Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258161252
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 274
Format : 140 x 225 mm

40 ans dans les cités

D'une enfance en HLM au Ministère de l'intérieur

Date de parution : 14/03/2019
Elles sont environ cinquante aujourd’hui en France :  cités gangrenées par la drogue, l’islamisation, la violence. Etat des lieux et aveu d’échec terrible, par un haut fonctionnaire issu de ces banlieues qui les a sillonnées pendant plus de quarante ans. Michel Aubouin témoigne de la réalité de ces zones devenues « de non-droit ».
Comment en est-on arrivé là ?
"Mon témoignage n'est pas seulement celui d'un haut fonctionnaire, au contact d'une réalité que beaucoup ignorent ; il est aussi celui d'un homme d'âge mûr qui se souvient de son enfance en HLM, des copains de jeu de son quartier, qui a vécu, depuis Dreux, le basculement politique de la... "Mon témoignage n'est pas seulement celui d'un haut fonctionnaire, au contact d'une réalité que beaucoup ignorent ; il est aussi celui d'un homme d'âge mûr qui se souvient de son enfance en HLM, des copains de jeu de son quartier, qui a vécu, depuis Dreux, le basculement politique de la France, qui  franchi toutes les étapes d'une carrière exaltante sans jamais rompre avec ses origines, qui peut donc décrire le demi-siècle passé, celui d'une lente et inexorable dérive dont nous craignons l'issue."
Michel Aubouin

Historien de formation, Michel Aubouin, préfet, a quitté ses fonctions et son devoir de réserve.
Les banlieues, il les connaît depuis quarante ans, il y a enseigné puis mené plusieurs missions pour le ministère de l'Intérieur. Il a vu, au cours du temps, comment certains quartiers sont devenus des zones de non-droit. En quatre décennies, Michel Aubouin a rencontré tous les acteurs et professionnels concernés : des architectes aux sociologues, des hommes politiques aux acteurs de la vie associative et aux hommes de foi, qu'ils soient prêtres ou imams. Il a croisé leurs expériences et leurs regards. Il a souvent proposé d'agir dans le sens du "vivre ensemble", sans être toujours entendu...
Dans 40 ans dans les cités, il raconte, à travers les grands événements auxquels ont été confrontés les Français, le fil continu d'une lente dérive et nous livre avec son regard un état des lieux de ces "quartiers" rongés par la drogue et la radicalisation.
Une enquête à 360° au plus près des faits et de la réalité.
Michel Aubouin constate mais ne renonce pas ; lui-même, enfant des cités, s'est issé là où personne ne l'attendait.
Il veut encore croire aux bonnes volontés et à une prise de conscience salutaire.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258161252
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 274
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

"Le témoignage de Michel Aubouin est fin, mesuré, et lucide sur la situation actuelle des quartiers."
Le Figaro littéraire
«  Il n’a jamais oublié cette expérience à laquelle il consacre un impressionnant témoignage. »
 
Le Figaro Magazine
"Son récit à le mérite d'embrasser l'ensemble des causes de la lente décomposition des cités françaises. Sans raccourci et sans tabou."
Marianne

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • blogunpeudelecture Posté le 28 Août 2019
    Je tiens tout d’abord à remercier Marie-Jeanne des « Éditions des Presses de la Cité » pour m’avoir fait découvrir ce livre de la « Collection Documents » et pour sa confiance. Je souhaite aussi présenter mes excuses à la maison d’édition pour le retard, indépendant de ma volonté, de cette chronique. Je n’avais pas demandé ce livre en service presse, mais je ne regrette pas de l’avoir reçu, car j’ai passé un très bon moment de lecture. Je ne sais pas trop comment aborder mon avis, car, pour moi, ce n’est pas un livre qui se raconte, mais qui se lit. Michel Audoin nous livre ici un roman/reportage mêlé de politique et on sent clairement que parfois le ton du roman est légèrement acerbe. Ici, il n’est pas question d’une autobiographie, mais plus d’un documentaire sur ce qui aurait dû être mis en place, tout au long des années qui sont passées, pour sortir les Cités de la stigmatisation, de la paupérisation, de la déshumanisation, de la violence, etc… Ce n’est pas un livre qui se lit à la va-vite, mais qui nécessite une bonne dose de concentration pour bien en comprendre tous les enjeux humains et politiques qui... Je tiens tout d’abord à remercier Marie-Jeanne des « Éditions des Presses de la Cité » pour m’avoir fait découvrir ce livre de la « Collection Documents » et pour sa confiance. Je souhaite aussi présenter mes excuses à la maison d’édition pour le retard, indépendant de ma volonté, de cette chronique. Je n’avais pas demandé ce livre en service presse, mais je ne regrette pas de l’avoir reçu, car j’ai passé un très bon moment de lecture. Je ne sais pas trop comment aborder mon avis, car, pour moi, ce n’est pas un livre qui se raconte, mais qui se lit. Michel Audoin nous livre ici un roman/reportage mêlé de politique et on sent clairement que parfois le ton du roman est légèrement acerbe. Ici, il n’est pas question d’une autobiographie, mais plus d’un documentaire sur ce qui aurait dû être mis en place, tout au long des années qui sont passées, pour sortir les Cités de la stigmatisation, de la paupérisation, de la déshumanisation, de la violence, etc… Ce n’est pas un livre qui se lit à la va-vite, mais qui nécessite une bonne dose de concentration pour bien en comprendre tous les enjeux humains et politiques qui se cachent à l’intérieur. Je ne sais pas vraiment si j’ai réussi à vous retranscrire avec exactitude tout ce je voulais vous dire, car pour comprendre de genre de livre, comme je vous le dis plus haut, il vaut mieux que vous vous fassiez votre propre idée/interprétation en le lisant. À découvrir et à lire ! #Virginie
    Lire la suite
    En lire moins
  • mireille.lefustec Posté le 22 Mars 2019
    Je désirais lire "Quarante ans dans les cités", j'ai donc été très contente de le recevoir et j'en remercie les éditions Presses de la cité ainsi que Babelio Masse critique. J'ai habité quarante ans dans les Yvelines et la plupart des noms de villes me parlent. Cependant, je n'ai jamais été confronté à quelque violence que ce soit. Il m'a fallu plusieurs jours pour venir à bout de cet ouvrage que je quittais chaque fois à regret. Une bonne dose de concentration était nécessaire. Michel Audouin dresse un état des lieux des "quartiers" les plus durs. "Il existe aujourd'hui cinquante cités gangrenées par la drogue, la radicalisation et la violence". Pour ne parler que des plus atteintes. Comment en est-on arrivés à ce point extrême ? Déjà, première cause : l'éloignement de la ville et des moyens de transport et la forte concentration des immeubles. De par sa fonction, en temps que spécialiste des questions d'immigration, l'auteur a enquêté sur les lieux, donné les causes de la surpopulation : immigration de masse ininterrompue, isolement hors des villes et autres avec la conséquence directe : la paupérisation. Le besoin de main d'oeuvre n'existe plus, les usines ferment et entraînent le chômage. C'est la porte ouverte pour l'écoulement de... Je désirais lire "Quarante ans dans les cités", j'ai donc été très contente de le recevoir et j'en remercie les éditions Presses de la cité ainsi que Babelio Masse critique. J'ai habité quarante ans dans les Yvelines et la plupart des noms de villes me parlent. Cependant, je n'ai jamais été confronté à quelque violence que ce soit. Il m'a fallu plusieurs jours pour venir à bout de cet ouvrage que je quittais chaque fois à regret. Une bonne dose de concentration était nécessaire. Michel Audouin dresse un état des lieux des "quartiers" les plus durs. "Il existe aujourd'hui cinquante cités gangrenées par la drogue, la radicalisation et la violence". Pour ne parler que des plus atteintes. Comment en est-on arrivés à ce point extrême ? Déjà, première cause : l'éloignement de la ville et des moyens de transport et la forte concentration des immeubles. De par sa fonction, en temps que spécialiste des questions d'immigration, l'auteur a enquêté sur les lieux, donné les causes de la surpopulation : immigration de masse ininterrompue, isolement hors des villes et autres avec la conséquence directe : la paupérisation. Le besoin de main d'oeuvre n'existe plus, les usines ferment et entraînent le chômage. C'est la porte ouverte pour l'écoulement de la drogue. C'est aussi la déshumanisation. La gestion des logements est aux mains des bailleurs,"grands élus ou des hauts fonctionnaires " qui n'ont aucun lien avec le quartier et ses locataires. J'ai été particulièrement intéressée par l'historique de la construction des HLM. Intéressée également par "les nouveaux visages de l'islam" et atterrée par la progression du cycle de la drogue. Le constat final, l'éclairage sur les raisons de l'échec des gouvernements, leur impuissance par manque de réflexions, (j'ajoute : d'empathie) est inquiétant et démoralisant. Je renouvelle mes remerciements et vous prie d'excuser la médiocrité de ma chronique.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.