Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221104040
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 864
Format : 153 x 240 mm

Jonathan Strange & Mr Norrell - Edition blanche

Edition limitée

Isabelle D. PHILIPPE (Traducteur)
Date de parution : 08/03/2007

Il y a des siècles de cela, du temps où la magie existait encore en Angleterre, le plus grand magicien de tous était le roi Corbeau. Enfant d’homme élevé par des fées, le roi Corbeau mêla sagesse féerique et humaine raison pour fonder la magie anglaise. En 1806, année où...

Il y a des siècles de cela, du temps où la magie existait encore en Angleterre, le plus grand magicien de tous était le roi Corbeau. Enfant d’homme élevé par des fées, le roi Corbeau mêla sagesse féerique et humaine raison pour fonder la magie anglaise. En 1806, année où commence le roman, il n’est plus guère qu’une légende. L’Angleterre est gouvernée par un roi fou, Lord Byron bouleverse les mœurs autant qu’il révolutionne la poésie, les guerres napoléoniennes ravagent le pays… et plus personne ne croit à la pratique de la magie.
Or voici que Mr Norrell, le reclus de l’abbaye de Hurtfew, lance un défi aux magiciens théoriciens qui pullulent dans le pays : il prouvera qu’il est le seul véritable magicien du pays. Dans une scène éblouissante, il prête parole et mouvement aux statues de la cathédrale d’York. La nouvelle du retour de la magie en Angleterre se répand jusque dans les frivoles salons londoniens. Pédant, prétentieux, Mr Norrell devient pourtant la coqueluche de la noblesse londonienne. Mais lui veut davantage : aider le gouvernement dans sa guerre contre Napoléon. Il bloque les Français en rade de Brest grâce à une immense flotte anglaise composée de navires nés de la pluie, et dote les côtes britanniques de charmes protecteurs.
Aider le royaume d’Angleterre n’est pas l’unique obsession de Mr Norrell. Car il veut aussi, et surtout, éliminer tout rival possible. C’est compter sans la prophétie : Deux magiciens paraîtront en Angleterre. Le premier me craindra ; le second de me voir brûlera. Et bientôt il croise sur son chemin un brillant jeune magicien, Jonathan Strange. Ce dernier est charmant, riche, un brin arrogant, mais imaginatif et courageux. Mr Norrell, séduit, le prend pour élève. Ensemble, ils éblouissent le pays de leurs exploits. Mais leur association tourne vite à la rivalité…
Plus de deux millions d’exemplaires vendus à ce jour, prix Hugo, prix Locus du premier roman, BookSense du roman de l’année, roman de l’année du Time Magazine, traduit dans dix-sept pays, bientôt adapté au cinéma par les studios NewLine, Jonathan Strange & Mr Norrell, publié sous deux couvertures différentes (soit noire, soit blanche) est un phénomène.

Extraits exclusifs, textes inédits, interview de l’auteur, forum …, rendez-vous sur
http://www.jonathanstrange.fr

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221104040
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 864
Format : 153 x 240 mm
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Tiguidou Posté le 6 Septembre 2020
    N'étant pas fan de fantasy je suis mal placé pour critiquer cet immense (par le poids et le nombre de pages) roman de Susanna Clarke. Un genre littéraire C'est comme les olives, on ne peut pas dire qu'on n'aime pas avant d'avoir essayé. Pour ma part J'ai souvent essayé les olives et je J'ai jamais aimé et il semble que ce soit la même chose avec les romans fantasy. Cependant le fait de ne pas aimer le genre ne m'empêche pas de reconnaître l'originalité et l'humour de cette oeuvre. Susanna Clarke a fait un travail immense pour écrire ce pavé. Je me suis laissé dire que ce roman est le fruit de dix ans de travail, cela demande beaucoup de dévouement et de foi en son projet et je ne peux que saluer une telle persévérance. J'ai beaucoup aimé son style très "british" et son sens de l'autoderision ( elle critique souvent les anglais les trouvant arrogants et insupportables.). J'ai moins aimé la fin de l'histoire qui m'a laissé perplexe ne sachant trop comment se termine l'aventure pour certains personnages, je me suis senti laissé en plan sur leur sort. Les deux principales qualités de... N'étant pas fan de fantasy je suis mal placé pour critiquer cet immense (par le poids et le nombre de pages) roman de Susanna Clarke. Un genre littéraire C'est comme les olives, on ne peut pas dire qu'on n'aime pas avant d'avoir essayé. Pour ma part J'ai souvent essayé les olives et je J'ai jamais aimé et il semble que ce soit la même chose avec les romans fantasy. Cependant le fait de ne pas aimer le genre ne m'empêche pas de reconnaître l'originalité et l'humour de cette oeuvre. Susanna Clarke a fait un travail immense pour écrire ce pavé. Je me suis laissé dire que ce roman est le fruit de dix ans de travail, cela demande beaucoup de dévouement et de foi en son projet et je ne peux que saluer une telle persévérance. J'ai beaucoup aimé son style très "british" et son sens de l'autoderision ( elle critique souvent les anglais les trouvant arrogants et insupportables.). J'ai moins aimé la fin de l'histoire qui m'a laissé perplexe ne sachant trop comment se termine l'aventure pour certains personnages, je me suis senti laissé en plan sur leur sort. Les deux principales qualités de cet ouvrage sont pour moi l'humour et l'originalité. Un mot sur le travail de traduction, je lève mon chapeau à Isabelle D. Philippe qui a traduit ce livre pour son travail qui nous permet d'apprécier l'esprit et l'humour de ce roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • etohyuta Posté le 28 Juillet 2020
    Apres avoir lu le mot fin je n'ai ressenti qu'une seule chose : le soulagement. J'ai mis a peu pres 5 mois a lire ce livre, avec des pauses bien sur à lire autre choses. Que dire. Je suis pourtant ferue de fantastique mais ce roman est bien trop long. Il manque de rythme. C'est long long long. Après il est vrai que l'univers est interessant, assez complet avec un historique travaillé ( par contre 10 pour cent du livre est constitué de note de bas de pages)mais voilà je suis bien contente que ca soit fini.
  • BruC Posté le 20 Mars 2020
    En pleine guerre napoléonienne, un certain Mr Norrell, magicien de son Etat, réintroduit la magie en Grande-Bretagne. Il se fait bientôt seconder par le fringant Jonathan Strange. Les deux magiciens (les seuls magiciens de Sa Gracieuse Majesté !) deviennent pourtant concurrents, jusqu'au jour où le retour du Roi Corbeau les contraint à s'allier de nouveau. Un roman très dense et très long, malgré tout d'un style impeccable très XIXème siècle. Ce roman, qui est à mi-chemin entre Harry Potter, Jane Austen et Honoré de Balzac, est une curiosité.
  • Agraynel Posté le 17 Février 2020
    Un roman ambitieux qui demande un peu de patience (il ne faut pas se montrer trop hâtif à connaître le dénouement mais celui-ci n'en est que plus savoureux). Beaucoup de qualités : romanesque, mystérieux, magique, voyageur, aventureux, fouillé (émaillé de petites histoires dans la grande histoire par ses notes de bas de pages) avec des personnages hauts en couleur. Un roman qui vient avec son univers magique propre (ce qui peut aussi justifier sa longueur) qu'il faut accepter pour mieux y pénétrer mais qui se joue aussi dans le monde que nous connaissons avec ses réalités historiques (contrairement à l'univers fantasy de Tolkien). Un très bon roman donc, à recommander !
  • LaGeekosophe Posté le 13 Octobre 2019
    Plus de 1100 pages pour ce livre qui mérite bien le nom de pavé ! Jonathan Strange et Mr Norrell est un roman ambitieux qui aime donner beaucoup de détails pour installer son univers. Au menu : magie, homme-fées et sortilèges sur fond de guerres Napoléoniennes. Nous avons affaire à une oeuvre singulière, que ce soit par sa longueur que par son style. Susanna Clarke prend plaisir à avoir un style badin, détaillé et croquant. La plume croustille et virevolte pour construire cette ambiance propre à l'Angleterre : joyeux mélange d'excentricité douce et de balai dans le fondement (n'est-il pas ?). Elle rend honneur aux paysages sauvages et humides anglais, ce qui rend certains passages très visuels. le style m'a beaucoup rappelé J.K. Rowling, entre légèreté, détails et digressions. Autre spécificité narrative : il y a vraiment beaucoup de notes de bas de page. Je sais que cela rebute certains lecteurs. Les notes de bas de page servent à l'autrice à raconter de petites histoires magiques, des anecdotes sur les personnages qui n'ont pas d'incidence sur la trame principale. J'ai trouvé ces additions à l'univers souvent enrichissantes mais j'en ai quand même sauté quelques unes. le roman est déjà long et je... Plus de 1100 pages pour ce livre qui mérite bien le nom de pavé ! Jonathan Strange et Mr Norrell est un roman ambitieux qui aime donner beaucoup de détails pour installer son univers. Au menu : magie, homme-fées et sortilèges sur fond de guerres Napoléoniennes. Nous avons affaire à une oeuvre singulière, que ce soit par sa longueur que par son style. Susanna Clarke prend plaisir à avoir un style badin, détaillé et croquant. La plume croustille et virevolte pour construire cette ambiance propre à l'Angleterre : joyeux mélange d'excentricité douce et de balai dans le fondement (n'est-il pas ?). Elle rend honneur aux paysages sauvages et humides anglais, ce qui rend certains passages très visuels. le style m'a beaucoup rappelé J.K. Rowling, entre légèreté, détails et digressions. Autre spécificité narrative : il y a vraiment beaucoup de notes de bas de page. Je sais que cela rebute certains lecteurs. Les notes de bas de page servent à l'autrice à raconter de petites histoires magiques, des anecdotes sur les personnages qui n'ont pas d'incidence sur la trame principale. J'ai trouvé ces additions à l'univers souvent enrichissantes mais j'en ai quand même sauté quelques unes. le roman est déjà long et je n'étais pas toujours d'humeur à lire quelques paragraphes en plus. Mais cela ne retire rien à l'ambiance, d'autant que Susanna Clarke ajoute des références à des magiciens du monde réel au royaume de féerie qui tiennent quasiment de l'érudition. L'autre point fort du récit se trouve dans les personnages. L'autrice oppose deux magiciens anglais, Mr Norrell et Jonathan Strange. Tous deux talentueux, l'histoire du livre raconte leur amitié et leur rivalité. Mr Norrell est du côté "balai dans le fondement" de la culture anglaise. Effacé, timoré, d'une prudence extrême et cachottier, il a pratique très rare de la magie et souhaite rester le seul Magicien anglais afin de rétablir la magie selon ses termes. Jonathan Norrell a appris la magie surtout en autodidacte. Il est direct, charmeur et aventureux dans sa pratique des sortilèges. Outre le duo principal, les personnages secondaires ne manquent pas de souffle. J'ai une préférence pour le sombre Childermass, homme de main de Norrell, aux desseins souvent mystérieux et qui pratique un peu de magie. Les dames ne sont pas en reste. Arabella Strange est loin de la cruche inconsistante et ses apparitions montrent qu'elle a bien plus de jugeote que son sympathique époux. J'aime beaucoup aussi la touchante Lady Pole, sacrifiée au nom de l'ambition, qui fait preuve de résilience dans les épreuves. L'histoire n'est pas dénuée de questionnements profonds, au contraire ! Dans un premier temps, le roman évoque beaucoup de problématiques liées au pouvoir et à l'ambition. Faut-il utiliser la magie pour régler ses problèmes immédiats même s'il y a toujours un prix à payer que l'on ne peut pas prévoir ? A quel moment dépasse-t-on les limites ? J'ai aussi beaucoup apprécié la question des rapports antagonistes entre les deux magiciens principaux, qui questionnent assez finement la relation de subordination maître-élève et la difficulté de maintenir des liens avec des personnalités qui sont nos opposées. Dès l'instant où Strange et Norrell se séparent, ils s'enfoncent tous les deux dans ds voies qui amènent catastrophes, bassesse et échecs. Ce qui tend à montrer que leurs caractères contraires parviennent à créer un équilibre bien plus souhaitable que des extrêmes. Une ode à l'alliance et au travail d'équipe en quelque sorte. Jonathan Strange et Mr Norrell est un roman qui vaut la peine d'arriver au bout. L'écriture ciselée et légère de Clarke est un délice qui nous fait tourner les pages sans même nous en rendre compte. Elle aime le détail, ce qui apporte une grande précision dans son univers vaste et original. Certains trouveront peut-être u'il manque d'action parfois et qu'elle s'attarde sur des éléments anodins, mais ce sont en réalités moyens de nous écrire une lettre d'amour à l'Angleterre, à ses menus défauts comme ses qualités. Ses personnages sont vraiment attachants et très bien construits, ce qui apporte un plus à cette histoire qui se révèle finalement très humaine.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.