En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Frankenstein

        Pocket
        EAN : 9782266288590
        Code sériel : 3252
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 304
        Format : 108 x 177 mm
        Frankenstein

        Georges CUVELIER (Traducteur), Eugéne ROCARTEL (Traducteur)
        Date de parution : 07/06/2018
        LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

        16 juin 1816. L'orage gronde. Dans une ville cachée au milieu des arbres, sur les bords riants du lac de Genève, une petite société s'ennuie. Il y a deux poètes, Byron et Shelley, leurs compagnes, Claire et Mary, un médecin, Polidori. On se raconte d'horribles...
        LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

        16 juin 1816. L'orage gronde. Dans une ville cachée au milieu des arbres, sur les bords riants du lac de Genève, une petite société s'ennuie. Il y a deux poètes, Byron et Shelley, leurs compagnes, Claire et Mary, un médecin, Polidori. On se raconte d'horribles histoires, selon la mode du temps. On décide même d'en écrire. Dans la nuit, la jeune Mary – elle n'a pas encore 19 ans – ne peut dormir : elle rêve d'un hideux fantasme d'homme. Quelques jours plus tard naissent Victor Frankenstein et sa créature. Récit d'une inquiétante nouveauté, vite porté à la scène, très souvent ensuite à l'écran. Devenu si mythique que, dans l'esprit du public qui a oublié Mary Shelley, le créateur et sa créature se sont confondus.

        Traduit de l'anglais par George Cuvelier et Eugène Rocartel

        @ Disponible chez 12-21
        L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266288590
        Code sériel : 3252
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 304
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        4.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Bibliooophilia Posté le 14 Septembre 2018
          "Comme le monstre, ce roman est sublime et terrifiant." . Frankenstein nait d'une "compétition littéraire" entre amis. Un soir d'été 1816, sur les bords du Lac Léman, Mary Shelley et plusieurs amis se lancent le défi d'écrire "une histoire de spectres". Chacun s'attelle à sa tâche, Mary Shelley en sortira ce chef d'oeuvre qui bouleversera la littérature anglaise et bien au delà. Un nouveau genre est nait : la science fiction. Le roman s'ouvre sur une série de récits en abyme. On découvre dans un premier temps la correspondance entre Robert Walton, explorateur en mission sur la banquise polaire, et sa soeur. Il lui raconte l'histoire incroyable de Victor Frankenstein, repêché in-extremis sur la banquise. Ce qui constitue le second temps du récit. Le troisième temps est totalement dédié à la créature, qui elle même, raconte sa version de l'histoire. Au départ, Victor est un jeune homme fasciné par la science, qui décide de créer, à partir de plusieurs êtres, un être parfait. Après une période d’hystérie et de folie totale, il est là. C'est l'abomination. Victor ne le supporte pas et fuit, abandonnant sa créature à elle-même. La force du roman, qui pour moi est totalement opposée aux différentes versions qu'il... "Comme le monstre, ce roman est sublime et terrifiant." . Frankenstein nait d'une "compétition littéraire" entre amis. Un soir d'été 1816, sur les bords du Lac Léman, Mary Shelley et plusieurs amis se lancent le défi d'écrire "une histoire de spectres". Chacun s'attelle à sa tâche, Mary Shelley en sortira ce chef d'oeuvre qui bouleversera la littérature anglaise et bien au delà. Un nouveau genre est nait : la science fiction. Le roman s'ouvre sur une série de récits en abyme. On découvre dans un premier temps la correspondance entre Robert Walton, explorateur en mission sur la banquise polaire, et sa soeur. Il lui raconte l'histoire incroyable de Victor Frankenstein, repêché in-extremis sur la banquise. Ce qui constitue le second temps du récit. Le troisième temps est totalement dédié à la créature, qui elle même, raconte sa version de l'histoire. Au départ, Victor est un jeune homme fasciné par la science, qui décide de créer, à partir de plusieurs êtres, un être parfait. Après une période d’hystérie et de folie totale, il est là. C'est l'abomination. Victor ne le supporte pas et fuit, abandonnant sa créature à elle-même. La force du roman, qui pour moi est totalement opposée aux différentes versions qu'il y a pu avoir de Frankenstein, c'est l'apprentissage et la détermination de cette créature. Un réel roman de formation. Autant le personnage de Victor apparait égoïste, larmoyant, lâche. Autant celui de la créature est magnifique. Un être doté de sentiments, disposant d'une bonne éloquence acquise grâce à des heures d'observations et de lectures, n'ayant qu'une aspérité, être l'égale des hommes qu'il observe. Malheureusement, sa laideur et sa différence ne lui permettront pas de s'intégrer. Mary Shelley nous questionne sur la vie et la responsabilité scientifique. Elle y dévoile une complexité des sentiments qui est impressionnante. C'est un roman précurseur, écrit à 20 ans et qui 200 ans plus tard résonne encore comme un message universel. Avant de courir voir le biopic sur sa vie au cinéma, lisez cette magnifique œuvre !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Mariefrance92600 Posté le 5 Septembre 2018
          Le " Frankenstein " de Mary W. Shelley s'inscrit dans la lignée des récits fantastiques et d'horreur, tels que Dracula, Dr Jeckyl et Mister Hide, ou encore le loup garou... Victor Frankenstein, un jeune homme brillant et promis à un bel avenir, crée de toutes pièces un être à l'apparence humaine. Bien vite, il sera amené à regretter son geste. En effet, la créature prend l'apparence d'un monstre sanguinaire qui ne pense qu'à semer la mort et le malheur sur son passage et qui persécute son créateur. Au travers de l'histoire de Victor Frankenstein et de son monstre, Mary W. Shelley nous pose la question de l'origine de la cruauté humaine. Le monstre de Frankenstein est rejeté par tous. Il aimerait avoir des relations avec les humains mais ceux-ci le fuient. Il devient alors violent et s'en prend aux personnes qu'il rencontre. La cruauté dont font preuve certaines personnes est-elle innée ou est-elle le fruit des expériences vécues, du manque d'amour et de reconnaissance sociale ? La question se pose et reste ouverte tout au long de l'histoire. Le style est clair et la traduction de l'anglais est impeccable. L'histoire, narrée principalement par Victor Frankenstein lui-même suscite un vif intérêt. Il est donc... Le " Frankenstein " de Mary W. Shelley s'inscrit dans la lignée des récits fantastiques et d'horreur, tels que Dracula, Dr Jeckyl et Mister Hide, ou encore le loup garou... Victor Frankenstein, un jeune homme brillant et promis à un bel avenir, crée de toutes pièces un être à l'apparence humaine. Bien vite, il sera amené à regretter son geste. En effet, la créature prend l'apparence d'un monstre sanguinaire qui ne pense qu'à semer la mort et le malheur sur son passage et qui persécute son créateur. Au travers de l'histoire de Victor Frankenstein et de son monstre, Mary W. Shelley nous pose la question de l'origine de la cruauté humaine. Le monstre de Frankenstein est rejeté par tous. Il aimerait avoir des relations avec les humains mais ceux-ci le fuient. Il devient alors violent et s'en prend aux personnes qu'il rencontre. La cruauté dont font preuve certaines personnes est-elle innée ou est-elle le fruit des expériences vécues, du manque d'amour et de reconnaissance sociale ? La question se pose et reste ouverte tout au long de l'histoire. Le style est clair et la traduction de l'anglais est impeccable. L'histoire, narrée principalement par Victor Frankenstein lui-même suscite un vif intérêt. Il est donc difficile de ne pas se laisser entraîner dans ce récit bouleversant d'un homme dont la vie bascule du jour au lendemain dans l'horreur. Un classique à ne pas manquer pour tous les amateurs de fantastique et/ou d'horreur.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Nau Posté le 23 Juillet 2018
          L'histoire de Frankenstein comme on l'aime. Effrayante et passionnante à la fois. Un livre que j'ai adoré livre et que j'aime relire encore maintenant.
        • Fauvine Posté le 15 Juillet 2018
          Si -selon Calvino- un classique est une oeuvre ayant « enrichi l'esprit humain », ayant permis un progrès dans sa connaissance, Frankenstein est sans conteste un classique car l'on appréhende avec cette œuvre l'Homme dans ses désirs, ses contradictions, ses excès, son impulsivité et son égoïste soif de bonheur indifférente à celle des autres, sa capacité de faire le bien qui peut très vite se transformer en capacité à faire le mal au gré des circonstances et des épreuves subies. On voit combien un être prédisposé à être bon, ayant le désir d'être agréable aux autres, de leur apporter de la joie et de vivre paisiblement peut se muer en une bête destructrice après avoir subi l'injustice, le rejet, la solitude, l'absence d'empathie de tous les autres à son égard juste parce qu'il ne leur ressemble pas (ici, physiquement). On pressent l'intensité de la souffrance de ce « monstre » tout au long du récit, tout comme celle de son ennemi, le scientifique Frankenstein que l'ambition, l'orgueil et l'irréflexion dans la jeunesse ont poussé à créer un être en tous points semblable à l'Homme mais effrayant à regarder. L'ayant laissé livré à lui-même sans rien lui expliquer, sans lui apporter de quoi subsister, de chaleur... Si -selon Calvino- un classique est une oeuvre ayant « enrichi l'esprit humain », ayant permis un progrès dans sa connaissance, Frankenstein est sans conteste un classique car l'on appréhende avec cette œuvre l'Homme dans ses désirs, ses contradictions, ses excès, son impulsivité et son égoïste soif de bonheur indifférente à celle des autres, sa capacité de faire le bien qui peut très vite se transformer en capacité à faire le mal au gré des circonstances et des épreuves subies. On voit combien un être prédisposé à être bon, ayant le désir d'être agréable aux autres, de leur apporter de la joie et de vivre paisiblement peut se muer en une bête destructrice après avoir subi l'injustice, le rejet, la solitude, l'absence d'empathie de tous les autres à son égard juste parce qu'il ne leur ressemble pas (ici, physiquement). On pressent l'intensité de la souffrance de ce « monstre » tout au long du récit, tout comme celle de son ennemi, le scientifique Frankenstein que l'ambition, l'orgueil et l'irréflexion dans la jeunesse ont poussé à créer un être en tous points semblable à l'Homme mais effrayant à regarder. L'ayant laissé livré à lui-même sans rien lui expliquer, sans lui apporter de quoi subsister, de chaleur humaine, le laissant éternellement seul et malheureux, ne s'en préoccupant plus, par lâcheté et égocentrisme, il doit donc affronter sa vengeance éternelle et l'on souffre également avec ce personnage de tout ce qu'il doit endurer alors. Cette histoire permet de nous plonger dans l'humain et l'inhumain existant en tout Homme et de se souvenir que le verbe « pouvoir », capacité à réaliser quelque chose, à dépasser indéfiniment l'existant actuel, ne doit pas se substituer à « vouloir », à « choisir » (pensons à la bombe atomique, l'immortalité de l'homme en projet, l'intelligence artificielle…)
          Lire la suite
          En lire moins
        • Symphonia2 Posté le 7 Juillet 2018
          Ce roman est un classique mais finalement on connaît peu les détails de cette histoire d’horreur. Je suis contente d’avoir lu l’histoire originale, même si ma lecture a été plutôt longue et légèrement fastidieuse. L’histoire est très bien écrite. J’ai bien aimé comment l’auteur décrit toute la gamme des émotions à travers laquelle passe le docteur Frankenstein, de l’exaltation au profond désespoir, ainsi que ses dilemmes moraux. Néanmoins certains passages sont longuets et hormis le personnage du docteur, il y a peu de nuances dans les personnages. La créature est laide, mauvaise et vicieuse. La fiancée de Frankenstein est une véritable sainte, tout comme sa famille globalement. De plus, j’ai été déçue par la fin qui est assez facile, entre regrets et pleurs tardifs. Malgré cela, le bilan est positif et je vous le conseille si vous souhaitez découvrir des classiques. Cela en vaut la peine car permet de corriger des erreurs. Il est d’ailleurs étonnant de constater que le nom du créateur a pris le dessus sur l’auteur et s’ est confondu avec la créature – car Frankenstein est bien le nom du créateur et non de la créature comme j’ai longtemps pensé.
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com