En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Un Goût de cannelle et d'espoir

        Pocket
        EAN : 9782266250061
        Code sériel : 15978
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 512
        Format : 108 x 177 mm
        Un Goût de cannelle et d'espoir

        ANATH RIVELINE (Traducteur)
        Date de parution : 02/04/2015
        Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa sœur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l'armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d'insouciance. Jusqu'à cette nuit de Noël, où vient toquer à sa porte... Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa sœur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l'armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d'insouciance. Jusqu'à cette nuit de Noël, où vient toquer à sa porte un petit garçon juif, échappé des camps...
        Soixante ans plus tard, au Texas, la journaliste Reba Adams passe devant la vitrine d'une pâtisserie allemande, celle d'Elsie... Et le reportage qu'elle prépare n'est rien en comparaison de la leçon de vie qu'elle s'apprête à recevoir.

        « Un dilemme passionnant, un roman déchirant à dévorer d'une traite. » ELLE

        « Un bijou de roman, aussi beau que déchirant, écrit juste comme je les aime : le passé qui revient hanter le présent, des héroïnes attachantes, une fin lumineuse pleine d'espoir. » Tatiana de Rosnay

         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266250061
        Code sériel : 15978
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 512
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        8.30 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • YsaM Posté le 3 Avril 2018
          Allemagne 1944, Elsie travaille dans la Boulangerie de ses parents, une famille nationaliste et très patriote, sa soeur ainée est volontaire au Lebensborn, son futur fiancé est bien placé dans l’armée nazie et ses parents ne jurent que par le furher. Une nuit de Noël, un petit garçon juif, échappé des camps de la mort, vient frapper à la porte de la boulangerie. Sarah McCoy nous raconte l’histoire d’Elsie, une héroïne au grand coeur qui, malgré son jeune âge n’a pas eu peur de prendre les bonnes décisions, au péril de sa vie et de celle de sa famille. On se retrouve plongé dans les heures les plus sombres de l’histoire, ces années de la seconde guerre mondiale où l’on déporte les juifs dans les camps de la mort, où il faut appartenir aux jeunesses Hitlériennes si on est un jeune enfant, et suivre la ligne du fürher si on veut être un bon Allemand. La famille Schmidt a le profil parfait du bon allemand. Le père est un inconditionnel du régime fasciste et leur fille aînée est volontaire au Lebensborn, organisation chargée de développer une pure race aryenne. Il reste Elsie qui du haut de ses 16 ans aide ses parents à fabriquer... Allemagne 1944, Elsie travaille dans la Boulangerie de ses parents, une famille nationaliste et très patriote, sa soeur ainée est volontaire au Lebensborn, son futur fiancé est bien placé dans l’armée nazie et ses parents ne jurent que par le furher. Une nuit de Noël, un petit garçon juif, échappé des camps de la mort, vient frapper à la porte de la boulangerie. Sarah McCoy nous raconte l’histoire d’Elsie, une héroïne au grand coeur qui, malgré son jeune âge n’a pas eu peur de prendre les bonnes décisions, au péril de sa vie et de celle de sa famille. On se retrouve plongé dans les heures les plus sombres de l’histoire, ces années de la seconde guerre mondiale où l’on déporte les juifs dans les camps de la mort, où il faut appartenir aux jeunesses Hitlériennes si on est un jeune enfant, et suivre la ligne du fürher si on veut être un bon Allemand. La famille Schmidt a le profil parfait du bon allemand. Le père est un inconditionnel du régime fasciste et leur fille aînée est volontaire au Lebensborn, organisation chargée de développer une pure race aryenne. Il reste Elsie qui du haut de ses 16 ans aide ses parents à fabriquer toutes sortes de pains qui, il faut bien l’avouer, nous mettent l’eau à la bouche tout au long du livre et l’on percevrait presque l’odeur de la cannelle et du pain d’épice à chaque fois que l’on tourne une page et franchement, que c’est bon ! Afin que cette histoire soit racontée, l’auteure fait un parallèle avec Reba, jeune journaliste, qui sera chargée de faire un reportage sur Elsie que l’on retrouve 60 ans plus tard au Texas où elle a ouvert une pâtisserie Allemande. J’avais peur d’être gênée par les allers-retours entre les différentes périodes et de me perdre mais ça n’a pas été le cas. Sarah McCoy passe habilement d’une décennie à l’autre et d’une façon si naturelle que l’on ne perd absolument pas le fil à aucun moment de l’histoire. On dévore ce livre avec des sentiments bien distincts, l’amitié, l’amour, la révolte, la peur, la haine, on s’interroge et réagit sur certaines actions, on revit l’histoire et bien sûr on s’attache à Elsie qu’on admire plus que tout parce que ce petit bout de femme, du haut de son jeune âge, sait ce qu’elle veut et n’écoute que son coeur. On s’attache à Réba aussi, pas de la même façon mais c’est un personnage clé que l’auteure nous présente également et qu’on finit par aimer même si parfois elle nous semble un peu compliquée. Deux femmes pour deux histoires totalement différentes dans des époques qui n’ont absolument rien à voir et pourtant, elles ont chacune, à un moment donné de leur vie, une décision à prendre, une décision qui influera sur la suite de leur histoire, elles n’ont pas le droit à l’erreur. J’ai adoré ce bouquin, je ne connaissais pas du tout cette auteure mais je suis sous le charme. Tatiana de Rosnay a qualifié ce roman de bijou, elle ne s’est pas trompée, Ce livre est un diamant brut que Sarah McCoy taille et polit tout au long des chapitres qui s’enchaînent pour nous faire découvrir toujours plus. J’aime son écriture limpide et fluide qui semble glisser et traverser le temps, tout doucement, sans faire de bruit. Cerise sur le gâteau, à la fin du livre, un petit lexique avec quelques recettes des pâtisseries d’Elsie, si ce n’est pas le bonheur, ça y ressemble !!
          Lire la suite
          En lire moins
        • Latetedansleslivres Posté le 23 Mars 2018
          Des livres sur la seconde guerre mondiale, il y en a pas mal, ce qui a fait la différence ici? Le côté un peu doux-amer que représente la boulangerie mais aussi la lueur d’espoir que l’on a en 2007 même si Reba est une jeune femme un peu cassée par la vie. L’auteure mélange les genres, on a donc des échanges de lettres mais aussi d’emails. J’ai trouvé que ces échanges aéraient le texte et rendaient la lecture vraiment facile. J’ai dévoré le roman et je me suis complètement laissée emporter. Si au départ, je préférais l’histoire d’Elsie, j’étais quand même ravie de la retrouver en 2007 et de suivre Reba. Les deux personnages sont assez différentes mais elles sont fortes à leur manière mais j’ai préféré Elsie. Ce livre m’a remis pas mal de choses en mémoire, je savais qu’il y avait eu des centres où les allemands développaient le race aryenne et ici on a le point de vue d’Halsey, la soeur d’Elsie qui est à Lebensborn en tant que mère servant à faire des enfants… On ne la connait qu’à travers les lettres qu’elle écrit à sa soeur mais sa condition fait plutôt penser à une vie de prostituée... Des livres sur la seconde guerre mondiale, il y en a pas mal, ce qui a fait la différence ici? Le côté un peu doux-amer que représente la boulangerie mais aussi la lueur d’espoir que l’on a en 2007 même si Reba est une jeune femme un peu cassée par la vie. L’auteure mélange les genres, on a donc des échanges de lettres mais aussi d’emails. J’ai trouvé que ces échanges aéraient le texte et rendaient la lecture vraiment facile. J’ai dévoré le roman et je me suis complètement laissée emporter. Si au départ, je préférais l’histoire d’Elsie, j’étais quand même ravie de la retrouver en 2007 et de suivre Reba. Les deux personnages sont assez différentes mais elles sont fortes à leur manière mais j’ai préféré Elsie. Ce livre m’a remis pas mal de choses en mémoire, je savais qu’il y avait eu des centres où les allemands développaient le race aryenne et ici on a le point de vue d’Halsey, la soeur d’Elsie qui est à Lebensborn en tant que mère servant à faire des enfants… On ne la connait qu’à travers les lettres qu’elle écrit à sa soeur mais sa condition fait plutôt penser à une vie de prostituée qu’autre chose. Sur la periode en 2007 au Texas, on aborde brievement le sujet de l’immigration et notamment de ces immigres illégaux qui tentent de passer la frontière. Le sujet est effleuré avec le fiancé de Reba et j’ai surtout trouvé que cela donnait plus de profondeur aux personnages. Reba est elle-même cassée par la vie et a un lourd passé familiale. Le seule petit bémol que je donnerai est que c’est un livre qui aborde beaucoup de sujets que ça soit sur la seconde guerre mondiale ou encore la guerre du Vietnam et l’immigration… mais c’est un livre qui m’a transporté et j’ai adoré découvrir les personnages, m’attacher à eux et les suivre dans leur histoire. Je recommande ce livre à ceux qui aiment les romans qui alternent présent et passé, qui aiment les histoires familiales et les histoires de vie.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Salsa38 Posté le 23 Mars 2018
          Malgré quelques longueurs, j'ai pris plaisir à la lecture de ce roman. On suit deux histoires de femmes en parallèle, à deux époques différentes. Pour ma part, je me suis très peu intéressée à l'histoire de Reba, la journaliste, et j'ai trouvé qu'elle alourdissait le roman sans forcément lui apporter quelque chose. J'ai par contre beaucoup apprécié les parties consacrées à Elsie, dans l'Allemagne nazie, et j'ai trouvé son personnage très attachant. En bref, un roman que je recommande
        • Ennaria Posté le 22 Mars 2018
          J’aurai dû me douter que cette lecture allait être éprouvante, je ne sais par quelle naïveté (la joliesse du titre peut-être) j’ai pu croire que cela allait convenir à une période festive. Bon, le fait est que j’ai pris tellement de retard sur mes lectures prévues pour le Cold Winter Challenge que je n’ai fini celui-ci qu’il y a quelques jours. Enfin, dans ce livre, il est néanmoins question de Noël, d’un 24 décembre 1944. Le récit se tisse autour de cette thématique, une histoire déterrée involontairement par une journaliste un peu paumée devant rendre un article sur les traditions de Noël. Cette même journaliste qui se trouve bien mal à l’aise lorsque le terme nazi est prononcé par Elsie Schmidt-Meriwether. A partir de là, on suit le récit selon un schéma que j’affectionne décidément beaucoup, par une alternance de temporalité, 44/45 – 2007/2008. On y suit l’histoire de deux figures féminines aussi différentes qu’inégales. Car il est vrai que les atermoiements de Reba Adams sur sa vie de couple paraissent superficiels en comparaison du vécu d’Elsie. J’avais déjà ressenti cette forme d’exaspération lors de l’autre roman de cette autrice, Un parfum d’encre et de liberté ! Mais il faut avouer aussi... J’aurai dû me douter que cette lecture allait être éprouvante, je ne sais par quelle naïveté (la joliesse du titre peut-être) j’ai pu croire que cela allait convenir à une période festive. Bon, le fait est que j’ai pris tellement de retard sur mes lectures prévues pour le Cold Winter Challenge que je n’ai fini celui-ci qu’il y a quelques jours. Enfin, dans ce livre, il est néanmoins question de Noël, d’un 24 décembre 1944. Le récit se tisse autour de cette thématique, une histoire déterrée involontairement par une journaliste un peu paumée devant rendre un article sur les traditions de Noël. Cette même journaliste qui se trouve bien mal à l’aise lorsque le terme nazi est prononcé par Elsie Schmidt-Meriwether. A partir de là, on suit le récit selon un schéma que j’affectionne décidément beaucoup, par une alternance de temporalité, 44/45 – 2007/2008. On y suit l’histoire de deux figures féminines aussi différentes qu’inégales. Car il est vrai que les atermoiements de Reba Adams sur sa vie de couple paraissent superficiels en comparaison du vécu d’Elsie. J’avais déjà ressenti cette forme d’exaspération lors de l’autre roman de cette autrice, Un parfum d’encre et de liberté ! Mais il faut avouer aussi que la légèreté du présent permet aussi de souffler, la présence de la pâtisserie d’Elsie est salutaire et j’ai adoré découvrir ses nombreuses spécialités. (Lire la suite sur le site)
          Lire la suite
          En lire moins
        • JuleMardjinn Posté le 10 Mars 2018
          Ce livre nous fait plonger dans les secrets d'existence de quelques personnages forts qui se croisent à deux époques diffèrentes, mais qui mettent en parallèle des thèmes qui se ressemblent. Entre la seconde guerre mondiale et la "guerre" à la frontière mexicaine, on apprend de différentes cultures et on s'imprégnent des souffrances ressentis. C'est un texte qui remuent beaucoup d'émotions: de l'horreur , de la tristesse, de la peur mais aussi de la tendresse et de l'espoir.

        Ils en parlent

        « Un bijou de roman, aussi beau que déchirant, écrit juste comme je les aime : le passé qui revient hanter le présent, des héroïnes attachantes, une fin lumineuse pleine d’espoir. Vous allez le dévorer d’une traite ! » Tatiana de Rosnay
        « Un dilemme passionnant, un roman déchirant à dévorer d’une traite. » ELLE
        « À la frontière de la saga historique et du roman psychologique. Un ouvrage aussi intrigant qu’émouvant, qui surprend sans cesse son lecteur. » Renaud Baronian – Aujourd’hui en France
        « Un excellent roman sur la culpabilité. » Femme actuelle
        « Sarah McCoy pétrit les destins de personnages très différents d’éléments historiques mémorables et de sensations personnelles indétectables. Elle prouve ainsi que le passé épice continuellement le présent. S’infiltrant avec gourmandise dans leur intimité, elle aborde subtilement l’Histoire contemporaine et révèle l’indicible, comme une pincée de cannelle dans un Lebkuchen. » Nadège Badina – Page des Libraires
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.