En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Good Morning, Mr. President !

        Nil
        EAN : 9782841119615
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 480
        Format : 140 x 225 mm
        Nouveauté
        Good Morning, Mr. President !
        Ma (folle) vie de sténo à la Maison Blanche d'Obama

        Catherine GIBERT (Traducteur)
        Date de parution : 20/09/2018
        « C’est Bridget Jones à la Maison-Blanche. » The New York Times.
        Dans les coulisses de la présidence d’Obama, une jeune assistante à l’humour décapant apprend les rouages de la politique, tombe amoureuse, et trouve sa voie : l’écriture.
        En 2012, Rebecca Dorey-Stein répond à une petite annonce pour un job à Washington. Quand elle apprend que c’est pour travailler à la Maison Blanche, dans l’équipe de transcripteurs d’Obama, c’est l’euphorie !
        Pendant cinq ans, de 2012 à 2017, elle accompagne le Président partout où il va, enregistreur et micro...
        En 2012, Rebecca Dorey-Stein répond à une petite annonce pour un job à Washington. Quand elle apprend que c’est pour travailler à la Maison Blanche, dans l’équipe de transcripteurs d’Obama, c’est l’euphorie !
        Pendant cinq ans, de 2012 à 2017, elle accompagne le Président partout où il va, enregistreur et micro à la main. Elle se lie d’amitié avec les équipes de campagne, des jeunes hommes et jeunes femmes qui, comme elle, font le choix de laisser leur vie derrière eux pour monter à bord de l’Air Force One au service du Président le plus séduisant depuis Kennedy. Entre deux points presse à la Maison Blanche et un voyage au bout du monde, Beck apprend les ficelles du protocole, se frotte à la concurrence entre les services, fête son anniversaire avec le président, et tombe amoureuse de celui qu’il ne fallait pas approcher….
        Un univers fascinant, des intrigues à tous les étages, beaucoup de joie et quelques désillusions : ce récit trépidant et drôle se lit comme un roman.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782841119615
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 480
        Format : 140 x 225 mm
        Nil
        20.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • PopcornandGibberish Posté le 9 Octobre 2018
          C’est avec ce genre de roman que je me rends compte de l’importance de la blogosphère. Si je n’avais pas vu que ma copine Lucie d’Abracadabooks attendait ce roman avec grande impatience, je serai tout bonnement passée à côté. Incroyable hein ! J’espère donc vous passer le relais pour qu’à votre tour vous fassiez la connaissance de Beck. Quand le roman commence, Beck fait plusieurs boulots à la fois, elle ne s’épanouit pas plus que ça dans sa vie à Washington post-université. Je me suis beaucoup retrouvée en elle car ce sont des questionnements qui me sont arrivés après mes études et que plein de gens autour de moi vivent. Puis un matin, Beck va répondre à une petite annonce de sténographe et sa vie va basculer. J’ai beaucoup apprécié suivre les aventures de Beck à la Maison Blanche. Il faut savoir qu’il s’agit de moments réels de Rebecca Dorey-Stein même si elle a changé les noms et apporté quelques modifications. Et je trouve que l’équilibre entre vérité et roman est très bien mené. C’est vraiment la rencontre de la chick-lit dans les coulisses de la politique. Et quand je dis chick-lit, je comprends que cela puisse faire peur, mais dans... C’est avec ce genre de roman que je me rends compte de l’importance de la blogosphère. Si je n’avais pas vu que ma copine Lucie d’Abracadabooks attendait ce roman avec grande impatience, je serai tout bonnement passée à côté. Incroyable hein ! J’espère donc vous passer le relais pour qu’à votre tour vous fassiez la connaissance de Beck. Quand le roman commence, Beck fait plusieurs boulots à la fois, elle ne s’épanouit pas plus que ça dans sa vie à Washington post-université. Je me suis beaucoup retrouvée en elle car ce sont des questionnements qui me sont arrivés après mes études et que plein de gens autour de moi vivent. Puis un matin, Beck va répondre à une petite annonce de sténographe et sa vie va basculer. J’ai beaucoup apprécié suivre les aventures de Beck à la Maison Blanche. Il faut savoir qu’il s’agit de moments réels de Rebecca Dorey-Stein même si elle a changé les noms et apporté quelques modifications. Et je trouve que l’équilibre entre vérité et roman est très bien mené. C’est vraiment la rencontre de la chick-lit dans les coulisses de la politique. Et quand je dis chick-lit, je comprends que cela puisse faire peur, mais dans la construction du roman c’est ça : nous avons une jeune femme qui débarque dans le milieu des requins qu’est la politique et elle va devoir faire sa place dans ce monde impitoyable. Ça fait énormément pensé au roman Le diable s’habille en Prada sauf qu’il faut remplacer le contexte. Ce n’est d’ailleurs pas très étonnant que ce soit Lauren Weisberger qui signe la préface. Pourtant, malgré les joutes verbales très drôles (et autres situations cocasses), l’auteure nous narre son histoire de manière très sérieuse et avec de vraies questionnements. On est loin d’un roman vide de sens. Good Morning, Mr President est un roman que j’ai dévoré en quelques jours. Je me suis même couchée très tard pour pouvoir le terminer. Il n’y a pas de véritable suspens, mais j’étais tellement dedans que je n’arrivais plus à m’arrêter de le lire. J’ai également énormément apprécié découvrir le monde politique aux Etats-Unis encore plus sous l’ère Obama (oui je l’aime très fort ce Monsieur). C’est un roman de cette rentrée littéraire que je conseille vivement.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Cigale17 Posté le 23 Août 2018
          Rebecca Dorey-Stein (la Beck du livre) a été professeur d'anglais aux États-Unis et en Corée du Sud avant de se retrouver un peu par hasard engagée pour travailler à la Maison Blanche… Elle y restera mille huit cent vingt-cinq jours : pendant une partie de la première mandature de Barak Obama et la totalité de la seconde. Dans un coin du bureau ovale veut relater cette expérience. Avant même d'entrer dans le vif du sujet, on devine le travail qu'exerce la narratrice grâce aux « Recommandations à l'usage des futures sténos » qui précèdent le prologue. le travail de « sténo » de Beck consiste à enregistrer les allocutions du président, et parfois de quelques autres personnages importants, certaines réunions, des communiqués, etc., puis à les retranscrire pour la presse et pour les archives. L'avant-propos (ou ce qui en tient lieu) et une citation de Hunter S. Thompson en exergue annoncent la couleur : la forme adoptée par l'auteure pour raconter à la première personne son expérience s'avère résolument subjective et les faits ont été remaniés, condensés, modifiés au besoin. Il sera d'ailleurs question de ce journalisme « gonzo » dans le texte. La division du récit en cinq actes suggère... Rebecca Dorey-Stein (la Beck du livre) a été professeur d'anglais aux États-Unis et en Corée du Sud avant de se retrouver un peu par hasard engagée pour travailler à la Maison Blanche… Elle y restera mille huit cent vingt-cinq jours : pendant une partie de la première mandature de Barak Obama et la totalité de la seconde. Dans un coin du bureau ovale veut relater cette expérience. Avant même d'entrer dans le vif du sujet, on devine le travail qu'exerce la narratrice grâce aux « Recommandations à l'usage des futures sténos » qui précèdent le prologue. le travail de « sténo » de Beck consiste à enregistrer les allocutions du président, et parfois de quelques autres personnages importants, certaines réunions, des communiqués, etc., puis à les retranscrire pour la presse et pour les archives. L'avant-propos (ou ce qui en tient lieu) et une citation de Hunter S. Thompson en exergue annoncent la couleur : la forme adoptée par l'auteure pour raconter à la première personne son expérience s'avère résolument subjective et les faits ont été remaniés, condensés, modifiés au besoin. Il sera d'ailleurs question de ce journalisme « gonzo » dans le texte. La division du récit en cinq actes suggère une tragédie… C'est cependant un ton humoristique qui est adopté dès le titre et qui perdure durant toute la narration. Dans un langage très familier, Beck décrit un milieu particulier, celui du personnel qui fait tourner la machine et qui côtoie de près ou de loin les grands de la politique. Elle n'aime pas le cirque washingtonien, dit-elle souvent, mais elle est vite prise dans le tourbillon et finit par se comporter comme les gens qu'elle jugeait sévèrement au début, tout en tentant de garder ses distances et d'exercer ponctuellement une forme de rébellion, par exemple, en portant une veste ou des chaussures de couleur vive quand tout le reste du personnel est vêtu de sombre... Elle rencontre Sam (beau, athlétique, intelligent, séduisant, etc.) avec lequel elle vit une histoire d'amour sérieuse, mais qui semble épisodique tant ils sont occupés l'un et l'autre. Elle tombe aussi amoureuse de Jason qui, lui, travaille à la Maison Blanche, à un poste important, dans l'entourage immédiat d'Obama. Il est beau, athlétique, intelligent, très séduisant, etc., et déjà fiancé. Mais surtout, c'est le pire manipulateur qui soit, doublé d'un remarquable égoïste. Elle a une aventure torride, compliquée et humiliante avec cet homme plus âgé et situé bien loin au-dessus d'elle dans la hiérarchie. Beck aura la chance d'aller dans une soixantaine de pays toujours dans la suite de POTUS (President Of United States), mais si on excepte les visites à Pétra, à Stonehenge et à La Havane, elle borne souvent ses explications à l'installation de son magnétophone, la prise de photos et de selfies avec ses potes-collègues, et les cuites dans les bars avec ses collègues-potes. À mon avis, c'est là que le bât blesse : les tribulations amoureuses de Beck entre Sam et Jason, les jalousies entre collègues tant masculins que féminins, les innombrables cuites et les nombreuses crises de larmes prennent une trop grande place dans ce récit comme l'auteure elle-même l'avoue : « […] je regarde la pile de carnets que j'ai noircis depuis que j'ai commencé ce boulot et je me rends compte que ma propre vie ne figure que dans la marge. Sam et Jason occupent tout l'espace. » Bref, les amours de la narratrice prennent le pas sur la partie vraiment intéressante de sa vie pour la lectrice que je suis : son boulot. Je voudrais souligner aussi que les références assez nombreuses qu'elle distille çà et là sur son propre talent m'ont agacée ; elle remet quelques textes à des connaissances et à des gens occupant des postes stratégiques dans l'édition ou la politique, et tous ces gens s'extasient : elle écrit tellement bien ! Malgré ces (gros) bémols, les passages où elle développe, trop brièvement, ce qui se passe hors de sa vie privée se révèlent très intéressants, par exemple la routine à bord d'Air Force 1, le plantage catastrophique du lancement du site HealthCare.gov., les « vacances » des Obama à Martha's Vineyard, la deuxième investiture du Président, ses réactions après l'abominable décapitation de James Foley ou lors du massacre de San Bernardino, ou encore immédiatement après l'échec des démocrates et l'élection de Trump comme nouveau POTUS. Le dernier acte relève bien de la tragédie… Pour le Grand Prix des lectrices de Elle : merci pour tous ces livres !
          Lire la suite
          En lire moins

        les contenus multimédias

        Ils en parlent

        « Hyper bien rythmé et drôle. »
        BIBA
        Aventurez-vous sur les rives du NiL
        Petite maison généraliste à forte personnalité, NiL a toujours défendu avec passion les regards d'auteurs originaux sans se poser la question des genres. Embarquez dès à présent pour recevoir toutes les actualités de NiL !
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com