Lisez! icon: Search engine
Pocket jeunesse
EAN : 9782266293778
Code sériel : J3220
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm

U4 : Yannis

Date de parution : 06/06/2019
La série incontournable enfin en format poche ! 
Yannis, Stéphane, Jules, Koridwen ont entre 15 et 18 ans. Ils ont survécu au virus U4, qui a décimé 90 % de la population mondiale. Ils ne se connaissent pas, mais ils sont en route vers le même rendez-vous.

«JE M’APPELLE YANNIS. Mes parents et ma soeur sont morts sous mes...
Yannis, Stéphane, Jules, Koridwen ont entre 15 et 18 ans. Ils ont survécu au virus U4, qui a décimé 90 % de la population mondiale. Ils ne se connaissent pas, mais ils sont en route vers le même rendez-vous.

«JE M’APPELLE YANNIS. Mes parents et ma soeur sont morts sous mes yeux. Depuis, leurs fantômes m’accompagnent partout. Il faut que je quitte Marseille avec mon chien, sinon je vais devenir fou. Je n’ai plus qu’un espoir : arriver à temps au rendez-vous, à Paris.»
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266293778
Code sériel : J3220
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm
Pocket jeunesse

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • niny7 Posté le 14 Juillet 2020
    J’ai commencé par lire Yannis, parce que faire le pari de partir, seul, de Marseille pour rejoindre Paris dans un monde dévasté me paraissait insensé. Mais sûrement est-ce aussi parce que je me suis dit que, si ma famille venait à mourir sous mes yeux, moi aussi je verrais probablement leurs fantômes me suivre partout où je vais. J’ai apprécié le personnage de Yannis. Non seulement en le suivant, on en apprend plus sur les transformations qui s’opèrent dans la société bouleversée, mais on voit aussi la progression d’un adolescent qui n’est pas préparé à l’effondrement ayant eu lieu, et qui tente d’y faire face du mieux qu’il peut. Au début, il est totalement déboussolé. Il ne peut se raccrocher qu’à son chien fidèle et son avatar de WOT, Adrial. Il considère d’ailleurs ce dernier comme une personne à part entière, une autre personnalité habitant son corps, et le laisse « prendre le contrôle » à sa place à plusieurs reprises. Il manque tellement de confiance en lui qu’il ne semble pas comprendre ce qui paraît pourtant évident au lecteur : c’est son instinct de survie qui prend le dessus et non le chevalier qu’il s’imagine. Lui-même le pense : il... J’ai commencé par lire Yannis, parce que faire le pari de partir, seul, de Marseille pour rejoindre Paris dans un monde dévasté me paraissait insensé. Mais sûrement est-ce aussi parce que je me suis dit que, si ma famille venait à mourir sous mes yeux, moi aussi je verrais probablement leurs fantômes me suivre partout où je vais. J’ai apprécié le personnage de Yannis. Non seulement en le suivant, on en apprend plus sur les transformations qui s’opèrent dans la société bouleversée, mais on voit aussi la progression d’un adolescent qui n’est pas préparé à l’effondrement ayant eu lieu, et qui tente d’y faire face du mieux qu’il peut. Au début, il est totalement déboussolé. Il ne peut se raccrocher qu’à son chien fidèle et son avatar de WOT, Adrial. Il considère d’ailleurs ce dernier comme une personne à part entière, une autre personnalité habitant son corps, et le laisse « prendre le contrôle » à sa place à plusieurs reprises. Il manque tellement de confiance en lui qu’il ne semble pas comprendre ce qui paraît pourtant évident au lecteur : c’est son instinct de survie qui prend le dessus et non le chevalier qu’il s’imagine. Lui-même le pense : il ne pourra pas rester en vie seul. Et pourtant... Yannis c’est l’ado qui découvre la vie, se découvre lui-même. Et découvre l’autre. On ne va pas se mentir (mais sans spoil), son attirance pour Stéphane crève les yeux. Mais lui, dans toute la candeur de ses sentiments, ne le comprend pas. Il n’a d’ailleurs l’air de connaître, pour tous sentiments, que la valeur de l’amitié et de la loyauté, en plus de la douleur de la perte qui l’a adopté désormais. C’est peut-être ce qui lui permettra d’apprendre vraiment de toutes les péripéties auxquelles il est confronté. Au cours de son voyage, il devra choisir entre la liberté et la sécurité, dans un monde où tout est plus qu’incertain. Choisir entre les risques du nouveau monde et la lutte pour la survie, ou la vie en communauté, protégé et dirigé par l’armée. Yannis, c’est enfin celui qui cherche à dénoncer les injustices et les préjugés. Il aimerait tellement que le monde qui s’ouvre à eux, qu’ils ont la possibilité de recréer depuis zéro, ne s’enlise pas dans les mêmes erreurs que le précédent. Les mêmes erreurs répétées en boucle, encore et encore, et toujours ces discriminations basées sur un rien qui appartient au passé. En bref, j’ai beaucoup aimé ce volume. On y découvre un adolescent qui porte des valeurs humaines nécessaires, quand bien même elles paraissent anachroniques dans ce monde apocalyptique.
    Lire la suite
    En lire moins
  • book-en-stock Posté le 12 Mai 2020
    Après avoir lu les récits de Koridwen et Jules, j’étais curieuse de mieux connaître Yannis qui restait assez en retrait finalement et que je découvre et apprécie vraiment. Comme Jules, Yannis est encore à fond dans le jeu au moment de la catastrophe et pendant un temps est incapable de réagir. Il va évoluer au fil des pages, forcé de faire face puis de s’adapter à la situation particulièrement traumatisante. Très vite il doit quitter la ville où il a toujours vécu : il perd tout subitement et définitivement, les siens ainsi que ses repères, et va accomplir un long périple, il n’a plus que son chien à ses côtés. Progressivement sa fragilité se mue en force mentale, en volonté incroyable et il révèle une forte capacité d’adaptation. Il n’a pourtant que le message de Khronos auquel se raccrocher, contrairement à Jules et Koridwen qui tirent leur force de la présence d’autres personnes dont ils se sentent responsables et peuvent revenir sur certains lieux. Yannis nourrit en lui une humanité profonde, refuse la violence inutile et voudrait un monde plus juste. On lui reprochera d’être un rêveur. Dans les volumes précédents, il restait effacé. Ici il devient un personnage solaire, charismatique et son... Après avoir lu les récits de Koridwen et Jules, j’étais curieuse de mieux connaître Yannis qui restait assez en retrait finalement et que je découvre et apprécie vraiment. Comme Jules, Yannis est encore à fond dans le jeu au moment de la catastrophe et pendant un temps est incapable de réagir. Il va évoluer au fil des pages, forcé de faire face puis de s’adapter à la situation particulièrement traumatisante. Très vite il doit quitter la ville où il a toujours vécu : il perd tout subitement et définitivement, les siens ainsi que ses repères, et va accomplir un long périple, il n’a plus que son chien à ses côtés. Progressivement sa fragilité se mue en force mentale, en volonté incroyable et il révèle une forte capacité d’adaptation. Il n’a pourtant que le message de Khronos auquel se raccrocher, contrairement à Jules et Koridwen qui tirent leur force de la présence d’autres personnes dont ils se sentent responsables et peuvent revenir sur certains lieux. Yannis nourrit en lui une humanité profonde, refuse la violence inutile et voudrait un monde plus juste. On lui reprochera d’être un rêveur. Dans les volumes précédents, il restait effacé. Ici il devient un personnage solaire, charismatique et son duo avec Stéphane sonne juste. D’ailleurs leur rencontre avec Jules et Koridwen me parait ici bien plus crédible que ce que j’en avais lu auparavant. Sans doute parce que je comprends mieux ce duo. L’écriture est tout autant envoûtante que dans les autres volumes. Le choix de l’auteure : récit qui débute le 1er novembre avec le préambule commun aux autres volumes, est en partie elliptique, mais certaines journées sont presque minutées. La narration en devient palpitante, rythmée par les battements du cœur de Yannis, souvent évoqués. J’ai stoppé ma lecture au 20 décembre après-midi, voulant d’abord lire la version de Stéphane avant de lire le dénouement. La fin sonne on ne peut plus juste pour ce personnage : c’est en adéquation totale avec ce qu’il a démontré de lui tout au long du récit, une touche de poésie en prime. Bilan sur la série entière : Je suis surprise de constater combien les écritures des quatre auteurs s’harmonisent au point que je ne distinguais pas vraiment de différence de style d’un roman à l’autre. Bravo aux quatre et merci pour ce beau cadeau à lire !
    Lire la suite
    En lire moins
  • ele_ds46 Posté le 31 Mars 2020
    Comme les 4 autres, cette série est vraiment super ! Pour la jeunesse mais aussi pour les adultes amateurs de ce genre de livres. Je recommande !
  • un_appetit_livresque Posté le 6 Mars 2020
    Troisième tome lu de la saga pour moi et j'ai beaucoup aimé. Comme j'avais déjà lu Koridwen et Jules, j'ai pu découvrir un tout autre pan de l'histoire et surtout une explication du fonctionnement des R-point et leur réalité. Je trouve que ce tome est le plus sombre des 3 que j'ai lu pour le moment. J'ai beaucoup aimé le personnage de Yannis (et Happy !), loyal, déterminé, gentil et indépendant mais doté d'une grande force dans son âme, c'était un personnage très touchant. Je dirais que c'est le tome que j'ai préféré pour le moment.
  • manuelaa Posté le 29 Février 2020
    Je dois avouer que je m'attendais à beaucoup mieux. Certes, le livre est excellent, le scénario plus qu'original, et le texte merveilleusement bien écrit, je reste un peu déçu. Pendant pas mal de temps, on m'a vanté ce livre, me vendant de l'originalité, du rêve et du drama, je l'ai donc acheté en plaçant la barre extrêmement haute. C'est un livre génial, que je recommande, mais qui n'est simplement pas à la hauteur de toutes les louanges qu'il y a à son sujet. J'ai énormément hésité sur le tome à choisir, puis je me suis décider (grâce à la plouf) pour Yannis. J'ai été tellement déçu par ce personnage ! Yannis est déprimant. Il voit des fantômes, mais je pense qu'il est juste fou, et il passe son temps à jouer un rôle. Lorsqu'il est effrayé, il devient Adrial, le chevalier de son jeu vidéo. Honnêtement, il me fait un peu de peine. C'est triste de ne pas pouvoir être sois-même. J'ai ressentis un pluie de sentiment, mais le dominant, c'était l'agacement et la frustration. Les personnages me déprime, et leur bêtise me désespère. Ils passent leur temps à ce plaindre ou à jouer les héros. Pathétique. La seule chose... Je dois avouer que je m'attendais à beaucoup mieux. Certes, le livre est excellent, le scénario plus qu'original, et le texte merveilleusement bien écrit, je reste un peu déçu. Pendant pas mal de temps, on m'a vanté ce livre, me vendant de l'originalité, du rêve et du drama, je l'ai donc acheté en plaçant la barre extrêmement haute. C'est un livre génial, que je recommande, mais qui n'est simplement pas à la hauteur de toutes les louanges qu'il y a à son sujet. J'ai énormément hésité sur le tome à choisir, puis je me suis décider (grâce à la plouf) pour Yannis. J'ai été tellement déçu par ce personnage ! Yannis est déprimant. Il voit des fantômes, mais je pense qu'il est juste fou, et il passe son temps à jouer un rôle. Lorsqu'il est effrayé, il devient Adrial, le chevalier de son jeu vidéo. Honnêtement, il me fait un peu de peine. C'est triste de ne pas pouvoir être sois-même. J'ai ressentis un pluie de sentiment, mais le dominant, c'était l'agacement et la frustration. Les personnages me déprime, et leur bêtise me désespère. Ils passent leur temps à ce plaindre ou à jouer les héros. Pathétique. La seule chose qu'ils peuvent espérer gagner c'est la mort. AVIS AVEC SPOILER/ Stéphane... Je crois que c'est le personnage que je déteste le plus. Elle a menti à tout le monde, pour moi elle est responsable de la mort de Marco, et elle passe son temps à croire que son père l'aime et qu'il ne veut que son bien. XPTDRRRR La plus grosse blague de l'année. Je crois que le prochain tome d'U4 que je vais lire est celui de Jules, parce que ses cicatrices m'intrigue énormément. J'ai envie de savoir ce qu'il a pu vivre. Je ne suis clairement pas pressé de lire celui de Stéphane, d'autant plus que j'ai envie de savoir ce qui va se passer à l'horloge. Qui sait ? Peut-être ont-ils réussit à remonter le temps ?
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.