En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Ce feu qui me dévore

        Presses de la cité
        EAN : 9782258137714
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 384
        Format : 140 x 225 mm
        Ce feu qui me dévore

        Collection : Terres de France
        Date de parution : 25/01/2018
        Bernard pourra-t-il un jour dire toute la vérité ? Sur l’incendie criminel qui a dévasté sa famille et sa vie. Sur le secret qu’il est le seul à connaître vraiment, qui mêle à la fois la folie, l’amour, la jalousie et, à l’origine, la souffrance muette d’un enfant malaimé.
        A tout juste dix-huit ans, Bernard Bertin est désigné coupable de l’incendie criminel qui a tué sa mère et laissé pour mort son père. Depuis toujours, un feu contenu brûle en lui : une sensibilité à fleur de peau, une posture solitaire et secrète ont fait de lui un enfant... A tout juste dix-huit ans, Bernard Bertin est désigné coupable de l’incendie criminel qui a tué sa mère et laissé pour mort son père. Depuis toujours, un feu contenu brûle en lui : une sensibilité à fleur de peau, une posture solitaire et secrète ont fait de lui un enfant incompris.  Après sa peine de prison, il revient vivre sur les lieux du drame, à Metz. Il est devenu écrivain et n’a jamais levé le voile sur son histoire. La vraie et insoupçonnée. Celle qui se tramait derrière la façade bourgeoise de la maison familiale. A la faveur de ses retrouvailles avec Alexandra, son amour de jeunesse, Bernard est poussé dans ses derniers retranchements.
        Parviendra-t-il, enfin, à panser les plaies du passé, à révéler les souvenirs douloureux d’une enfance qui n’en fut jamais une ?

         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782258137714
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 384
        Format : 140 x 225 mm
        Presses de la cité
        20.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • coquinnette1974 Posté le 1 Juin 2018
          Je me rends compte que j'ai complètement zappé de chroniquer Ce feu qui me dévore de Paul Couturiau, découvert grâce à net galley et les presses de la cité. Ce feu qui me dévore est un roman avec pour personnage principal Bernard. A tout juste dix-huit ans, Bernard Bertin est désigné coupable de l’incendie criminel qui a tué sa mère et laissé pour mort son père. Le jeune homme a toujours fait preuve d'une sensibilité à fleur de peau, il a été un enfant incompris de son entourage. Après sa peine de prison, il revient vivre sur les lieux du drame, à Metz. Il est devenu écrivain et n’a jamais levé le voile sur son histoire. La vraie et insoupçonnée. Ses retrouvailles avec Alexandra, son premier amour, vont le pousser dans ses derniers retranchements ... Arrivera t'il à révéler les souvenirs douloureux de cette enfance qui n'en fut pas vraiment une... Bernard est un homme solitaire, en profonde souffrance, et il est impossible de rester indifférent à ce personnage. Il m'a beaucoup touché. J'ai apprécié le personnage, sa sensibilité, ses secrets... Les apparences sont souvent trompeuses, on ignore ce qui se cache derrière les murs... Un jeune homme peut accepter de prendre la responsabilité... Je me rends compte que j'ai complètement zappé de chroniquer Ce feu qui me dévore de Paul Couturiau, découvert grâce à net galley et les presses de la cité. Ce feu qui me dévore est un roman avec pour personnage principal Bernard. A tout juste dix-huit ans, Bernard Bertin est désigné coupable de l’incendie criminel qui a tué sa mère et laissé pour mort son père. Le jeune homme a toujours fait preuve d'une sensibilité à fleur de peau, il a été un enfant incompris de son entourage. Après sa peine de prison, il revient vivre sur les lieux du drame, à Metz. Il est devenu écrivain et n’a jamais levé le voile sur son histoire. La vraie et insoupçonnée. Ses retrouvailles avec Alexandra, son premier amour, vont le pousser dans ses derniers retranchements ... Arrivera t'il à révéler les souvenirs douloureux de cette enfance qui n'en fut pas vraiment une... Bernard est un homme solitaire, en profonde souffrance, et il est impossible de rester indifférent à ce personnage. Il m'a beaucoup touché. J'ai apprécié le personnage, sa sensibilité, ses secrets... Les apparences sont souvent trompeuses, on ignore ce qui se cache derrière les murs... Un jeune homme peut accepter de prendre la responsabilité de quelque chose dont il n'est pas coupable. Ce feu qui me dévore est un très bon roman, captivant, dont le personnage principal m'a beaucoup touché, et à qui je mets avec plaisir cinq étoiles :)
          Lire la suite
          En lire moins
        • ingridfasquelle Posté le 27 Avril 2018
          Né à Bruxelles, Paul Couturiau a reçu en 2002 le Prix Maison de la Presse pour Le Paravent de soie rouge. Il a également publié aux Presses de la Cité En passant par la Lorraine (2003), L'Abbaye aux loups (2010) et Les Silences de Margaret (Prix roman des conseils généraux de Lorraine, 2011). Ce feu qui me dévore est un roman à la fois sombre et lumineux, qui s’inscrit un peu dans la lignée de Vipère au poing d’Hervé Bazin. On y retrouve la souffrance muette d’un enfant incompris et malaimé. Bernard a 18 ans lorsqu’il est désigné coupable de l’incendie criminel qui a dévasté sa vie. Solitaire et secret, il est le seul à savoir ce qui s’est réellement passé cette nuit-là. Il passera trente ans en prison pour un crime qu’il n’a pas commis, car Bernard n’a de cesse de le répéter, il est « responsable mais non coupable » du drame qui a coûté la vie à sa mère et laissé son père pour mort. Mais alors pourquoi accepte-t-il d’endosser la responsabilité d’un acte qu’il n’a pas commis ? Qui cherche-t-il à protéger au détriment de sa liberté ? Après avoir purgé sa peine, Bernard revient sur les lieux du... Né à Bruxelles, Paul Couturiau a reçu en 2002 le Prix Maison de la Presse pour Le Paravent de soie rouge. Il a également publié aux Presses de la Cité En passant par la Lorraine (2003), L'Abbaye aux loups (2010) et Les Silences de Margaret (Prix roman des conseils généraux de Lorraine, 2011). Ce feu qui me dévore est un roman à la fois sombre et lumineux, qui s’inscrit un peu dans la lignée de Vipère au poing d’Hervé Bazin. On y retrouve la souffrance muette d’un enfant incompris et malaimé. Bernard a 18 ans lorsqu’il est désigné coupable de l’incendie criminel qui a dévasté sa vie. Solitaire et secret, il est le seul à savoir ce qui s’est réellement passé cette nuit-là. Il passera trente ans en prison pour un crime qu’il n’a pas commis, car Bernard n’a de cesse de le répéter, il est « responsable mais non coupable » du drame qui a coûté la vie à sa mère et laissé son père pour mort. Mais alors pourquoi accepte-t-il d’endosser la responsabilité d’un acte qu’il n’a pas commis ? Qui cherche-t-il à protéger au détriment de sa liberté ? Après avoir purgé sa peine, Bernard revient sur les lieux du drame. Il y retrouve Alexandra, son amour de jeunesse, qui l’incite à raconter ses douloureux souvenirs d’enfance et à lever le voile sur ce qui se tramait derrière la façade bourgeoise de la maison familiale. Ce bouleversant récit autobiographique dénonce les oppressions familiales et sociales ainsi qu’un certain modèle d’éducation qui fit longtemps les beaux jours des familles françaises. Si le roman évoque dans sa terrible banalité la souffrance accumulée d’un enfant brimé et humilié, Paul Couturiau y délivre également un formidable message d’espoir. Sans angélisme, avec beaucoup d’humanité et d’émotion, il montre qu’il est tout à fait possible de survivre aux violences physiques et à la maltraitance psychologique. La description pudique et sobre qu’il donne du processus de résilience de Bernard est un véritable hommage à tous ceux sont ou ont été, de près ou de loin, concernés par des problèmes de maltraitance. Un roman poignant, émouvant et lumineux, à lire absolument !
          Lire la suite
          En lire moins
        • AudreyT Posté le 31 Mars 2018
          ***** Responsable mais pas coupable... Bernard a 18 ans quand on fait sa connaissance. Face à sa maison en flammes, il assiste à la mort de sa mère et au supplice de son père. Pourtant, il ne verse pas une larme, il ne semble pas bouleversé et plutôt calme à cette vue terrifiante. Soutenu par son grand-père, il ne dévoilera jamais la vérité et sera emprisonné pendant 15 ans pour matricide. Il trouvera, plusieurs années après, le courage et les mots pour dévoiler son histoire... C'est sans savoir que je m'avançais vers un vrai coup de cœur que j'ai débuté ce roman... Il est écrit avec beaucoup de finesse, de tendresse et sans jamais un mot déplacé ou de trop. Bernard, le personnage principal, nous touche profondément. Solitaire et en souffrance permanente, il se réfugie dans les livres, les mots qu'il lit et ceux qu'il écrit. Bernard est un être blessé, un adolescent en manque d'amour, un enfant qui ne sera jamais à la hauteur aux yeux de ses parents. Ce manque de confiance l'entraînera à protéger et à prendre la responsabilité d'actes qui ne sont pas les siens. C'est un roman prenant et fort, qui laissera sa trace pendant longtemps dans... ***** Responsable mais pas coupable... Bernard a 18 ans quand on fait sa connaissance. Face à sa maison en flammes, il assiste à la mort de sa mère et au supplice de son père. Pourtant, il ne verse pas une larme, il ne semble pas bouleversé et plutôt calme à cette vue terrifiante. Soutenu par son grand-père, il ne dévoilera jamais la vérité et sera emprisonné pendant 15 ans pour matricide. Il trouvera, plusieurs années après, le courage et les mots pour dévoiler son histoire... C'est sans savoir que je m'avançais vers un vrai coup de cœur que j'ai débuté ce roman... Il est écrit avec beaucoup de finesse, de tendresse et sans jamais un mot déplacé ou de trop. Bernard, le personnage principal, nous touche profondément. Solitaire et en souffrance permanente, il se réfugie dans les livres, les mots qu'il lit et ceux qu'il écrit. Bernard est un être blessé, un adolescent en manque d'amour, un enfant qui ne sera jamais à la hauteur aux yeux de ses parents. Ce manque de confiance l'entraînera à protéger et à prendre la responsabilité d'actes qui ne sont pas les siens. C'est un roman prenant et fort, qui laissera sa trace pendant longtemps dans ma mémoire... Un grand merci à NetGalley et aux éditions Presse de la Cité pour leur confiance...
          Lire la suite
          En lire moins
        • MAMIEJAUNE Posté le 13 Février 2018
          Je viens de lire « Ce feu qui me dévore », roman de Paul COUTURIAU. J'avais découvert la plume élégante et fine de cet auteur lors de la lecture, il y a quelques années, de ses romans se déroulant en Chine et plus récemment « L'abbaye au Loups », livres que j'ai tous beaucoup aimés. L'auteur nous conte donc l'histoire de Bernard Bertin, jeune homme qui a été témoin de l'incendie criminel ayant dévasté sa vie et sa famille et se retrouve inculpé et emprisonné. Toutefois, pourra-t-il un jour dire toute la vérité ? Quel est le feu qui le dévore ? L'écriture est belle et fort rythmée. J'ai été de suite captivée par cette histoire prenante où le suspense est grand et où, au fil des pages, l'auteur nous dévoile, avec parcimonie et pudeur quelques indices permettant de comprendre les secrets liés à la vie que fut celle de Bernard. Les textes que celui-ci a écrit pendant son enfance et qui lors de son emprisonnement lui ont permis de donner un sens à sa vie, de rebondir et de devenir romancier, sont très troublants. J'ai apprécié Bernard, son « pépère », Alexandra, son amour de jeunesse, qui sont de belles personnes, ayant toutes des personnalités fortes et... Je viens de lire « Ce feu qui me dévore », roman de Paul COUTURIAU. J'avais découvert la plume élégante et fine de cet auteur lors de la lecture, il y a quelques années, de ses romans se déroulant en Chine et plus récemment « L'abbaye au Loups », livres que j'ai tous beaucoup aimés. L'auteur nous conte donc l'histoire de Bernard Bertin, jeune homme qui a été témoin de l'incendie criminel ayant dévasté sa vie et sa famille et se retrouve inculpé et emprisonné. Toutefois, pourra-t-il un jour dire toute la vérité ? Quel est le feu qui le dévore ? L'écriture est belle et fort rythmée. J'ai été de suite captivée par cette histoire prenante où le suspense est grand et où, au fil des pages, l'auteur nous dévoile, avec parcimonie et pudeur quelques indices permettant de comprendre les secrets liés à la vie que fut celle de Bernard. Les textes que celui-ci a écrit pendant son enfance et qui lors de son emprisonnement lui ont permis de donner un sens à sa vie, de rebondir et de devenir romancier, sont très troublants. J'ai apprécié Bernard, son « pépère », Alexandra, son amour de jeunesse, qui sont de belles personnes, ayant toutes des personnalités fortes et humaines. Beaucoup d'émotions sont palpables et l'on ne peut que s'attacher à ces personnages. J'ai ADORE ce roman triste certes, fort émouvant mais tellement réaliste qui m'a fait penser à une autobiographie écrite avec les mots mais aussi le cœur de l'auteur.... Les multiples rebondissements tiennent le lecteur en haleine et invitent à réfléchir sur le problème des non-dits, du silence dans les cas de maltraitance infantile, sujet fort douloureux qui malheureusement reste toujours tabou de nos jours... Je lirai assurément d'autres livres de Paul COUTURIAU qui m'a beaucoup touchée avec ce récit. Je vous recommande donc vivement ce roman et vous souhaite une bonne lecture !
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        "Ce feu qui me dévore est à l'évidence l'œuvre la plus personnelle, la plus intime de Paul Couturiau."
         
        L'Est Républicain
        Toute l'actualité de la collection Terres de France
        Découvrez des histoires riches des couleurs de nos régions et des saveurs d'antan pour de magnifiques moments de lecture.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com