Lisez! icon: Search engine
Plaidoyer pour les animaux
Collection : Évolution
Date de parution : 15/10/2015
Éditeurs :
Pocket

Plaidoyer pour les animaux

Collection : Évolution
Date de parution : 15/10/2015
Dans la lignée de son best-seller Plaidoyer pour l’altruisme, Matthieu Ricard invite à étendre notre bienveillance à l’ensemble des êtres sensibles. Dans l’intérêt des animaux, mais aussi des hommes.
Matthieu Ricard invite à étendre notre bienveillance à l'ensemble des êtres sensibles. Dans l'intérêt des animaux, mais aussi des hommes.
En plus de poser un défi éthique majeur, la surconsommation de...
Matthieu Ricard invite à étendre notre bienveillance à l'ensemble des êtres sensibles. Dans l'intérêt des animaux, mais aussi des hommes.
En plus de poser un défi éthique majeur, la surconsommation de viande aggrave la faim dans le monde, nuit à notre santé, crée des déséquilibres écologiques. Et si le temps était...
Matthieu Ricard invite à étendre notre bienveillance à l'ensemble des êtres sensibles. Dans l'intérêt des animaux, mais aussi des hommes.
En plus de poser un défi éthique majeur, la surconsommation de viande aggrave la faim dans le monde, nuit à notre santé, crée des déséquilibres écologiques. Et si le temps était venu de changer nos habitudes ? Et s'il fallait considérer les animaux non plus comme des êtres inférieurs mais comme nos « concitoyens » sur cette terre ?
Cet essai lumineux met à la portée de tous les connaissances actuelles sur les animaux, et sur la façon dont nous les traitons. Une invitation à changer nos comportements et nos mentalités.

Édition revue et augmentée par l'auteur

Matthieu RICARD
a étudié la génétique cellulaire avant de se tourner vers le bouddhisme. Ordonné moine en 1978, il est l'un des spécialistes mondiaux du bouddhisme tibétain et l'interprète français du Dalaï-Lama.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266256582
Code sériel : 16299
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm
EAN : 9782266256582
Code sériel : 16299
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

" Magnifiquement documentée - comme toujours chez cet auteur à l'érudition éblouissante, qui s'appuie sur des sources historiques et philosophiques glanées au cours de ses incessantes recherches -, la réflexion de Matthieu Ricard dépasse largement la seule question de l'alimentation. En réa­lité, c'est l'omnipotence de l'homme, à tous égards - dans les univers du cirque, de la corrida, de la chasse... -, que cet amoureux de la vie sous toutes ses for­mes questionne avec vigueur. De quel droit, au fond, nous croyons-nous tout permis ? "
Télérama
Emmanuel Tellier / Télérama

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • claudia 31/10/2022
    Dans la lignée de Plaidoyer pour l’altruisme, Matthieu Ricard invite à étendre notre bienveillance à l’ensemble des êtres sensibles. Dans l’intérêt des animaux, mais aussi des hommes. Nous tuons chaque année 60 milliards d’animaux terrestres et 1 000 milliards d’animaux marins pour notre consommation. Un massacre inégalé dans l’histoire de l’Humanité qui pose un défi éthique majeur et nuit à nos sociétés : cette surconsommation aggrave la faim dans le monde, provoque des déséquilibres écologiques, est mauvaise pour notre santé. En plus de l’alimentation, nous instrumentalisons aussi les animaux pour des raisons purement vénales (trafic de la faune sauvage), pour la recherche scientifique ou par simple divertissement (corridas, cirques, zoos). Et si le temps était venu de les considérer non plus comme des êtres inférieurs mais comme nos « concitoyens » sur cette terre ? Nous vivons dans un monde interdépendant où le sort de chaque être, quel qu’il soit, est intimement lié à celui des autres. Il ne s’agit pas de s’occuper que des animaux mais aussi des animaux. Cet essai lumineux met à la portée de tous les connaissances actuelles sur les animaux, et sur la façon dont nous les traitons. Une invitation à changer nos comportements et nos mentalités. Tous les droits... Dans la lignée de Plaidoyer pour l’altruisme, Matthieu Ricard invite à étendre notre bienveillance à l’ensemble des êtres sensibles. Dans l’intérêt des animaux, mais aussi des hommes. Nous tuons chaque année 60 milliards d’animaux terrestres et 1 000 milliards d’animaux marins pour notre consommation. Un massacre inégalé dans l’histoire de l’Humanité qui pose un défi éthique majeur et nuit à nos sociétés : cette surconsommation aggrave la faim dans le monde, provoque des déséquilibres écologiques, est mauvaise pour notre santé. En plus de l’alimentation, nous instrumentalisons aussi les animaux pour des raisons purement vénales (trafic de la faune sauvage), pour la recherche scientifique ou par simple divertissement (corridas, cirques, zoos). Et si le temps était venu de les considérer non plus comme des êtres inférieurs mais comme nos « concitoyens » sur cette terre ? Nous vivons dans un monde interdépendant où le sort de chaque être, quel qu’il soit, est intimement lié à celui des autres. Il ne s’agit pas de s’occuper que des animaux mais aussi des animaux. Cet essai lumineux met à la portée de tous les connaissances actuelles sur les animaux, et sur la façon dont nous les traitons. Une invitation à changer nos comportements et nos mentalités. Tous les droits d’auteur sont reversés à l’association Karuna Shechen. Je ne suis pas ressortie indemne de cette lecture. La cruauté faite aux animaux pour le simple plaisir de l’homme est révoltant. J’ai surtout compris que depuis l’enfance, nous sommes manipulés, conditionnés pour consommer de la viande. Depuis que je ne mange plus de viande, je n’ai aucune carence. J’aime les animaux, comme j’aime mes amis humains. Pourquoi mangerai-je les uns et pas les autres ? Il me reste encore du chemin à parcourir concernant mes amis de la mer. En effet, je suis née à La Rochelle et les habitudes alimentaires sont tenaces ! Bien que j’ai réduit considérablement ma consommation dû au prix exorbitant de ces produits. Et surtout quand je converse avec mes poissons rouges de mon bassin, je culpabilise. Ceci montre que je prends conscience des massacres perpétrés dans les océans.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ArnoldCopella 18/04/2022
    Mathieu Ricard, qu'on ne présente plus, se penche dans cet ouvrage extrêmement intéressant sur les relations que nous entretenons nous autres humains avec les animaux. Le moine bouddhiste nous propose en fait une nouvelle éthique ; dans la lignée de Plaidoyer pour l'altruisme, il souligne l'incohérence qu'il y a dans la restriction de l'altruisme aux seuls êtres humains. Pour l'auteur, si les mauvais traitements à l'égard des animaux sont les plus souvent ignorés voire tolérés, c'est parce qu'ils ont lieu loin des yeux, et donc "loin du cœur". Les mauvaises excuses justifiant la supposée nécessité de la souffrance animale (nutrition, tradition) est également abordée dans un chapitre entier. Le message est puissant et tout à fait convaincant, et je conseille la lecture de ce livre à ceux déjà sensibilisés à la question mais également aux plus réticents. Ce livre est, je le pense, un des meilleurs exposé historique, scientifique et moral sur le thème du bien-être animal à ce jour. Certains passages sont particulièrement saisissants, notamment celui sur les abattoirs, dans lequel on peut pleinement saisir l'inhumanité du système, y compris pour les personnes y travaillant dans des conditions déplorables. Il s'agit par ailleurs d'un travail de recherche minutieux, documenté de manière... Mathieu Ricard, qu'on ne présente plus, se penche dans cet ouvrage extrêmement intéressant sur les relations que nous entretenons nous autres humains avec les animaux. Le moine bouddhiste nous propose en fait une nouvelle éthique ; dans la lignée de Plaidoyer pour l'altruisme, il souligne l'incohérence qu'il y a dans la restriction de l'altruisme aux seuls êtres humains. Pour l'auteur, si les mauvais traitements à l'égard des animaux sont les plus souvent ignorés voire tolérés, c'est parce qu'ils ont lieu loin des yeux, et donc "loin du cœur". Les mauvaises excuses justifiant la supposée nécessité de la souffrance animale (nutrition, tradition) est également abordée dans un chapitre entier. Le message est puissant et tout à fait convaincant, et je conseille la lecture de ce livre à ceux déjà sensibilisés à la question mais également aux plus réticents. Ce livre est, je le pense, un des meilleurs exposé historique, scientifique et moral sur le thème du bien-être animal à ce jour. Certains passages sont particulièrement saisissants, notamment celui sur les abattoirs, dans lequel on peut pleinement saisir l'inhumanité du système, y compris pour les personnes y travaillant dans des conditions déplorables. Il s'agit par ailleurs d'un travail de recherche minutieux, documenté de manière exhaustive. Il nous fait comprendre que nous avons tous notre rôle à jouer dans la perpétuation de la cruauté envers les animaux et dans le "continuum du vivant".
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sobouquine 12/02/2022
    J'ai mis près d'un an à ouvrir Plaidoyer pour les animaux de @matthieu_ricard. Pourquoi ? Par peur de ce que j'allais découvrir, peur de ce que j'aurai à faire après sa lecture. Car oui, on ne peut pas refermer ce livre sans changer. Matthieu Ricard, moine bouddhiste et chercheur avisé, expose, centaines de preuves à l'appui, pourquoi notre appréciation des animaux est faussée. Comment peut-on expliquer que 1000 milliards d'animaux marins et 60 milliards d'animaux terrestres soient tués chaque année ? Pourquoi des fanatiques exultent à la vue d'une corrida ? Comment un homme a-t-il décidé de mettre des chatons dans un four pour prouver, excusez l'expression, que le feu ça brûle ? Les pages sont dur à lire, la nausée m'est venue plusieurs fois. Ce qu'il faut retenir, c'est que ce ne sont pas les défenseurs des animaux qui sont violents, mais que le système complet est perverti. Je suis seulement végétarienne, mes proches mangent des lardons en boîte, mais putain qu'est-ce que c'est violent. "Lorsque suffisamment de connaissances scientifiques sont disponibles et que l'on choisit de les ignorer, cette attitude devient un déni de réalité."🙉
  • Barbarella43 04/09/2021
    Le livre le plus clair et le plus complet sur le sujet. Avec une rigueur mathématique, Matthieu Ricard expose les arguments en faveur du végétarisme et démonte un à un les arguments contradictoires. Une belle alliance de l'intelligence et du coeur.
  • Liliprune35 22/08/2021
    J'aimerais commencer ma critique avec un premier extrait : "Il a fallu du temps pour que s'opère en moi une prise de conscience. J'ai vécu plusieurs années avec l'une de mes grands-mères qui avait toutes les qualités qu'on peut attendre d'une grand-mère. Comme beaucoup de gens, par ailleurs bons parents ou bons enfants, elle était férue de pêche à la ligne. Lorsque nous étions en vacances, elle passait souvent ses après-midi à pêcher au bord d'un lac ou sur les quais du Croisic, en compagnie de vieilles Bretonnes qui portaient encore la coiffe en dentelle blanche des Bigoudens. Comment ces braves gens auraient-ils pu vouloir faire du mal à qui que ce soit ? Au bout de l'hameçon, les petits poissons frétillants qui sortaient de l'eau scintillaient dans la lumière. Certes, il y avait ce moment pénible, lorsqu'ils étouffaient dans le panier d'osier et que leurs yeux devenaient vitreux, mais je détournais vite le regard. Quelques années plus tard, alors que j'avais 14 ans, une amie me fit remarquer à brûle-pourpoint : «Comment ? Tu pêches !» Le ton de sa voix et son regard à la fois étonné et réprobateur étaient suffisamment éloquents. «Tu pêches ?...» Soudain, la scène m'apparut très différemment... J'aimerais commencer ma critique avec un premier extrait : "Il a fallu du temps pour que s'opère en moi une prise de conscience. J'ai vécu plusieurs années avec l'une de mes grands-mères qui avait toutes les qualités qu'on peut attendre d'une grand-mère. Comme beaucoup de gens, par ailleurs bons parents ou bons enfants, elle était férue de pêche à la ligne. Lorsque nous étions en vacances, elle passait souvent ses après-midi à pêcher au bord d'un lac ou sur les quais du Croisic, en compagnie de vieilles Bretonnes qui portaient encore la coiffe en dentelle blanche des Bigoudens. Comment ces braves gens auraient-ils pu vouloir faire du mal à qui que ce soit ? Au bout de l'hameçon, les petits poissons frétillants qui sortaient de l'eau scintillaient dans la lumière. Certes, il y avait ce moment pénible, lorsqu'ils étouffaient dans le panier d'osier et que leurs yeux devenaient vitreux, mais je détournais vite le regard. Quelques années plus tard, alors que j'avais 14 ans, une amie me fit remarquer à brûle-pourpoint : «Comment ? Tu pêches !» Le ton de sa voix et son regard à la fois étonné et réprobateur étaient suffisamment éloquents. «Tu pêches ?...» Soudain, la scène m'apparut très différemment : le poisson tiré de son élément vital par un crochet de fer qui lui transperce la bouche, étouffant dans l'air comme nous nous noyons dans l'eau. Pour attirer le poisson vers l'hameçon, n'avais-je pas aussi transpercé un asticot pour en faire un appât vivant, sacrifiant ainsi une vie pour en détruire plus facilement une autre ? Comment avais-je pu si longtemps détourner ma pensée de cette réalité, de ces souffrances ? Le coeur serré, je renonçai immédiatement à la pêche. Certes, en comparaison des drames qui dévastent la vie de tant d'êtres humains dans le monde, ma préoccupation pour de petits poissons peut sembler dérisoire. Mais ce fut pour moi un premier déclic" Mathieu Ricard qu'on ne présente plus propose ici une réflexion aboutie et élaborée, construite et très documentée, qu'il faut lire absolument. Végétarienne depuis quelques années seulement, ce livre est une petite merveille qui fait du bien, en poussant la réflexion au-delà de toutes conventions.... A lire, vraiment !
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter pour découvrir des conseils qui répondent aux grandes et petites questions que chacun peut se poser.
Vivez mieux avec Pocket