RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Facebook m'a tuer

            Nil
            EAN : 9782841114450
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 288
            Format : 130 x 205 mm
            Facebook m'a tuer

            ,

            Date de parution : 10/03/2011

            Après le travail, la vie privée. La suite du best-seller L'Open Space m'a tuer, qui mettait en scène nos nouvelles façons de travailler, pointe aujourd'hui nos nouvelles façons de « gérer » nos relations amoureuses, amicales et familiales.

            Facebook n'est pas un site Internet. C'est un mode de vie. Réseaux sociaux, sites de rencontres en ligne, jeux en réseau, chat, smartphone : qu'on le veuille ou non, ces techniques créent de nouvelles habitudes qui révolutionnent nos relations amicales, amoureuses et familiales. Hier, on s'appelait au téléphone pour se...

            Facebook n'est pas un site Internet. C'est un mode de vie. Réseaux sociaux, sites de rencontres en ligne, jeux en réseau, chat, smartphone : qu'on le veuille ou non, ces techniques créent de nouvelles habitudes qui révolutionnent nos relations amicales, amoureuses et familiales. Hier, on s'appelait au téléphone pour se donner rendez-vous et on se voyait. Aujourd'hui, on s'envoie des « bizzz » et des « love » et des « on se voit quand ? ? ? » par chat, mail ou SMS, et il n'a jamais été aussi difficile de se voir. Hier, on appelait ses amis « en direct » pour les inviter à une soirée. Aujourd'hui, on fait un mail commun ou on crée un événement sur Facebook, où de plus en plus de gens cochent la case « je viendrai peut-être ». Hier, quand on se présentait à un rendez-vous avec un inconnu, c'était pour le connnaître. Aujourd'hui, on ne s'y rend plus sans avoir auparavant « googlé » ou « facebooké » celui ou celle qu'on va rencontrer ; bref sans avoir l'impression de le ou la connaître déjà. Hier, on croyait qu'une naissance, qu'un week-end en amoureux ou qu'un dîner arrosé relevaient de la sphère privée. Aujourd'hui, la génération transparente balance ces photos à ses 600 « amis » sur Facebook parce que c'est fun, parce qu'il n'y a rien à cacher, parce que tout le monde le fait.


            Fidèle à leur méthode, Alexandre des Isnards et Thomas Zuber ont rassemblé leurs expériences et celles de leurs proches pour nous faire prendre conscience de nos nouvelles façons de « gérer » nos vies privées. Des saynètes drôles, enlevées et parfois inquiétantes.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782841114450
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 288
            Format : 130 x 205 mm
            Nil
            18.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Des histoires qui montrent à quel point Internetbouleverse la vie de ses utilisateurs. »
            Ouest France

            « Une plongée dans la vie intime d’internautes pas sianonymes. Une réflexion intéressante sur un nouveau mode de vie. »
            Les Echos

            « Le réseau social à travers des saynètes drôles etenlevées. »
            Livres Hebdo

            « Facebook m’atuer, ou la description d’existences modernes dont le cœur est un néantrempli de “J’aime”. »
            Technikart

            « Cet ouvrage pointe avec humour la dépendance de la génération Y aux nouvellestechnologies. »
            Nathalie Vanhove, Normandie

            « Facebook m’atuer est un miroir sur nos vies connectées. »
            La Tribune de Genève

            « Alexandre des Isnards et Thomas Zuber publient unesatire caustique et piquante du plus grand des réseaux sociaux. »
            Geneviève Comby, LeMatin Dimanche

            « Des anecdotes et des témoignagesédifiants ! »

            France Inter

            PRESSE

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • marjorie24 Posté le 13 Mars 2019
              des anecdotes vraies , drôle , rapide a lire qui fait réfléchir
            • janessane Posté le 26 Juin 2018
              Alors j'en ai pensé quoi de ce livre ?? J'ai adoré tout simplement. Le livre se divise en petites saynètes plus truculentes les unes que les autres. Il y a d'abord ce constat simple et terrifiant: "Nous sommes tous de la génération Y". Je ne peux pas dire le contraire (voir l'article sur mon blog). Puis les auteurs vont disséquer nos petits travers, nos habitudes face au géant FB et autres réseaux sociaux. Meetic et Adopteunmec.com auront aussi le droit à leur quart d'heure de gloire. Notre vie est résolument connectée, une sorte d'esclavagisme moderne sous le regard constant de l'autre. Nous nous y soumettons avec complaisance, voire ravissement. Retrouver son ex? Pas de souci, Google et FB sont là ! On peut fouiller et apprendre sa bio juste avant de le ou la revoir. Pour l'effet de surprise, on repassera! Et si l'autre ne l'a pas fait, on se sent un tantinet vexé(e) (saynète : Tous fouché ) . Mais le plus important dans tout ça, c'est d'apparaître le plus à son avantage sur les photos qu'on poste (saynète: Narcisse 2.0 ). Et puis, il faut envoyer du rêve aussi...Les vacances qui se transforment en reportage photo (pour FB) en témoignent.... Alors j'en ai pensé quoi de ce livre ?? J'ai adoré tout simplement. Le livre se divise en petites saynètes plus truculentes les unes que les autres. Il y a d'abord ce constat simple et terrifiant: "Nous sommes tous de la génération Y". Je ne peux pas dire le contraire (voir l'article sur mon blog). Puis les auteurs vont disséquer nos petits travers, nos habitudes face au géant FB et autres réseaux sociaux. Meetic et Adopteunmec.com auront aussi le droit à leur quart d'heure de gloire. Notre vie est résolument connectée, une sorte d'esclavagisme moderne sous le regard constant de l'autre. Nous nous y soumettons avec complaisance, voire ravissement. Retrouver son ex? Pas de souci, Google et FB sont là ! On peut fouiller et apprendre sa bio juste avant de le ou la revoir. Pour l'effet de surprise, on repassera! Et si l'autre ne l'a pas fait, on se sent un tantinet vexé(e) (saynète : Tous fouché ) . Mais le plus important dans tout ça, c'est d'apparaître le plus à son avantage sur les photos qu'on poste (saynète: Narcisse 2.0 ). Et puis, il faut envoyer du rêve aussi...Les vacances qui se transforment en reportage photo (pour FB) en témoignent. Le moment n'est jamais aussi beau que vu à travers l'écran de son Smartphone ( saynète : J'ai fait Bali!). Mais la popularité se mesure aussi aux nombres d'amis qui répondront présents à La soirée du siècle à laquelle on les convie. Et pour ça, FB a pensé à tout. Créez votre événement et régalez-vous avec la réponse "peut-être" (saynète : je viendrai "peut-être) . C'est pareil pour les anniversaires, plus besoin de faire l'effort de mémoire, FB est là (saynète: Birthday Calendar) et on peut ainsi mesurer à quel point nos amis nous aiment ! Et puis si au milieu de tout ça, certains n'ont pas répondu présents soit on les blackliste, soit on les interpelle. Et qui sait, on arrivera peut-être à se voir dans la Real Life (saynète: "Faut qu'on se voie") et si on n'y arrive pas, on se débrouillera avec notre conscience (saynète: "Faut absolument que je l'appelle"). Mais la Real Life, au fait, ça donne quoi? Deux amis qui s'organisent une petite bouffe en ayant leur portable à côté d'eux et en jetant un œil dessus toutes les deux minutes ? (saynète: armes de distraction massive) Les rencontres qu'on fait suite à un échange sur Meetic ou Adopte ? (saynète: Karen consomme les mecs). Je pourrais continuer ainsi pendant des heures (sur mon ordi, sic ! ) tellement j'ai passé un très bon moment de lecture. Mais peut-être que le mieux que vous ayez à faire est de lâcher votre ordi, tablette, smartphone pour tout simplement ouvrir ce livre. Ah, juste pour vous faciliter la tâche: les pages d'un livre, ça se tourne ;-)
              Lire la suite
              En lire moins
            • Wolkaiw Posté le 6 Mai 2018
              Cet ouvrage, au titre plutôt évocateur, n'est autre qu'une succession d'anecdotes en ce qui concerne l'utilisation de la technologie et des réseaux sociaux, dont le but est de nous avertir des dérives de ceux-ci. Le lecteur découvre donc une ribambelles de situations aussi crédibles que réelles qui nous font prendre conscience d'une réalité trop souvent mise de côté. Je me suis malheureusement retrouvée dans de nombreuses situations, représentant très fidèlement notre quotidien. On pourrait croire qu'il s'agit d'une grossière caricature, mais c'est à peine exagéré. Tout cela nous est conté avec une note d'humour, de légèreté. Des situations banales, quotidiens dépeintes avec précision mais aussi avec un certain recul. Nous sommes amenés à suivre plusieurs personnages, sous différents angles, nous passons leur vie au crible et sommes tentés de les juger pour le peu que nous connaissons d'eux. A travers les différentes représentations de l'ouvrage, nous avons l'impression de connaître chacun d'eux, alors que tout cela n'est qu'une identité virtuelle. J'ai trouvé qu'il s'agissait d'une analyse intéressante et pertinente de notre société. Le livre illustre bien la perte de lien social, de même que le caractère chronophage d'internet et des nouvelles technologies. Il s'agit d'un véritable nid à microbes, pire... Cet ouvrage, au titre plutôt évocateur, n'est autre qu'une succession d'anecdotes en ce qui concerne l'utilisation de la technologie et des réseaux sociaux, dont le but est de nous avertir des dérives de ceux-ci. Le lecteur découvre donc une ribambelles de situations aussi crédibles que réelles qui nous font prendre conscience d'une réalité trop souvent mise de côté. Je me suis malheureusement retrouvée dans de nombreuses situations, représentant très fidèlement notre quotidien. On pourrait croire qu'il s'agit d'une grossière caricature, mais c'est à peine exagéré. Tout cela nous est conté avec une note d'humour, de légèreté. Des situations banales, quotidiens dépeintes avec précision mais aussi avec un certain recul. Nous sommes amenés à suivre plusieurs personnages, sous différents angles, nous passons leur vie au crible et sommes tentés de les juger pour le peu que nous connaissons d'eux. A travers les différentes représentations de l'ouvrage, nous avons l'impression de connaître chacun d'eux, alors que tout cela n'est qu'une identité virtuelle. J'ai trouvé qu'il s'agissait d'une analyse intéressante et pertinente de notre société. Le livre illustre bien la perte de lien social, de même que le caractère chronophage d'internet et des nouvelles technologies. Il s'agit d'un véritable nid à microbes, pire qu'une addiction, une sorte de filet enregistrant nos moindres informations. Ce livre est très abordable en ce qui concerne l'écriture. Simple et fluide, sans fioritures, elle nous emmène droit au but sans passer par d'inextricables chemins. Les situations sont décrites comme telles, avec les caractéristiques des sites/outils. C'est un livre contemporain, il aborde notre génération, ses excès, tout ce qui lui est propre. Il est très facile de s'y identifier, la lecture s'effectue sans prise de tête. Toutefois, je ne conseille pas de lire le livre d'un traite, cela peut s'avérer ennuyant à cause de la répétitions de diverses situations. Je conseille plutôt de lire quelques anecdotes chaque jour. Je dirais également que le public de ce livre est essentiellement jeune, entre deux âges. En définitive, il s'agit d'un bon livre, pas transcendant certes, mais qui permet de prendre conscience d'une certaine réalité. Je salue le travail des auteurs et la référence à "Omar m'a tuer".
              Lire la suite
              En lire moins
            • Mirabilia Posté le 11 Avril 2018
              Le revers de la médaille. Ou lorsque Internet prend le contrôle. Bref, les dérives, on les connait. Mais c’est pas nous, c’est les autres. C’est untel qui publie non-stop la vie h24 de son gosse, untelle qui s’est fait avoir sur adopteunmec, machin qui est accro à son portable pour ne rien rater du dernier mail ou de la dernière notification, machine qui a clairement perdu le sens des réalités. Mais c’est pas nous. A moins que… A moins que, peut-être, un peu, légèrement… ? On peut lire ce livre pour, peut-être, s’éveiller, se prendre une bonne claque. Mais, chut, on peut aussi le lire pour se divertir des vies pathétiques de ceux que, assurément, ne sont pas comme nous. Ça non.
            • Sorello Posté le 23 Mars 2018
              Facebook m'a tué, c'est l'histoire de la mort de la sociabilité tel qu'on la connaissait avant le développement des réseaux sociaux, un caméo sur les nouvelles manières de se cotoyer ou on se poke, on se tweete, on cale nos rendez-vous sur des calendrier numérique, on fait de nouvelles rencontres via les sites, on compte sur facebook pour se rappeler des anniversaires, on part en vacances pas pour en profiter mais pour prendre de belle photo a poster sur fb et insta. on ne prend plus le temps de rien puisqu'on passe tout notre temps le nez dans le numérique. Tout le monde n'est pas comme ça, fort heureusement, personnellement n'ayant pas facebook je me sentais peu concerné (quoique, le livre parle plusieurs fois de l'ironie du numérique "t'as pas facebook alors ta vie est forcément inintéressante") Facebook m'a tué c'est une satire social, un doigt pointé sur les pc, les telephones et les hommes et femmes qui oublient de lever le nez. c'est un livre a lire, parce qu'il est criant de vérité, teinté d'une touche d'ironie bien placé pour essayer de nous bousculer un peu. Ca donne envie de décrocher du téléphone ... jusqu'a la prochaine notification.
            Aventurez-vous sur les rives du NiL
            Petite maison généraliste à forte personnalité, NiL a toujours défendu avec passion les regards d'auteurs originaux sans se poser la question des genres. Embarquez dès à présent pour recevoir toutes les actualités de NiL !