Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221216576
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 306
Format : 135 x 215 mm

Au coeur des extrêmes

Braver les milieux les plus hostiles de la planète pour éprouver les capacités humaines d'adaptation

Date de parution : 24/05/2018
Une aventure totalement inédite qui interroge les capacités d’adaptation humaine.

D’août 2016 à fin février 2017, Christian Clot a parcouru en solitaire les quatre milieux les plus extrêmes de la planète. Trente jours pour chaque expédition avec quinze jours entre chacune d’elles. Du désert du Dasht-e Lut, en Iran, aux monts de Verkhoïansk, en Iakoutie, des canaux marins de la...

D’août 2016 à fin février 2017, Christian Clot a parcouru en solitaire les quatre milieux les plus extrêmes de la planète. Trente jours pour chaque expédition avec quinze jours entre chacune d’elles. Du désert du Dasht-e Lut, en Iran, aux monts de Verkhoïansk, en Iakoutie, des canaux marins de la Patagonie à la forêt tropicale du Brésil, il est passé de + 60 à – 60 °C et de 2 à 100 % d’humidité, dans des conditions particulièrement hostiles. Une aventure jamais réalisée auparavant, pour étudier, grâce à de nombreux protocoles scientifiques, les capacités d’adaptation humaine.
Aux côtés de Christian Clot, nous pénétrons dans des territoires aussi absolus que splendides, en quête de réponses aux questions qui rythment ses pas : comment réagissons-nous face à des situations qui nous dépassent, lorsque les doutes, les peurs, les incertitudes prennent le dessus ? quelles solutions trouvons-nous lorsque nous nous sentons incapables d’agir face à l’ampleur des difficultés, de la tâche à accomplir ?

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221216576
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 306
Format : 135 x 215 mm

Ils en parlent

« Convaincu que l'homme est le dernier territoire inexploré, il apprend à écouter et à surmonter sa peur »
Lucie Vaillant / Libération

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Wyoming Posté le 29 Août 2021
    Christian Clot relate dans ce livre quatre expéditions d'un mois, chacune étant séparée d'un intervalle d'une quinzaine, dans des milieux parmi les plus hostiles de la planète: désert du Dasht-e Lut en Iran, canaux de Patagonie vers le détroit de Magellan, forêt amazonienne au Brésil, monts de Verkhoïansk en Iakoutie. Son récit de ces quatre périples, réalisés dans des conditions extrêmes, livre quelques aspects de ses expéditions, à la fois sous l'angle de la survie et celui des données scientifiques collectées quant aux modifications cérébrales et métaboliques de l'auteur. Il développe également de manière très intéressantes l'aventure humaine qu'il a vécu, le dépassement de soi, la volonté d'atteinte du but et les leurres des préoccupations routinières. Quelques belles références littéraires émaillent le texte comme celle au livre de Jean Raspail sur les "hommes" en Patagonie. Il laisse, à mon goût, trop peu de place à la nature, même si de rares descriptions permettent de mesurer la dimension grandiose des cadres naturels extraordinaires dans lesquels il s'est aventuré. Je suis resté un peu sur ma faim sur ce point, peut-être non développé pour prioriser l'aspect scientifique. Cela reste un livre intéressant pour tous les amateurs d'aventures extrêmes, de milieux naturels encore préservés, grâce à leur... Christian Clot relate dans ce livre quatre expéditions d'un mois, chacune étant séparée d'un intervalle d'une quinzaine, dans des milieux parmi les plus hostiles de la planète: désert du Dasht-e Lut en Iran, canaux de Patagonie vers le détroit de Magellan, forêt amazonienne au Brésil, monts de Verkhoïansk en Iakoutie. Son récit de ces quatre périples, réalisés dans des conditions extrêmes, livre quelques aspects de ses expéditions, à la fois sous l'angle de la survie et celui des données scientifiques collectées quant aux modifications cérébrales et métaboliques de l'auteur. Il développe également de manière très intéressantes l'aventure humaine qu'il a vécu, le dépassement de soi, la volonté d'atteinte du but et les leurres des préoccupations routinières. Quelques belles références littéraires émaillent le texte comme celle au livre de Jean Raspail sur les "hommes" en Patagonie. Il laisse, à mon goût, trop peu de place à la nature, même si de rares descriptions permettent de mesurer la dimension grandiose des cadres naturels extraordinaires dans lesquels il s'est aventuré. Je suis resté un peu sur ma faim sur ce point, peut-être non développé pour prioriser l'aspect scientifique. Cela reste un livre intéressant pour tous les amateurs d'aventures extrêmes, de milieux naturels encore préservés, grâce à leur côté sauvage.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Wyoming Posté le 29 Août 2021
    Christian Clot relate dans ce livre quatre expéditions d'un mois, chacune étant séparée d'un intervalle d'une quinzaine, dans des milieux parmi les plus hostiles de la planète: désert du Dasht-e Lut en Iran, canaux de Patagonie vers le détroit de Magellan, forêt amazonienne au Brésil, monts de Verkhoïansk en Iakoutie. Son récit de ces quatre périples, réalisés dans des conditions extrêmes, livre quelques aspects de ses expéditions, à la fois sous l'angle de la survie et celui des données scientifiques collectées quant aux modifications cérébrales et métaboliques de l'auteur. Il développe également de manière très intéressantes l'aventure humaine qu'il a vécu, le dépassement de soi, la volonté d'atteinte du but et les leurres des préoccupations routinières. Quelques belles références littéraires émaillent le texte comme celle au livre de Jean Raspail sur les "hommes" en Patagonie. Il laisse, à mon goût, trop peu de place à la nature, même si de rares descriptions permettent de mesurer la dimension grandiose des cadres naturels extraordinaires dans lesquels il s'est aventuré. Je suis resté un peu sur ma faim sur ce point, peut-être non développé pour prioriser l'aspect scientifique. Cela reste un livre intéressant pour tous les amateurs d'aventures extrêmes, de milieux naturels encore préservés, grâce à leur... Christian Clot relate dans ce livre quatre expéditions d'un mois, chacune étant séparée d'un intervalle d'une quinzaine, dans des milieux parmi les plus hostiles de la planète: désert du Dasht-e Lut en Iran, canaux de Patagonie vers le détroit de Magellan, forêt amazonienne au Brésil, monts de Verkhoïansk en Iakoutie. Son récit de ces quatre périples, réalisés dans des conditions extrêmes, livre quelques aspects de ses expéditions, à la fois sous l'angle de la survie et celui des données scientifiques collectées quant aux modifications cérébrales et métaboliques de l'auteur. Il développe également de manière très intéressantes l'aventure humaine qu'il a vécu, le dépassement de soi, la volonté d'atteinte du but et les leurres des préoccupations routinières. Quelques belles références littéraires émaillent le texte comme celle au livre de Jean Raspail sur les "hommes" en Patagonie. Il laisse, à mon goût, trop peu de place à la nature, même si de rares descriptions permettent de mesurer la dimension grandiose des cadres naturels extraordinaires dans lesquels il s'est aventuré. Je suis resté un peu sur ma faim sur ce point, peut-être non développé pour prioriser l'aspect scientifique. Cela reste un livre intéressant pour tous les amateurs d'aventures extrêmes, de milieux naturels encore préservés, grâce à leur côté sauvage.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Apikrus Posté le 4 Juillet 2020
    L'auteur souhaite étudier les réactions de l'être humain confronté au stress et aux dangers en milieu hostile, sur les plans physiologique et psychologique. A cet effet, il organise l'opération "Adaptation" : 4 voyages de 30 jours chacun dans des milieux 'extrêmes' du fait des conditions climatiques et environnementales qui y règnent, à savoir, dans l'ordre : - au Dash-e-Lut, désert aride et sec en Iran, à pied en remorquant l'équipement de survie (dont nourriture eau) ; - sur les Canaux marins de Patagonie, environnement aquatique froid, humide et venteux, en canoé ; - dans la forêt tropicale du Brésil, chaude et humide, à pied avec sac à dos, et en raft ; - en Iakoutie, où la température nocturne descend sous – 55° C. Deux semaines séparent chaque voyage. A chaque fois, une règle de base est appliquée : voyager seul, sans liaison possible avec d'autres humains en cas de nécessité. La démarche, annoncée en 4ème de couverture, m'a paru très intéressante, et sauf empêchement incontournable, l'auteur a respecté son programme. Dans le désert iranien les journées étaient trop chaudes pour se déplacer, il attendait le soir à l'abri d'une toile tendue au-dessus de lui. En Patagonie, ce sont les tempêtes et les courants... L'auteur souhaite étudier les réactions de l'être humain confronté au stress et aux dangers en milieu hostile, sur les plans physiologique et psychologique. A cet effet, il organise l'opération "Adaptation" : 4 voyages de 30 jours chacun dans des milieux 'extrêmes' du fait des conditions climatiques et environnementales qui y règnent, à savoir, dans l'ordre : - au Dash-e-Lut, désert aride et sec en Iran, à pied en remorquant l'équipement de survie (dont nourriture eau) ; - sur les Canaux marins de Patagonie, environnement aquatique froid, humide et venteux, en canoé ; - dans la forêt tropicale du Brésil, chaude et humide, à pied avec sac à dos, et en raft ; - en Iakoutie, où la température nocturne descend sous – 55° C. Deux semaines séparent chaque voyage. A chaque fois, une règle de base est appliquée : voyager seul, sans liaison possible avec d'autres humains en cas de nécessité. La démarche, annoncée en 4ème de couverture, m'a paru très intéressante, et sauf empêchement incontournable, l'auteur a respecté son programme. Dans le désert iranien les journées étaient trop chaudes pour se déplacer, il attendait le soir à l'abri d'une toile tendue au-dessus de lui. En Patagonie, ce sont les tempêtes et les courants marins qui constituaient le principal danger. Dans la forêt Brésilienne, les petits animaux (venimeux, ou parasites véhiculés par l'eau) étaient plus dangereux que les jaguars, mais ce sont surtout les arbres qu'il fallait craindre puisque leurs chutes ou celles de leurs branches mortes peuvent être fatales. Enfin, en Sibérie, il convenait surtout d'éviter de suer (la sueur pouvant ensuite geler très rapidement) et de tomber à l'eau (risques de rupture de la glace en marchant dessus). Son récit s'apparente parfois au scénario d'un film catastrophe, avec des scènes d'action fortes mais un dénouement connu d'avance. Ces passages m'ont parfois agacé, même si je peux comprendre l'importance de tels moments pour l'auteur et son expérience. Christian Clot décrit l'altération de son discernement due à la fatigue et les risques en résultant. Il nomme « effet tunnel » son incapacité à percevoir et analyser des éléments de son environnement pendant certains laps de temps. Une technique simple lui permettait de vérifier ponctuellement le fonctionnement correct de son cerveau : rester capable d'additionner 3 chiffres ! Ses réflexions sur la manière dont l'humain perçoit l'écoulement du temps selon les contextes sont très intéressantes. L'impact de la perception du temps sur notre manière de gérer l'effort physique m'amène d'ailleurs parfois à courir 👟👟 sur des itinéraires dont je ne connais pas la longueur sans prendre de montre : plaisir et (bonne) surprise à l'arrivée (vous constaterez avoir couru plus longtemps que vous ne le pensiez) sont garantis. Joggers, j'en profite pour vous recommander cette pratique, plutôt que de vous encombrer d'un matériel censé aider à gérer vos efforts en comptant vos pulsations cardiaques... L'auteur présente la peur comme un mécanisme primordial de protection (« J'aime mes peurs. Jusqu'à un certain point, c'est grâce à elles que je suis encore de ce monde. »), comme une force lorsque l'on en connaît la source. Savoir accepter certaines situations pénibles inévitables plutôt que perdre de l'énergie à les déplorer est aussi essentiel, de même que l'espoir. Un livre intéressant, mais je reste sur ma faim concernant les résultats de ces expériences, l'auteur attendant l'épilogue pour indiquer que les mesures qu'il a faites sont en cours d'étude…
    Lire la suite
    En lire moins
  • Apikrus Posté le 4 Juillet 2020
    L'auteur souhaite étudier les réactions de l'être humain confronté au stress et aux dangers en milieu hostile, sur les plans physiologique et psychologique. A cet effet, il organise l'opération "Adaptation" : 4 voyages de 30 jours chacun dans des milieux 'extrêmes' du fait des conditions climatiques et environnementales qui y règnent, à savoir, dans l'ordre : - au Dash-e-Lut, désert aride et sec en Iran, à pied en remorquant l'équipement de survie (dont nourriture eau) ; - sur les Canaux marins de Patagonie, environnement aquatique froid, humide et venteux, en canoé ; - dans la forêt tropicale du Brésil, chaude et humide, à pied avec sac à dos, et en raft ; - en Iakoutie, où la température nocturne descend sous – 55° C. Deux semaines séparent chaque voyage. A chaque fois, une règle de base est appliquée : voyager seul, sans liaison possible avec d'autres humains en cas de nécessité. La démarche, annoncée en 4ème de couverture, m'a paru très intéressante, et sauf empêchement incontournable, l'auteur a respecté son programme. Dans le désert iranien les journées étaient trop chaudes pour se déplacer, il attendait le soir à l'abri d'une toile tendue au-dessus de lui. En Patagonie, ce sont les tempêtes et les courants... L'auteur souhaite étudier les réactions de l'être humain confronté au stress et aux dangers en milieu hostile, sur les plans physiologique et psychologique. A cet effet, il organise l'opération "Adaptation" : 4 voyages de 30 jours chacun dans des milieux 'extrêmes' du fait des conditions climatiques et environnementales qui y règnent, à savoir, dans l'ordre : - au Dash-e-Lut, désert aride et sec en Iran, à pied en remorquant l'équipement de survie (dont nourriture eau) ; - sur les Canaux marins de Patagonie, environnement aquatique froid, humide et venteux, en canoé ; - dans la forêt tropicale du Brésil, chaude et humide, à pied avec sac à dos, et en raft ; - en Iakoutie, où la température nocturne descend sous – 55° C. Deux semaines séparent chaque voyage. A chaque fois, une règle de base est appliquée : voyager seul, sans liaison possible avec d'autres humains en cas de nécessité. La démarche, annoncée en 4ème de couverture, m'a paru très intéressante, et sauf empêchement incontournable, l'auteur a respecté son programme. Dans le désert iranien les journées étaient trop chaudes pour se déplacer, il attendait le soir à l'abri d'une toile tendue au-dessus de lui. En Patagonie, ce sont les tempêtes et les courants marins qui constituaient le principal danger. Dans la forêt Brésilienne, les petits animaux (venimeux, ou parasites véhiculés par l'eau) étaient plus dangereux que les jaguars, mais ce sont surtout les arbres qu'il fallait craindre puisque leurs chutes ou celles de leurs branches mortes peuvent être fatales. Enfin, en Sibérie, il convenait surtout d'éviter de suer (la sueur pouvant ensuite geler très rapidement) et de tomber à l'eau (risques de rupture de la glace en marchant dessus). Son récit s'apparente parfois au scénario d'un film catastrophe, avec des scènes d'action fortes mais un dénouement connu d'avance. Ces passages m'ont parfois agacé, même si je peux comprendre l'importance de tels moments pour l'auteur et son expérience. Christian Clot décrit l'altération de son discernement due à la fatigue et les risques en résultant. Il nomme « effet tunnel » son incapacité à percevoir et analyser des éléments de son environnement pendant certains laps de temps. Une technique simple lui permettait de vérifier ponctuellement le fonctionnement correct de son cerveau : rester capable d'additionner 3 chiffres ! Ses réflexions sur la manière dont l'humain perçoit l'écoulement du temps selon les contextes sont très intéressantes. L'impact de la perception du temps sur notre manière de gérer l'effort physique m'amène d'ailleurs parfois à courir 👟👟 sur des itinéraires dont je ne connais pas la longueur sans prendre de montre : plaisir et (bonne) surprise à l'arrivée (vous constaterez avoir couru plus longtemps que vous ne le pensiez) sont garantis. Joggers, j'en profite pour vous recommander cette pratique, plutôt que de vous encombrer d'un matériel censé aider à gérer vos efforts en comptant vos pulsations cardiaques... L'auteur présente la peur comme un mécanisme primordial de protection (« J'aime mes peurs. Jusqu'à un certain point, c'est grâce à elles que je suis encore de ce monde. »), comme une force lorsque l'on en connaît la source. Savoir accepter certaines situations pénibles inévitables plutôt que perdre de l'énergie à les déplorer est aussi essentiel, de même que l'espoir. Un livre intéressant, mais je reste sur ma faim concernant les résultats de ces expériences, l'auteur attendant l'épilogue pour indiquer que les mesures qu'il a faites sont en cours d'étude…
    Lire la suite
    En lire moins
  • Danisle Posté le 14 Juin 2020
    Un roman intéressant qui relate avec précisions et rigueur ces 4 périples hors du commun. Cette aventure méritait d' être racontée. Elles est passionnante mais manque un peu de ferveur dans l' écriture malgré quelques passages très bien écrit. A priori pas mon style de livre mais ce fût une agréable surprise. Les exploits réalisés sont hors-normes et on ne peut qu' applaudir un tel courage et une telle abnégation au service de la science. Le désert de Iakoutie reste, pour moi, la performance la plus extraordinaire et son évocation m' a beaucoup impressionné. Le dépassement de soi nécessaire pour atteindre le but de départ est très bien démontré.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Robert Laffont

    Les 3 livres à lire en road trip

    Vous êtes sûrs de ne rien avoir oublié pour  votre road trip ? Les valises sont bouclées, l’itinéraire est calé, la playlist est finalisée, l’appareil photo est prêt à être dégainé… Et les livres dans tout ça ? Pour vous plonger à 100% dans l’aventure, il vous faut un (ou plusieurs !) compagnon littéraire qui vous fera encore plus voir du pays. Alors découvrez notre sélection de livres à lire pendant un road trip.

    On the road !

    Lire l'article