Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266307802
Code sériel : 17921
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

Le Dernier Bain

Date de parution : 10/09/2020
Paris, an II. La France vibre sous le souffle de la Terreur.
Jane, une jeune Anglaise cachée dans l’appartement d’aristocrates émigrés, Théodose, un moine qui a renié sa foi par peur de la guillotine, Marthe, la lingère de Marie-Antoinette emprisonnée au Temple, David, le fameux peintre et député de la Convention,...
Paris, an II. La France vibre sous le souffle de la Terreur.
Jane, une jeune Anglaise cachée dans l’appartement d’aristocrates émigrés, Théodose, un moine qui a renié sa foi par peur de la guillotine, Marthe, la lingère de Marie-Antoinette emprisonnée au Temple, David, le fameux peintre et député de la Convention, ou encore Charlotte, une Normande tout juste arrivée à Paris… Ils sont nombreux, ceux qui tournent autour du logis de la rue des Cordeliers où Marat, cloîtré, immergé dans des bains de soufre, traque les suspects hostiles aux idées de la République.
Il ignore que certains d’entre eux souhaitent sa mort, et qu’il ne lui reste plus que trois jours à vivre…

« Une fresque superbe pleine de personnages en costumes d’époque, de la reine à Fouquier-Tinville, d’une lingère à des geôliers et du Pont-Neuf aux Cordeliers. Passionnant. » Gilles Martin-Chauffier – Paris-Match
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266307802
Code sériel : 17921
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« La romancière imagine un délicat ballet de femmes téméraires en pleine Terreur. Toute la prouesse de Gwenaële Robert est de s'être servie de l'homme politique pour en faire le pivot mais non la figure centrale du Dernier Bain, deuxième roman très habilement maîtrisé. »
Isabelle Spaak / Le Figaro Littéraire

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Gerstel Posté le 27 Mars 2020
    AUTEUR GWENAELLE ROBERT- TITRE : LE DERNIER BAIN EDITEUR : ROBERT LAFFONT – LES PASSE-MURAILLES - PARIS PARU EN AOUT 2018 - 240 PAGES – 18€50 ISBN 9782221218716 AUTEUR Gwenaelle robert est un écrivain français, née en 1976. Enseignante en français, elle écrit des romans jeunesses. Le grand bain est son deuxième roman pour adulte. Il a obtenu plusieurs prix. La collection passe murailles de Robert Laffont a pour objet de revisiter les classiques littéraires ou de traverser les films ou les tableaux. RESUME : Le livre revient sur l’assassinat de Marat par Charlotte Corday. Mais la fiction se mêle de la réalité et d’autres personnages qui ont des raisons d’en vouloir à « l’ami du peuple » vont graviter autour du 30 rue des cordeliers à Paris. AVIS CRITIQUE L’écriture de Gwénaëlle Robert est vive et agréable. On suit les différents personnages dans ce Paris ou la peur et la délation se côtoient. Même les meilleurs républicains craignent à tout moment un revirement en leur défaveur. La capitale grouille et les descriptions de l’auteur font vivre le petit peuple. On suit aussi la détresse de la famille royale après la mort du roi, la psychose des prêtres apostas ou adepte de la révolution qui officient... AUTEUR GWENAELLE ROBERT- TITRE : LE DERNIER BAIN EDITEUR : ROBERT LAFFONT – LES PASSE-MURAILLES - PARIS PARU EN AOUT 2018 - 240 PAGES – 18€50 ISBN 9782221218716 AUTEUR Gwenaelle robert est un écrivain français, née en 1976. Enseignante en français, elle écrit des romans jeunesses. Le grand bain est son deuxième roman pour adulte. Il a obtenu plusieurs prix. La collection passe murailles de Robert Laffont a pour objet de revisiter les classiques littéraires ou de traverser les films ou les tableaux. RESUME : Le livre revient sur l’assassinat de Marat par Charlotte Corday. Mais la fiction se mêle de la réalité et d’autres personnages qui ont des raisons d’en vouloir à « l’ami du peuple » vont graviter autour du 30 rue des cordeliers à Paris. AVIS CRITIQUE L’écriture de Gwénaëlle Robert est vive et agréable. On suit les différents personnages dans ce Paris ou la peur et la délation se côtoient. Même les meilleurs républicains craignent à tout moment un revirement en leur défaveur. La capitale grouille et les descriptions de l’auteur font vivre le petit peuple. On suit aussi la détresse de la famille royale après la mort du roi, la psychose des prêtres apostas ou adepte de la révolution qui officient au nom de Dieu mais qui n’a plus que le nom ! Le tableau de David, présentant la mort de Marat est le prétexte au début de cette histoire et éclaire le peintre sous un jour peu flatteur. La part belle est faites aux femmes qui n’ont pas été en reste dans cette révolution. J’ai beaucoup aimé ce livre qui m’a donné envie d’aller plus loin sur la connaissance de ces personnages historique, notamment le peintre David. Je me suis demandée si ce roman était une commande de la collection de l’éditeur. Extraits P 132 « Voilà bien ce qui l’ennui dans l’ordre nouveau c’est qu’il n’y a pas d’ordre » P153 « Il n’y a plus, ni père, ni mère, il y a des citoyens, des citoyennes et chacun maintenant, doit s’arranger de cette vie sans parenté où l’on fait sauter les gamins sur les genoux d’une république sans visage »
    Lire la suite
    En lire moins
  • ph-wauthier Posté le 25 Mars 2020
    1er livre lu dans le cadre du Prix Horizon 2020 C'est un roman historique, donc tous les faits racontés ne représentent pas tous la vérité historique. L'auteure, Gwénaële Robert, nous plonge dans Le dernier bain de Marat. Même si on connait l'issue finale, on se laisse emporter, par l'écriture fluide et agréable et par l'histoire des différents protagonistes, dont on se prend à imaginer, tel un Cluedo, lequel aurait tuer Marat si Charlotte Corday ne l'avait pas fait.
  • fabienne1809 Posté le 12 Mars 2020
    Tout comme "La jeune fille à la perle", "Le dernier bain" part d'un tableau. Mais oserais-je dire que c'est là le seul point commun ? C'est un roman historique parce qu'on est dans le contexte politique qui suit la Révolution française, que l'histoire nous rapporte que c'est Charlotte Corday qui a assassiné Marat et qui est condamnée à mort pour cet assassinat. Le tableau de David, représentant Marat assassiné dans sa baignoire, constitue lui-même un acte politique, puisqu'il s'agit d'une commande de la Convention à l'origine de la nouvelle Constitution française. Au-delà de ça, il semble que l'auteure a pris beaucoup de liberté avec la vérité historique. Si ce roman est très bien écrit et très soigné, je me suis embêtée. J'ai vraiment eu du mal avec la fin. D'où venait la baignoire de Marat et qu'est-elle devenue ? Franchement, ça ne m'intéresse pas du tout ! Je pourrais tenter d'aller vers cette auteure à nouveau, mais dans un tout autre registre, alors que je suis devenue une inconditionnelle de Tracy Chevalier grâce à "La jeune fille à la perle". Lu dans le cadre du Prix Horizon du 2ème roman de Marche-en-Famenne (Belgique), édition 2020
  • ProfesseurDan Posté le 8 Mars 2020
    Un roman passionnant qui nous en apprend beaucoup sur le contexte de la Terreur, même si tous les personnages (ou presque) ont l'air de personnages de fiction. De plus, l'écriture de Gwenaële Robert a l'art de nous happer d'un bout du roman à l'autre.
  • Francedewepion Posté le 25 Février 2020
    Lu dans le cadre du Prix Horizon du 2e roman de Marche-en-Famenne (Belgique)- 2020 Un nouvel éclairage sur l'assassinat de Marat. Gwenaële Robert nous présente un Marat, non plus comme un héros de la Révolution française encensé après son décès par le peintre David mais comme un homme violent, tyrannique, assoiffé de revanche envers les royalistes, exterminant sans vrai procès toute personne qui semble être opposé au gouvernement (souvent sur simple délation) , critiqué par les scientifiques dont il fait partie, ... S'il fut considéré peu après sa mort comme un martyr , les excès de la Révolution qui lui sont attribués ont fait de lui un homme à abattre. Ce roman retrace les dernières heures de Marat et entrecroise quelques personnages qui lui sont hostiles au point d'envisager de le tuer. Seule Charlotte Corday, dont l'Histoire a retenu le nom y arrivera. Même si on connaît l'issue de l'histoire, ce roman bien construit avec ce croisement de destins qui malgré tout nous tient en haleine. Une belle écriture aussi sans fioriture très agréable à lire. Je le retiens dans ma sélection. (car comme souvent dans le cadre de ce prix, la rencontre avec les auteurs fait... Lu dans le cadre du Prix Horizon du 2e roman de Marche-en-Famenne (Belgique)- 2020 Un nouvel éclairage sur l'assassinat de Marat. Gwenaële Robert nous présente un Marat, non plus comme un héros de la Révolution française encensé après son décès par le peintre David mais comme un homme violent, tyrannique, assoiffé de revanche envers les royalistes, exterminant sans vrai procès toute personne qui semble être opposé au gouvernement (souvent sur simple délation) , critiqué par les scientifiques dont il fait partie, ... S'il fut considéré peu après sa mort comme un martyr , les excès de la Révolution qui lui sont attribués ont fait de lui un homme à abattre. Ce roman retrace les dernières heures de Marat et entrecroise quelques personnages qui lui sont hostiles au point d'envisager de le tuer. Seule Charlotte Corday, dont l'Histoire a retenu le nom y arrivera. Même si on connaît l'issue de l'histoire, ce roman bien construit avec ce croisement de destins qui malgré tout nous tient en haleine. Une belle écriture aussi sans fioriture très agréable à lire. Je le retiens dans ma sélection. (car comme souvent dans le cadre de ce prix, la rencontre avec les auteurs fait aussi partie de ma décision finale - puisqu'il n'en faut choisir qu'un! )
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.