/ou à l’ONU, qui sont sans doute indispensables, mais qui ne parviennent plus à toucher à cause de leur goût de « déjà-vu » - eh oui, on a vécu tout ça en direct avec le covid, si bien que, dans ce livre, ça paraîtrait presque fade, ou au contraire trop réaliste mais on n’a plus envie de lire ça, encore et encore, ça ne marche plus ! De même, on suit avec une certaine inquiétude le sort qui va être réservé à ces « Erectus » de plus en plus nombreux, qui bousculent notre société (en plus d’être hautement contagieux !), mais j’ai eu l’impression que tout ce débat restait « en surface » - et je n’ai pas du tout été convaincue par la solution proposée par l’auteur. Malheureusement pour lui, là aussi il y a eu interférence pour moi : c’est que ce débat sur l’humanité (ou non) des « Erectus », et ce qu’il convient de faire d’eux (en dire plus serait du spoil), m’a très vite fait repenser au magnifique « Les animaux dénaturés » de Vercors, livre lu autrefois, à cette époque où je ne notais rien, mais c’était ô combien plus intense et bouleversant ! Je me permets quand même un exemple masqué, sans doute inspiré de l’œuvre précitée. [masquer]Cette histoire de la grossesse d’Anna, notre personnage principale, enceinte de son compagnon Yann contaminé et depuis lors régressé en Erectus avant d’avoir pu savoir qu’il deviendrait papa, je ne comprends même pas comment l’auteur ne s’en est pas davantage « servi ». Déjà, cette grossesse est amenée de façon trop stéréotypée : la nana qui a des vertiges et nausées, et se croit contaminée par le nouveau virus (dont ce ne sont pourtant pas des symptômes !) alors que sa grossesse était d’ores et déjà évidente, mouais… Mais alors, il est connu (ou pas ?) que les animaux domestiques par exemple, sont capables de ressentir les changements chez une femme enceinte, il paraîtrait même que certains chiens peuvent alors devenir très protecteurs ! Il y avait là une occasion en or à exploiter dans la relation entre Anna et le groupe d’Erectus mené par son ex-compagnon – et certainement dans le questionnement sur leur animalité ou non - … mais non, on reste dans une espèce d’accrochage désespéré à son ex-amour, on est à la limite d’une mauvaise romance qui ne mènera quand même à rien. Quant à cette grossesse (à quoi sert-elle, d’ailleurs ? juste pour l’anecdote ?), elle n’est absolument pas exploitée dans le cadre de l’histoire, c’est vraiment une occasion manquée, à mon sens ! mais à nouveau, sans doute suis-je influencée par « Les animaux dénaturés »…[/masquer] Ainsi, j’ai lu un thriller science-fictionnel qui a été rejoint par la réalité entre-temps jusqu’au cœur de nos foyers, ce qui lui a sans aucun doute fait perdre une grande part de son intérêt initial, car c’est désormais du « déjà-vu » dont on n’a plus envie d’entendre parler. En outre, les aspects plus émotionnels, et notamment tout ce qui concerne les relations entre les hommes contemporains et les régressés au stade d’Erectus, m’ont semblé traités d’une façon un peu trop superficielle, qui n’atteint pas l’intensité d’un livre lu autrefois qui m’avait bien autrement touchée. Ce n’est donc pas une vraie déception, l’auteur ayant été desservi par des événements (ce covid !) que personne n’aurait pu prévoir, mais même sans ça, ce livre me laisse un goût de « peut mieux faire ».
    Lire la suite
    En lire moins
  • Grazie1006 Posté le 15 Avril 2022
    Un polar qui fait froid dans le dos: des spécimens d'une autre période ( préhistorique) apparaissent puis ce sont les humains qui régressent à cause d'un virus .Comment est-il apparu, que faire de cette pandémie: écarter ses hommes ces erectus ou faut-il les abattre?....... Comment les soigner . De beaux personnages , on est vite happé par l'histoire .
  • CamilleBook Posté le 31 Mars 2022
    Sur la base d’un scénario pour le moins farfelu, l’auteur nous offre un récit plutôt bien ficelé qu’il est presque impossible de lâcher tant il est prenant. Un nouveau virus fait son apparition. Il s’attaque à tous les êtres vivants, plantes, animaux, humains, et les transforme en une version préhistorique d’eux-mêmes. Ainsi des animaux éteints il y a des millions d’années refont leur apparition et les hommes se métamorphosent en Homo Erectus, l’ancêtre de l’Homo Sapiens. Le roman a paru en 2018. À cette époque, l’idée même d’une coopération de cette envergure entre toutes les nations face à une menace aussi importante relevait de la pure science-fiction. Aujourd’hui c’est assez étonnant de retrouver les mêmes mécanismes que l’on a connu depuis 2020. Branle-bas de combat à l’échelle internationale. L’OMS, l’ECDC et l’ONU sont sur le pont. Il faut faire face à cette menace virale inédite, tenter de contenir l’épidémie et entamer des recherches pour créer un traitement ou mieux, un vaccin. Dans le même temps, et pendant que les sociétés sont au bord de l’effondrement, il faut traiter une épineuse question. Les Erectus, n’ayant plus ni souvenirs, ni parole, ni l’intelligence développée caractéristique de l’espèce humaine, sont-ils encore humains ? Comment les traiter ? La... Sur la base d’un scénario pour le moins farfelu, l’auteur nous offre un récit plutôt bien ficelé qu’il est presque impossible de lâcher tant il est prenant. Un nouveau virus fait son apparition. Il s’attaque à tous les êtres vivants, plantes, animaux, humains, et les transforme en une version préhistorique d’eux-mêmes. Ainsi des animaux éteints il y a des millions d’années refont leur apparition et les hommes se métamorphosent en Homo Erectus, l’ancêtre de l’Homo Sapiens. Le roman a paru en 2018. À cette époque, l’idée même d’une coopération de cette envergure entre toutes les nations face à une menace aussi importante relevait de la pure science-fiction. Aujourd’hui c’est assez étonnant de retrouver les mêmes mécanismes que l’on a connu depuis 2020. Branle-bas de combat à l’échelle internationale. L’OMS, l’ECDC et l’ONU sont sur le pont. Il faut faire face à cette menace virale inédite, tenter de contenir l’épidémie et entamer des recherches pour créer un traitement ou mieux, un vaccin. Dans le même temps, et pendant que les sociétés sont au bord de l’effondrement, il faut traiter une épineuse question. Les Erectus, n’ayant plus ni souvenirs, ni parole, ni l’intelligence développée caractéristique de l’espèce humaine, sont-ils encore humains ? Comment les traiter ? La propagation épidémique fulgurante, son traitement par les médias, l’emballement des réseaux sociaux, les crises politiques qui agitent les réunions des grandes puissances internationales, le tout saupoudré d’histoires plus personnelles des différents personnages principaux, c’est une sorte de scénario catastrophe assez simple dans l’écriture mais relativement riche en informations et surtout très prenant. Si l’on met de côté le virus et la maladie qu’il transmet, l’ensemble est suffisamment réaliste pour permettre une immersion complète de la première à la dernière page.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Anis0206 Posté le 24 Mars 2022
    Imaginez que l'humanité commence soudain à régresser et remonte l'échelle de l'évolution ! En Afrique du Sud, c’est le choc. Un homme s’est métamorphosé. Il arbore des mâchoires proéminentes, est couvert de poils, ne parle plus. Bientôt, à New York, Paris, Genève, partout dans le monde, des Homo erectus apparaissent en meutes, déboussolés, imprévisibles, semant la panique dans la population. C'est quoi ce virus qui fait remonter le temps aux êtres humains en les transformant en leurs ancêtres. L'OMS enquête et essaie de contenir le phénomène et surtout empêcher des génocides car les gens ont peur et veulent éradiquer les erectus, car le débat est là, sont ils toujours des hommes? Un superbe thriller haletant avec une histoire incroyable et passionnante. Le style d'écriture aussi y est pour beaucoup car les événements s'enchaînent rapidement et la lecture est très fluide. Franchement c'est une belle lecture et j'ai hâte de découvrir la suite.
  • MassLunar Posté le 17 Mars 2022
    Erectus est la parfaite combinaison entre érudition passionnée et thriller médical bourré de suspense. Xavier Muller, journaliste scientifique, nous propose avec Erectus un passionnant et inquiétant retour en arrière symbolisé par un virus épidémique qui provoque une régression totalement préhistorique de la faune, la flore et ... de l'humanité. Je ne rentrerais pas dans les détails sur le champs lexical et le souci de recherche de la part de Xavier Muller sur les ancêtres des contaminés en commençant par les animaux. Mais on devine que l'écrivain passionné de sciences maîtrise sans problèmes son sujet avec ce thriller qui possède par moments des fausses allures de Monde Perdu façon Conan Doyle ou qui rappelle les romans de Jules Verne par son utilisation d'un vocabulaire scientifique approprié et bien définie. Cet aspect est d'ailleurs bien incarné à travers les personnages principaux de ce roman qui sont avant tout des chercheurs comme la paléontologue Anna Meunier ou encore un responsable de l'OMS, Stephen Gordon spécialisé dans les maladies transmissibles. Erectus est un thriller medical qui bascule progressivement dans le post-apocalyptique. Là, en plus de ses connaissances, Xavier Muller prouve son talent d'écrivain en nous concoctant un bon suspense bien dramatique durant lequel on assiste... Erectus est la parfaite combinaison entre érudition passionnée et thriller médical bourré de suspense. Xavier Muller, journaliste scientifique, nous propose avec Erectus un passionnant et inquiétant retour en arrière symbolisé par un virus épidémique qui provoque une régression totalement préhistorique de la faune, la flore et ... de l'humanité. Je ne rentrerais pas dans les détails sur le champs lexical et le souci de recherche de la part de Xavier Muller sur les ancêtres des contaminés en commençant par les animaux. Mais on devine que l'écrivain passionné de sciences maîtrise sans problèmes son sujet avec ce thriller qui possède par moments des fausses allures de Monde Perdu façon Conan Doyle ou qui rappelle les romans de Jules Verne par son utilisation d'un vocabulaire scientifique approprié et bien définie. Cet aspect est d'ailleurs bien incarné à travers les personnages principaux de ce roman qui sont avant tout des chercheurs comme la paléontologue Anna Meunier ou encore un responsable de l'OMS, Stephen Gordon spécialisé dans les maladies transmissibles. Erectus est un thriller medical qui bascule progressivement dans le post-apocalyptique. Là, en plus de ses connaissances, Xavier Muller prouve son talent d'écrivain en nous concoctant un bon suspense bien dramatique durant lequel on assiste peu à peu au basculement de la société. C'est un roman intense et dense ponctué de bons moments d'angoisse.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    25 dystopies à lire absolument

    Pionner de la dystopie, Aldous Huxley a ouvert la voie a bien des romans depuis la parution du Meilleur des mondes en 1932. Ces romans où l’utopie a viré au cauchemar mettent en scène les incertitudes et les angoisses que font naitre en nous les évolutions du monde. Société totalitaire, catastrophe écologique, dérive technologique : il y en a pour tous les goûts !

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Épidémie de nuits blanches : 10 romans rongés par la pandémie

    Cloîtré chez vous, vous êtes en boucle sur l'épidémie du coronavirus et commencez légèrement à perdre la tête ? Cher lecteur, nous avons la solution à vos problèmes : des romans qui imaginent des vastes pandémies et autres fléaux prêts à dévaster notre douce planète. Si comme nous, vous trouviez que l'atmosphère n’était pas assez anxiogène, cette sélection de livres devrait vous plaire (ou vous angoisser, c'est vous qui voyez).

    Lire l'article