En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Chacun sa vérité

        Robert Laffont
        EAN : 9782221190166
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 304
        Format : 140 x 225 mm
        Chacun sa vérité

        Esther SERMAGE (Traducteur)
        Collection : La Bête noire
        Date de parution : 03/11/2016

        « Si la police ne peut rien pour vous, n’hésitez pas à faire appel à moi. » Kouplan, détective sans-papiers.
        Depuis trois ans, Kouplan est en « situation irrégulière ». Sa demande d’asile a été rejetée par la Suède mais il ne peut rentrer dans son pays, l’Iran, sans risquer...

        « Si la police ne peut rien pour vous, n’hésitez pas à faire appel à moi. » Kouplan, détective sans-papiers.
        Depuis trois ans, Kouplan est en « situation irrégulière ». Sa demande d’asile a été rejetée par la Suède mais il ne peut rentrer dans son pays, l’Iran, sans risquer sa vie. Dans l’attente d’un avenir meilleur, il lui faut échapper à la vigilance quotidienne des autorités, tout en gagnant assez d’argent pour subvenir à ses besoins : ex-journaliste, il songe à poursuivre dans l’investigation. Un jour, il propose ses services sur Internet et une femme lui répond : sa fille de six ans a été enlevée. Cette enquête va le précipiter dans le Stockholm underground, ces recoins de la ville où les clandestins sont des proies faciles pour les criminels…
        Premier volet de la tétralogie Kouplan, Chacun sa vérité a reçu le prix de l’Académie suédoise des auteurs de polars 2015.

        « Sara Lövestam fait sensation en Suède ! » Emily Barnett, Grazia
        « Une véritable bouffée d’air frais sur la scène policière scandinave. » Ulrika Johnsen, QX

        Grand Prix de Littérature Policière 2017 Domaine étranger.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221190166
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 304
        Format : 140 x 225 mm
        Robert Laffont
        19.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • floandbooks Posté le 7 Septembre 2018
          Je n’aime pas les polars nordiques. Voilà c’est dit. J’avais lu La princesse des glaces qui m’avait vraiment laissé de marbre pour le coup, et je m’étais dit que je ne m’essayerai probablement pas tout de suite à ce genre-là. Pourtant, celui-ci vaut le coup, il est différent. Nous suivons Pernilla, dont la petite fille de six ans a disparue et qui ne veut visiblement pas faire appel à la police. Pourquoi? Nous le saurons un peu plus tard dans le roman. Kouplan, de son côté, est un détective qui ne veut pas vraiment avoir à faire avec la police non plus. Ces deux-là font faire connaissance et travailler ensemble pour retrouver Julia. À première vue, rien de bien fou dans l’histoire. Là où l’auteure va réussir à nous accrocher, c’est avec le personnage de Kouplan, assez différent des détectives que l’on peut trouver. Il a quelque chose de particulier, quelque chose qui en fait un homme un peu étrange, étonnant, et pourtant peu crédible. On rit presque de voir ce gars un peu paumé, fauché, qui cherche de quoi subvenir à ses besoin en bossant comme détective privé. c’est cela qui m’a plu. On n’est pas dans un schéma classique, on... Je n’aime pas les polars nordiques. Voilà c’est dit. J’avais lu La princesse des glaces qui m’avait vraiment laissé de marbre pour le coup, et je m’étais dit que je ne m’essayerai probablement pas tout de suite à ce genre-là. Pourtant, celui-ci vaut le coup, il est différent. Nous suivons Pernilla, dont la petite fille de six ans a disparue et qui ne veut visiblement pas faire appel à la police. Pourquoi? Nous le saurons un peu plus tard dans le roman. Kouplan, de son côté, est un détective qui ne veut pas vraiment avoir à faire avec la police non plus. Ces deux-là font faire connaissance et travailler ensemble pour retrouver Julia. À première vue, rien de bien fou dans l’histoire. Là où l’auteure va réussir à nous accrocher, c’est avec le personnage de Kouplan, assez différent des détectives que l’on peut trouver. Il a quelque chose de particulier, quelque chose qui en fait un homme un peu étrange, étonnant, et pourtant peu crédible. On rit presque de voir ce gars un peu paumé, fauché, qui cherche de quoi subvenir à ses besoin en bossant comme détective privé. c’est cela qui m’a plu. On n’est pas dans un schéma classique, on bouscule un peu les codes, et j’aime bien. Du côté de Pernilla, j’ai un peu moins accroché au personnage. Nous retrouvons une femme « classique » liée à une disparition « classique » aussi. Assez vite j’ai déduis la fin de l’histoire j’avoue, mais il faut tout de même reconnaître que Sara Lövestam a réussi à me tenir en haleine jusqu’à la fin car le dénouement est très bien mené et tout colle assez bien dans l’histoire.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Tryo0504 Posté le 27 Août 2018
          C’est en tant que juré du Prix Nouvelles Voix du Polar, organisé par les Éditions Pocket, que j’ai découvert cet ouvrage, pourtant lauréat du Grand Prix de littérature policière 2017. Bien qu’elle n’en soit pas à son premier roman, je ne connaissais pas non plus cette auteure suédoise. Depuis la sortie de Chacun sa vérité, qui était son premier roman policier, deux autres ouvrages mettant en scène son personnage principal, Kouplan, un sans-papier d’origine iranienne, sont parus aux éditions Robert Laffont. L’intrigue du roman est basique. Celle-ci traite de la mystérieuse disparition d’une fillette. La mère de cette dernière va alors faire appel à un détective atypique pour tenter de la retrouver. Lors de la lecture, on s’attache très vite aux deux personnages principaux. L’auteure arrive parfaitement à retranscrire la détresse dans laquelle ils sont chacun plongés. L’écriture est simple, parfois un peu trop et le roman manque quelque peu de rythme. Au fil des pages, je me suis senti un peu étouffé par le peu d’espace donné par la romancière. En effet, les dialogues et l’histoire tournent essentiellement autour des deux personnages principaux et le récit manque, selon moi, de personnages secondaires. Durant la lecture, je me suis senti enfermé... C’est en tant que juré du Prix Nouvelles Voix du Polar, organisé par les Éditions Pocket, que j’ai découvert cet ouvrage, pourtant lauréat du Grand Prix de littérature policière 2017. Bien qu’elle n’en soit pas à son premier roman, je ne connaissais pas non plus cette auteure suédoise. Depuis la sortie de Chacun sa vérité, qui était son premier roman policier, deux autres ouvrages mettant en scène son personnage principal, Kouplan, un sans-papier d’origine iranienne, sont parus aux éditions Robert Laffont. L’intrigue du roman est basique. Celle-ci traite de la mystérieuse disparition d’une fillette. La mère de cette dernière va alors faire appel à un détective atypique pour tenter de la retrouver. Lors de la lecture, on s’attache très vite aux deux personnages principaux. L’auteure arrive parfaitement à retranscrire la détresse dans laquelle ils sont chacun plongés. L’écriture est simple, parfois un peu trop et le roman manque quelque peu de rythme. Au fil des pages, je me suis senti un peu étouffé par le peu d’espace donné par la romancière. En effet, les dialogues et l’histoire tournent essentiellement autour des deux personnages principaux et le récit manque, selon moi, de personnages secondaires. Durant la lecture, je me suis senti enfermé dans un huis clos et dans une histoire dépourvue de décors et de “bruits d’ambiance”. Enfin, j’ai été quelque peu déçu par la chute que j’avais cernée bien des pages avant le point final. Même si mon avis est mitigé par rapport à ce titre, l’auteure a tellement rendu son détective attachant que j’ai quand même envie de découvrir un autre titre de cette, peut-être, nouvelle voix du polar.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Elodieuniverse Posté le 14 Août 2018
          En ouvrant ce livre, vous serez surpris par ce polar aussi atypique que ses personnages. Sérieusement? Un détective privé immigré clandestin? L'enquête est abordée de manière assez originale, assez lente aussi je dois dire mais qui dit polar nordique dit souvent lenteur. Ça m'a dérangé un peu au début mais très vite, je me suis passionnée pour cette enquête particulière même si la trame d'une disparition d'enfants est assez basique. Notre cher détective saura-t-il démêler le vrai du faux? Bref, c'est avec plaisir que je retrouverai ce personnage singulier dans une nouvelle enquête... (...) Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
        • Stelphique Posté le 14 Août 2018
          Ce que j’ai ressenti: Un Fait divers: versions multiples. Sara Lovestam nous propose un polar nordique rafraîchissant, où les vérités et les mensonges se mélangent, et captive notre attention sur deux personnages extrêmement touchants, suite à un drame: la disparition d’une enfant. Une mère éplorée faisant appel à un détective non conventionnel, par le biais d’une étrange annonce. Pernilla et Kouplan, duo improbable lancé dans une course contre la montre pour retrouver Julia, 6 ans. Sans doute, parce qu’elle explore toute la complexité des vérités propres à chacun, selon leurs émotions et leurs références, Sara LÖvestam va au delà d’une simple enquête, elle y apporte plus de sensibilité, une dose d’humanité pour qu’enfin, nous puissions avoir conscience de la réalité de ses personnes ombrageuses et de ses visages de l’ombre. Chacun sa vérité, certes, mais cette poursuite pour retrouver cette enfant disparue, va emmener les personnages vers une vérité plus tangible, et nous, lecteurs, vers des vérités plus sensibles… "-Le temps ne fait pas de pauses." Un enquêteur singulier, en situation irrégulière. S’il y a bien un point fort à dégager de cette lecture, c’est son personnage principal. Kouplan, jeune homme clandestin, affamé, traqué, immigré. Mais de loin, un des personnages les plus intéressants, que j’ai pu... Ce que j’ai ressenti: Un Fait divers: versions multiples. Sara Lovestam nous propose un polar nordique rafraîchissant, où les vérités et les mensonges se mélangent, et captive notre attention sur deux personnages extrêmement touchants, suite à un drame: la disparition d’une enfant. Une mère éplorée faisant appel à un détective non conventionnel, par le biais d’une étrange annonce. Pernilla et Kouplan, duo improbable lancé dans une course contre la montre pour retrouver Julia, 6 ans. Sans doute, parce qu’elle explore toute la complexité des vérités propres à chacun, selon leurs émotions et leurs références, Sara LÖvestam va au delà d’une simple enquête, elle y apporte plus de sensibilité, une dose d’humanité pour qu’enfin, nous puissions avoir conscience de la réalité de ses personnes ombrageuses et de ses visages de l’ombre. Chacun sa vérité, certes, mais cette poursuite pour retrouver cette enfant disparue, va emmener les personnages vers une vérité plus tangible, et nous, lecteurs, vers des vérités plus sensibles… "-Le temps ne fait pas de pauses." Un enquêteur singulier, en situation irrégulière. S’il y a bien un point fort à dégager de cette lecture, c’est son personnage principal. Kouplan, jeune homme clandestin, affamé, traqué, immigré. Mais de loin, un des personnages les plus intéressants, que j’ai pu découvrir jusqu’à maintenant. Kouplan, jeune homme attachant, bouleversant, intrigant, venant de l’Iran. Il est évident que je vais poursuivre cette trilogie dédiée à ce personnage atypique dans la ville de Stockholm. Sara LÖvestam nous fait prendre conscience que la valeur d’une personne ne se mesure pas en chiffres, pas à des numéros d’identités, pas à des nombres inscrits sur des titres de séjour… "Ingen mÄnniska Är illegal, Un être humain n’est jamais illégal." Sara LÖvestam se place du côté des sans-papiers et des exclus, nous parle de ces peurs sourdes, menaçantes et permanentes de leur quotidien, nous transmet avec force et émotions, de la difficulté de s’intégrer dans la société. Elle soulève des sujets brûlants d’actualité, et chaque fois, que tu crois détenir une vérité au sein de l’intrigue, elle l’emmène ailleurs pour mieux te déstabiliser, te faire voir toutes les facettes du problème… A chacun sa sensibilité, à chacun son ressenti, et à Chacun sa vérité... La solitude comme véritable catalyseur… C’est parce qu’ils se sentent si seuls, que Pernilla et Kouplan se retrouvent, et s’apprivoisent, fuyant chacun à leur manière une réalité trop lourde et des échecs passés pesants. Une solitude tellement grande et deux coeurs brisés qui tente de se comprendre…Une infinité de trous béants et des faces cachées à découvrir au fond de leurs yeux. Et dans la douleur, voir naître, une entraide chaleureuse… Tant de vérités et tant de mensonges, tant de conséquences et de vérités floues, tant d’actions menées et de mensonges doux. Et c’est parce que Sara LÖvestam avait une intention noble et une expérience de vie riche, qu’elle a pu nous éblouir avec ce polar noir. C’est parce qu’elle s’est frottée à cette réalité, que sa fiction sonne plus vraie. Je vous conseille évidemment cette lecture, histoire d’aller vous confronter à d’autres réalités et de trouver votre Vérité. Puisque à Chacun sa vérité, la mienne, est que j’ai adoré cette lecture! « Souviens-toi que c’est là où tu te sens le plus en sécurité que tu es le plus vulnérable. » Ma note Plaisir de Lecture 9/10
          Lire la suite
          En lire moins
        • Boom Posté le 9 Août 2018
          Malheureusement, la chute m'a refroidie... Je ne suis pas du tout le public cible pour une telle fermeture de rideaux et j'en ai été désarçonnée ! Cela n'a pas gâché mon ressenti global qui reste très bon, Sara Lövestam a un talent fou avec sa belle plume, une originalité également que l'on prend plaisir à découvrir mais j'aurai aimé autre chose... Il s'agit d'un premier ouvrage pour cette sélection vraiment au top, ma déception pour la fin est tout a fait personnelle, je ne reste pas du tout focalisée dessus. Un roman policier au top, une auteure à suivre, des protagonistes déroutants et intrigants pour une épopée stressante. Je vous recommande cet ouvrage !
        Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
        Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com