Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266281379
Code sériel : 7244
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

La Hanse galactique - tome 1 Le Prince-Marchand

Jean-Daniel BRÈQUE (Traducteur), Arlette ROSENBLUM (Traducteur)
Date de parution : 15/11/2018
XXIIIe siècle. Nicholas Van Rijn dirige la Compagnie solaire des épices et liqueurs au sein de la Ligue polesotechnique, l'alliance des négociants interstellaires. La Ligue transcende toutes les frontières politiques, et son pouvoir est à la mesure de l'étendue des routes commerciales : pour le moins considérable.
Des princes-marchands parcourant l'univers,...
XXIIIe siècle. Nicholas Van Rijn dirige la Compagnie solaire des épices et liqueurs au sein de la Ligue polesotechnique, l'alliance des négociants interstellaires. La Ligue transcende toutes les frontières politiques, et son pouvoir est à la mesure de l'étendue des routes commerciales : pour le moins considérable.
Des princes-marchands parcourant l'univers, Van Rijn est probablement le plus flamboyant, truculent et ingénieux. Débonnaire et fin négociateur, il arpente les mondes, mettant sa verve et son panache au service de ses intérêts et de ceux de la Ligue.
Voici ses aventures...

« Poul Anderson s'amuse des codes du pulp tout en faisant œuvre de démiurge en créant ex nihilo un monde et ses créatures. » Laurent Lefeu – Bifrost

« Un plaisir de lecture, une gourmandise de l'esprit. Un space-opera original et rafraîchissant qui n'a pas pris une ride. En un mot : excellent. » Lecture42
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266281379
Code sériel : 7244
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Difficile de ne pas être enthousiaste face à une telle intelligence et tant d’astuces. Le Prince-Marchand est un plaisir de lecture, une gourmandise de l’esprit. Nicholas Van Rijn est à la fois sérieux et comique, un homme riche dans tous les sens du terme. Poul Anderson, avec La Hanse Galactique, nous offre un space opera original et rafraichissant qui n’a pas pris une ride. En un mot : excellent. »
Lecture42

« Sur une trame sans surprise, Poul Anderson s’amuse des codes du pulp tout en faisant œuvre de démiurge en créant ex nihilo un monde et ses créatures. »
Laurent Leleu, Bifrost

« Le Prince-marchand tient davantage du planet-opera que du space-opera avec un texte cohérent et élégant qui ne néglige pas la trame et les rebondissements. Poul Anderson met sa plume et sa créativité au service d’une histoire flamboyante dans un cadre propice à l’aventure, avec un personnage atypique, agaçant parfois, captivant certainement.» 
Lutin, Albédo

« Il faut reconnaître que l’ensemble se lit aisément, que l’histoire du roman est vraiment prenante et que les nombreuses scènes de bataille sont très bien retranscrites par l’auteur, ce qui traduit d’autant mieux l’horreur des combats. Il s’agit là d’une réédition bienvenue et propice à la réflexion sur notre société actuelle où il est parfois si compliqué de se comprendre. »
La Yozone

« Ce tome 1 est vraiment excellent, avec son truculent et tonitruant personnage principal, son univers moins centré sur la force brute que sur la diplomatie, le commerce, la négociation et la roublardise, ses dialogues savoureux... »
Le Culte d'Apophis


 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • jjjjjjjj Posté le 12 Juin 2021
    Poul Anderson, l'un des plus meilleurs auteurs de SF (avis subjectif) et l'un des plus importants (avis objectif). Ceci est l'une de ces nombreuses sagas traduite en français. Nicholas van Rijn est l'un des nombreux héros d'Anderson. Il n'y a pas vraiment de chronologie dans cette série, donc les différents tomes peuvent se lire indépendamment. Ce que je veux dire, c'est que chaque tome n'est pas la suite chronologique du précédent. Chaque histoires sont des nouvelles aventures pour Nicholas van Rijn. Dans cette aventure, Nicholas et deux autres de ses coéquipiers sont les seuls survivants de leurs vaisseaux. Ils sont échoués sur une petite planète barbare : Diomedes. S'ensuit une course contre la montre. En effet, Nicholas et sa bande ont de la nourriture pour seulement 6 semaines et la nourriture autochtone est venimeuse pour les hommes. Mais comment faire quand les barbares ailés de cette planète sont en guerre ? Encore un très bon roman signé Poul Anderson. Oh, et pour ceux qui se le demandent, une Hanse, c'est une ligue de marchands.
  • YannMarcDrieu Posté le 19 Avril 2021
    Un Hollandais de la Renaissance au XXVème siècle. Des mondes extra-terrestres inventés de toutes pièces, détaillés avec toute la rigueur scientifique possible, bénéficient d'une véritable crédibilité et sont l'atout dans ce cycle de la Hanse galactique. Le personnage de Van Rijn, cependant, paraît totalement en décalage et jure au milieu des autres protagonistes. Comme aspiré, de pied en cap, du XVIIème au XXVème siècle, le personnage est contrastant et ne me convainc pas (!) Quant à la trame des récits, elle reste acceptable, un peu brouillonne parfois - sûrement à cause d'une traduction faillible- et reste commune dans l'univers de la fantasy.
  • Tatooa Posté le 16 Septembre 2019
    Poul Anderson est un de mes auteurs favoris, un de ceux que je lis quand je veux "quelque chose de bon". Ce tome 1 de la Hanse Galactique ne fait pas exception à la règle, et je me suis régalé. L'ensemble des nouvelles permet à l'auteur de construire un univers riche, très documenté, ultra-cohérent. Nicholas van Rijn, personnage central et principal de ce tome 1, est absolument exceptionnel, dans le style anti-héros bedonnant, jouisseur et truculent, esprit brillantissime et totalement axé sur le profit. Il m'a irrésistiblement fait penser au personnage de Red campé par l'excellent Walter Matteau dans le film Pirates de Polanski ! C'est exactement le même mélange d'aventure et de comédie, violente et à la moralité douteuse souvent, où le capitaine en question tire toujours son épingle du jeu ! C'est très bien écrit, formidablement traduit par m. Brèque, vraiment savoureux (dans tous les sens du terme !). Ici, le prince-marchand (un peu pirate sur les bords... et beaucoup au milieu) prône la paix et l'entente, dans la plupart des cas, parce que ça favorise le commerce. Quitte à provoquer une guerre pour en arriver où il veut... Mdr ! C'est fin, c'est intelligent, c'est bourré d'humour... Poul Anderson est un de mes auteurs favoris, un de ceux que je lis quand je veux "quelque chose de bon". Ce tome 1 de la Hanse Galactique ne fait pas exception à la règle, et je me suis régalé. L'ensemble des nouvelles permet à l'auteur de construire un univers riche, très documenté, ultra-cohérent. Nicholas van Rijn, personnage central et principal de ce tome 1, est absolument exceptionnel, dans le style anti-héros bedonnant, jouisseur et truculent, esprit brillantissime et totalement axé sur le profit. Il m'a irrésistiblement fait penser au personnage de Red campé par l'excellent Walter Matteau dans le film Pirates de Polanski ! C'est exactement le même mélange d'aventure et de comédie, violente et à la moralité douteuse souvent, où le capitaine en question tire toujours son épingle du jeu ! C'est très bien écrit, formidablement traduit par m. Brèque, vraiment savoureux (dans tous les sens du terme !). Ici, le prince-marchand (un peu pirate sur les bords... et beaucoup au milieu) prône la paix et l'entente, dans la plupart des cas, parce que ça favorise le commerce. Quitte à provoquer une guerre pour en arriver où il veut... Mdr ! C'est fin, c'est intelligent, c'est bourré d'humour et d'action, de néologismes et d'interjections inventifs (merci au traducteur, une fois de plus), de science plus ou moins hard, bref c'est que du bonheur. Je sais, je le dis à chaque fois. Et je le redis : Poul Anderson, c'est excellent, lisez-en ! :)
    Lire la suite
    En lire moins
  • LeScribouillard Posté le 16 Mars 2019
  • DarknessObscura Posté le 28 Septembre 2018
    Pendant les années 50, la SF comportait beaucoup de héros musclés qui se battaient à tout va avec leurs ennemis. Certains écrivains, tels Isaac Asimov dans Fondation ou Poul Anderson dans la Hanse Galactique, se sont donc joués de ce qui commençait (et est peut-être devenu) à ressembler à un cliché. C'est pourquoi le personnage principal des deux récits que vous trouverez dans ce volume, Nicholas Van Rijn est un homme bedonnant, bien plus habile à jouer de la ruse et de la roublardise plutôt que des muscles, et toujours partant pour tirer un profit financier des situations dans lesquelles il se retrouve. C'est donc une sorte d'anti-héros, doté d'un sens de la répartie très fourni (ses prises de paroles sont souvent très farcesques), et qui, malgré son apparence, se révèle être un grand meneur d'hommes !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.