En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le Vide

        Pocket
        EAN : 9782266276894
        Code sériel : 16959
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 928
        Format : 140 x 225 mm
        Le Vide

        Date de parution : 11/05/2017
        Drummondville, Québec. « Vivre au max », une nouvelle émission de téléréalité, défraie la chronique. Son fondateur, le milliardaire Max Lavoie, a tout quitté pour se lancer dans ce projet. Il s’est attiré les foudres de la commission de censure et a choqué les âmes sensibles en proposant de réaliser... Drummondville, Québec. « Vivre au max », une nouvelle émission de téléréalité, défraie la chronique. Son fondateur, le milliardaire Max Lavoie, a tout quitté pour se lancer dans ce projet. Il s’est attiré les foudres de la commission de censure et a choqué les âmes sensibles en proposant de réaliser en direct les rêves les plus fous des candidats. Quel fantasme délirant les participants vont-ils demander à l’animateur de réaliser ? Jusqu’où iront-ils ? La téléréalité va-t-elle dépasser la fiction ? Prenez garde mesdames et messieurs : plus loin vous repousserez les limites, plus longue sera la chute… dans le vide.

        « On plonge dans ce roman noir du Québécois Patrick Senécal comme on le ferait d'un pont : en chute libre. Glaçant ! » Femina

        « Un roman bien ficelé, intense, estomaquant, qui plonge dans le désarroi existentiel d'une foule avide de divertissement et d'hommes et de femmes désespérés. » L'Hebdo (Suisse)

        @ Disponible chez 12-21
        L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266276894
        Code sériel : 16959
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 928
        Format : 140 x 225 mm
        Pocket
        9.80 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • pandaroux Posté le 29 Juillet 2018
          Pierre est flic au canada. Il est veuf, écorché par la vie se murant dans une solitude que personne ne peut approcher, même sa fille est écartée de sa vie. Il est, bien malgré lui, embarquée dans une affaire très très bizarre. Une jeune femme tue son ex-mari, sa nouvelle épouse et ses enfants. Tout ce qu'elle dit, c'est qu'elle veut se retirer. Mais que veut elle bien dire par là? Frédéric est psychologue, il s'ennuie, sa vie l'ennuie, sa profession l'ennuie, il n'a plus le goût à rien. Il se sent "vide". Il va rencontrer Max et ses perspectives vont changer. Max est plus que riche, il est riche de naissance mais quelque chose dans sa vie ne lui va pas. Il va se lancer dans une tout autre carrière : il va lancer le concept d'une émission télé d'un nouveau genre : Vivre au max. Cela consiste à réaliser son rêve et peu importe que le rêve soit politiquement correct ou pas. Ces trois personnes vont se rencontrer et vont vivre l'expérience du vide. Qu'est ce que le vide? Est il vraiment implacable? Patrick Senécal nous fait vivre un concept de lecture différent.... Pierre est flic au canada. Il est veuf, écorché par la vie se murant dans une solitude que personne ne peut approcher, même sa fille est écartée de sa vie. Il est, bien malgré lui, embarquée dans une affaire très très bizarre. Une jeune femme tue son ex-mari, sa nouvelle épouse et ses enfants. Tout ce qu'elle dit, c'est qu'elle veut se retirer. Mais que veut elle bien dire par là? Frédéric est psychologue, il s'ennuie, sa vie l'ennuie, sa profession l'ennuie, il n'a plus le goût à rien. Il se sent "vide". Il va rencontrer Max et ses perspectives vont changer. Max est plus que riche, il est riche de naissance mais quelque chose dans sa vie ne lui va pas. Il va se lancer dans une tout autre carrière : il va lancer le concept d'une émission télé d'un nouveau genre : Vivre au max. Cela consiste à réaliser son rêve et peu importe que le rêve soit politiquement correct ou pas. Ces trois personnes vont se rencontrer et vont vivre l'expérience du vide. Qu'est ce que le vide? Est il vraiment implacable? Patrick Senécal nous fait vivre un concept de lecture différent. L'ordre des chapitres n'est pas respecté : on lit le livre avec des chapitres qui ne se suivent pas mais on peut aussi faire l'expérience d'une autre lecture en les lisant dans l'ordre. Il exploite aussi ce qui est pour moi le mal du siècle le concept du vide. Concept qui consiste croire qu'on a aucune valeur ajouté dans notre société , à croire qu'on ne compte pour personne. La société exploite ce sentiment : on doit toujours être bon, beau, riche , être "standard". Patrick Senécal le met en scène dans son livre. Un bon moment de lecture mais aussi un thriller qui fait réfléchir :)
          Lire la suite
          En lire moins
        • francoisstjacques21 Posté le 10 Juillet 2018
          Mon préféré de cet auteur. Un livre qui marque à vie.
        • AgatheDumaurier Posté le 23 Juin 2018
          Voilà un vide qui est un gros pavé ! Le Vide, c'est encore un portrait de l'homo desesperatus post seconde guerre mondiale, celui.celle qui ne croit plus à rien -et à lui même, sa grandeur et sa dignité, encore moins. L'anti-héros de Céline, de Houellebecq, de Litell et autres auteurs de monstrueux polars et thrillers dont nous sommes si friands, l'anti-héros qui est capable de tout par paresse, lâcheté, bêtise, cruauté ...Celui qui nous a menés et nous mène au désastre. Patrick Sénécal choisit la voie du thriller pour sa démonstration, et la téle-réalité comme incarnation de la déchéance humaine. L'anti-héros est une foule de téléspectateurs, trois millions de Québécois fascinés chaque semaine par une émission trash "Vivre au max", où les heureux candidats sélectionnés peuvent réaliser leurs rêves les plus fous (insulter leur patron, leur belle-mère, sauter en parachute, combattre des piranhas, passer la nuit avec une porno-star...) Les rêves et leur vacuité sont très rapidement au centre de l'intrigue. De cette foule d'êtres vides jaillissent trois hommes : le présentateur, Max, milliardaire reconverti dans le showbiz, un psychologue suicidaire et dérangé, Stéphane, et un inspecteur de police (les Canadiens disent "détective"), Pierre. D'abord fort éloignés les uns des... Voilà un vide qui est un gros pavé ! Le Vide, c'est encore un portrait de l'homo desesperatus post seconde guerre mondiale, celui.celle qui ne croit plus à rien -et à lui même, sa grandeur et sa dignité, encore moins. L'anti-héros de Céline, de Houellebecq, de Litell et autres auteurs de monstrueux polars et thrillers dont nous sommes si friands, l'anti-héros qui est capable de tout par paresse, lâcheté, bêtise, cruauté ...Celui qui nous a menés et nous mène au désastre. Patrick Sénécal choisit la voie du thriller pour sa démonstration, et la téle-réalité comme incarnation de la déchéance humaine. L'anti-héros est une foule de téléspectateurs, trois millions de Québécois fascinés chaque semaine par une émission trash "Vivre au max", où les heureux candidats sélectionnés peuvent réaliser leurs rêves les plus fous (insulter leur patron, leur belle-mère, sauter en parachute, combattre des piranhas, passer la nuit avec une porno-star...) Les rêves et leur vacuité sont très rapidement au centre de l'intrigue. De cette foule d'êtres vides jaillissent trois hommes : le présentateur, Max, milliardaire reconverti dans le showbiz, un psychologue suicidaire et dérangé, Stéphane, et un inspecteur de police (les Canadiens disent "détective"), Pierre. D'abord fort éloignés les uns des autres, les liens vont se nouer à travers l'émission et un quadruple meurtre sur lequel Pierre enquête. L'intrigue est prenante, le propos est moderne, mais j'ai trouvé cela un peu longuet, ce qui fait que, grande lectrice de thrillers, j'ai assez rapidement compris où on allait. Heureusement, quelques rebonds inattendus m'ont raccrochée au livre. L'aspect moral du récit correspond à notre réalité, mais il m'a semblé un peu trop forcé, un peu trop heavy, comme disent nos Québécois dans le livre. J'aurais préféré une mélancolie et un désespoir plus dilués, profonds, las, et plus ironiques aussi, comme chez un auteur dont on ne doit pas prononcer le nom mais qui sait constuire des livres -mondes pour ces êtres vides, avec une telle intensité que les lire est une douleur physique et morale. Les personnages ici sont à la fois trop superficiels et hystériques pour nous ressembler. Ils vont trop loin, trop vite. On les regarde de l'extérieur. Un très bon point : la fin, qui pourrait virer au n'importe quoi, tremble un peu sur ses bases mais finit par nous emporter. Bien joué. C'est donc un très bon livre, que je conseille.
          Lire la suite
          En lire moins
        • redmary Posté le 24 Avril 2018
          Un bon vrai thriller sociologique, bourré d'originalité (les chapitres sont mélangés) et dont les thèmes abordés sont malheureusement bien d'actualité. Le livre fait plus de 700 pages mais se dévore aussi vite que s'il en faisait 200. Aucune longueur, personnages crédibles et bien campés...du tout tout bon roman. Attention, comme l'auteur le conseille, lisez le livre dans l'ordre proposé. Les chapitres mélangés sont juste parfaits, compréhensibles mais aussi et surtout parfaits pour augmenter le suspens. Je recommande vivement cette expérience littéraire
        • murielB34 Posté le 20 Mars 2018
          Ici il est question d’un millionnaire qui devient animateur télé, de flics désabusés mais têtus, de meurtres sanglants, de suicides étranges, de téléréalité, d’un psychologue au bout du rouleau. Il est surtout question de désespoir, de perte de repère et de sens, de petitesse et de grandeur, de désillusion aussi. Exprimé comme cela, cela donne envie non ? Et pourtant … Pourtant, l’auteur réussit à nous embarquer avec lui. Les personnages sont complexes, même si pas forcément très attachants. On les suit toutefois avec énormément d’intérêt car leur évolution n’est jamais évidente à deviner (leurs actes sont d’ailleurs à plusieurs reprises surprenants). Tous traversent des épreuves terribles et vont y faire face de toutes les manières possibles. Au travers de leurs comportements et réactions, c’est la psychologie humaine que l’auteur passe en revue, sans réellement rendre plus compréhensibles certaines attitudes. Pourquoi ce besoin de se faire humilier en direct par exemple ? Ou d’exhiber ses failles au risque de les voir ensuite se retourner contre vous ? Pourquoi choisir de voir exhausser ces rêves si petits, si mesquins, si égoïstes, alors que d’autres, bien plus altruistes ou utiles auraient pu être réalisés ? Sénécal pose donc... Ici il est question d’un millionnaire qui devient animateur télé, de flics désabusés mais têtus, de meurtres sanglants, de suicides étranges, de téléréalité, d’un psychologue au bout du rouleau. Il est surtout question de désespoir, de perte de repère et de sens, de petitesse et de grandeur, de désillusion aussi. Exprimé comme cela, cela donne envie non ? Et pourtant … Pourtant, l’auteur réussit à nous embarquer avec lui. Les personnages sont complexes, même si pas forcément très attachants. On les suit toutefois avec énormément d’intérêt car leur évolution n’est jamais évidente à deviner (leurs actes sont d’ailleurs à plusieurs reprises surprenants). Tous traversent des épreuves terribles et vont y faire face de toutes les manières possibles. Au travers de leurs comportements et réactions, c’est la psychologie humaine que l’auteur passe en revue, sans réellement rendre plus compréhensibles certaines attitudes. Pourquoi ce besoin de se faire humilier en direct par exemple ? Ou d’exhiber ses failles au risque de les voir ensuite se retourner contre vous ? Pourquoi choisir de voir exhausser ces rêves si petits, si mesquins, si égoïstes, alors que d’autres, bien plus altruistes ou utiles auraient pu être réalisés ? Sénécal pose donc de vraie questions sur l’humain : sa relation à autrui ; à ce que chacun considère comme de l’intime ou du montrable ; ses priorités ; ses envies profondes, y compris les plus malsaines. Surtout, c’est la structure du livre qui surprend : les chapitres, soigneusement numérotés, ne sont pas présentés dans l’ordre chronologique. Plus surprenante encore est la proposition de l’auteur. Dans le prologue il laisse en effet le choix au lecteur : lire le récit dans l’ordre proposé ou bien en suivant les chapitres, ce qui nécessite une certaine gymnastique, mais est tout à fait possible. J’ai trouvé cette démarche unique car engageante pour le lecteur, qui avant même de débuter doit faire ce choix, duquel découlera forcément deux manières différentes d’appréhender la lecture, notamment en terme de rythme. Après quelques instants de réflexion, j’ai opté pour la lecture telle que proposée (non chronologique). D’où un rythme avec des cassures, de brusques montées en tension avant des retours arrière ou des temps plus calmes, plus lents. Le récit est prenant, mais peut-être un peu trop long par moment : 50 à 100 pages de moins auraient permis de le rendre encore plus étouffant et « embarquant » (mais ce n’est que mon avis !). Avec ce roman, j’ai découvert un auteur au style unique, particulièrement noir aussi, qui au-delà du seul récit propose une vision fondamentalement pessimiste et questionnante de la psyché humaine. Je le recommande donc vivement … aux lecteurs avertis et non dépressifs !
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « À l’avant-plan de ses histoires, il y aura toujours… des histoires, justement. Et il excelle à cela. Prenant plaisir à bâtir cette mécanique très précise qu’est celle du thriller, huilant le moindre rouage, écoutant le tic-tac implacable des mots qui… bien, il faut le dire, lui servent à manipuler le lecteur. » La Presse

        « On plonge dans ce roman noir du Québécois Patrick Senécal comme on le ferait d’un pont : en chute libre. Glaçant ! » Femina (Suisse)

        « Un roman furieusement bien ficelé. » L'Express (Suisse)

        « Un roman bien ficelé, intense, estomaquant, qui plonge dans le desarroi existentiel d'une foule avide de divertissement et d'hommes et de femmes désespèrés. » L'Hebdo (Suisse)
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com