RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            L'Attrape-cœurs

            Robert Laffont
            EAN : 9782221157480
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 256
            Format : 122 x 182 mm
            L'Attrape-cœurs

            Annie SAUMONT (Traducteur)
            Collection : Pavillons Poche
            Date de parution : 19/01/2016
            L'Attrape-cœurs de J. D. Salinger.
            EAN : 9782221157480
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 256
            Format : 122 x 182 mm
            Robert Laffont
            6.00 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Makimura Posté le 11 Juin 2019
              Il y a des livres que nous avons lus dans le passé, qui nous laissent une empreinte. Un jour, on décide de les relire, en ayant pris de âge. Ainsi, j'ai repris ce livre avec des souvenirs lointains. Mais, quelle ne fut pas mon agréable surprise en relisant ce livre. Oui il a attrapé mon cœur! Les répliques, les pensées de cet adolescent en construction. Il nous touche, nous faire sourire voir rire ! Que j'ai aimé de replonger dans ces trois jours d'errance d'Holden ..Il est attachant, sensible, aimant sa sœur. Il a une réflexion profonde malgré son instabilité. En fin de compte nous sommes spectateurs d'un être humain qui se construit. J'ai adoré. J'ai apprécié cette saveur, cette énergie qui nous agrippe le cœur
            • Amakir Posté le 28 Mai 2019
              L'attrape-coeurs, superbe titre qui me donne le frisson. Intimement convaincue de l'avoir lu adolescente, je m'aperçois que je le découvre pour la première fois. Holden Caulfield va me manquer. Ce gamin généreux et surprenant a été un de mes amis. Ce livre est un songe, abordé tel un rêve. Trois jours de profondes réflexions. Un voyage dans les pensées d'un adolescent. Holden arpente les rues de New York, comme une âme en peine. Il est perdu dans ses élucubrations, effrayantes et confuses. C'est l'ivresse de la solitude. L'attrape-coeurs n'a pas pris une ride. Quelle maîtrise moderne de la langue ! Salinger est un acrobate, il jongle avec le temps et les mots. C'est percutant, sensible et cocasse. Comme je suis heureuse de pouvoir enfin dire : J'ai lu et aimé l'attrape-coeurs. J'en suis sûre. Lu en mai 2019.
            • Derfuchs Posté le 27 Mai 2019
              Ce récit m'a bien plu. J'ai lu très vite et même dévoré les errances de ce gamin, ses désarrois, son impuissance devant la ville, les gens, son mal-être, ses choix et ses remords ou ses regrets, ses va-et-vient incessants, je t'aime, moi non plus, oui celui-là je ne l'aime pas, mais peut-être que je l'aime, et si il aimait caresser les têtes, il faisait rien de mal. Surtout j'ai ressenti un énorme besoin d'affection, affection qu'il ne peut plus recevoir que de sa soeur, futée et butée et têtue. Quelle joie de la voir porter sa casquette, d'aller au manège, de lui parler. Il n'a plus qu'elle, son cadet décédé, son aîné qu'il vénère, mais qui écrit des scénarios au lieu de nouvelles, menant une mauvaise vie à Hollywood. Tout est vide et néant, il s'accroche à ce qu'il peut. Il provoque uniquement pour que l'on s'intéresse à lui, regrette et recommence, sort avec le type qu'il n'aime pas, mais qu'il invite pour ne pas le laisser seul, veut tout quitter pour vivre dans une cabane, comme tous les mômes, à un moment donné ou à un autre, en auront rêvé, moi le premier, dans l'attente, dans l'espérance que quelqu'un lui... Ce récit m'a bien plu. J'ai lu très vite et même dévoré les errances de ce gamin, ses désarrois, son impuissance devant la ville, les gens, son mal-être, ses choix et ses remords ou ses regrets, ses va-et-vient incessants, je t'aime, moi non plus, oui celui-là je ne l'aime pas, mais peut-être que je l'aime, et si il aimait caresser les têtes, il faisait rien de mal. Surtout j'ai ressenti un énorme besoin d'affection, affection qu'il ne peut plus recevoir que de sa soeur, futée et butée et têtue. Quelle joie de la voir porter sa casquette, d'aller au manège, de lui parler. Il n'a plus qu'elle, son cadet décédé, son aîné qu'il vénère, mais qui écrit des scénarios au lieu de nouvelles, menant une mauvaise vie à Hollywood. Tout est vide et néant, il s'accroche à ce qu'il peut. Il provoque uniquement pour que l'on s'intéresse à lui, regrette et recommence, sort avec le type qu'il n'aime pas, mais qu'il invite pour ne pas le laisser seul, veut tout quitter pour vivre dans une cabane, comme tous les mômes, à un moment donné ou à un autre, en auront rêvé, moi le premier, dans l'attente, dans l'espérance que quelqu'un lui dise, non reste, ne pars pas, on t'aime Holden. Gamin, de cet âge, je finissais mes phrases par : et tout le tremblement. Magnes-toi, on va être en retard, se faire enguirlander et tout le tremblement... Langage compris par mon interlocuteur, englobant un tas non défini de catastrophes probables. J'ai retrouvé ma jeunesse dans cette écriture, avec tout ce qui se passe dans la tête au moment ou ça vient. Ecriture difficile, première personne, incohérente, mais descriptive et familière. C'est bien, alors, peut-être mieux en V.O, mais comme je n'ai pas latitude pour comparer, ça me convient. Challenge America - NewYork
              Lire la suite
              En lire moins
            • beubeu79 Posté le 19 Mai 2019
              J'ai apprécié ce livre qui, sous ses airs un peu grossiers, traité subtilement de l'adolescence. J'ai trouvé que sa lecture facile en anglais.
            • jalleks Posté le 28 Avril 2019
              Ouah, il n'est jamais trop tard pour découvrir un chef-d'œuvre. C'est même mieux de ne l'avoir lu que maintenant, je serais peut-être passée à côté si je l'avais lu quand j'avais vingt ans. Maintenant que je l'ai fini, ça m'fout le cafard. Ce môme, Holden Caufield, il m'a remué les tripes, ça me rend dingue. Il est perdu, exècre le monde des adultes qui font briller leur carrosserie. Il se fout des filles, elles sont précieuses, mais il les aime tellement qu'il est toujours puceau. Et il voue un amour indéfectible à sa petite sœur, qui le retient, malgré elle, dans l'enfance qu'il a du mal à quitter... Il s'imagine partir, loin du monde. Osera-t-il seulement aller jusqu'au bout ? Il a le cœur écorché ce môme, et il a fait pleurer le mien. Il faut appeler votre libraire, vous attendez quoi ? OK, on est dimanche, et ça m'tue.
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.