Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266256582
Code sériel : 16299
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Plaidoyer pour les animaux

Collection : Évolution
Date de parution : 15/10/2015
Dans la lignée de son best-seller Plaidoyer pour l’altruisme, Matthieu Ricard invite à étendre notre bienveillance à l’ensemble des êtres sensibles. Dans l’intérêt des animaux, mais aussi des hommes.
Matthieu Ricard invite à étendre notre bienveillance à l'ensemble des êtres sensibles. Dans l'intérêt des animaux, mais aussi des hommes.
En plus de poser un défi éthique majeur, la surconsommation de viande aggrave la faim dans le monde, nuit à notre santé, crée des déséquilibres écologiques. Et si le temps était...
Matthieu Ricard invite à étendre notre bienveillance à l'ensemble des êtres sensibles. Dans l'intérêt des animaux, mais aussi des hommes.
En plus de poser un défi éthique majeur, la surconsommation de viande aggrave la faim dans le monde, nuit à notre santé, crée des déséquilibres écologiques. Et si le temps était venu de changer nos habitudes ? Et s'il fallait considérer les animaux non plus comme des êtres inférieurs mais comme nos « concitoyens » sur cette terre ?
Cet essai lumineux met à la portée de tous les connaissances actuelles sur les animaux, et sur la façon dont nous les traitons. Une invitation à changer nos comportements et nos mentalités.

Édition revue et augmentée par l'auteur

Matthieu RICARD
a étudié la génétique cellulaire avant de se tourner vers le bouddhisme. Ordonné moine en 1978, il est l'un des spécialistes mondiaux du bouddhisme tibétain et l'interprète français du Dalaï-Lama.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266256582
Code sériel : 16299
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

" Magnifiquement documentée - comme toujours chez cet auteur à l'érudition éblouissante, qui s'appuie sur des sources historiques et philosophiques glanées au cours de ses incessantes recherches -, la réflexion de Matthieu Ricard dépasse largement la seule question de l'alimentation. En réa­lité, c'est l'omnipotence de l'homme, à tous égards - dans les univers du cirque, de la corrida, de la chasse... -, que cet amoureux de la vie sous toutes ses for­mes questionne avec vigueur. De quel droit, au fond, nous croyons-nous tout permis ? "
Télérama
Emmanuel Tellier / Télérama

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Axel-B Posté le 29 Juin 2020
    Merveilleux ouvrage dans lequel Matthieu Ricard nous démontre toute l'abjection à laquelle l'homme se rabaisse en exploitant les animaux. Les arguments, bien que datant de 2015, sont malheureusement encore d'actualité. De nombreux éléments nous rappellent l'importance de l'altruisme, et ce Plaidoyer rend service si bien aux animaux non-humains qu'au lecteur, qui trouvera son compte dans l'exercice de la bienveillance. Plaidoyer pour les animaux fait partie des rares livres qui ont véritablement changé ma vie. L'argumentaire est sans faille et la lecture n'est pas compliquée : à mettre entre toutes les mains !
  • Michelegrain Posté le 9 Novembre 2019
    La cause animale est ici exposée avec apaisement, sérénité et détermination. le moine bouddhiste fait la démonstration de l'inutilité de manger nos frères les animaux, du crime morale que cela représente et du danger imminant que court l'humanité en continuant cet odieux carnage. Un livre puissant, implacable.
  • Myrtille88 Posté le 26 Février 2018
    Quand je croise une araignée du matin ; chagrin, je m'en débarrasse espérant quand même en croiser une autre le soir ; espoir, que j'écraserai aussi. Comme tout un chacun, j'ai emmené mes enfants dans des zoos ou des cirques sans état d'âme. Et sur ma table de Noël, foie gras et langoustines se disputent au saumon et aux huitres. Manque de sensibilité ? Manque d'information ? Facilité ? Indifférence ? Peu importe ! C'est le grand pouvoir de l'art et de la littérature en particulier d'expliquer le monde qui nous entoure et de nous ouvrir les yeux sur nos contradictions et nos aberrations. Les références de Matthieu Ricard et son investigation approfondie font de ce plaidoyer pour les animaux un argumentaire sans faille qui m'a embarquée dans une réflexion philosophique et écologique dont je ressors un peu moins ignorante. Et comme il n'est jamais trop tard pour bien faire, les araignées peuvent bien s'installer chez moi, je ne les regarderai plus jamais du même oeil !
  • chrisylivres Posté le 14 Mai 2017
    Plaidoyer pour les animaux fut publié en 2014 aux éditions Allary Editions puis en 2015 en format poche aux éditions Pocket. L’auteur, Matthieu Ricard, exemple de sagesse et d’altruisme, délivre à travers cet ouvrage un message fort : il nous faut étendre notre bienveillance tant à l’ensemble de l’espèce humaine qu’aux autres espèces. En effet, il invite le lecteur à se détacher de ses idées reçues, et de ses coutumes et traditions cruelles et inutiles. L’animal non-humain n’est pas à la disposition de l’Homme. Pour faire passer son message il s’inspire des grandes figures d’intelligence qui peuplent notre Histoire commune et de sa propre réflexion. Parmi les idées reçues en question : la supériorité de l’espèce humaine. Plus qu’une idée reçue, un mensonge instrumentalisé, une mascarade effroyable qui nous pousse à décider de la vie et de la mort d’êtres qui sont nos égaux. Il contre de manière plus générale tous les « arguments » infondés – les dires séculaires – de ceux défendant corps et âmes un mode de vie criminel. On relèvera entre autres ce sophisme mille et une fois entendus dans la bouche de ces consommateurs assassins : « […] il est indécent de... Plaidoyer pour les animaux fut publié en 2014 aux éditions Allary Editions puis en 2015 en format poche aux éditions Pocket. L’auteur, Matthieu Ricard, exemple de sagesse et d’altruisme, délivre à travers cet ouvrage un message fort : il nous faut étendre notre bienveillance tant à l’ensemble de l’espèce humaine qu’aux autres espèces. En effet, il invite le lecteur à se détacher de ses idées reçues, et de ses coutumes et traditions cruelles et inutiles. L’animal non-humain n’est pas à la disposition de l’Homme. Pour faire passer son message il s’inspire des grandes figures d’intelligence qui peuplent notre Histoire commune et de sa propre réflexion. Parmi les idées reçues en question : la supériorité de l’espèce humaine. Plus qu’une idée reçue, un mensonge instrumentalisé, une mascarade effroyable qui nous pousse à décider de la vie et de la mort d’êtres qui sont nos égaux. Il contre de manière plus générale tous les « arguments » infondés – les dires séculaires – de ceux défendant corps et âmes un mode de vie criminel. On relèvera entre autres ce sophisme mille et une fois entendus dans la bouche de ces consommateurs assassins : « […] il est indécent de tourner son attention vers les animaux et de vouloir améliorer leur sort alors que tant de souffrances affligent les gommes en Syrie, en Irak, au Soudan ou ailleurs. Le simple fait d’avoir de la considération pour les animaux serait une insulte au genre humain ». Mais « si le fait de consacrer quelques-unes de nos pensées, de nos paroles et de nos actions à la réduction des souffrances innommables que nous infligeons délibérément aux autres êtres sensibles que sont les animaux constitue une offense aux souffrances humaines, qu’en est(il alors de passer du temps à écouter France Musique, à faire du sport et à aller se faire bronzer sur une plage? Ceux qui s’adonnent à ces activités et à bien d’autres deviendraient-ils d’abominables individus du fait qu’ils ne consacrent pas l’intégralité de leur temps à remédier à la famine en Somalie?" Quant à l’argument économique, défendre une économie et des emplois basés sur l’esclavagisme des non-humains revient à défendre des emplois relevant de la drogue ou des armes : l’un comme l’autre permettent de faire vivre des personnes. Ainsi s’attacher à des coutumes ou traditions entraînant l’exploitation, la violence et la douleur de ces mêmes êtres n’est que poudre aux yeux : c’est préférer le massacre à la justice. Matthieu Ricard étend sans tabou le concept de la douleur, du nom et de la personnification en général à tout être doté de la faculté de ressentir la douleur, le plaisir et de penser en général – ce n’est pas parce qu’ils ne pensent pas comme nous, qu’ils ne pensent pas. Ce n’est pas le propre de l’humain contrairement à ce que disent tous les pseudo-philosophes. En une phrase, cet ouvrage est une invitation à la conclusion de l’anthropocentrisme. Rien n’a été créé pour l’usage exclusif de l’Homme, qui n’est qu’une espèce parmi d’autres. On regrettera toutefois que l’auteur ne remette pas en cause l’usage même du terme animal comme désignant toute bête n’appartenant pas à l’espèce humaine. En effet l’Homme est animal. Mais ce livre reste toutefois excellent, riche en recherches et en réflexion, fruit d’une sagesse et d’un altruisme sans failles. Un exemple pour tout un chacun et un incontournable, d’autant que tous les bénéfices de ses droits d’auteur, Matthieu Ricard les reverse à Karuna Shechen, une association humanitaire qu’il a créée ayant accompli 160 projets dans le domaine de la santé, de l’éducation et des services sociaux.
    Lire la suite
    En lire moins
  • OLG Posté le 26 Novembre 2016
    A lire et à relire
Vivez mieux avec Pocket
Inscrivez-vous à la newsletter pour découvrir des conseils qui répondent aux grandes et petites questions que chacun peut se poser.