En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        L'Homme nu

        Pocket
        EAN : 9782266253260
        Code sériel : 16088
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 108 x 177 mm
        L'Homme nu
        La dictature invisible du numérique

        ,

        Date de parution : 21/09/2017
        On les appelle les big data. Google, Apple, Facebook, Amazon, ces géants du numérique qui aspirent, à travers Internet, smartphones et objets connectés, des milliards de données sur nos vies.
        Derrière cet espionnage existe un « pacte secret » scellé par les big data avec l’appareil de renseignement le plus redoutable de...
        On les appelle les big data. Google, Apple, Facebook, Amazon, ces géants du numérique qui aspirent, à travers Internet, smartphones et objets connectés, des milliards de données sur nos vies.
        Derrière cet espionnage existe un « pacte secret » scellé par les big data avec l’appareil de renseignement le plus redoutable de la planète. Ensemble, ils sont en train d’enfanter une entité d’un genre nouveau, une puissance mutante qui ambitionne ni plus ni moins de reformater l’Humanité.
        Pour les big data, la démocratie est obsolète, tout comme ses valeurs universelles. C’est une dictature inédite qui nous menace : une Big Mother bien plus terrifiante encore que Big Brother.

        « Ce livre se présente comme le livre noir de la révolution numérique. » Le Figaro littéraire

        « Après avoir lu ce livre, vous ne regarderez plus votre iPhone de la même manière. » Le Point

        Cet ouvrage a reçu le Prix lycéen « Lire l'économie »

         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266253260
        Code sériel : 16088
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        6.95 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Seabiscuit Posté le 3 Octobre 2018
          Le terme Big Data résume à lui seul l'immensité de crétinerie qui ne fera illusion qu'un temps. Chaque être-humain, même le plus crétin des crétins, possède son libre arbitre. L'intelligence, le savoir-faire, le savoir-être n'ont rien à voir avec toutes ces compagnies à la " Con" qui ne voient pas venir des générations pour l'instant happées par l'écran et Internet qui restent malgré tout des outils d'information et de partage que j'aurais aimé avoir à vingt ans. Les dérives de stockage inutile coûtent une fortune tout comme leur traitement. L'entreprise de demain se bâtira sur la compétitivité. Demain, un homme se lèvera et dira : Allez, lançons la journée mondiale sans un clic. Et le Monde replacera les big datas à leur place. Reste à chacun de nous de donner à toute cette technologie la parce qu'elle mérite ou à se laisser emporter jusqu'à perdre toute son intimité, sa liberté et son jardin secret. Le livre fait peur. C'est bien ! Cela invite à la réflexion. A faire lire aux ados happés par l'écran et dont les parents semblent déjà avoir baissé les bras. La médiane, dans tout ce que l'on touche ou l'on fait, nous ne devons pas descendre... Le terme Big Data résume à lui seul l'immensité de crétinerie qui ne fera illusion qu'un temps. Chaque être-humain, même le plus crétin des crétins, possède son libre arbitre. L'intelligence, le savoir-faire, le savoir-être n'ont rien à voir avec toutes ces compagnies à la " Con" qui ne voient pas venir des générations pour l'instant happées par l'écran et Internet qui restent malgré tout des outils d'information et de partage que j'aurais aimé avoir à vingt ans. Les dérives de stockage inutile coûtent une fortune tout comme leur traitement. L'entreprise de demain se bâtira sur la compétitivité. Demain, un homme se lèvera et dira : Allez, lançons la journée mondiale sans un clic. Et le Monde replacera les big datas à leur place. Reste à chacun de nous de donner à toute cette technologie la parce qu'elle mérite ou à se laisser emporter jusqu'à perdre toute son intimité, sa liberté et son jardin secret. Le livre fait peur. C'est bien ! Cela invite à la réflexion. A faire lire aux ados happés par l'écran et dont les parents semblent déjà avoir baissé les bras. La médiane, dans tout ce que l'on touche ou l'on fait, nous ne devons pas descendre trop en dessous ou monter trop au dessus. Lé défi majeur est en fait d'abord un défi individuel, savoir mesure garder.
          Lire la suite
          En lire moins
        • misstoupin29 Posté le 5 Juin 2018
          Il fait pour moi des indispensable a avoir lu . Ce livre est rempli de bon sens . Quel monde pour demain voulons nous ?
        • jefdebourges Posté le 3 Juin 2018
          Très bel ouvrage. Bien sûr les propos sont orientés sur les dangers et l'introduction est très claire sur ce point. Le pouvoir procuré par les données. La sélection et l'uniformisation des pensées, des "besoins" et des "envies". L'isolement que provoque les réseaux sociaux ("amis" virtuels) mais aussi l'appauvrissement intellectuel (contacts pré-sélectionnés, ceux qui "pensent comme vous", qui vous confinent dans un champs réduit de pensées) Les GAFA (et NATU) ont su comprendre et prendre ce pouvoir supra-national (le 7ème continent celui sans territoire... ou 8ème si vous pensez aux déchets plastiques). Bonne lecture ;-) Si vous voulez des analyses inverses (oh que c'est beau, bien pour vous, votre liberté etc...) Vous pouvez lire Laurent Alexandre... Perso, je n'y arrive pas.
        • Guigui87 Posté le 25 Avril 2018
          Excellente petite enquête sur un monde 2.0 qui ne présage, en y regardant de plus prés, rien de bon. L'avantage avec le numérique, par rapport à d'autres "régimes totalitaires" en pré-installation, est que nous avons le choix, le pouvoir mais surtout la responsabilité de le refuser. Sans arme, ni violence... et en un seul clic. Pas entièrement, cela va de soi, car la majeure partie de notre système mondial, c'est à dire administrative, médicale, bancaire et politique, s'y est accoquinée. Ce pouvoir, en effet, nous l'avons mais aurons-nous la force et la volonté de renoncer à cette vague addictive ? Sur ce point, rien n'est moins sûr. Ce livre n'est, en rien, un précurseur mais il fera prendre conscience ou confortera la position, à qui voudra l'entendre, que nous devrions nous préparer à vivre une époque régressive, dominée par la machine, ou, plus vulgairement, en "idiocratie", (en hommage au film).
        • Arthur409 Posté le 30 Mars 2018
          Vous qui me lisez, ne lisez surtout pas ce livre ! Car sinon, vous vous sentirez comme moi quasiment obligés de clôturer immédiatement votre compte Babelio ! Dans cet essai très bien documenté d’à peine 200 pages, Marc Dugain et Christophe Labbé pointent de façon quasi constante les dangers que l’informatique sous toutes ses formes fait peser sur notre mode de vie, nos habitudes, mais aussi sur nos libertés de penser et d’agir. Et il faut bien reconnaître que la récente « affaire Facebook » qui vient d’éclater en mars 2018 apporte de l’eau à leur moulin qui tourne déjà bien fort. Les auteurs démontrent avec un écriture très simple et convaincante que les sociétés du « big data » comme Facebook, Google, Amazon, etc… ont acquis la maîtrise de l’acquisition de nos données personnelles, lesquelles sont ensuite réutilisées pour influencer nos comportements, nous inciter à acheter tel ou tel article (par exemple : vous avez aimé tel livre, vous devriez aimer ceux-ci… dans Amazon ou… Babelio !), voire même à penser ou agir de telle ou telle façon (action des réseaux sociaux dans les élections américaines…) Comme l’indique le commentaire en quatrième de couverture, « c’est une dictature inédite qui nous menace... Vous qui me lisez, ne lisez surtout pas ce livre ! Car sinon, vous vous sentirez comme moi quasiment obligés de clôturer immédiatement votre compte Babelio ! Dans cet essai très bien documenté d’à peine 200 pages, Marc Dugain et Christophe Labbé pointent de façon quasi constante les dangers que l’informatique sous toutes ses formes fait peser sur notre mode de vie, nos habitudes, mais aussi sur nos libertés de penser et d’agir. Et il faut bien reconnaître que la récente « affaire Facebook » qui vient d’éclater en mars 2018 apporte de l’eau à leur moulin qui tourne déjà bien fort. Les auteurs démontrent avec un écriture très simple et convaincante que les sociétés du « big data » comme Facebook, Google, Amazon, etc… ont acquis la maîtrise de l’acquisition de nos données personnelles, lesquelles sont ensuite réutilisées pour influencer nos comportements, nous inciter à acheter tel ou tel article (par exemple : vous avez aimé tel livre, vous devriez aimer ceux-ci… dans Amazon ou… Babelio !), voire même à penser ou agir de telle ou telle façon (action des réseaux sociaux dans les élections américaines…) Comme l’indique le commentaire en quatrième de couverture, « c’est une dictature inédite qui nous menace : une Big Mother bien plus terrifiante encore que Big Brother ». Oui, je vous l’avais dit : il faut vite se déconnecter de tout réseau social, à commencer par Babelio, qui essaie de formater notre pensée pour que nous achetions des livres ! Mais il faut cependant nuancer mon propos. Certes, les faits rapportés dans ce livre sont exacts, et l’influence de l’informatique dans nos vies, en particulier par le biais des réseaux sociaux, n’est plus à démontrer. Nous sommes tous malades quand nous nous apercevons que nous n’avons pas notre smartphone dans notre poche ou notre sac à main. Mais être conscient du danger, c’est déjà pouvoir s’en prémunir. Je ressens « L’homme nu » comme un essai très orienté « à charge », peut-être pour insister sur la dangereuse emprise du monde numérique ? Mais j’ai la faiblesse de croire que la grande majorité des applications qui nous sont proposées aujourd’hui n’ont pas été au départ conçues pour attenter à notre liberté, mais bien pour nous aider ou nous divertir. C’est un peu comme l’énergie nucléaire, qu’on peut utiliser en médecine ou en armement : elle n’est ni bonne ni mauvaise, tout dépend de l’usage que l’on en fait. Si nous restons vigilants, nous saurons éviter de nous laisser « coloniser » par le numérique. D’ailleurs, on nous indique en page 99 un « dernier lieu de résistance » : c’est tout simplement le livre sur papier ! Ajoutons à cela une dose raisonnable d’esprit critique, ne nous contentons pas de lire uniquement les critiques qui vont dans notre sens, et Babelio sera un exemple d’un réseau social qui reste au service des lecteurs que nous sommes. Finalement, vous pouvez lire ce livre, il est plein d’informations intéressantes, et comme un lecteur averti en vaut deux, le nombre de Babeliotes va doubler d’un seul coup !
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Ce livre se présente comme le livre noir de la révolution numérique. » Le Figaro littéraire
        « Après avoir lu ce livre, vous ne regarderez plus votre iPhone de la même manière. » Le Point
        « Un essai virulent. » Jean-Claude Raspiengeas - La Croix
        « Un essai percutant. » Denis Demonpion - L'Obs
        « Incisif et très documenté. Un bilan pétrifiant. » Télérama
        « Un livre synthétique, solide, noir. » Jean-Luc Porquet - Le Canard Enchaîné
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com