Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266253260
Code sériel : 16088
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

L'Homme nu

La dictature invisible du numérique

,

Date de parution : 21/09/2017
On les appelle les big data. Google, Apple, Facebook, Amazon, ces géants du numérique qui aspirent, à travers Internet, smartphones et objets connectés, des milliards de données sur nos vies.
Derrière cet espionnage existe un « pacte secret » scellé par les big data avec l’appareil de renseignement le plus redoutable de...
On les appelle les big data. Google, Apple, Facebook, Amazon, ces géants du numérique qui aspirent, à travers Internet, smartphones et objets connectés, des milliards de données sur nos vies.
Derrière cet espionnage existe un « pacte secret » scellé par les big data avec l’appareil de renseignement le plus redoutable de la planète. Ensemble, ils sont en train d’enfanter une entité d’un genre nouveau, une puissance mutante qui ambitionne ni plus ni moins de reformater l’Humanité.
Pour les big data, la démocratie est obsolète, tout comme ses valeurs universelles. C’est une dictature inédite qui nous menace : une Big Mother bien plus terrifiante encore que Big Brother.

« Ce livre se présente comme le livre noir de la révolution numérique. » Le Figaro littéraire

« Après avoir lu ce livre, vous ne regarderez plus votre iPhone de la même manière. » Le Point

Cet ouvrage a reçu le Prix lycéen « Lire l'économie »

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266253260
Code sériel : 16088
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Ce livre se présente comme le livre noir de la révolution numérique. » Le Figaro littéraire
« Après avoir lu ce livre, vous ne regarderez plus votre iPhone de la même manière. » Le Point
« Un essai virulent. » Jean-Claude Raspiengeas - La Croix
« Un essai percutant. » Denis Demonpion - L'Obs
« Incisif et très documenté. Un bilan pétrifiant. » Télérama
« Un livre synthétique, solide, noir. » Jean-Luc Porquet - Le Canard Enchaîné

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Coyotetired Posté le 23 Février 2020
    Un travail de journaliste dans le mauvais sens du terme. Une collecte de faits variés et de citations choc, avec un habillage littéraire qui fait chic. Pas d'analyse globale des forces en présence, pas de vision géopolitique. La Chine et la Russie ont bien pris pourtant la mesure de l'importance de l'économie numérique. Laquelle est très loin d'être purement numérique. La vision déformante du PIB qui met la valeur sur les éléments financiers, en minorant de façon grotesque la partie physique et humaine est trompeuse. Même les automates ont besoin de maintenance. L'alerte ainsi lancée ne sera pas tout à fait inutile si de nombreux usagers s'effraient. Des inquiétudes bien réelles, les réseaux sociaux et les Gafa en position de monopole nous mènent bien dans une société de frustration exacerbée et de surveillance oppressante. À condition toutefois que l'effondrement proche leur laisse le temps pour cela. Le compte à rebours a commencé depuis un bon moment.
  • CharlesEdouard Posté le 4 Décembre 2019
    Une histoire du futur technologique, ce qui arrivera si l'on accepte le transhumanisme, tout est prêt reste plus que l'adopter.. Subrepticement et sûrement ils y parviendront, si toutefois nous n'avons pas détruit la planète avant..
  • Vermeer Posté le 2 Octobre 2019
    Essai plutôt anxiogène mais réaliste sur notre société contemporaine et future hyper informée. Ce monde d'informations accumulées, du Big Data amène une servitude volontaire, à la disparition de la vie privée sous couvert de sécurité et de santé. L'homme vit de plus en plus sous surveillance de firmes comme Google, Facebook, Microsoft, Amazon auxquelles s'allient les services de renseignements et par là mêmes les Etats. Des données massives sont concentrées entre leurs mains (la Stasi de l'ancienne RDA fait figure d'amateur). La liberté de chacun diminue de façon indolore. Avec le tout numérique, nous vivons dans un monde virtuel, d'illusions comme les hommes de la caverne de Platon. A l'avenir, avec la fusion de la biologie et de l'information, l'homme sera connecté en permanence. S'annonce également le transhumanisme très inégalitaire. L'intelligence artificielle va bouleverser nos sociétés, créant un chômage massif, presque total. Avec le Big Data, même les intentions sont repérées et potentiellement criminalisées. Internet ouvre peu à l'autre car il limite les rencontres réelles mais aussi la confrontation intellectuelle car les informations qui nous sont proposées sont calibrées pour nous en fonction de nos recherches précédentes. Tout ce qui n'est pas rentable pour le big data, c'est à dire toutes les activités au cours desquelles l'homme... Essai plutôt anxiogène mais réaliste sur notre société contemporaine et future hyper informée. Ce monde d'informations accumulées, du Big Data amène une servitude volontaire, à la disparition de la vie privée sous couvert de sécurité et de santé. L'homme vit de plus en plus sous surveillance de firmes comme Google, Facebook, Microsoft, Amazon auxquelles s'allient les services de renseignements et par là mêmes les Etats. Des données massives sont concentrées entre leurs mains (la Stasi de l'ancienne RDA fait figure d'amateur). La liberté de chacun diminue de façon indolore. Avec le tout numérique, nous vivons dans un monde virtuel, d'illusions comme les hommes de la caverne de Platon. A l'avenir, avec la fusion de la biologie et de l'information, l'homme sera connecté en permanence. S'annonce également le transhumanisme très inégalitaire. L'intelligence artificielle va bouleverser nos sociétés, créant un chômage massif, presque total. Avec le Big Data, même les intentions sont repérées et potentiellement criminalisées. Internet ouvre peu à l'autre car il limite les rencontres réelles mais aussi la confrontation intellectuelle car les informations qui nous sont proposées sont calibrées pour nous en fonction de nos recherches précédentes. Tout ce qui n'est pas rentable pour le big data, c'est à dire toutes les activités au cours desquelles l'homme n'est pas connecté : lecture de livres papier et même...sommeil ne doivent pas être encouragées ! Un essai qui doit nous amener à réfléchir selon les auteurs, à réfléchir pour ne pas perdre notre empathie, notre humanité.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Derfuchs Posté le 25 Septembre 2019
    Il est vrai que l'on peut juger ce livre en restant optimiste et en se disant, ma foi, que l'homme, ce bel et intelligent animal, est, tout à fait, capable d'assimiler le numérique comme il a assimilé la révolution industrielle, de surnager grâce aux capacités de son cerveau, l'IA n'étant que le produit dudit cerveau et donc contrôlable! Ou bien se morfondre d'être sur écoutes, surveillé, contrôlé, pisté, vu, su et de ce fait, dirigé sur un tas de trucs nocifs et inutiles. Le livre de Dugain Labbé incite, lui à être négatif et inquiet sur l'avenir, notre avenir, omettant que le numérique c'est aussi la science, la médecine et ses bienfaits constatés tous les jours, les progrès accessibles au plus grand nombre et, non pas, réservés aux plus riches. Personnellement je me range, plutôt du côté des optimistes inconditionnels (même si j'ai lu Minority Report et Blade Runner de Phlip K. Dick et vu Human, cette série sur les robots devenant humanoïdes), du fait que l'on vit, quand même, une période formidable, éloignée de ce que j'ai connu il y a un peu de temps déjà. Alors, que les big data, leurs patrons qui sont des mégalomanes radins, ne cherchent que... Il est vrai que l'on peut juger ce livre en restant optimiste et en se disant, ma foi, que l'homme, ce bel et intelligent animal, est, tout à fait, capable d'assimiler le numérique comme il a assimilé la révolution industrielle, de surnager grâce aux capacités de son cerveau, l'IA n'étant que le produit dudit cerveau et donc contrôlable! Ou bien se morfondre d'être sur écoutes, surveillé, contrôlé, pisté, vu, su et de ce fait, dirigé sur un tas de trucs nocifs et inutiles. Le livre de Dugain Labbé incite, lui à être négatif et inquiet sur l'avenir, notre avenir, omettant que le numérique c'est aussi la science, la médecine et ses bienfaits constatés tous les jours, les progrès accessibles au plus grand nombre et, non pas, réservés aux plus riches. Personnellement je me range, plutôt du côté des optimistes inconditionnels (même si j'ai lu Minority Report et Blade Runner de Phlip K. Dick et vu Human, cette série sur les robots devenant humanoïdes), du fait que l'on vit, quand même, une période formidable, éloignée de ce que j'ai connu il y a un peu de temps déjà. Alors, que les big data, leurs patrons qui sont des mégalomanes radins, ne cherchent que le profit, ce n'est pas nouveau du tout. Le livre de Dugain est de 2016 et il y a de l'eau qui a coulé sous le pont depuis. En revanche la façon dont sont exploités ceux qui travaillent pour l'IA à repérer, surligner et contrôler des images, avec un salaire moyen de 3,30$ de l'heure, est honteuse et inacceptable! Sans, qui plus est, ni couverture, ni contrat! Il apparaît, d'après les auteurs, que les têtes pensantes du numérique prennent soin de protéger leur progéniture du monde qu'ils préparent pour les enfants des autres. Pas de téléphone mobile ou de tablette avant la classe de quatrième! En revanche des vrais livres à profusion...Cela doit être pareil pour le shit ou la coke? Je ne regrette pas cette lecture qui m'a été conseillée.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ZeroJanvier79 Posté le 18 Septembre 2019
    Un livre clairement imparfait sur l’impact du numérique, et de ses excès, sur nos vies et sur l’évolution de l’humanité. L’intention est très bonne, l’exécution parfois maladroite, avec des approximations gênantes quand on connaît un peu le sujet. En tant que livre de vulgarisation, j’ai du mal à savoir s’il est assez clair et structuré pour être convaincant. Mais le message est fort, et utile.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.