Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266038164
Code sériel : 2
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm
La pensée sauvage
Collection : Agora
Date de parution : 01/06/1990
Éditeurs :
Pocket

La pensée sauvage

Collection : Agora
Date de parution : 01/06/1990

« La pensée sauvage » et non « la pensée des sauvages ». Car ce livre s'écarte de l'ethnologie traditionnelle en prenant pour thème un attribut universel de l'esprit humain...

« La pensée sauvage » et non « la pensée des sauvages ». Car ce livre s'écarte de l'ethnologie traditionnelle en prenant pour thème un attribut universel de l'esprit humain : la pensée à l'état sauvage qui est présente dans tout homme – contemporain ou ancien, proche ou lointain – tant...

« La pensée sauvage » et non « la pensée des sauvages ». Car ce livre s'écarte de l'ethnologie traditionnelle en prenant pour thème un attribut universel de l'esprit humain : la pensée à l'état sauvage qui est présente dans tout homme – contemporain ou ancien, proche ou lointain – tant qu'elle n'a pas été cultivée et domestiquée à des fins de rendement.

Lévi-Strauss aborde donc les mythes, les rites, les croyances et les autres faits de culture comme autant d'êtres « sauvages » comparables à tous ceux que la nature engendre sous d'innombrables formes, animales, végétales et minérales.

Publiée au milieu des années cinquante, La Pensée sauvage est aujourd'hui considérée comme l'un des classiques de l'ethnologie contemporaine dont l'influence fut décisive sur l'ensemble des disciplines qui forment le domaine des sciences sociales.


 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266038164
Code sériel : 2
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 352
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • chartel Posté le 15 Mai 2021
    Composé dans le même élan que "Le Totémisme aujourd'hui" en 1962, Claude Lévi-Strauss poursuit son étude des sociétés dites primitives, à travers une analyse, comme son titre l'indique, de la pensée sauvage. Comme pour celle de la civilisation occidentale, elle a pour moteur (je risque d'énoncer un contre-sens,  car j'avoue ne pas être très sûr parfois de bien comprendre les analyses de CLS) le besoin qu'ont les hommes  d'ordonner le réel en le nommant et le classant pour lui donner un sens. Et à la différence de la rationalité scientifique de l'Occident, la pensée sauvage se construit sur une logique du "bricolage". Lévi-Strauss parvient à comprendre les logiques des classifications des sociétés primitives, irrationnelles en apparence, par un décloisonnement des disciplines. Le point de vue de l'ethnologue ne peut se passer de celui du géographe, de l'historien, du linguiste, du climatologue, du botaniste ou du zoologue. Malgré l'habileté de l'auteur à éveiller l'intérêt par l'emploi réussi de belles analogies: l'image des joueurs de carte ou de la croissance d'un arbre pour illustrer les principes évolutifs d'une structure par exemple, cette étude reste difficile à comprendre pour un néophyte (j'ai vécu de grands moments de solitude sur de nombreux passages, me... Composé dans le même élan que "Le Totémisme aujourd'hui" en 1962, Claude Lévi-Strauss poursuit son étude des sociétés dites primitives, à travers une analyse, comme son titre l'indique, de la pensée sauvage. Comme pour celle de la civilisation occidentale, elle a pour moteur (je risque d'énoncer un contre-sens,  car j'avoue ne pas être très sûr parfois de bien comprendre les analyses de CLS) le besoin qu'ont les hommes  d'ordonner le réel en le nommant et le classant pour lui donner un sens. Et à la différence de la rationalité scientifique de l'Occident, la pensée sauvage se construit sur une logique du "bricolage". Lévi-Strauss parvient à comprendre les logiques des classifications des sociétés primitives, irrationnelles en apparence, par un décloisonnement des disciplines. Le point de vue de l'ethnologue ne peut se passer de celui du géographe, de l'historien, du linguiste, du climatologue, du botaniste ou du zoologue. Malgré l'habileté de l'auteur à éveiller l'intérêt par l'emploi réussi de belles analogies: l'image des joueurs de carte ou de la croissance d'un arbre pour illustrer les principes évolutifs d'une structure par exemple, cette étude reste difficile à comprendre pour un néophyte (j'ai vécu de grands moments de solitude sur de nombreux passages, me rendant compte de mon incapacité à maîtriser sérieusement ma langue maternelle...)
    Lire la suite
    En lire moins
  • Enroute Posté le 3 Mars 2018
    Lévy-Strauss tente de cerner les système de signes de sociétés primitives par l'opposition des signes entre eux. Il en dégage la permanence de la quête de la connaissance qui n'est pas antinomique avec la pensée scientifique mais la contient plutôt. En ce sens, il s'oppose dans le dernier chapitre à Sartre. Le texte est dépaysant par les mythes, croyances, coutumes, interprétations sociales qu'il nous permet d'entrevoir.
  • Tipee Posté le 13 Avril 2016
    Il est dur pour moi de critiqué un monument de la pensée structuraliste comme Claude Lévi-Strauss. Il dépeint ici les différentes façon d'accéder à la pensée primitive, ou surtout des personnes que l'on a taxé de primitif car ils ne répondaient pas aux même codes de l'intelligentsia... Il nous permet donc ici d'accéder aux systèmes de pensées de peuples ayant une vision de la nature/culture différente de l'occident européen. Je pense qu'il est absolument nécessaire de lire un livre aussi ancestral que celui-ci avant d'approfondir cette ambivalence nature-culture en lisant par exemple Philippe Descola, entre autres.
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.