En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Un Goût de cannelle et d'espoir

        Pocket
        EAN : 9782266250061
        Code sériel : 15978
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 512
        Format : 108 x 177 mm
        Un Goût de cannelle et d'espoir

        ANATH RIVELINE (Traducteur)
        Date de parution : 02/04/2015
        Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa sœur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l'armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d'insouciance. Jusqu'à cette nuit de Noël, où vient toquer à sa porte... Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa sœur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l'armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d'insouciance. Jusqu'à cette nuit de Noël, où vient toquer à sa porte un petit garçon juif, échappé des camps...
        Soixante ans plus tard, au Texas, la journaliste Reba Adams passe devant la vitrine d'une pâtisserie allemande, celle d'Elsie... Et le reportage qu'elle prépare n'est rien en comparaison de la leçon de vie qu'elle s'apprête à recevoir.

        « Un dilemme passionnant, un roman déchirant à dévorer d'une traite. » ELLE

        « Un bijou de roman, aussi beau que déchirant, écrit juste comme je les aime : le passé qui revient hanter le présent, des héroïnes attachantes, une fin lumineuse pleine d'espoir. » Tatiana de Rosnay

         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266250061
        Code sériel : 15978
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 512
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        8.30 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • oran Posté le 10 Juin 2018
          Une mise en exergue romancée de tous les tourments, toutes les avanies, les violences, les drames, les cruautés, les barbaries, les abominations, les crimes abjects commis par l'Allemagne nazie et renforcés durant la guerre et dont fut victime aussi le peuple allemand. Si certains passages restent trop factices (Tobias, le garçonnet juif recueilli et caché par Elsie), en revanche d'autres pages révèlent avec une certaine pudeur ce que fut la terrible réalité , notamment celles qui évoquent le Lebensborn , « la fontaine de vie », une association constituée par le régime national socialiste sous l'impulsion d'Heinrich Himmler, pour engendrer et éduquer de purs aryens. En réalité, des bagnes pour les jeunes femmes, pouliches sans gloire, enfermées , souvent contre leur gré, dans ces bordels mis à disposition de l'élite de l'armée qui assouvissait ainsi ses fantasmes . L'intérêt du roman réside aussi dans le parallèle entre ce que vécut Elsie la jeune allemande et bien plus tard, l'américaine Reba, le passé, le présent, venant s'entrechoquer. Quand Sarah Mc Coy décrit avec saveur, justesse et beaucoup de raffinement les multiples pains et gâteaux confectionnés dans les boulangerie d'El Paso au Texas ou dans la Schmidt Bäckerei de Garmisch, en Bavière, tous nos sens sont... Une mise en exergue romancée de tous les tourments, toutes les avanies, les violences, les drames, les cruautés, les barbaries, les abominations, les crimes abjects commis par l'Allemagne nazie et renforcés durant la guerre et dont fut victime aussi le peuple allemand. Si certains passages restent trop factices (Tobias, le garçonnet juif recueilli et caché par Elsie), en revanche d'autres pages révèlent avec une certaine pudeur ce que fut la terrible réalité , notamment celles qui évoquent le Lebensborn , « la fontaine de vie », une association constituée par le régime national socialiste sous l'impulsion d'Heinrich Himmler, pour engendrer et éduquer de purs aryens. En réalité, des bagnes pour les jeunes femmes, pouliches sans gloire, enfermées , souvent contre leur gré, dans ces bordels mis à disposition de l'élite de l'armée qui assouvissait ainsi ses fantasmes . L'intérêt du roman réside aussi dans le parallèle entre ce que vécut Elsie la jeune allemande et bien plus tard, l'américaine Reba, le passé, le présent, venant s'entrechoquer. Quand Sarah Mc Coy décrit avec saveur, justesse et beaucoup de raffinement les multiples pains et gâteaux confectionnés dans les boulangerie d'El Paso au Texas ou dans la Schmidt Bäckerei de Garmisch, en Bavière, tous nos sens sont en alerte , avec envie gourmande, nous souhaiterions goûter, nous aussi, à ces fameux petites pains d'épices (lebkuchen) ,au pain au seigle (pumpernickel) aux baisers chocolatés – nos « têtes de nègres » (schaumküsse), aux pains à l'anis (springerle) et j'en passe et certainement des meilleurs ! Le carnet de recettes intégré à la fin du récit peut permettre de se lancer à confectionner quelques- unes de ces pâtisseries. Un moment de lecture intensif, émouvant, passionnant.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Simolie Posté le 25 Mai 2018
          Deux époques, deux pays : la fin de la deuxième guerre mondiale en Allemange et 2007 au Texas. Et deux personnages principaux qui vont se rencontrer : la boulangère Elsie Meriwheter et la jeune journaliste Reba Adams, dont l'ami est garde frontière et dont le père a combattu au Vietnam. Beaucoup de thèmes, de parallèles à faire. Pour ma part, je retiendrai les récits qui témoignent des années 40, du point du vue d'une jeune fille allemande. Passionnant ! L'histoire de Reba Adams m'a un peu moins intéressée mais elle nous amène à réfléchir également à notre époque.
        • KwoL25 Posté le 18 Mai 2018
          J'ai adoré le style de Sarah McCoy, très fluide. Elle passe d'une époque à l'autre sans perdre le lecteur, elle dépeint brillamment ses personnages et leurs sentiments. J'ai particulièrement aimé le personnage d'Elsie, je m'y suis tant attachée que forcément j'ai fini par verser ma larme. Bref, une lecture riche en émotions et donc en plaisir malgré un thème de départ dramatique.
        • Clemocien Posté le 17 Mai 2018
          Un goût de cannelle et d’espoir dormait dans ma PAL depuis un long moment, puisque je l’avais acheté à Livre Paris 2016, sur les conseils de Pretty Books. C’est l’ouvrage qui a été sélectionné pour la lecture commune de notre groupe, durant le second trimestre 2018 ; l’occasion pour moi de le découvrir enfin, ainsi que la plume de Sarah McCoy, dont c’était mon premier roman ! Le récit se découpe en deux parties : passé et présent, en alternant un chapitre sur deux. Nous suivons le personnage d’Elsie jeune boulangère allemande, durant la seconde guerre mondiale puis, sur plusieurs périodes de sa vie, et enfin en 2007 (période actuelle). Durant les épisodes du présent, Elsie a 80 ans et nous faisons également la connaissance de Reba, Riki et Jane, la fille d’Elsie. L’écriture de l’auteure est plutôt agréable et arrive à faire passer de nombreuses émotions ; j’ai eu plus d’une fois les larmes aux yeux, sur la dernière partie du roman notamment. Sarah introduit lettre et échanges de mails dans son texte, donnant un aspect un peu plus personnel encore à l’histoire. Si globalement j’ai beaucoup apprécié ma lecture et ai relevé de nombreuses citations qui m’ont parlé et semblé... Un goût de cannelle et d’espoir dormait dans ma PAL depuis un long moment, puisque je l’avais acheté à Livre Paris 2016, sur les conseils de Pretty Books. C’est l’ouvrage qui a été sélectionné pour la lecture commune de notre groupe, durant le second trimestre 2018 ; l’occasion pour moi de le découvrir enfin, ainsi que la plume de Sarah McCoy, dont c’était mon premier roman ! Le récit se découpe en deux parties : passé et présent, en alternant un chapitre sur deux. Nous suivons le personnage d’Elsie jeune boulangère allemande, durant la seconde guerre mondiale puis, sur plusieurs périodes de sa vie, et enfin en 2007 (période actuelle). Durant les épisodes du présent, Elsie a 80 ans et nous faisons également la connaissance de Reba, Riki et Jane, la fille d’Elsie. L’écriture de l’auteure est plutôt agréable et arrive à faire passer de nombreuses émotions ; j’ai eu plus d’une fois les larmes aux yeux, sur la dernière partie du roman notamment. Sarah introduit lettre et échanges de mails dans son texte, donnant un aspect un peu plus personnel encore à l’histoire. Si globalement j’ai beaucoup apprécié ma lecture et ai relevé de nombreuses citations qui m’ont parlé et semblé tout à fait d’actualité, j’ai cependant eu du mal avec un personnage en particulier et j’ai été un tantinet déçue par certains éléments restés dans le flou. Ceci dit, lorsque l’on mêle dans un même récit de nombreux personnages et deux époques différentes, il est forcément difficile de conclure chaque point. Ce sont les périodes de guerre que j’ai le plus apprécié ; on s’attache très vite à Elsie, jeune-fille nazie, qui embrasse l’idéologie du Führer, comme toute sa famille. Elsie est une personne comme une autre qui, confrontée à l’horreur de la guerre, ne saura pas qui croire et comment agir et qui, comme tout un chacun pense d’abord à sa propre sécurité et celle de sa famille. Pourtant, elle reste une personne exceptionnelle qui, malgré son jeune âge, arrivera à écouter son cœur et agir en conséquence de ce que lui dicte sa conscience. J’ai beaucoup aimé l’angle de vue adopté par Sarah McCoy : il y a des bons nazis et des mauvais nazis. En effet, il est facile de juger après coup, mais si nous avions été confronté à cette situation de guerre, nul ne peut dire que nous aurions pris le contre coup d’Hitler. L’homme a un esprit de préservation qui peut faire fi de ses congénères. J’ai d’ailleurs trouvé particulièrement intéressant le point de vue de Josef Hub (fiancé d’Elsie et membre de la Gestapo), confronté directement aux camps et tiraillé dans sa conscience, en perdant l'esprit. L’aspect Lebensborn, non étudié (en tout cas à mon époque) au programme scolaire, est également très instructif et « le lavage de cerveau » imposés aux jeune-gens de l’association terrifiant. Julius, le neveu d’Elsie, est un pur produit du régime et son conditionnement fait froid dans le dos ; je crois que malheureusement la chute a dû être terrible pour ces enfants dont on a volé l’innocence. À contrario, Tobias, petit garçon juif, fait preuve d’une force de caractère et d’un instinct de survie impressionnant. Durant les épisodes en période actuelle, j’ai beaucoup aimer retrouver Elsie, sa force et sa joie de vivre. Le caillou dans ma chaussure a été Reba : je n’ai tout simplement pas réussi à apprécier le personnage, à comprendre sa psychologie. Son enfance difficile nous est petit à petit dévoilée, mais cela ne m’a pas aidé à la cerner et à décrypter sa manière de penser. Sa rencontre avec Elsie et Jane va tout changer et l’amener à remettre en question ce qu’elle a fait de sa vie. Il est triste de se dire qu’il aura fallu une rencontre choc pour arriver à lui faire prendre conscience qu’elle faisait fausse route. Pourtant, je pense qu’avec le rythme de vie actuel, les attentes hors de la réalité des gens, la recherche du toujours plus, nombre de personnes passent également à côté de l’essentiel. Sarah McCoy évoque également les clandestins Mexicains qui cherchent à entrer en fraude aux US à travers le personnage de Riki. Contrairement à Reba, j’ai trouvé Riki très touchant ; fils de Mexicain, désirant à tout prix prouver son appartenance aux US, il va être confronté à des choix très difficiles et sa conscience être mise à rude épreuve ; tout comme Reba, il remet en cause ses choix et ce qu’il est. C’est finalement en étant présent les uns pour les autres que les choses pourront évoluer. Un goût de cannelle et d’espoir évoque énormément de thèmes plutôt délicats, ce qui le rend très dense dans les messages qu’il véhicule. L’amour pour sa famille, pour son prochain, l’acceptation de soi est ce qui permet d’avancer dans la vie. Malgré le personnage de Reba et son évolution spectaculaire au cours du roman, j’ai beaucoup aimé ma lecture et tenterai probablement de découvrir un autre écrit de Sarah McCoy.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Arthor Posté le 16 Mai 2018
          Le mag ELLE dans sa critique disait : “un dilemme passionnant, un roman à dévorer d’une traite”. Effectivement c’est une bonne synthèse d’une histoire trouvant ses sources en Allemagne en 1944 et se poursuivant aux USA de nos jours. Une jeune allemande Elsie, très proche des SS va recueillir un petit garçon juif échappé des camps et soixante ans plus tard, au Texas, une journaliste va passer devant une pâtisserie allemande celle d’Elsie. Le reportage que cette journaliste veut réaliser ne sera que le début de la leçon de vie qu’elle va recevoir

        Ils en parlent

        « Un bijou de roman, aussi beau que déchirant, écrit juste comme je les aime : le passé qui revient hanter le présent, des héroïnes attachantes, une fin lumineuse pleine d’espoir. Vous allez le dévorer d’une traite ! » Tatiana de Rosnay
        « Un dilemme passionnant, un roman déchirant à dévorer d’une traite. » ELLE
        « À la frontière de la saga historique et du roman psychologique. Un ouvrage aussi intrigant qu’émouvant, qui surprend sans cesse son lecteur. » Renaud Baronian – Aujourd’hui en France
        « Un excellent roman sur la culpabilité. » Femme actuelle
        « Sarah McCoy pétrit les destins de personnages très différents d’éléments historiques mémorables et de sensations personnelles indétectables. Elle prouve ainsi que le passé épice continuellement le présent. S’infiltrant avec gourmandise dans leur intimité, elle aborde subtilement l’Histoire contemporaine et révèle l’indicible, comme une pincée de cannelle dans un Lebkuchen. » Nadège Badina – Page des Libraires
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com