RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le Lac

            Pocket
            EAN : 9782266269285
            Code sériel : 16686
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 448
            Format : 108 x 177 mm
            Le Lac

            Raphaëlle PACHE (Traducteur)
            Date de parution : 09/02/2017
            Au bout de la route, aux confins du monde : un lac. Vongozero.
            Huit adultes, trois enfants : onze survivants. L’épidémie qui a ravagé la Russie les a rejetés là, sur la berge gelée, parmi les pins obscurs. Sains et saufs. Mais pour Anna, Sergueï et les autres, l’épreuve ne fait...
            Au bout de la route, aux confins du monde : un lac. Vongozero.
            Huit adultes, trois enfants : onze survivants. L’épidémie qui a ravagé la Russie les a rejetés là, sur la berge gelée, parmi les pins obscurs. Sains et saufs. Mais pour Anna, Sergueï et les autres, l’épreuve ne fait que commencer. Le froid, la faim, les tensions : comment rester soudés quand la glace empêche la pêche ? Quand la promiscuité, la paranoïa et la folie entachent le quotidien ? Vongozero : refuge ou tombeau ?

            « Un huis clos magistral… Yana Vagner maîtrise de main de maître les ressorts du thriller psychologique. » Pèlerin
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266269285
            Code sériel : 16686
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 448
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            7.90 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « La suite est aussi palpitante que Vongozero. » Libération

            « Un huis-clos magistral… Yana Vagner maîtrise de main de maître les ressorts du thriller psychologique… La lenteur étudiée de l’histoire contribue à à instiller une angoisse lourde et palpable… » Pèlerin

            « Après le road movie effréné du premier volet, la voix d’Anna nous plonge dans un huis clos aussi psychologique qu’angoissant qui n’est pas sans rappeler Sukkwan Island de David Vann » L’Amour des livres

            « Impressionnant de justesse, de tension… On est en apnée, on y croit, on s’y voit, on a peur, on a froid, on est désespéré, on espère… Remarquablement bien écrit. »  Radio RCF
             

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • loeildeluciole Posté le 24 Juillet 2019
              Le Lac est la suite directe du premier roman de l’auteure russe : Vongozero. Mais suffisamment d’éléments sont rappelés pour qu’il puisse se lire indépendamment même si je conseille de lire les deux. Yana Vagner voulait un récit de fin du monde réaliste et c’est réussi ! Avec le premier tome, je m’attendais à un remake d’un blockbuster mais pas du tout. Il n’y a ni Rick Grimes (le héros irritant de la série de zombie The Walking Dead), ni Dwayne Johnson (le bodybuildé The Rock), ni zombie. Pas de héros et pas de monstres. Il y a par contre une épidémie bactériologique qui a décimé Moscou et une grande partie de la Russie. La majorité de la population est morte ou en train de mourir. Arretez-vous là si vous voulez lire le premier tome. Dans le premier tome, on suit un groupe de personnes normales (vous et moi, citadins) qui décide de s’enfuir jusqu’au fin fond de la taïga rejoindre le lac Vongozero pour s’éloigner le plus possible de la zone d’épidémie. Là-bas, il y a une petite maison de pêcheur au milieu de l’eau et ils pourront y survivre jusqu’à ce que la situation se rétablisse. Dans ce second tome, ils sont... Le Lac est la suite directe du premier roman de l’auteure russe : Vongozero. Mais suffisamment d’éléments sont rappelés pour qu’il puisse se lire indépendamment même si je conseille de lire les deux. Yana Vagner voulait un récit de fin du monde réaliste et c’est réussi ! Avec le premier tome, je m’attendais à un remake d’un blockbuster mais pas du tout. Il n’y a ni Rick Grimes (le héros irritant de la série de zombie The Walking Dead), ni Dwayne Johnson (le bodybuildé The Rock), ni zombie. Pas de héros et pas de monstres. Il y a par contre une épidémie bactériologique qui a décimé Moscou et une grande partie de la Russie. La majorité de la population est morte ou en train de mourir. Arretez-vous là si vous voulez lire le premier tome. Dans le premier tome, on suit un groupe de personnes normales (vous et moi, citadins) qui décide de s’enfuir jusqu’au fin fond de la taïga rejoindre le lac Vongozero pour s’éloigner le plus possible de la zone d’épidémie. Là-bas, il y a une petite maison de pêcheur au milieu de l’eau et ils pourront y survivre jusqu’à ce que la situation se rétablisse. Dans ce second tome, ils sont arrivés sur le fameux lac et y survivent, à onze, comme ils peuvent. Tout le roman est pris d’un point de vue plus psychologique et le fait que tout le monde soit une personne lambda sans superforce ou chef autoproclamé ni tireur d’élite ni rien rend le récit bien plus réaliste que tout ce que j’ai lu (ou vu) dans le genre. Chacun participe à trouver à manger ou à aider la vie du groupe. Bien sûr quelques péripéties plus ou moins tragiques viennent donner un peu de punch au récit ! Pour son originalité, je conseille vivement !
              Lire la suite
              En lire moins
            • lehibook Posté le 21 Mai 2019
              .Nous retrouvons les fugitifs de « Vongozero » dans ce qu’ils pensent être un refuge définitif contre l’épidémie qui ravage la Russie (et sans doute le monde) . Et cette situation permet à Yana Vagner d’approfondir cette situation qu’elle affectionne : le huis-clos. Il peut paraître paradoxal au cœur de l’immensité de la taïga mais il est réel , les quatre murs de la cabane , les eaux glacées du lac et au-delà la menace mortelle du virus le matérialisent . Les tensions grandissent au rythme de la diminution des réserves de nourriture , exacerbées par des interventions extérieures et la mort qui rôde . A cette loterie macabre qui gagnera ? Un suspens parfaitement maîtrisé
            • diablotin0 Posté le 21 Décembre 2018
              « Le lac » est la suite de « Vongozero » . Ce roman est un huis clos tout à fait prenant, pesant et même angoissant. Nous avions laissé dans ce dernier Irina et son enfant, Ana , Serguei, Micha , deux autres couples et le père de Serguei sur le bord du lac Vongozero après avoir fui la Russie dévastée par un virus mortel. Nous les retrouvons donc tous . Cela ne va pas être un séjour de détente, non, ils vont tenter de survivre et cela dans des conditions extrêmes. Pourtant, contrairement, au premier tome, ici, ils ne vont pas être dans la fuite perpétuelle mais au contraire dans une certaine inaction, dans l’attente. Attente du printemps mais on se demande parfois à quoi sert cette attente et à quoi elle va mener. Le lecteur se surprend à attendre aussi mais à aucun moment, on ne s’ennuie, c’est sans doute l’un des atouts de Yana Vagner qui sait capter l’attention de son lecteur avec très peu d’actions. Yana Vagner a une écriture très sociologique du groupe qui va être obligé de vivre ensemble et donc d’instaurer des « règles » des rôles dans cet environnement on ne peut... « Le lac » est la suite de « Vongozero » . Ce roman est un huis clos tout à fait prenant, pesant et même angoissant. Nous avions laissé dans ce dernier Irina et son enfant, Ana , Serguei, Micha , deux autres couples et le père de Serguei sur le bord du lac Vongozero après avoir fui la Russie dévastée par un virus mortel. Nous les retrouvons donc tous . Cela ne va pas être un séjour de détente, non, ils vont tenter de survivre et cela dans des conditions extrêmes. Pourtant, contrairement, au premier tome, ici, ils ne vont pas être dans la fuite perpétuelle mais au contraire dans une certaine inaction, dans l’attente. Attente du printemps mais on se demande parfois à quoi sert cette attente et à quoi elle va mener. Le lecteur se surprend à attendre aussi mais à aucun moment, on ne s’ennuie, c’est sans doute l’un des atouts de Yana Vagner qui sait capter l’attention de son lecteur avec très peu d’actions. Yana Vagner a une écriture très sociologique du groupe qui va être obligé de vivre ensemble et donc d’instaurer des « règles » des rôles dans cet environnement on ne peut plus hostile. On ressent les tensions qui se créent entre tous ces personnages qui ne seraient pas ensemble si les circonstances étaient autres. Elle analyse avec beaucoup de finesse la psychologie des personnages. C’est un roman sombre à ne pas lire quand on n’a pas le moral !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Didilit Posté le 3 Août 2018
              Dans ce deuxième opus, nous retrouvons les survivants du tome 1, enfin arrivés à leur destination: Vongozéro... J'avais aimé le premier volet "VONGOZERO" mais j'en avais regretté les quelques longueurs et le fait que malgré l'état de fuite, il ne se passait parfois pas grand chose. Bizarrement, alors que dans le tome 2 les survivants ont atteint le lac et ne peuvent plus en bouger, le récit de la survie est plus haletant, plus stressant, plus passionnant et pour le coup, il s'en passe des choses. J'ai traîné pour finir le 1, j'ai dévoré le 2....même si j'aurai bien voulu avoir une idée de ce qui pourrait se passer après! Huis clos étouffant dans une nature hostile et aucune ressource, avec des personnes que l'on a pas choisi. Comment conserver son humanité?
            • Nadouch Posté le 17 Juillet 2018
              Dans cette suite de Vongozero, nous retrouvons nos protagonistes, bande hétéroclite de fuyards ayant échappé à la mystérieuse pandémie, arrivés au bord du lac les isolant du reste du monde. Maintenant, il va falloir survivre : pêcher, cohabiter avec de curieux voisins, se supporter les uns les autres, lutter contre le froid et la faim... Un récit de survie toujours aussi haletant bien que moins rythmé que le premier tome. Je pense que l'on peut lire Le lac sans avoir lu Vongozero, on comprend très bien les rapports entre les personnages. Dépaysant à souhait dans une Russie post-apocalyptique glaciale et pourtant pleine d'humanité.
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.