Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259203883
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 464
Format : 140 x 225 mm

Dictator

Date de parution : 09/06/2016
Un thriller historique exceptionnel.
À quarante-huit ans, Cicéron, celui qui fut le plus grand orateur de son époque et dont le pouvoir s’étendait même sur César, est  un homme brisé.
Contraint à l’exil, dépossédé de tout, il essaie de comprendre les raisons de son échec.
Mais, selon un de ses propres aphorismes, « tant qu’il y a...
À quarante-huit ans, Cicéron, celui qui fut le plus grand orateur de son époque et dont le pouvoir s’étendait même sur César, est  un homme brisé.
Contraint à l’exil, dépossédé de tout, il essaie de comprendre les raisons de son échec.
Mais, selon un de ses propres aphorismes, « tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. » En échange de la promesse faite à César de le soutenir, il obtient la permission de rentrer en Italie. Une fois à Rome, il revient petit à petit dans l’arène judiciaire, puis au Sénat, et enfin au pouvoir grâce à ses talents d’écriture. Pour un instant bref mais glorieux, le voilà à nouveau l’homme le plus important de la République.
Mais le monde politique est instable et aucun homme d’état, même le plus rusé peut se prévenir de l’ambition et de la corruption des autres.
 
Ce roman revient sur certains des plus célèbres moments-clefs de l’histoire de Rome : la chute de la République, la guerre civile qui a suivi, le meurtre de Pompée et l’assassinat de Jules César. Si son récit est centré sur l’Histoire, le thème qu’il aborde est, lui, intemporel : comment protéger la liberté contre la triple menace de l’ambition personnelle, d’un système électoral dominé par les intérêts financiers, et des guerres coûteuses et sans fin menées en territoire étranger ?
  • « Une œuvre littéraire remarquable. » (Observer)
  • « Un thriller historique exceptionnel. » (The Times)
  • « Superbe. Avec Dictator, Robert Harris confirme qu’il est le maître du thriller, historique et contemporain. » (Daily Mail)
  • « Une histoire exceptionnelle, dramatique, merveilleusement racontée. » (Scotsman)
     
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259203883
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 464
Format : 140 x 225 mm
Plon

Ils en parlent

« Une œuvre littéraire remarquable. »
Observer

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Phoenicia Posté le 15 Décembre 2019
    Le Times titre "Un thriller historique exceptionnel" et je ne peux que lui donner raison en achevant cette trilogie. Robert Harris nous offre une biographie de Cicéron écrite par Tiron vraisemblable. Comme de coutume, les références historiques sont maîtrisées et ce dernier tome finit en apothéose. Cicéron est tantôt au plus bas, tantôt au plus haut, ballotté de l'un à l'autre au moment où la République sombre. Titré Dictator, il est bel et bien question des différentes dictatures romaines : la lutte du premier triumvirat qui aboutit à la dictature de César, sa mort, la vengeance des siens qui curieusement permet à Cicéron d'avoir des pouvoirs officieux similaires à celui de dictateur et pour finir sa fin tandis qu'un autre pouvoir personnel se profile à l'horizon. Une trilogie merveilleuse avec un Cicéron imparfait mais tellement admirable malgré ses défauts. Défenseur de la République mais toujours avide de pouvoir, difficile de concilier les deux sans se brûler les ailes et faire des mécontents. Ses écrits, sa politique, son entourage, ses sentiments, tout cela nous est rapporté avec brio. Le rythme de ce tome 3 est mené tambour battant, la fin est haletante bien qu'on la connaisse et par certains aspects très... Le Times titre "Un thriller historique exceptionnel" et je ne peux que lui donner raison en achevant cette trilogie. Robert Harris nous offre une biographie de Cicéron écrite par Tiron vraisemblable. Comme de coutume, les références historiques sont maîtrisées et ce dernier tome finit en apothéose. Cicéron est tantôt au plus bas, tantôt au plus haut, ballotté de l'un à l'autre au moment où la République sombre. Titré Dictator, il est bel et bien question des différentes dictatures romaines : la lutte du premier triumvirat qui aboutit à la dictature de César, sa mort, la vengeance des siens qui curieusement permet à Cicéron d'avoir des pouvoirs officieux similaires à celui de dictateur et pour finir sa fin tandis qu'un autre pouvoir personnel se profile à l'horizon. Une trilogie merveilleuse avec un Cicéron imparfait mais tellement admirable malgré ses défauts. Défenseur de la République mais toujours avide de pouvoir, difficile de concilier les deux sans se brûler les ailes et faire des mécontents. Ses écrits, sa politique, son entourage, ses sentiments, tout cela nous est rapporté avec brio. Le rythme de ce tome 3 est mené tambour battant, la fin est haletante bien qu'on la connaisse et par certains aspects très émouvante. Une biographie romancée de Cicéron que je recommande indéniablement, par ce qu'elle nous apprend et par le plaisir que l'on a à la lire. #ColdWinterChallenge Challenge A travers l'histoire Challenge Pavés Challenge Multi-défis 2019 Challenge Séries Challenge Le tour du scrabble en 80 jours (7e éd) Challenge Trivial Reading V Challenge Mauvais Genres
    Lire la suite
    En lire moins
  • Eric76 Posté le 5 Novembre 2019
    Avant de lire ce livre, autant le dire avec franchise, Cicéron demeurait pour moi un personnage bien vague. Il représentait un de ces sénateurs romains à l’éloquence frénétique et pompeuse dont le nom a traversé les siècles. Un de ces sénateurs élégants et sobres dans leurs longues toges, plein de morgue et d’assurance, aussi retors que suprêmement intelligents… Quant à le placer précisément dans l’histoire de la Rome antique et à savoir ce qu’il a fait exactement, c’était une autre histoire… Tout en me divertissant, j’ai donc appris bien des choses dans cet excellent roman historique. Cicéron fut le dernier grand et ardent défenseur de la République, avant l’avènement de l’Empire. Contre le coût de force et l’arbitraire, il s’appliquait à défendre le droit et l’intérêt commun. Nous sommes à quelques décennies de la naissance de Jésus Christ, et la république romaine, gangrénée par la corruption et les conflits de personnes, est à bout de souffle. Ses institutions ne sont plus adaptées à la gouvernance de territoires immenses conquis par les armes par des généraux ambitieux et prestigieux, tels que Pompée ou César. Vaincu, Cicéron mourut assassiné en même temps que la République. Son histoire est racontée par Tiron, un... Avant de lire ce livre, autant le dire avec franchise, Cicéron demeurait pour moi un personnage bien vague. Il représentait un de ces sénateurs romains à l’éloquence frénétique et pompeuse dont le nom a traversé les siècles. Un de ces sénateurs élégants et sobres dans leurs longues toges, plein de morgue et d’assurance, aussi retors que suprêmement intelligents… Quant à le placer précisément dans l’histoire de la Rome antique et à savoir ce qu’il a fait exactement, c’était une autre histoire… Tout en me divertissant, j’ai donc appris bien des choses dans cet excellent roman historique. Cicéron fut le dernier grand et ardent défenseur de la République, avant l’avènement de l’Empire. Contre le coût de force et l’arbitraire, il s’appliquait à défendre le droit et l’intérêt commun. Nous sommes à quelques décennies de la naissance de Jésus Christ, et la république romaine, gangrénée par la corruption et les conflits de personnes, est à bout de souffle. Ses institutions ne sont plus adaptées à la gouvernance de territoires immenses conquis par les armes par des généraux ambitieux et prestigieux, tels que Pompée ou César. Vaincu, Cicéron mourut assassiné en même temps que la République. Son histoire est racontée par Tiron, un esclave affranchi qui fut son secrétaire particulier, mais aussi son plus proche ami. Sous la plume de Robert Harris, ce Tiron parle d’abord de l’homme pris dans les tourbillons de l’histoire, avec ses moments de flamboyance et de fourberie, ses erreurs et ses intuitions géniales, ses hésitations, ses louvoiements, ses peurs et ses petites lâchetés. Il essaya de sauver l’essentiel dans ce cloaque qu’était la république finissante. Il finira par s’y perdre. Drôle d’époque quand même où l’on défendait l’égalité des droits entourés de dizaine d’esclaves, où les implacables légions romaines allaient jusqu’aux confins du monde pour piller et anéantir des peuplades entières, où le sort d’une grande bataille pouvait dépendre d’un simple rêve ou des prévisions des auspices… Un livre à lire, pour nous rafraichir la mémoire, et entendre les voix de ces hommes qui peuplent notre imaginaire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lascase Posté le 11 Mars 2019
    Voilà un libre littéralement fascinant. Il termine une trilogie sur l'histoire de Cicéron ( Imperium, Conspirata et Dictator ) mais on peut comme moi commencer par le dernier ouvrage, ce n'est pas un problème. Si il n'y en a qu'un seul à lire, c'est celui-là, livre que l'écrivain écrira d'ailleurs 9 ans après Imperium. L'auteur a le génie de nous replonger dans les méandres et intrigues politiques de Rome dans cette période si particulière qui voit la fin de 5 siècles de république pour aboutir à la dictature et le fameux empire romain qui lui durera encore 500 ans. L'histoire repasse les plats et ne va pas forcément dans la bonne direction, le temps n'arrange rien spécialement et cela se perçoit parfaitement à la lecture de ce roman qui se laisse dévorer tant Robert Harris possède un don incontestable de conteur. On y découvre aussi cet extraordinaire tribun qu'est le personnage de Cicéron. Venant d'une famille bourgeoise, sans fortune , il passe par le métier d'avocat pour accéder au sommet de sa gloire en devenant Consul, celui qui détient l'impérium ce qui signifie un pouvoir civil et militaire, un poste réservé à l'aristocratie que Cicéron prendra par son seul talent. La... Voilà un libre littéralement fascinant. Il termine une trilogie sur l'histoire de Cicéron ( Imperium, Conspirata et Dictator ) mais on peut comme moi commencer par le dernier ouvrage, ce n'est pas un problème. Si il n'y en a qu'un seul à lire, c'est celui-là, livre que l'écrivain écrira d'ailleurs 9 ans après Imperium. L'auteur a le génie de nous replonger dans les méandres et intrigues politiques de Rome dans cette période si particulière qui voit la fin de 5 siècles de république pour aboutir à la dictature et le fameux empire romain qui lui durera encore 500 ans. L'histoire repasse les plats et ne va pas forcément dans la bonne direction, le temps n'arrange rien spécialement et cela se perçoit parfaitement à la lecture de ce roman qui se laisse dévorer tant Robert Harris possède un don incontestable de conteur. On y découvre aussi cet extraordinaire tribun qu'est le personnage de Cicéron. Venant d'une famille bourgeoise, sans fortune , il passe par le métier d'avocat pour accéder au sommet de sa gloire en devenant Consul, celui qui détient l'impérium ce qui signifie un pouvoir civil et militaire, un poste réservé à l'aristocratie que Cicéron prendra par son seul talent. La période trouble sur le plan politique aux environs de -50 avant JC est aussi très instructive car elle verra un Cicéron éberlué d'observer la république en pleine déconfiture. Ce qui nous semble aller de soi peut être mis vulgairement sous un paillasson, le bons sens ne triomphe par forcément et il existe toujours une grande fragilité dans les différents équilibres qui donnent à la vie une saveur si particulière. L'actualité présente, des personnages vociférants comme des chefs de bandes de banlieue et qui semblent rassembler une majorité font assurément penser à l'actualité politique si tumultueuse qui guidait Rome il y a 2000 ans. N'oublions jamais qu'un personnage comme Caligula, empereur ne souffrant aucune contrariété, a suivi la république et non l'inverse. A méditer.
    Lire la suite
    En lire moins
  • yann72000 Posté le 24 Février 2019
    et voilà zou, terminée la trilogie de Harris et de Ciceron. Toujours aussi bon, on ne sait ce qui est romancé et ce qui est vérité. On a une chance incroyable : -Cicéron est une personnage politique important -il a vécu à l'époque charnière de l'Antiquité : l'apogée de le Rome et son passage de la République à l'empire -il a fréquenté des personnages parmi les + importants de l'Histoire : Pompée et César -il est certainement plus intelligent que la moyenne -il était ami avec son esclave Tiron -Tiron était un homme lettré et dévoué à son maître et ami -Tiron a inventé une sorte de sténo -Cicéron a vécu vieux et Tiron très vieux -La plupart de leurs écrits ont été retrouvés et si la chose vous plaît précipitez vous sur les romans de Saylor qui utilise les discours de Ciceron pour imaginer des polars ! ceux-ci sont certainement dans mon top 10
  • Annabelle19 Posté le 17 Mai 2018
    J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman qui m'a donné envie de découvrir d'autres œuvres de l'auteur. J'adore les récits qui nous permettent d'en apprendre plus sur certaines périodes historiques tout en comportant un aspect fiction et suspense propre à nous tenir en haleine, et c'est exactement ce que j'ai trouvé avec Dictator. Jusqu'ici, je privilégiait les séries historiques aux romans historiques, parce que mes tentatives précédentes me donnaient chaque fois un peu trop l'impression de lire une page Wikipédia. Informatif, mais pas franchement prenant. Avec Robert Harris, j'ai enfin trouvé mon bonheur. On apprend plein de choses sur cette période de l'Empire Romain (le triumvirat, l'ascension de César au pouvoir et les suites de sa chute), qui est de toute manière une époque passionnante. Le personnage de Cicéron est présenté comme un grand orateur (évidemment) mais aussi un stratège qui tente de manipuler les situations et les gens pour faire tourner les choses au mieux, pour lui et pour la République. Ce personnage historique, dont on connaît la légende, acquiert une dimension plus intime, on en apprend plus sur sa vie ainsi que sur ses sentiments profonds, ses espoirs, ses idéaux et ses défauts. En bref, très bonne surprise que ce roman de... J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman qui m'a donné envie de découvrir d'autres œuvres de l'auteur. J'adore les récits qui nous permettent d'en apprendre plus sur certaines périodes historiques tout en comportant un aspect fiction et suspense propre à nous tenir en haleine, et c'est exactement ce que j'ai trouvé avec Dictator. Jusqu'ici, je privilégiait les séries historiques aux romans historiques, parce que mes tentatives précédentes me donnaient chaque fois un peu trop l'impression de lire une page Wikipédia. Informatif, mais pas franchement prenant. Avec Robert Harris, j'ai enfin trouvé mon bonheur. On apprend plein de choses sur cette période de l'Empire Romain (le triumvirat, l'ascension de César au pouvoir et les suites de sa chute), qui est de toute manière une époque passionnante. Le personnage de Cicéron est présenté comme un grand orateur (évidemment) mais aussi un stratège qui tente de manipuler les situations et les gens pour faire tourner les choses au mieux, pour lui et pour la République. Ce personnage historique, dont on connaît la légende, acquiert une dimension plus intime, on en apprend plus sur sa vie ainsi que sur ses sentiments profonds, ses espoirs, ses idéaux et ses défauts. En bref, très bonne surprise que ce roman de Robert Harris, le premier que je lis, mais sûrement pas le dernier. J'ai vraiment beaucoup aimé sa manière immersive de raconter l'Histoire avec un grand H. Tout en collant au plus près de la réalité et en nous présentant des personnages ayant réellement existé, il parvient à livrer un récit prenant et passionnant.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…