Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266093088
Code sériel : 10679
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

La Chambre des officiers

Date de parution : 06/01/2000

LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

1914. Tout sourit à Adrien, ingénieur officier. La guerre éclate et lors d’une reconnaissance sur les bords de la Meuse, un éclat d’obus le défigure. Le voilà devenu une « gueule cassée ». Adrien ne connaîtra pas les tranchées mais le Val-de-Grâce, dans une chambre...

LES GRANDS TEXTES DU XXe SIÈCLE

1914. Tout sourit à Adrien, ingénieur officier. La guerre éclate et lors d’une reconnaissance sur les bords de la Meuse, un éclat d’obus le défigure. Le voilà devenu une « gueule cassée ». Adrien ne connaîtra pas les tranchées mais le Val-de-Grâce, dans une chambre réservée aux officiers. Une pièce sans miroir, où l’on ne se voit que dans le regard des autres.
Adrien y restera cinq ans. Cinq ans pour penser à l’après, pour penser à Clémence qui l’a connu avec sa gueule d’ange…

« On n'oubliera pas le premier roman de Marc Dugain, qui a su rendre au visage d'Adrien, dans un style simple et sanglé, toute son humanité. » Jérôme Garcin – L'Obs

Ce livre a obtenu le Prix des libraires

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266093088
Code sériel : 10679
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« On n’oubliera pas le premier roman de Marc Dugain, qui a su rendre au visage d’Adrien, dans un style simple et sanglé, toute son humanité. » Jérôme Garcin – L'Obs

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Allantvers Posté le 13 Janvier 2020
    Impeccable. Ce roman est juste impeccable : le bon angle - loin des tranchées et pourtant au plus près des souffrances, le bon ton - sans pathos mais bouleversant, le bon lieu - une simple chambre d'hôpital mais c'est toute l'histoire des hommes qui s'y déroule, les bons personnages, tous réussis. Je suis bluffée par ce premier roman de Marc Dugain, tout à fait à part dans sa bibliographie.
  • Stelda Posté le 11 Janvier 2020
    Certainement l'un des plus beaux romans écrit sur la Grande guerre. Marc Dugain a remis en avant ce sujet, tombé dans l'oubli avec les années. Il rappelle la souffrance vécue par les soldats mais aussi les médecins, les infirmières... confrontés à une catastrophe humaine inédite. Un très grand roman.
  • ArtzUr Posté le 9 Décembre 2019
    C'est un de ces récits qui laissent sans voix. Qui vous font avoir la larme à l'oeil une fois le dernier mot lu. Qui vous font à peine imaginer ce qu'à pu être cette vie de Gueules cassées. Tous ces personnes qui ont étés atrocement mutilées. Ce récit est d'une force, tellement poignant et émouvant. C'est, quelque part, une leçon de vie et d'acceptation de soit, quelles que soient les épreuves traversées et les stigmates de la vie.
  • Symphonie Posté le 26 Novembre 2019
    Après avoir passé cinq années dans un hôpital, Adrien, un jeune officier défiguré par les éclats d'une bombe, nous retrace le cheminement des blessés de guerre. Par son visage affreusement mutilé, il fait désormais partie de ceux que l'on appelle " Les gueules cassées". Tout au long du roman, Adrien, le narrateur, nous plonge dans les affres d'une guerre sanglante qui chaque jour, amène un lot croissant de défigurés. Au fil du temps, il fait la connaissance de compagnons d'infortune, qui, comme lui, subissent diverses opérations terriblement éprouvantes pour tenter de redonner une forme plus avenante au visage déchiqueté de ces hommes mortifiés intérieurement et extérieurement. Lorsque la guerre prend fin, malgré les progrès de la chirurgie esthétique et plusieurs sollicitations, Adrien refuse toute opération réparatrice. Son visage, sa gueule cassée, il n'en veut pas d'autre, c'est la sienne, celle qui fait partie de son histoire. Et quelle histoire ! J'ai lu la chambre des officiers de Marc Dugain pratiquement d'une seule traite tant l'auteur nous décrit avec une grande lucidité, l'enfer de la guerre avec son lot de souffrance, de désespoir, d'amitiés sincères qui se nouent dans des conditions dramatiques en terminant sur une note d'espoir et d'amour retrouvé auxquels certains... Après avoir passé cinq années dans un hôpital, Adrien, un jeune officier défiguré par les éclats d'une bombe, nous retrace le cheminement des blessés de guerre. Par son visage affreusement mutilé, il fait désormais partie de ceux que l'on appelle " Les gueules cassées". Tout au long du roman, Adrien, le narrateur, nous plonge dans les affres d'une guerre sanglante qui chaque jour, amène un lot croissant de défigurés. Au fil du temps, il fait la connaissance de compagnons d'infortune, qui, comme lui, subissent diverses opérations terriblement éprouvantes pour tenter de redonner une forme plus avenante au visage déchiqueté de ces hommes mortifiés intérieurement et extérieurement. Lorsque la guerre prend fin, malgré les progrès de la chirurgie esthétique et plusieurs sollicitations, Adrien refuse toute opération réparatrice. Son visage, sa gueule cassée, il n'en veut pas d'autre, c'est la sienne, celle qui fait partie de son histoire. Et quelle histoire ! J'ai lu la chambre des officiers de Marc Dugain pratiquement d'une seule traite tant l'auteur nous décrit avec une grande lucidité, l'enfer de la guerre avec son lot de souffrance, de désespoir, d'amitiés sincères qui se nouent dans des conditions dramatiques en terminant sur une note d'espoir et d'amour retrouvé auxquels certains ne croyaient plus. Un récit poignant, époustouflant de réalisme dont on ne sort pas indemne. Une pépite à lire !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Brooklyn_by_the_sea Posté le 9 Novembre 2019
    Dans ce roman court et concis,Marc Dugain raconte l'itinéraire d'une gueule cassée, et c'est comme une déflagration dans mon petit monde littéraire. La première guerre mondiale à peine commencée, le jeune lieutenant Fournier reçoit un éclat d'obus qui crée une béance au milieu de son visage. Il va passer toute la guerre dans la "chambre des officiers" de l'hôpital du Val-de-Grâce, où des médecins passionnés se réjouissent malgré eux de pouvoir expérimenter la chirurgie maxillo-faciale sur les soldats-cobayes. Outre l'évolution des techniques chirurgicales, Marc Dugain raconte de l'intérieur la vie d'une gueule cassée : la perte des sens, la difficulté de s'exprimer, l'évitement des autres, la haine des Boches puis des généraux, et surtout l'incroyable solidarité qui unit ces compagnons d'infortune, qui veillent à s'empêcher mutuellement de se suicider quand le désespoir devient trop profond. C'est bouleversant, sans jamais être larmoyant. Tout en sobriété, Dugain dresse le portrait d'une époque, et ouvre la réflexion sur la folie des hommes, mais aussi sur le sens du sacrifice, la résilience, et l'identité. Tout cela en 170 pages : de quoi ôter son chapeau !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.