Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221126967
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 135 x 215 mm

Iphigénie Vanderbilt

Date de parution : 18/08/2011

Sur quatre décennies, l'histoire de deux familles : les Lebleu (côté français) et les Vanderbilt (côté américain). Ils ne sont d'accord sur rien ! Mais en traversant conjointement cinquante ans d'histoire, ces deux camps apprendront à mieux se connaître et à s'estimer.

Au départ, il y a un coup de foudre. Henri, alors élève à polytechnique, rencontre Iphigénie, une jeune beauté américaine. On prévient Henri de l'excentricité, voire de l'étrangeté des Américaines. Henri passe outre. Il épouse Iphigénie peu avant les événements de 68. Très rapidement trois enfants naissent : Victor, Ariane...

Au départ, il y a un coup de foudre. Henri, alors élève à polytechnique, rencontre Iphigénie, une jeune beauté américaine. On prévient Henri de l'excentricité, voire de l'étrangeté des Américaines. Henri passe outre. Il épouse Iphigénie peu avant les événements de 68. Très rapidement trois enfants naissent : Victor, Ariane et Louis. En dépit de leurs fortes différences culturelles, le couple avance en confiance sur le chemin de l'existence. Il en sera de même pour leurs beaux-parents : Paul et Anne apprennent à apprécier toujours davantage Jack et Andromaque, au point d'avoir le sentiment, avec les années, de ne former plus qu'une seule et même grande famille.
Mai 68, le retrait des troupes du Vietnam, l'arrivée de la gauche en France, le scandale du Rainbow Warrior, la guerre en Irak, les attentats du 11 Septembre, l'élection d'Obama, autant de péripéties de l'Histoire que les Lebleu et les Vanderbuilt vont traverser ensemble. Au bout du compte, même si les décennies s'égrènent et que la folie du monde empire, demeure la belle part d'humanité qu'ont su préserver ces deux familles. Voilà le plus important.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221126967
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 135 x 215 mm

Ils en parlent

"Drôle, incisif et subtil, ce roman d'amour franco-américain donne la réplique à Henry James."

Bruno De Cessole / Valeurs Actuelles

"Henri Lebleu et Iphigénie Vanderbilt sont les héros charmants d'une chronique familiale franco-américaine simple, drôle et de bon goût."

Télé Z

"Rien de tel non plus que son sens de la formule pour résumer, par la voix d'Iphigénie, le fossé qui sépare nos deux pays : "La France, c'est deux mille ans de combat, l'Amérique deux cents de facilité." "

Delphine Peras / LIRE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nena Posté le 29 Juillet 2014
    Deux familles, l’une est américaine : les Vanderbibt, l’autre est française : les Lebleu. Iphigénie, fille américaine va épouser Henri Lebleu. De part et d’autre de l’atlantique, beaucoup de réticences pour ce mariage Mme Lebleu a une vision négative des Américaines : « Elles veulent être heureuses du matin au soir. Une fois retombé les premiers élans, elles ne pensent qu’à l’argent. Ne pardonnent rien, ne font grâce de rien. Les hommes sont des vaches à lait. Elles les traient, puis les jettent en réclamant des pensions énormes, qu’elles obtiennent toujours. Je ne te vois pas en vache à lait » dit-elle à son fils. Aux Etats Unis pas plus de joies à recevoir un français au sein de leur famille : « Un français ? s’exclama Jack Vanderbilt, c’est impossible, la France a toujours été antiaméricaine. Une nation légère, onthologiquement endettée, incapable de grands desseins, dont l’histoire est une suite permanente d’échecs lamentables et infamants… Voilà le ton est donné. L’histoire commence fin des années 60 avec beaucoup de références sur des événements soient religieux, politiques, culturels…Nous passons de Napoléon à Jeanne Calment, de la mythologie à la guerre au Vietnam, du 11 septembre à Kadhafi…Une rétrospective des... Deux familles, l’une est américaine : les Vanderbibt, l’autre est française : les Lebleu. Iphigénie, fille américaine va épouser Henri Lebleu. De part et d’autre de l’atlantique, beaucoup de réticences pour ce mariage Mme Lebleu a une vision négative des Américaines : « Elles veulent être heureuses du matin au soir. Une fois retombé les premiers élans, elles ne pensent qu’à l’argent. Ne pardonnent rien, ne font grâce de rien. Les hommes sont des vaches à lait. Elles les traient, puis les jettent en réclamant des pensions énormes, qu’elles obtiennent toujours. Je ne te vois pas en vache à lait » dit-elle à son fils. Aux Etats Unis pas plus de joies à recevoir un français au sein de leur famille : « Un français ? s’exclama Jack Vanderbilt, c’est impossible, la France a toujours été antiaméricaine. Une nation légère, onthologiquement endettée, incapable de grands desseins, dont l’histoire est une suite permanente d’échecs lamentables et infamants… Voilà le ton est donné. L’histoire commence fin des années 60 avec beaucoup de références sur des événements soient religieux, politiques, culturels…Nous passons de Napoléon à Jeanne Calment, de la mythologie à la guerre au Vietnam, du 11 septembre à Kadhafi…Une rétrospective des deux pays. Un portrait savoureux de Giscard d’Estaing comparé à un arriviste méticuleux, narcissique et réfrigéré. Puis nous arrivons en 2011, « les soubresauts du Président Sarkozy, qui ne semble pas bien où donner de la tête, sans doute s’agit-il d’une ruse…Hélas ses concurrents s’il se présente en 2012, ne paraissent pas savoir mieux que lui comment faire avancer la France et les Français, certes la tâche est surhumaine … » « A Washington, le Président Obama ne semble présider qu’à l’érosion de la puissance Américaine. Le déficit se creuse toujours, la misère ne recule pas, les bénéfices de la finance dépassent les sommets de l’énorme crise que ses maîtres ont provoquée ; la prochaine, qui sera proche, la dépassera paraît-il de loin… » J’ai beaucoup aimé, la comparaison entre les deux pays, l’un étant « le plus puissant du monde » avec une population allant de l’avant mais fort affecté aujourd’hui par les attentats du 11 septembre qui ont mis le doute dans l’esprit des habitants sur leur suprématie et leur invulnérabilité. Et de l’autre côté de l’atlantique, la France dans cette Europe vieillissante, qui stagne voir régresse et ne sait pas trouver des solutions pour avancer… Le jeune couple du départ sera heureux, les aprioris tomberont, leurs enfants épouseront des hommes ou des femmes de différents pays. Voici la dernière phrase de l’auteur : Où s’arrêtera l’expansion de la famille ? Quand sera-t-elle vraiment mondiale et son métissage parfait ? Infinies perspectives… Que de livres à écrire… » Je l’ai ressenti comme un livre nous invitant à accepter les métissages, les différences de culture afin de nous offrir une ouverture inestimable vers les autres, nous comprendre et nous accepter tels que nous sommes. Nena
    Lire la suite
    En lire moins
  • majolo Posté le 15 Octobre 2012
    Roman très agréable et très fluide, qui est plutôt la chronique familiale à deux foyers: l'un très vieille Europe, en la famille d'Henri, polytechnicien et parisien; l'autre américain, en la famille d'Iphigénie, jeune fille d'un industriel américain typique. Chacun se regarde avec circonspection mais contre toute attente, une réelle amitié unit progressivement les deux familles, amitié que l'on voit croître et embellir au cours du récit de la vie de ce jeune couple, de leur mariage en 1968, jusqu'à nos jours. L'histoire abrégée de ce demi-siècle nous est relatée, et c'est en fait le but (inavoué) de ce livre. C'est cela qui le rend intéressant, car tout compte fait, les deux héros ont une vie plutôt lisse. C'est très joliment écrit
  • Tomie Posté le 15 Octobre 2011
    Iphigénie Vanderbilt retrace quarante ans d'histoire franco-américaine en prenant pour prétexte le coup de foudre suivi du mariage d'une jeune américaine très belle et d'un jeune français polytechnicien. Une famille très vieille France et le style qui va avec. On n'écrit plus de cette façon de nos jours ! C'est assez agréable, j'aime beaucoup, même si la lecture n'est pas simple. Beaucoup d'effets de style, d'idées, de références historiques. Ce roman nous fait revivre les années écoulées depuis 1968. Pour les plus jeunes ce peut être une découverte, pour les plus âgés, des souvenirs. Je me suis souvent dit : "Oui, en effet, je me souviens !". Une bonne documentation donc, et un style très élégant Merci à masse critique pour ce roman de qualité
  • jostein Posté le 10 Octobre 2011
    L'histoire commence à la fin des années 60 par la rencontre d'Henri, un jeune polytechnicien issu d'une famille bourgeoise et Iphigénie, une jeune américaine qui fait ses études à Paris. Ce mariage est avant tout l'occasion pour l'auteur de dresser une peinture sociale et politique de la France et des États-Unis de cette période à nos jours. La plume d'Eric Deschodt est fine, perspicace, actuelle et j'aime particulièrement son ton badin et ses réflexions sur la politique, la religion et la bourgeoisie. C'est un roman dynamique qui laisse une large place aux dialogues et aux références culturelles. Un simple mot et l'auteur digresse pour parler du roman Lolita, de Pascal, de Balzac, de Godard, d'un pape ou d'un empereur romain. Bien évidemment la rencontre des deux pays est l'occasion de rappeler quelques clichés sur l'Amérique conquérante, invaincue ou sur la France vieillissante et plaintive. " La France, c'est deux mille ans de combat, l'Amérique deux cents de facilité." L'auteur évoque la guerre du Vietnam, la lutte contre Sadam Hussein, le terrorisme, le Rainbow Warrior et l'élection de Mitterrand qui vaut un passage truculent sur la réaction à chaud dans le milieu bourgeois. " Pourquoi pas la Belgique? C'est encore plus près que la Suisse. Le fisc y... L'histoire commence à la fin des années 60 par la rencontre d'Henri, un jeune polytechnicien issu d'une famille bourgeoise et Iphigénie, une jeune américaine qui fait ses études à Paris. Ce mariage est avant tout l'occasion pour l'auteur de dresser une peinture sociale et politique de la France et des États-Unis de cette période à nos jours. La plume d'Eric Deschodt est fine, perspicace, actuelle et j'aime particulièrement son ton badin et ses réflexions sur la politique, la religion et la bourgeoisie. C'est un roman dynamique qui laisse une large place aux dialogues et aux références culturelles. Un simple mot et l'auteur digresse pour parler du roman Lolita, de Pascal, de Balzac, de Godard, d'un pape ou d'un empereur romain. Bien évidemment la rencontre des deux pays est l'occasion de rappeler quelques clichés sur l'Amérique conquérante, invaincue ou sur la France vieillissante et plaintive. " La France, c'est deux mille ans de combat, l'Amérique deux cents de facilité." L'auteur évoque la guerre du Vietnam, la lutte contre Sadam Hussein, le terrorisme, le Rainbow Warrior et l'élection de Mitterrand qui vaut un passage truculent sur la réaction à chaud dans le milieu bourgeois. " Pourquoi pas la Belgique? C'est encore plus près que la Suisse. Le fisc y est amical. On y mange bien, on y boit bien. Ils ont Béjart..." Certains peuvent regretter tant de digressions au détriment de l'histoire de base des familles Lebleu et Vanderbilt. En tout cas, ce ne fut pas mon cas car la vision de l'auteur reste suffisamment ironique et légère, en étant toutefois efficace et perspicace. L'épilogue annonce une ouverture sur la politique actuelle et une expansion européenne de la famille Lebleu-Vanderbilt. Un roman différent à découvrir.
    Lire la suite
    En lire moins
  • yv1 Posté le 6 Septembre 2011
    Ce qui m'a intrigué d'abord dans ce livre, c'est son titre, je me disais qu'une femme portant ce nom devait avoir une vie réjouissante à raconter. Bon, une fois mariée, elle se nomme Iphigénie Lebleu : moins exotique pour le nom, mais pas moins intéressant pour le lecteur. A travers ses deux personnages principaux auxquels il faut ajouter leurs parents, Eric Deschodt raconte quarante ans de l'histoire franco-américaine vue par des bourgeois. Parce que c'est aussi une chronique de la bourgeoisie : ces gens-là ne se fréquentent, ne se marient et ne se reproduisent qu'entre eux. Même les parents d'Iphigénie, moins guindés, moins engoncés dans les habitudes de cette catégorie venues du fond des âges dans la vieille Europe, venant d'un pays aux usages moins vieillots n'auraient pas accepté que leur fille épouse un garçon sans avenir. Déjà, un Français, ils ont eu du mal ! Passons tout de suite aux choses qui fâchent, histoire de finir sur une bonne note : je trouve pas mal de longueurs, sur la fin notamment à ce roman. Peut-être l'auteur aurait-il dû se limiter à la période qui court de 1968 au milieu des années 80 qui fait la plus grosse partie de son livre,... Ce qui m'a intrigué d'abord dans ce livre, c'est son titre, je me disais qu'une femme portant ce nom devait avoir une vie réjouissante à raconter. Bon, une fois mariée, elle se nomme Iphigénie Lebleu : moins exotique pour le nom, mais pas moins intéressant pour le lecteur. A travers ses deux personnages principaux auxquels il faut ajouter leurs parents, Eric Deschodt raconte quarante ans de l'histoire franco-américaine vue par des bourgeois. Parce que c'est aussi une chronique de la bourgeoisie : ces gens-là ne se fréquentent, ne se marient et ne se reproduisent qu'entre eux. Même les parents d'Iphigénie, moins guindés, moins engoncés dans les habitudes de cette catégorie venues du fond des âges dans la vieille Europe, venant d'un pays aux usages moins vieillots n'auraient pas accepté que leur fille épouse un garçon sans avenir. Déjà, un Français, ils ont eu du mal ! Passons tout de suite aux choses qui fâchent, histoire de finir sur une bonne note : je trouve pas mal de longueurs, sur la fin notamment à ce roman. Peut-être l'auteur aurait-il dû se limiter à la période qui court de 1968 au milieu des années 80 qui fait la plus grosse partie de son livre, la plus intéressante aussi ? Le reste, les 80/90 dernières pages me semblent moins pertinentes, moins développées ; elles se lisent plus vite, voire même en passant quelques paragraphes. Par contre, les 250 pages qui précèdent sont excellentes ! Une ouverture en fanfare avec un dialogue savoureux Comme le livre est beaucoup dialogué, vous comprendrez mon enthousiasme. En outre, Eric Deschodt joue sur l'antagonisme entre Français et Américains, les Français, fins et cultivés et les Etats-uniens, plus directs et prosaïques. Jack est en cela un archétype de l'Américain moyen, pas très cultivé, mais ayant réussi dans les affaires, marié à une femme gréco-américaine qui lui offre ce qu'il n'a pas. L'auteur se fait plaisir à leur prêter des propos - à eux, comme à Paul et Anne, les parents d'Henri- à l'emporte-pièce pour mieux ensuite en rire, les démonter ou les démontrer. Parce que ce qui est bien également, c'est qu'Eric Deschodt ne se prive pas d'intervenir dans son roman, donnant ici ou là son avis, son analyse de la situation politique ou économique. Tout le monde en prend pour son grade, surtout les deux présidents qui englobent la plus grande partie de son roman : Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand. Sa manière de raconter la soirée du 10 mai 1981 -l'élection de François Mitterrand, je le rappelle pour les plus jeunes d'entre vous- dans ce milieu bourgeois est un régal Si je ne craignais pas de faire trop long -et de perdre en route la moitié de mon lectorat, soit en tout deux personnes- je pourrais ajouter que ce roman est fort bien documenté, qu'il est plein d'anecdotes, d'histoires, de références littéraires, historiques qui donnent l'impression au lecteur de sortir de ce livre un peu plus intelligent qu'il n'y est entré (qui a dit qu'avec moi il y avait de la marge ? Pas très charitables les deux lecteurs qu'il me reste !) Honte à moi, je n'avais jamais lu de livre d'Eric Deschodt avant ! Je ne puis donc comparer, mais ce que je puis dire c'est qu'on sent qu'il est un analyste très fin de la société, à la fois capable d'exprimer des opinions claires et de prendre de la distance pour extraire de son observation énormément de drôlerie, d'ironie, de culture et de malice. Aux tenants d'une "bonne" littérature qui ne pourrait être que sombre, noire ou triste -j'en connais- j'opposerai tout de suite ce roman drôle, profond, extrêmement bien écrit qu'ils se doivent absolument de lire pour que leurs convictions vacillent voire s'effondrent totalement.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.