Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259306249
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 368
Format : 140 x 225 mm
Nouveauté

Jeu de peaux

Date de parution : 01/04/2021
Un thriller vertigineux dans l’univers fascinant et inquiétant du tatouage traditionnel japonais.
2019. À trente-trois ans, Juliano Rizzoni est un jeune peintre prodige encensé par la scène artistique contemporaine internationale.
Jet-setter et jouisseur à l’extrême, il affole autant les Unes des tabloïds que les galeries prestigieuses du monde entier.
Initié au Japon à la technique du tatouage Irezumi, aussi violente qu’ancestrale, il signe dix tatouages d’art sur le dos de ses amant(e)s.
L’affaire prend...
2019. À trente-trois ans, Juliano Rizzoni est un jeune peintre prodige encensé par la scène artistique contemporaine internationale.
Jet-setter et jouisseur à l’extrême, il affole autant les Unes des tabloïds que les galeries prestigieuses du monde entier.
Initié au Japon à la technique du tatouage Irezumi, aussi violente qu’ancestrale, il signe dix tatouages d’art sur le dos de ses amant(e)s.
L’affaire prend une tournure inquiétante lorsque les peaux tatouées sont déposées anonymement chez Sotheby’s Paris pour une mise aux enchères hors norme.
En l’absence de corps, le commissaire Stéphane Jourdain et l’inspectrice Lucie Bunevial, sont saisis de l’enquête pour homicides multiples….
Une affaire sanglante et terrifiante qui les mènera d’un bout à l’autre de la planète dans le milieu de l’art contemporain.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259306249
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 368
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Michel69004 Posté le 6 Juin 2021
    Original et bien documenté, voici un excellent thriller « de vacances ». Cela n’a rien de péjoratif bien sûr. On se plonge avec délice et fluidité dans un vrai page-turner sur le monde de l’art contemporain et le tatouage Irezumi en particulier. Anouk Shutterberg est talentueuse lorsque qu’elle déploie son intrigue aux quatre coins du monde. Les dialogues sont malheureusement plus poussifs (mais il n’y en a pas tant que ça). Alors oui un très bon polar cohérent, haletant, exotique, un peu gore mais avec un petit côté second degré que j’ai bien aimé. En lisant les autres billets j’ai eu l’impression d’être le seul à l’avoir acheté, chez mon libraire comme d’habitude. Il en faut, me direz-vous, des gens pour acheter des livres , je ne me plains pas, mais bon... Et puis je vais pouvoir le prêter à toute la famille qui va se délecter d’avoir tous ces méchants à haïr et qui sait, peut-être se faire tatouer l’ensemble du dos par Maître Hogoshi 4. En tout cas n’hésitez pas à mettre ce chouette polar sur votre PAL estivale.
  • harrywinner Posté le 31 Mai 2021
    Démarrant comme un thriller banal, « Jeux de peaux » embraie vers le récit d’ambiance plutôt glauque et sanglant, carrément addictif, avec un duo de flics un peu dépassé par les événements et qui, bien vite, doit rendre des comptes. En ce qui concerne la forme, elle brosse le portrait d’une société marginale, en proie à mille démons, superficielle et qui vibre au rythme des sons de la nuit. L’histoire est menée au cordeau, avec un script bien charpenté qui mélange habilement des rebondissements et des passages horrifiques soignés. Rizzoni n’est-il qu’un maillon ? Rendez-vous lors du dernier chapitre pour un dénouement cash !
  • Armony22 Posté le 30 Mai 2021
    Un jeune peintre adulé de tous et à qui tout réussi voit dix de ses oeuvres mises aux enchères chez Sotheby's Paris. Jusque là rien de bien étrange si ce n'est que lesdites oeuvres sont des tatouages d'art sur des peaux. Et les peaux ne sont pas accompagnées des corps... Voilà l'amatrice de trucs chelous et tordus qui tout d'un coup s'anime et se jette goulument sur ce livre. Je ne m'attendais pas à le dévorer si vite. Je vous avoue que la couverture ne m'attire pas du tout, l'art contemporain m'intéresse moyennement et les tatouages pas du tout. Et pourtant l'auteure réussit le tour de force de m'intéresser, de m'intriguer et de me captiver de bout en bout. L'auteure mène ce thriller aux multiples ramifications de main de maître. Elle nous conduit dans un jeu de pistes infernal. Elle nous balade et nous bouscule. La construction alternant entre passé et présent, facile à suivre grâce aux indications de lieux et dates en début de chapitre, insuffle un rythme soutenu et maintient le suspense. Si j'ai deviné assez rapidement qui tirait les ficelles dans l'ombre, j'étais bien loin d'avoir tous les tenants et les aboutissants. L'intrigue est bien plus complexe qu'il... Un jeune peintre adulé de tous et à qui tout réussi voit dix de ses oeuvres mises aux enchères chez Sotheby's Paris. Jusque là rien de bien étrange si ce n'est que lesdites oeuvres sont des tatouages d'art sur des peaux. Et les peaux ne sont pas accompagnées des corps... Voilà l'amatrice de trucs chelous et tordus qui tout d'un coup s'anime et se jette goulument sur ce livre. Je ne m'attendais pas à le dévorer si vite. Je vous avoue que la couverture ne m'attire pas du tout, l'art contemporain m'intéresse moyennement et les tatouages pas du tout. Et pourtant l'auteure réussit le tour de force de m'intéresser, de m'intriguer et de me captiver de bout en bout. L'auteure mène ce thriller aux multiples ramifications de main de maître. Elle nous conduit dans un jeu de pistes infernal. Elle nous balade et nous bouscule. La construction alternant entre passé et présent, facile à suivre grâce aux indications de lieux et dates en début de chapitre, insuffle un rythme soutenu et maintient le suspense. Si j'ai deviné assez rapidement qui tirait les ficelles dans l'ombre, j'étais bien loin d'avoir tous les tenants et les aboutissants. L'intrigue est bien plus complexe qu'il n'y parait. Les révélations et les explications nous parviennent au compte goutte accentuant la tension et le mystère. Pour un premier roman c'est une réussite. Anouk Shutterberg nous offre avec ce thriller audacieux une immersion dans le milieu de l'art contemporain et nous plonge au coeur d'une intrigue originale et palpitante. Une auteure assurément à suivre ! Merci à Babelio et aux Éditions Plon pour la découverte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • musemania Posté le 25 Mai 2021
    Comme je vous l’ai annoncé il y a peu de temps via mes réseaux sociaux, j’ai eu la chance d’être retenue, comme 19 autres lecteurs, pour faire partie du panel d’experts du polar pour les nouvelles parutions des éditions Plon. J’ai décidé de façon totalement aléatoire de commencer l’aventure par la lecture de « Jeu de peaux » d’Anouk Shutterberg. Premier roman de l’auteure et pourtant, les codes du thriller sont d’ores et déjà bien maîtrisés : une bonne dose de suspens, des meurtres plus horribles les uns que les autres, des chapitres courts permettant de faire monter la tension rapidement, une enquête qui se déroule sur les chapeaux de roues… C’est vraiment parce que c’est clairement indiqué que c’est son premier livre car je ne l’aurais pas soupçonné. Pour être totalement transparente, il y a un léger et très minime bémol au début du livre : ce sont les dialogues qui auraient peut-être pu un peu plus ciselés. Encore que, au fil des pages, une amélioration sensible s’est fait ressentir. Attention si je vous écris cela, ce n’est pas dans le but de critiquer gratuitement et trouver la petite bête mais pour permettre à l’auteure d’attirer son attention sur cette... Comme je vous l’ai annoncé il y a peu de temps via mes réseaux sociaux, j’ai eu la chance d’être retenue, comme 19 autres lecteurs, pour faire partie du panel d’experts du polar pour les nouvelles parutions des éditions Plon. J’ai décidé de façon totalement aléatoire de commencer l’aventure par la lecture de « Jeu de peaux » d’Anouk Shutterberg. Premier roman de l’auteure et pourtant, les codes du thriller sont d’ores et déjà bien maîtrisés : une bonne dose de suspens, des meurtres plus horribles les uns que les autres, des chapitres courts permettant de faire monter la tension rapidement, une enquête qui se déroule sur les chapeaux de roues… C’est vraiment parce que c’est clairement indiqué que c’est son premier livre car je ne l’aurais pas soupçonné. Pour être totalement transparente, il y a un léger et très minime bémol au début du livre : ce sont les dialogues qui auraient peut-être pu un peu plus ciselés. Encore que, au fil des pages, une amélioration sensible s’est fait ressentir. Attention si je vous écris cela, ce n’est pas dans le but de critiquer gratuitement et trouver la petite bête mais pour permettre à l’auteure d’attirer son attention sur cette petite nuance si un jour elle me lit et dans l’objectif d’être le plus intègre possible, quant à mes lectures, comme je l’ai toujours été. J’ai vraiment beaucoup aimé ce jeu du chat et de la souris dans le monde très fermé de l’art. C’est un milieu souvent oublié, et pas forcément très représentatif dans la littérature noire sauf un qui me vient directement à l’esprit avec « L’art du meurtre » de Chrystel Duchamp aux Editions de L’Archipel (que j’avais adoré et dont vous pouvez retrouver la chronique sur mon blog). Pourtant quand on regarde l’aboutissement de « Jeu de peaux », cela se marie très bien avec l’enquête policière et donne un résultat vraiment passionnant. C’est une véritable immersion au sein de l’art contemporain que l’auteure nous offre. Pour un premier départ dans cette aventure, je peux dire qu’il a vraiment très bien commencé. J’espère poursuivre sur cette voie. Je vous parle des deux autres que j’ai déjà reçus très bientôt : « Gamine Guerrière Sauvage » d’Eric Cherrière et « Rendors-toi, tout va bien » d’Agnès Laurent.
    Lire la suite
    En lire moins
  • polacrit Posté le 21 Mai 2021
    Juliano Rizzoni, jeune peintre de génie mondialement célèbre, est interrogé dans les locaux de la PJ parisienne afin d'éclaircir le coup de fil du directeur de Sotheby's Paris concernant la vente d'oeuvres pour le moins originales : les tatouages que Juliano a réalisés sur le dos de dix de ses amants/amantes...Les dix peaux, en parfait état de conservation, tannées de manière professionnelle, revêtent, vue la célébrité du tatoueur, une valeur marchande considérable, au bas mot entre cinq et dix millions, somme pour laquelle nombreux sont ceux qui vendraient leur âme au diable... Toute la question est de savoir si, au vu de l'importance du dépeçage et de la façon dont il a été réalisé, les sujets étaient consentants et s'ils sont encore en vie. Après vérification, il s'avère que les dix porteurs sont portés disparus. Et chaque peau déposée chez Sotheby's paris était accompagnée de son certificat d'authenticité et d'une autorisation de vente venant de son "propriétaire". Juliano serait-il complice de ce dépeçage en règle? Pour quelle raison, puisqu'il est issu d'une famille richissime et que ses toiles se vendent très cher? C'est alors que les corps des dix porteurs américains sont retrouvés dans une décharge, non loin de Belgrade, en Serbie.... Juliano Rizzoni, jeune peintre de génie mondialement célèbre, est interrogé dans les locaux de la PJ parisienne afin d'éclaircir le coup de fil du directeur de Sotheby's Paris concernant la vente d'oeuvres pour le moins originales : les tatouages que Juliano a réalisés sur le dos de dix de ses amants/amantes...Les dix peaux, en parfait état de conservation, tannées de manière professionnelle, revêtent, vue la célébrité du tatoueur, une valeur marchande considérable, au bas mot entre cinq et dix millions, somme pour laquelle nombreux sont ceux qui vendraient leur âme au diable... Toute la question est de savoir si, au vu de l'importance du dépeçage et de la façon dont il a été réalisé, les sujets étaient consentants et s'ils sont encore en vie. Après vérification, il s'avère que les dix porteurs sont portés disparus. Et chaque peau déposée chez Sotheby's paris était accompagnée de son certificat d'authenticité et d'une autorisation de vente venant de son "propriétaire". Juliano serait-il complice de ce dépeçage en règle? Pour quelle raison, puisqu'il est issu d'une famille richissime et que ses toiles se vendent très cher? C'est alors que les corps des dix porteurs américains sont retrouvés dans une décharge, non loin de Belgrade, en Serbie. Le commissaire Jourdain flaire dès lors que son enquête prend une Jeu de Peaux, publié par les éditions Plon en 2021, est le premier roman d'Anouk Shutterberg. Le style est sûr, parfois viril, vulgaire quand c'est nécessaire; l'écriture est solide: "Cette seule vision de son travail serait néanmoins bien superficielle si l'on n'abordait ce qui, au fond, dérangeait le plus le public et les critiques, à savoir la maturité précoce dont il faisait preuve à travers les thèmes, ardus et sombres, qu'il mettait en scène avec violence. Un univers pictural inclassable, novateur et terriblement déstabilisant." (Page 17)...L'auteur assène les mots à coups d'uppercut secs, plus ou moins violents. Construction: l'intrigue en accordéon alterne les allers-retours entre diverses dates-clefs de l'année 2019, correspondant au déroulement de l'histoire dans le présent, et des moments importants du passé de Juliano Rizzoni permettant d'expliquer le présent. Les chapitres portent en titre le lieu et la date, facilitant pour le lecteur ces continuels voyages entre présent et passé. Fil rouge: l'art du tatouage porté à son paroxysme. Je remercie les éditions Plon et Babelio grâce à qui j'ai découvert la plume et le talent d'Anouk Shutterberg. Son écriture abrupte et intelligente m'ont conquise. J'ai particulièrement apprécié le soin et la rigueur avec lesquels l'auteur a construit son intrigue, s'appuyant sur une documentation solide, notamment concernant la technique et l'histoire du tatouage japonais Irezumi, sans que cela ne nuise à son propos ni n'alourdisse l'intrigue. On ne s'ennuie à aucun moment. Avec pour résultat un roman audacieux, de par son sujet, intelligent, de par la manière dont il est traité, captivant, de par les méandres de son intrigue élaborée. Anouk Shutterberg sait également dresser un portrait éloquent en quelques coups de sa plume vive et sûre: "Un univers qui échappe totalement à cet homme petit, au teint maladif, toujours habillé d'un costume mal taillé et trop grand pour lui, qui renforce, s'il en était encore besoin, le sentiment d'abandon qui transpire de sa personne." (Page 259). Jeu de Peaux, vous l'aurez compris, présente de nombreuses qualités, de celles qui rendent un thriller inoubliable. L'auteur sait mener son lecteur à travers les méandres de son intrigue bien ficelée, ménageant quelques effets propres à le surprendre: "Pourtant, un mercredi soir, il est près de vingt-deux heures lorsque, au détour d'un chapitre d'un petit ouvrage écorné, laissé à l'abandon, elle découvre enfin une facette de lrezumi qui l'interpelle et qu'aucun texte n'avait évoqué jusque-là. Et si c'était la clef du mystère?" (Page 109). => Inutile de vous préciser qu'il faudra attendre quelques pages avant de savoir de quoi il retourne... Le petit +: les clins d'oeil que l'auteur destine à son lecteur en s'adressant directement à lui, un peu à la manière des écrivains du 19e siècle, le faisant ainsi participer d'une manière plus impliquée: "Parce que, voyez-vous, Lucie, c'est une coriace"..."Elle se permet tout, avec lui, et elle a raison. Lucie, vous l'avez compris, c'est sa protégée". Cette intimité inédite humanise un roman qui, sans cela, serait d'une noirceur insondable...
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…