Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266306249
Code sériel : 17761
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Le Bug humain

Fabrice Midal (collection dirigée par)
Collection : Évolution
Date de parution : 17/09/2020
L’humanité détient une arme secrète : son cerveau. Longtemps notre meilleur allié, notre cerveau risque aujourd’hui de causer notre perte. Car il existe un défaut de conception, un véritable bug, au cœur de cet organe extraordinaire : les neurones en charge d’assurer notre survie ne sont jamais rassasiés et réclament toujours... L’humanité détient une arme secrète : son cerveau. Longtemps notre meilleur allié, notre cerveau risque aujourd’hui de causer notre perte. Car il existe un défaut de conception, un véritable bug, au cœur de cet organe extraordinaire : les neurones en charge d’assurer notre survie ne sont jamais rassasiés et réclament toujours plus de nourriture, de sexe et de pouvoir. Comment se fait-il que, ayant conscience de ce danger, nous ne parvenions pas à réagir ? Peut-on résoudre ce bug et redevenir maîtres de notre destin ? Oui, à condition d’analyser en chacun de nous ce mécanisme infernal qui pousse notre cerveau à en demander toujours plus !
 
« Un essai passionnant. »  Psychologies

Sébastien Bohler est docteur en neurosciences et rédacteur en chef du magazine Cerveau & Psycho.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266306249
Code sériel : 17761
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm
Pocket
En savoir plus

Ils en parlent

"Un essai passionnant."
Isabelle Taubes / Psychologies Magazine

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Frank_Allard Posté le 9 Janvier 2022
    Ce livre est devenu ma référence absolue, de la décennie à minima, tant il met en avant une prise de conscience éclairée sur la manière dont nous fonctionnons individuellement et collectivement. Une démonstration scientifique, psychologique, environnementale, sociétale et géopolitique Pour nous faire comprendre pourquoi et comment agir différemment dorénavant à fin d’éviter le pire concernant notre civilisation et l’environnement et des ressources dont nous avons besoin pour vivre. Oui nous sommes entièrement contrôlés par notre striatum, au sein du cerveau, qui nous gouvernent par nos cinq renforceurs primaires que sont; la recherche de nourriture, de sexe, de statut social, d’information, et du moindre effort. ainsi le cortex, siège de la réflexion et de la raison, ne fait pas le poids contre la dopamine distribuée par ce striatum depuis des millions d’années. Mais il existe un espoir, par la connaissance et l’éveil de la conscience, individuellement et collectivement pour définir de nouveaux renforceurs primaires, des normes sociales partagées, relayées par les médias, les gouvernements, les multinationales et les citoyens. Par exemple, « less is more », où ce n’est plus « chébran » d’avoir une plus belle voiture que son voisin, je roule dans un petit véhicule électrique et je ne cherche pas à accumuler des biens matériels... Ce livre est devenu ma référence absolue, de la décennie à minima, tant il met en avant une prise de conscience éclairée sur la manière dont nous fonctionnons individuellement et collectivement. Une démonstration scientifique, psychologique, environnementale, sociétale et géopolitique Pour nous faire comprendre pourquoi et comment agir différemment dorénavant à fin d’éviter le pire concernant notre civilisation et l’environnement et des ressources dont nous avons besoin pour vivre. Oui nous sommes entièrement contrôlés par notre striatum, au sein du cerveau, qui nous gouvernent par nos cinq renforceurs primaires que sont; la recherche de nourriture, de sexe, de statut social, d’information, et du moindre effort. ainsi le cortex, siège de la réflexion et de la raison, ne fait pas le poids contre la dopamine distribuée par ce striatum depuis des millions d’années. Mais il existe un espoir, par la connaissance et l’éveil de la conscience, individuellement et collectivement pour définir de nouveaux renforceurs primaires, des normes sociales partagées, relayées par les médias, les gouvernements, les multinationales et les citoyens. Par exemple, « less is more », où ce n’est plus « chébran » d’avoir une plus belle voiture que son voisin, je roule dans un petit véhicule électrique et je ne cherche pas à accumuler des biens matériels montrant que mon statut social est supérieur aux autres.
    Lire la suite
    En lire moins
  • StevenB Posté le 27 Décembre 2021
    Découvrez, de manière claire, comment le striatum, partie centrale de notre cerveau, en sécrétant de la dopamine, a su sélectionner les individus les plus aptes à perpétuer les générations, mais aussi comment il en est venu à rendre les êtres humains destructeurs de la biodiversité et à nous faire épuiser les ressources de la planète de plus en plus vite. Notre seule voie de secours va consister à rendre notre cortex cérébral plus fort, lequel nous permet d'avoir conscience de ce que nous sommes et faisons, vis-à-vis du striatum, qui, quant à lui, ne cherche qu'à rechercher la plus grande gratification en termes de nourritures, rapports sexuels, statut social et niveau d'information, le tout avec le moins d'efforts possible.
  • KristelR Posté le 30 Octobre 2021
    Et si notre cerveau était notre pire ennemi ? Sebastien Bohler décrypte notre cerveau sous toutes ses formes. Son point faible : ses neurones. Toujours en demande et jamais rassasiés, malgré notre conscience du danger, ceux-ci nous pousse toujours vers le pouvoir, le sexe et la nourriture. Un livre qui nous explique vraiment bien notre pulsion vers l'autodestruction...
  • JHernand Posté le 25 Octobre 2021
    Le striatum, le striatum vous dis-je ! et la dopamine ! conduisent l'homme à sa perte. Mais la pleine conscience et notre cortex devrait nous permettre de sortir de ce piège. Après lecture, on en doute un peu mais cela reste une possibilité rassurante. Trêve de plaisanterie, ce livre est intellectuellement riche et d'une lecture facile. Nourri d'expériences scientifiques (une bibliographie abondante) , il est convaincant mais au service d'une thèse bien précise et on aurait aimé un contre-champ critique. Sébastien Bohler a le mérite de poser le problème de notre dépendance "physiologique" à ces instincts primaires (nourriture, sexe, pouvoir...) dictés par notre cerveau et dont la maitrise repose sur la connaissance, la conscience et l'environnement social. De fait, sa thèse provoque un trouble chez le lecteur et du trouble à la réflexion il n'y a qu'un pas.
  • PhilOche Posté le 14 Octobre 2021
    Cet essai offre une opportunité de réponse à la question bien appropriée : « Pourquoi, face à la catastrophe (climat, chute de la biodiversité, épuisement des ressources, etc.), continuons-nous à agir comme par le passé ? Qu'est-ce qui, en nous, est si dysfonctionnel ? » L'auteur souligne les objectifs essentiels attachés à notre cerveau et conséquences de l'évolution. Il fait ressortir cinq objectifs essentiels : manger, se reproduire, acquérir du pouvoir, minimiser les efforts et s'informer et détaille le fonctionnement des circuits neuronaux responsables. En dernière partie il esquisse une stratégie pour échapper à ces néfastes influences.
Vivez mieux avec Pocket
Inscrivez-vous à la newsletter pour découvrir des conseils qui répondent aux grandes et petites questions que chacun peut se poser.

Lisez maintenant, tout de suite !