RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            37, étoiles filantes

            Robert Laffont
            EAN : 9782221217634
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 324
            Format : 135 x 215 mm
            37, étoiles filantes

            Date de parution : 16/08/2018
            Sous le ciel étoilé de Paris, un jour de 1937, Alberto Giacometti n’a qu’une idée en tête : casser la gueule à Jean-Paul Sartre ! C’est cette histoire, son origine et sa trépidante conclusion, qui sont ici racontées.

            « Grognant dans son patois haut en couleur des montagnes, Alberto a déjà fait volte-face. Il est à nouveau en position sur le trottoir. Scrutant les confins de la rue Delambre. Pas du côté Raspail par lequel il vient d’arriver, mais dans l’autre sens, en direction de la station de...

            « Grognant dans son patois haut en couleur des montagnes, Alberto a déjà fait volte-face. Il est à nouveau en position sur le trottoir. Scrutant les confins de la rue Delambre. Pas du côté Raspail par lequel il vient d’arriver, mais dans l’autre sens, en direction de la station de métro Edgar Quinet. Rapidement, il repère la silhouette tassée de Jean-Paul, petite figurine de pâte à modeler brunâtre qui avance péniblement à la manière d’un Sisyphe qui porterait sur son dos tout le poids du gris de Paris et qui dodeline à une vingtaine de mètres de distance, manquant de se cogner, ici à un passant, là à un réverbère. “Ah, te voilà ! Bousier de littérature ! Attends que je t’attrape, chacal !” »
            Une comédie tourbillonnante constellée de pensées sur la création et de rencontres avec des femmes espiègles, mystérieuses et modernes.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221217634
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 324
            Format : 135 x 215 mm
            Robert Laffont
            20.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Les frères Giacometti, Sartre et Beauvoir, une embrouille à Montparnasse. Jérôme Attal s'amuse.»
            J-C. P. / Livres Hebdo

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Kickou Posté le 22 Mars 2019
              J’ai mis du temps à piger que le 37 du titre, c’était l’année : 1937. Je n’ai pas non plus saisi l’idée-force, le thème de ce roman, mais peut-être que ce n’est pas important, la légèreté de cette fiction suffit à en faire une lecture agréable. D’ailleurs, le thème c’est certainement ça : La légèreté. Comme les bulles de Champagne remontent à la surface, on suit Alberto Giacometti, qui est le personnage central de cette histoire, on le suit à travers les rues de Paris, dans le quartier Montparnasse, au bordel, aux terrasses des cafés et parfois dans son atelier, sculpteur « au travail ». Il cherche avec plus ou moins d’acharnement, Jean-Paul Sartre, qui est donc le deuxième personnage ; plus terne, moins volubile mais parfois très drôle aussi ; parce que quand même, page 298 : Vous imaginez Pean-Jaul Trarse (il n’y a pas de raison que je ne participe pas au concours !) danser la Chenille, «#9834;#9835; Mets tes deux pieds en canard #9834; C’est la chenille qui redémarre #9835; » mort de rire !!! Giacometti veut lui casser la gueule pour une raison futile, à la fin il ne lui cassera que les lunettes (divulguer cela... J’ai mis du temps à piger que le 37 du titre, c’était l’année : 1937. Je n’ai pas non plus saisi l’idée-force, le thème de ce roman, mais peut-être que ce n’est pas important, la légèreté de cette fiction suffit à en faire une lecture agréable. D’ailleurs, le thème c’est certainement ça : La légèreté. Comme les bulles de Champagne remontent à la surface, on suit Alberto Giacometti, qui est le personnage central de cette histoire, on le suit à travers les rues de Paris, dans le quartier Montparnasse, au bordel, aux terrasses des cafés et parfois dans son atelier, sculpteur « au travail ». Il cherche avec plus ou moins d’acharnement, Jean-Paul Sartre, qui est donc le deuxième personnage ; plus terne, moins volubile mais parfois très drôle aussi ; parce que quand même, page 298 : Vous imaginez Pean-Jaul Trarse (il n’y a pas de raison que je ne participe pas au concours !) danser la Chenille, «#9834;#9835; Mets tes deux pieds en canard #9834; C’est la chenille qui redémarre #9835; » mort de rire !!! Giacometti veut lui casser la gueule pour une raison futile, à la fin il ne lui cassera que les lunettes (divulguer cela n’empêchera pas une bonne lecture). Il y a aussi Diego le frangin d’Alberto, et puis quelques jolis portraits de femmes libres, de personnalités plus ou moins reconnues, plus ou moins amoureuses, plus ou moins spirituelles. Il fallait bien en profiter avant le début de la fin (jusqu'à la prochaine fois) : 1938. Voila, une sympathique petite lecture facile et sans prétention, avec quelques belles métaphores et d’autres un peu moins pertinentes. Allez, salut.
              Lire la suite
              En lire moins
            • LennyLit Posté le 21 Février 2019
              Voilà un roman que l'on lit tout du long, un sourire aux lèvres. Le ton est caustique, l'écriture fluide et le récit captivant. Une immersion dans le Montparnasse des artistes du XXe siècle que l'on suit de cafés en anecdotes. Bref, un bonheur de lecture !
            • FannyNetherfieldPark Posté le 10 Février 2019
              Cette chronique dort depuis six mois dans mes brouillons, il était grand temps de la terminer et de la publier. Jérôme Attal est un auteur que j’ai eu l’occasion de rencontrer en salon. Sa gentillesse et sa joie de vivre sont marquantes et le rendent instantanément attachant. Plusieurs de ses romans sont passés entre mes mains. Certains m’ont laissée sur ma faim, d’autres m’ont au contraire beaucoup plu. Les jonquilles de Green Park m’avait submergée d’émotion. 37, étoiles filantes fait également partie des belles surprises. L’auteur construit son roman autour de l’affront de Jean-Paul Sartre envers Alberto Giacometti. En effet, il aurait dit de lui « Ah, il lui est enfin arrivé quelque chose! ». S’ensuit une véritable chasse à l’homme afin d’en découdre et de rabattre le caquet du philosophe! Jérôme Attal signe une comédie au rythme enlevé et à l’écriture vive. Les jeux de mots et les tournures de phrase cocasses ne sont pas en reste. Il appose ainsi sa patte si particulière pleine de fantaisie, d’esprit et d’absurde parfois. La course poursuite à travers le Paris bohème et artistique de l’entre deux-guerres nous permet de faire la connaissance de personnages hauts en couleur, à commencer par Jean-Paul Sartre... Cette chronique dort depuis six mois dans mes brouillons, il était grand temps de la terminer et de la publier. Jérôme Attal est un auteur que j’ai eu l’occasion de rencontrer en salon. Sa gentillesse et sa joie de vivre sont marquantes et le rendent instantanément attachant. Plusieurs de ses romans sont passés entre mes mains. Certains m’ont laissée sur ma faim, d’autres m’ont au contraire beaucoup plu. Les jonquilles de Green Park m’avait submergée d’émotion. 37, étoiles filantes fait également partie des belles surprises. L’auteur construit son roman autour de l’affront de Jean-Paul Sartre envers Alberto Giacometti. En effet, il aurait dit de lui « Ah, il lui est enfin arrivé quelque chose! ». S’ensuit une véritable chasse à l’homme afin d’en découdre et de rabattre le caquet du philosophe! Jérôme Attal signe une comédie au rythme enlevé et à l’écriture vive. Les jeux de mots et les tournures de phrase cocasses ne sont pas en reste. Il appose ainsi sa patte si particulière pleine de fantaisie, d’esprit et d’absurde parfois. La course poursuite à travers le Paris bohème et artistique de l’entre deux-guerres nous permet de faire la connaissance de personnages hauts en couleur, à commencer par Jean-Paul Sartre et Alberto Giacometti. Ces derniers sont à un moment charnière de leur carrière, ayant tout juste acquis une certaine renommé. Ce roman est aussi une réflexion sur la liberté, sur la création et les tourments qu’elle génère. Les femmes ne sont jamais bien loin, aussi séduisantes que terriblement humaines. 37, étoiles filantes est une belle surprise. C’est avec une délicieuse fantaisie mais aussi avec beaucoup d’humour que Jérôme Attal nous conte la brouille entre Alberto Giacometti et Jean-Paul Sartre et nous fait découvrir le Paris artistique de l’entre deux-guerres. Le romancier confirme sont talent d’écrivain. J’aime son esprit, sa créativité et son sens de la répartie.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Grazie1006 Posté le 21 Janvier 2019
              Un jour de 1937, Alberto Giacometti n'a qu'une idée en tête : casser la gueule à Jean-Paul Sartre car Jean Paul aurait dit sur lui 'qu'il lui arrivait ENFIN quelque chose " lorsqu'Alberto s'est fait renversé par une voiture et une américaine. Il y a beaucoup d'humour dans ce livre, il est très bien écrit , on apprend un peu la vie des artistes pendant cette période d'avant guerre; beaucoup de légèreté. J'ai très souvent rit sur certaines phrases,je l'ai lu en 2 jours , j'ai adoré .
            • cvd64 Posté le 17 Janvier 2019
              des étoiles filantes en leur temps, devenues des étoiles au firmament ; l'auteur joue avec les mots et les zeugmas et nous fait aimer ce Montparnasse des années folles au travers d'une situation peu brillante ( contrairement aux étoiles) de confrontation d'égos.

            les contenus multimédias

            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

            Lisez maintenant, tout de suite !