Lisez! icon: Search engine
À Paraître
Les Disparus de la Durance
Date de parution : 30/05/2024
Éditeurs :
Pocket
8.60 €
Date de parution: 30/05/2024
À Paraître

Les Disparus de la Durance

Date de parution : 30/05/2024
Des affaires qui prennent leur source près d'un cours d'eau...
« – Vous m’avez apporté des pieds sans corps, s’amusa le légiste qui venait de s’ajouter au groupe, vous m’offrez maintenant des corps sans pieds. Capitaine Vaas, laissez-moi deviner :... « – Vous m’avez apporté des pieds sans corps, s’amusa le légiste qui venait de s’ajouter au groupe, vous m’offrez maintenant des corps sans pieds. Capitaine Vaas, laissez-moi deviner : petit, vous aviez besoin de finir vos puzzles, je me trompe ? »

Martin Vaas, officier de la police judiciaire à...
« – Vous m’avez apporté des pieds sans corps, s’amusa le légiste qui venait de s’ajouter au groupe, vous m’offrez maintenant des corps sans pieds. Capitaine Vaas, laissez-moi deviner : petit, vous aviez besoin de finir vos puzzles, je me trompe ? »

Martin Vaas, officier de la police judiciaire à Paris est appelé sur les quais, en face du 36 Quai des Orfèvres. Des pieds dans des baskets flottent dans la Seine, mais sans aucune trace de cadavres… Il apparaît rapidement que cette affaire fait écho à d’autres cold-cases. Appuyé par son équipe et par le commandant Lazlosevic, à la tête de la nouvelle division UAC3, spécialisée dans l’analyse comportementale et criminelle et des affaires complexes, l’officier Vaas va découvrir que cette affaire prend sa source, il y a plus de vingt ans, sur les rives de la Durance.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266340847
Code sériel : 19302
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm
Pocket
8.60 €
Date de parution: 30/05/2024
EAN : 9782266340847
Code sériel : 19302
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 416
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Le rythme de l’intrigue est emballant, et on accroche dès le départ. Les personnages y sont pour beaucoup, de même que l’écriture, magnétique, qui séduit autant par sa cadence que par le ton des échanges, entre humour et cynisme. »
La Presse
« Avec Les Disparus de la Durance, Sandrine Destombes réchauffe des cold cases au cœur des Hautes-Alpes. »
Libération
« Une révélation. J’ai adoré! » Gérard Collard
"Une fois que vous êtes dedans, vous êtes happé par l’histoire jusqu’à la fin qui est un petit bijou." Gérard Collard

 
Le Magazine de la santé, France 5

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • IOANTIQUE 03/05/2024
    «#8201;Parce qu’honnêtement, comment on rattache une histoire d’amour à des lacérations, des amputations, des coups de couteau, et j’en passe ? - Par la physionomie des victimes, répondit Lazlo#8201;». L’intrigue, bien que très innovante, manque de crédibilité. Ce qui retient l’attention, ce n’est pas l’identité des personnages ou leurs raisons, mais plutôt leur psychologie, en particulier celle des enquêteurs soudés et compétents. Ce que j’ai particulièrement apprécié dans l’équipe du DPJ, ce sont les approches mentales et originales, déployées par chacun de ses membres pour résoudre l’énigme. Grâce à des descriptions détaillées, des dialogues convaincants et des scènes d’action animées, le rythme s’intensifie, ce qui est heureux, car il y a beaucoup de personnalités et il est important de rester concentré pour suivre le fil de l’histoire. Un sujet clé qui évoque l’amour et ce que nous sommes disposés à accomplir en son honneur. Dans les derniers chapitres, l’auteure semble se hâter de terminer le roman en offrant des explications alambiquées et peu satisfaisantes sur le mobile du crime. Bien que l’expérience de lecture ait eu ses hauts et ses bas, dans l’ensemble, j’ai été captivé par le récit, ce qui témoigne des compétences de Sandrine pour maintenir l’intérêt du lecteur.
  • Chhun 02/04/2024
    Un livre que j'ai désiré longtemps. Attirée par le titre et la couverture. J'ai beaucoup apprécié l'écriture. Les personnages sont très bien campés mais surtout incarnés par la force et la qualité des dialogues. Un procédé que j'admire particulièrement. On s'attache à eux. L'enquête est passionnante, décrite de manière réaliste et en temps-réel. On a l'impression d'être dans la tête des enquêteurs. C'est très réussi. Les suspects aussi sont bien dessinés. On s'en souviendra, ils laissent une impression durable eux aussi. L'intrigue criminelle en elle-même ne m'a pas totalement convaincue. À un moment j'ai un peu perdu le fil. Quant à la fin, je trouve qu'elle est un peu négligée par l'autrice. Ce n'est pas un coup de cœur même si j'ai vraiment beaucoup apprécié ce roman policier, pour ses personnages et la qualité de l'écriture. Je vais continuer de découvrir l'œuvre de cette autrice car j'ai un autre de ses livres dans ma PAL.
  • Giraud_mm 14/03/2024
    Des pieds, sept, flottant sur la Seine devant l'ancien siège de la PJ. Qui sont les amputés ; pourquoi manque t'il le huitième pied ; qui peut avoir organisé cette mise en scène ? Telles sont les premières questions que se pose le capitaine Martin Vaas, en charge de l'enquête. Mais voilà qu'intervient le commandant Lazlosevic, chargé notamment d'affaires anciennes, qui fait le lien avec l'assassinat, vingt ans plus tôt, d'un couple anglais sur les rives de la Durance, et avec d'autres affaires plus récentes. Aurait on à affronter un serial killer ? Bon, soyons sérieux. L'intrigue, aussi imaginative soit elle, n'est à aucun moment crédible...Ce qui retient l'attention, ce n'est pas qui ou pourquoi (comment, on sait déjà !), mais la psychologie des enquêteurs. Martin Vaas, un policier doué; mais qui cache un passé qu'on découvrira progressivement, jusqu'à la dernière page. Chloé, la fliquette en formation pour devenir profileuse, qui aimerait bien apporter seule des éléments de résolution de l'enquête. Francis, le flic démotivé à l'approche de la retraite. Mais peut-être pas que... L'insaisissable Lucas, qui pourrait être le ciment du groupe. Et, bien sûr, le commandant Lazlo, qui semble être la conscience, bonne ou mauvaise, de cette petite équipe de policier. Sans oublier le juge Vendôme, en charge de l'instruction, qui a peut-être des comptes à régler avec ses premières années d'exercice... Un thriller qui vaut donc plus par ses personnages que pour son intrigue. L'écriture est agréable. Elle entraine le lecteur au cœur de l'intrigue et de la psychologie des personnages sans jargonner. Le livre se laisse lire avec plaisir. Des pieds, sept, flottant sur la Seine devant l'ancien siège de la PJ. Qui sont les amputés ; pourquoi manque t'il le huitième pied ; qui peut avoir organisé cette mise en scène ? Telles sont les premières questions que se pose le capitaine Martin Vaas, en charge de l'enquête. Mais voilà qu'intervient le commandant Lazlosevic, chargé notamment d'affaires anciennes, qui fait le lien avec l'assassinat, vingt ans plus tôt, d'un couple anglais sur les rives de la Durance, et avec d'autres affaires plus récentes. Aurait on à affronter un serial killer ? Bon, soyons sérieux. L'intrigue, aussi imaginative soit elle, n'est à aucun moment crédible...Ce qui retient l'attention, ce n'est pas qui ou pourquoi (comment, on sait déjà !), mais la psychologie des enquêteurs. Martin Vaas, un policier doué; mais qui cache un passé qu'on découvrira progressivement, jusqu'à la dernière page. Chloé, la fliquette en formation pour devenir profileuse, qui aimerait bien apporter seule des éléments de résolution de l'enquête. Francis, le flic démotivé à l'approche de la retraite. Mais peut-être pas que... L'insaisissable Lucas, qui pourrait être le ciment du groupe. Et, bien sûr, le commandant Lazlo, qui semble être la conscience, bonne ou mauvaise, de cette petite équipe de policier. Sans oublier le juge Vendôme,...
    Lire la suite
    En lire moins
  • sgalopin 18/02/2024
    Un roman tràs efficace qui nous tient en haleine grâce à des chapitres courts et intenses. L'histoire nous captive dès les premiers moments avec la découverte de plusieurs pieds attachés ensemble. L'équipe qui mène l'enquête est composée de personnages sympathiques et profonds. On sent leur angoisse et leur détermination à trouver le ou les coupables. Un peu déçue par la fin, mais je recommande la lecture de cet ouvrage.
  • sosolit 04/02/2024
    1er roman policier de Sandrine Destombes que je lis. Nous suivons l'enquête d'une brigade de police de l'actuel Quai des orfèvres. Ambiance de brigade plutôt bien décrite avec des personnages aux caractères complémentaires, relations interpersonnelles parfois compliquées mais avec un esprit de groupe très affirmé. L'enquête ne nous plonge pas dans une ambiance gore alors qu'avec la découverte de pieds découpés, on aurait pu penser le contraire. On reste dans du factuel sans trop nous emporter dans une ambiance mystérieuse ou morbide, ce qui rend le récit un peu plat. Le suspense arrive dans les dernières pages et c'est un peu dommage. Avis mitigé pour moi.
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.