Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266288590
Code sériel : 3252
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 304
Format : 108 x 177 mm

Frankenstein

Georges CUVELIER (Traducteur), Eugéne ROCARTEL (Traducteur)
Date de parution : 07/06/2018
LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

16 juin 1816. L'orage gronde. Dans une ville cachée au milieu des arbres, sur les bords riants du lac de Genève, une petite société s'ennuie. Il y a deux poètes, Byron et Shelley, leurs compagnes, Claire et Mary, un médecin, Polidori. On se raconte d'horribles...
LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

16 juin 1816. L'orage gronde. Dans une ville cachée au milieu des arbres, sur les bords riants du lac de Genève, une petite société s'ennuie. Il y a deux poètes, Byron et Shelley, leurs compagnes, Claire et Mary, un médecin, Polidori. On se raconte d'horribles histoires, selon la mode du temps. On décide même d'en écrire. Dans la nuit, la jeune Mary – elle n'a pas encore 19 ans – ne peut dormir : elle rêve d'un hideux fantasme d'homme. Quelques jours plus tard naissent Victor Frankenstein et sa créature. Récit d'une inquiétante nouveauté, vite porté à la scène, très souvent ensuite à l'écran. Devenu si mythique que, dans l'esprit du public qui a oublié Mary Shelley, le créateur et sa créature se sont confondus.

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266288590
Code sériel : 3252
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 304
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • thburdet Posté le 2 Août 2020
    (Lu en VO) La découverte et la lecture tardive de ce classique ont plutôt généré une bonne surprise. Quelques mois après avoir lu le Dracula de Bram Stoker, je redoutais un peu de retrouver la même formule épistolaire et les mêmes expressions surannées avec force politesses exagérées entre les personnages. Le début n'a pas immédiatement permis de lever ces inquiétudes, avec ces lettres de Robert WALTON à sa soeur... Heureusement les récits de Victor Frankenstein et de sa créature ne sont pas de la même trempe... la forme est vivante et le fond très intéressant. Mary Shelley sait en effet susciter la réflexion grâce à cette histoire de scientifique apprenti-sorcier, sur des questions d'éthique évidemment, mais également sur le sens du vivant. Un ouvrage classique qui devrait trouver une place obligatoire, notamment dans tous les cursus d'ingénieurs, de biologie, médecine et pharmacie !
  • kade_read Posté le 21 Juillet 2020
    Tu vas m’dire que tu connais Frankenstein ? Genre, tu l’as lu jusqu’au bout ? Ouais … c’est c’qui me semblait ! Tu le connais parce que c’est une personnage qui a été utilisé et ré-utilisé, mais en vrai sa véritable histoire tu la connais pas ! J’avoues, moi non plus avant ce jour ! En même temps, tout le monde en parle tellement qu’on a l’impression de le connaître. Sauf que Dr. Frankenstein est un être bien particulier. Tu le prends pour un grand savant ? C’est ce qu’il a été, oui ! Mais avant d’être savant, il a été surtout très malheureux. Tu te doutes bien que c’est la Mort qui l’a entraîné sur ce chemin de traverse. Et la Mort, c’est ce qui va l’accompagner jusqu’au bout ! On ne fuit pas ses démons … surtout lorsqu’on lui donne la vie et qu’on l’abandonne … La créature, petit être sans défense (ok, j’abuse juste un peu) va le suivre et semer la mort sur son passage. Sauf si ! Cet être si innocent (oui, j’abuse encore ! Mais faut avouer qu’il m’a fait de la peine le bougre.) qu’est la Créature, va proposer un pacte à son créateur …... Tu vas m’dire que tu connais Frankenstein ? Genre, tu l’as lu jusqu’au bout ? Ouais … c’est c’qui me semblait ! Tu le connais parce que c’est une personnage qui a été utilisé et ré-utilisé, mais en vrai sa véritable histoire tu la connais pas ! J’avoues, moi non plus avant ce jour ! En même temps, tout le monde en parle tellement qu’on a l’impression de le connaître. Sauf que Dr. Frankenstein est un être bien particulier. Tu le prends pour un grand savant ? C’est ce qu’il a été, oui ! Mais avant d’être savant, il a été surtout très malheureux. Tu te doutes bien que c’est la Mort qui l’a entraîné sur ce chemin de traverse. Et la Mort, c’est ce qui va l’accompagner jusqu’au bout ! On ne fuit pas ses démons … surtout lorsqu’on lui donne la vie et qu’on l’abandonne … La créature, petit être sans défense (ok, j’abuse juste un peu) va le suivre et semer la mort sur son passage. Sauf si ! Cet être si innocent (oui, j’abuse encore ! Mais faut avouer qu’il m’a fait de la peine le bougre.) qu’est la Créature, va proposer un pacte à son créateur … Mais est-ce que ce perfide Dr. Frankenstein va accepter ? Suspens ! Oui, si tu veux le découvrir, faut le lire ! C’est bien beau de regarder Penny Dreadfull, mais ça fait pas tout ! Si tu veux t’instruire, lis !
    Lire la suite
    En lire moins
  • ladythat Posté le 13 Juillet 2020
    Si Frankenstein est considéré comme un récit horrifique lors de sa première publication, le 1er janvier 1818, il est surtout connu pour être précurseur du genre de la science-fiction. Mary Shelley signe un récit différent de ce qui existe dans le genre tant dans la construction que dans les codes du genre qu’elle redéfinit. Ainsi la narration épistolaire se construit sur la forme de récits-enchâssés dont le cadre ne sert qu’à recueillir le récit de Victor Frankenstein qui comprend également la narration faite à ce dernier par la créature qu’il a créé. Et quelle créature! A peine née, rejetée par son créateur, elle se retrouve livrée à elle-même et à la cruauté des hommes qui ne voient pas plus loin que l’apparence: un monstre répugnant fait de l’assemblage de pièces provenant de différents corps. La description reste assez sommaire, l’auteure reste aussi évasive sur l’aspect réel de la créature que sur sa construction, laissant ainsi toute liberté au lecteur d’imaginer sa propre représentation. Bien sûr on aurait tôt fait de se figurer Boris Karloff qui fut la créature en 1933 dans le film de James Whale, pourtant la peur qu’elle suscite nous laisse entrapercevoir toute l’horreur de son apparence. Rapidement... Si Frankenstein est considéré comme un récit horrifique lors de sa première publication, le 1er janvier 1818, il est surtout connu pour être précurseur du genre de la science-fiction. Mary Shelley signe un récit différent de ce qui existe dans le genre tant dans la construction que dans les codes du genre qu’elle redéfinit. Ainsi la narration épistolaire se construit sur la forme de récits-enchâssés dont le cadre ne sert qu’à recueillir le récit de Victor Frankenstein qui comprend également la narration faite à ce dernier par la créature qu’il a créé. Et quelle créature! A peine née, rejetée par son créateur, elle se retrouve livrée à elle-même et à la cruauté des hommes qui ne voient pas plus loin que l’apparence: un monstre répugnant fait de l’assemblage de pièces provenant de différents corps. La description reste assez sommaire, l’auteure reste aussi évasive sur l’aspect réel de la créature que sur sa construction, laissant ainsi toute liberté au lecteur d’imaginer sa propre représentation. Bien sûr on aurait tôt fait de se figurer Boris Karloff qui fut la créature en 1933 dans le film de James Whale, pourtant la peur qu’elle suscite nous laisse entrapercevoir toute l’horreur de son apparence. Rapidement la créature fascine par sa curiosité, son intelligence et ses émotions très humaines. Rejetée de tous, elle n’aura de cesse de chercher à se venger de ce créateur qui l’a cruellement abandonné, devenant le monstre que tous voient en elle. Et la question tombe tout naturellement: qui est le monstre de la créature ou de son créateur? Frankenstein n’est peut-être pas le classique qui a le mieux vieilli, souffrant notamment de quelques longueurs, mais il n’en reste pas moins captivant dans son cheminement sur la création de la vie, et son questionnement des limites (entre le monstre et l’homme, le bien et le mal, la vie et la mort…).
    Lire la suite
    En lire moins
  • Misscontemplative Posté le 9 Juillet 2020
    Un très beau roman, je m'attendais pas a sa en le lisant.. j'ai beaucoup aimé la psychologie du créateur de Frankenstein, il y a une vrais poésie qui se dégage de ce roman et je pense qu'on en retire tous quelque chose de personnelle a la fin.. Un classique a lire au moins une fois dans sa vie :) (il est court en plus)!)
  • thomastwozero Posté le 28 Juin 2020
    Très bien amené avec bon rythme
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Lisez

    5 romans gothiques qui vont vous fasciner

    Des châteaux effrayants saturés de courants d'air, des fantômes qui ont des comptes à régler, des jardins cachés dans le brouillard et des familles qui cachent de lourds secrets... bienvenue dans l'univers du roman gothique. Voici 5 livres sombres et exaltants à dévorer à la lueur des bougies. 

    Lire l'article