Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221249659
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 130 x 200 mm
La Danse du Gorille
Delphine Gachet (traduit par)
Collection : La Bête noire
Date de parution : 03/02/2022
Éditeurs :
Robert Laffont

La Danse du Gorille

Delphine Gachet (traduit par)
Collection : La Bête noire
Date de parution : 03/02/2022

Le nouveau thriller de l'auteur du best-seller Tu tueras le père.
Le danger rôde partout, jusque dans votre tête.

Trouble dissociatif de l’identité. Ou, plus communément, schizophrénie. C’est le mal avec lequel Sandrone, un chasseur de primes à l’ironie mordante, a dû se construire. Il est le Gorille. Mais...

Trouble dissociatif de l’identité. Ou, plus communément, schizophrénie. C’est le mal avec lequel Sandrone, un chasseur de primes à l’ironie mordante, a dû se construire. Il est le Gorille. Mais dans les recoins de son cerveau se cache l’Associé, son double, un tueur sans pitié. Si cette cohabitation forcée n’a...

Trouble dissociatif de l’identité. Ou, plus communément, schizophrénie. C’est le mal avec lequel Sandrone, un chasseur de primes à l’ironie mordante, a dû se construire. Il est le Gorille. Mais dans les recoins de son cerveau se cache l’Associé, son double, un tueur sans pitié. Si cette cohabitation forcée n’a jamais été simple, l’Associé se fait discret depuis qu'il a quitté sa ville natale.
La mort soudaine d’un ami sonnera la fin de la trêve. Sandrone doit rentrer à Milan. Une cité gangrenée par les guerres de gangs où s’affrontent dealers, militants, entrepreneurs véreux et policiers corrompus. Le Gorille est bien un animal de ce zoo-là, prêt à tout pour fuir ses démons, même à vendre son âme…

« Le personnage qui marque les mémoires, c'est lui : le Gorille. » La Reppublica

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221249659
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 130 x 200 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bookinette Posté le 8 Avril 2022
    J'avais beaucoup aimé la trilogie de l'auteur avec le si attachant Dante et je ne pouvais pas passer à côté de ce nouveau roman. Mais quelle surprise ! J'ai eu l'impression de lire un tout autre auteur tant le style est différent de ce à quoi je m'attendais, une vraie faculté de se renouveler ! Et si j'ai été vraiment déstabilisée dès les premières pages, j'ai peu à peu adhéré à cet univers très particulier. Sandrone (du même prénom que l'auteur... troublant !) est surnommé Le Gorille. Il a sa petite réputation dans le milieu et il coule des jours paisibles à Amsterdam lorsqu'il apprend la mort d'un de ses vieux amis Albero. Direction Milan pour un dernier adieu mais la version officielle du suicide ne le convainc pas et il ne peut s'empêcher d'enquêter. Bas fonds milanais, gangs, trafics, morts... Le Gorille va mettre à jour la vérité avec l'aide de l'Associé, son autre moi qui squatte au fond de son cerveau car Sandrone souffre d'un trouble dissociatif de l'identité. L'auteur joue de cette maladie avec intelligence, ménageant des ellipses de temps avec pertes de mémoire, actions resserrées, situations improbables passant comme une lettre à la poste, donnant une grande liberté d'action à... J'avais beaucoup aimé la trilogie de l'auteur avec le si attachant Dante et je ne pouvais pas passer à côté de ce nouveau roman. Mais quelle surprise ! J'ai eu l'impression de lire un tout autre auteur tant le style est différent de ce à quoi je m'attendais, une vraie faculté de se renouveler ! Et si j'ai été vraiment déstabilisée dès les premières pages, j'ai peu à peu adhéré à cet univers très particulier. Sandrone (du même prénom que l'auteur... troublant !) est surnommé Le Gorille. Il a sa petite réputation dans le milieu et il coule des jours paisibles à Amsterdam lorsqu'il apprend la mort d'un de ses vieux amis Albero. Direction Milan pour un dernier adieu mais la version officielle du suicide ne le convainc pas et il ne peut s'empêcher d'enquêter. Bas fonds milanais, gangs, trafics, morts... Le Gorille va mettre à jour la vérité avec l'aide de l'Associé, son autre moi qui squatte au fond de son cerveau car Sandrone souffre d'un trouble dissociatif de l'identité. L'auteur joue de cette maladie avec intelligence, ménageant des ellipses de temps avec pertes de mémoire, actions resserrées, situations improbables passant comme une lettre à la poste, donnant une grande liberté d'action à son héros. Un texte particulièrement rythmé dans un style très peu descriptif, avec avant tout des dialogues directs et indirects parfois savoureux entre les deux personnalités du Gorille, des chapitres très courts et un ton bien souvent caustique, voire sarcastique... Un bémol cependant, ce roman s'inscrit dans une série dont les premiers tomes sont déjà sortis. Il y a des allusions et références et surtout une foison de personnages singuliers récurrents avec qui les relations sont déjà bien établies.... frustrant ! Un roman vivant, surprenant, au ton particulier qui se prêterait bien à une adaptation au cinéma et qui m'a donné envie de découvrir les premiers tomes. Une bonne lecture malgré mes frustrations.
    Lire la suite
    En lire moins
  • druspike Posté le 4 Avril 2022
    Insta: https://www.instagram.com/druspike/ Facebook: https://www.facebook.com/Les-lectures-de-druspike-1848209112084092 J’ai reçu ce livre dans le cadre de la masse critique « mauvais genre ». Je remercie infiniment Babelio et les éditions Robert Laffont et la bête noire pour cet envoie. De quoi ça parle ? « Trouble dissociatif de l’identité. Ou, plus communément, schizophrénie. C’est le mal avec lequel Sandrone, un chasseur de primes à l’ironie mordante, a dû se construire. Il est le Gorille. Mais dans les recoins de son cerveau se cache l’Associé, son double, un tueur sans pitié. Si cette cohabitation forcée n’a jamais été simple, l’Associé se fait discret depuis qu'il a quitté sa ville natale. La mort soudaine d’un ami sonnera la fin de la trêve. Sandrone doit rentrer à Milan. Une cité gangrenée par les guerres de gangs où s’affrontent dealers, militants, entrepreneurs véreux et policiers corrompus. Le Gorille est bien un animal de ce zoo-là, prêt à tout pour fuir ses démons, même à vendre son âme …» Dès le départ j’ai eu la sensation d’être un peu larguée, j’avais la sensation qu’il me manquait un gros quelque chose … On est direct balancé dans l’intrigue, pas de mise en place, pas de présentation des personnages... Insta: https://www.instagram.com/druspike/ Facebook: https://www.facebook.com/Les-lectures-de-druspike-1848209112084092 J’ai reçu ce livre dans le cadre de la masse critique « mauvais genre ». Je remercie infiniment Babelio et les éditions Robert Laffont et la bête noire pour cet envoie. De quoi ça parle ? « Trouble dissociatif de l’identité. Ou, plus communément, schizophrénie. C’est le mal avec lequel Sandrone, un chasseur de primes à l’ironie mordante, a dû se construire. Il est le Gorille. Mais dans les recoins de son cerveau se cache l’Associé, son double, un tueur sans pitié. Si cette cohabitation forcée n’a jamais été simple, l’Associé se fait discret depuis qu'il a quitté sa ville natale. La mort soudaine d’un ami sonnera la fin de la trêve. Sandrone doit rentrer à Milan. Une cité gangrenée par les guerres de gangs où s’affrontent dealers, militants, entrepreneurs véreux et policiers corrompus. Le Gorille est bien un animal de ce zoo-là, prêt à tout pour fuir ses démons, même à vendre son âme …» Dès le départ j’ai eu la sensation d’être un peu larguée, j’avais la sensation qu’il me manquait un gros quelque chose … On est direct balancé dans l’intrigue, pas de mise en place, pas de présentation des personnages … Après recherche j’ai compris : Le gorille est un personnage récurent, ces dernières aventures remontent à une dizaine d’années ! Je ne connaissais Sandrone que dans sa trilogie tu tueras le père … Bon au bout d’une cinquantaine de pages je commençais à un peu plus m’y retrouvais mais cette sensation d’avoir un trou dans l’histoire est resté jusqu’au bout ! Ce roman se divise en huit parties, chacune d’une dizaine de chapitres de quelques pages seulement ce qui donne un excellent rythme de lecture et m’a permis de rester accrocher dans les débuts quand je me sentais totalement perdue ! J’ai trouvé l’écriture de Sandrone très différente de ce qu’il proposait dans sa trilogie précédente. J’ai eu une sensation de plus brute, moins complexe … Je ne sais pas vraiment comment l’expliquer mais en gros si je n’avais pas su que ce livre était de Sandrone Dazieri je ne l’aurais absolument pas deviné. L’histoire en elle-même était plus tôt sympa, un personnage principal qui souffre de trouble dissociatif de l’identité c’est plus tôt original et ça nous offre 2 personnages en 1 seul ! Mais il faut parfois s’accrocher, il y a beaucoup de personnages dans cette histoire, c’est parfois un peu complexe de s’y retrouver d’autant plus, je pense, quand on n’a pas lu les premiers romans mettant en scène le Gorille et son associé. Il nous manque des subtilités sur les traits de l’un ou de l’autre. J’ai quand même trouvé le personnage du gorille très attachant, tout comme la plupart des protagonistes de ce roman, auquel j’ai trouvé assez souvent une belle part d’humanité ! C’est un bon roman qui se lit très vite, je vous le recommande mais attention si vous n’avez pas lu les tomes précédents du gorille et que vous avez adoré la trilogie de Dante et Colomba sachez que ce n’est absolument pas ce que vous trouverez ici. Mieux vaut le savoir pour éviter d’y aller avec des attentes spécifiques et en ressortir déçu ! La forme, le fond tout est différent. Pour ma part c’est une bonne surprise à 1000 lieux de ce que j’attendais, un peu déconcertant mais un très bon moment de lecture ! Note 7.5/10
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bruno19 Posté le 26 Mars 2022
    Reçu dans le cadre de Masse Critique en partenariat avec l'éditeur (Robert Laffont / "La bête noire") et le site BABELIO. Merci à eux. La collection "La bête noire" et le sous titre du roman: "Un roman noir dans les bas fonds de Milan" donne une bonne indication de ce qui attend le lecteur dans ce livre. Sur la forme, comme beaucoup de livres de ce genre, c'est l'enquêteur qui nous raconte son histoire, avec son point de vue, ses commentaires à l'aune de ses opinions. comme souvent aussi, le héros est un peu underground, un peu anarchiste, un peu cassé, un peu borderline parfois et il consomme diverses substances (de l'alcool à la drogue). Il évolue aussi dans un univers particuliers de marginaux, de voyous et de personnages un peu décalés. L'originalité du Gorille est qu'il a un trouble dissociatif et qu'une deuxième personnalité prends parfois le contrôle. De ce fait il perd connaissance ou s'endort puis se réveille ailleurs après une plage temporelle inconnue. Il lui reste à sortir de l'endroit où il se réveille et à comprendre ce que son double a fait et pourquoi il l'a fait. Le roman est construit en 8 parties découpées chacune en 6 à 10... Reçu dans le cadre de Masse Critique en partenariat avec l'éditeur (Robert Laffont / "La bête noire") et le site BABELIO. Merci à eux. La collection "La bête noire" et le sous titre du roman: "Un roman noir dans les bas fonds de Milan" donne une bonne indication de ce qui attend le lecteur dans ce livre. Sur la forme, comme beaucoup de livres de ce genre, c'est l'enquêteur qui nous raconte son histoire, avec son point de vue, ses commentaires à l'aune de ses opinions. comme souvent aussi, le héros est un peu underground, un peu anarchiste, un peu cassé, un peu borderline parfois et il consomme diverses substances (de l'alcool à la drogue). Il évolue aussi dans un univers particuliers de marginaux, de voyous et de personnages un peu décalés. L'originalité du Gorille est qu'il a un trouble dissociatif et qu'une deuxième personnalité prends parfois le contrôle. De ce fait il perd connaissance ou s'endort puis se réveille ailleurs après une plage temporelle inconnue. Il lui reste à sortir de l'endroit où il se réveille et à comprendre ce que son double a fait et pourquoi il l'a fait. Le roman est construit en 8 parties découpées chacune en 6 à 10 chapitres courts (2 à 4 pages environ). Une lecture assez dynamique donc. Pour ma part c'est ma première rencontre avec le personnage du gorille qui a déjà vécu plusieurs aventures. Ce n'est pas complétement handicapant puisque son enquête n'a pas un lien fondamental avec son passé et que les personnages en lien avec le passé sont présentés au néophyte. Par contre certaines références sont un peu légères si on ne connait pas ce passé: D'où vient son trauma (une balle dans la tête, certes mais on n'en sait pas plus ici), Quel est son passé, ses compétences? (est il un ancien flic, militaire, truand…? on ne le sait pas non plus). Donc pour moi un léger manque sur ces aspects. Au final un récit noir efficace, un personnage original, une enquête bien menée dans un récit suffisamment prenant. Et une plongée dans les quartiers pauvres de Milan à la rencontre d'une population underground.
    Lire la suite
    En lire moins
  • AliceFee Posté le 22 Février 2022
    Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Danse du Gorille ? "J'ai beaucoup aimé la trilogie déjà paru chez la Bête Noire de Sandrone Dazieri, surtout son héros atypique, j'avais donc envie de découvrir ce qu'il pouvait écrire d'autre." Dites-nous en un peu plus sur son histoire... "Alors que le Gorille, comme on le surnomme, se tient tranquille à Amsterdam, l'un de ses amis est retrouvé mort à Milan. Il se sent alors obligé de faire le voyage pour lui dire adieu et va se retrouver entraîner, à cause de son Associé, son autre personnalité, dans une enquête qui le dépasse..." Mais que s'est-il exactement passé entre vous ? "Premier problème, je me suis rendue compte, au moment de le lire, qu'il s'agissait du tome 6 d'une série. Et je ne m'en suis pas rendue compte parce que c'est signalé où que ce soit sur le livre ! Donc, je commence ma lecture énervée. De manière générale, ça se lit facilement de façon indépendante mais il nous manque quand même pas mal d'informations pour cerner le personnage principal et nous intéresser vraiment à son sort. Ajoutez à ça qu'il y a une grosse confusion... Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec La Danse du Gorille ? "J'ai beaucoup aimé la trilogie déjà paru chez la Bête Noire de Sandrone Dazieri, surtout son héros atypique, j'avais donc envie de découvrir ce qu'il pouvait écrire d'autre." Dites-nous en un peu plus sur son histoire... "Alors que le Gorille, comme on le surnomme, se tient tranquille à Amsterdam, l'un de ses amis est retrouvé mort à Milan. Il se sent alors obligé de faire le voyage pour lui dire adieu et va se retrouver entraîner, à cause de son Associé, son autre personnalité, dans une enquête qui le dépasse..." Mais que s'est-il exactement passé entre vous ? "Premier problème, je me suis rendue compte, au moment de le lire, qu'il s'agissait du tome 6 d'une série. Et je ne m'en suis pas rendue compte parce que c'est signalé où que ce soit sur le livre ! Donc, je commence ma lecture énervée. De manière générale, ça se lit facilement de façon indépendante mais il nous manque quand même pas mal d'informations pour cerner le personnage principal et nous intéresser vraiment à son sort. Ajoutez à ça qu'il y a une grosse confusion entre "trouble dissociatif de l'identité" et "schizophrénie" et je vous laisse imaginer le bordel ! Le reste en revanche est efficace, c'est très brut, sec, sans fioritures inutiles. Très différent aussi de son autre série, et j'applaudis l'auteur qui sait se renouveler. L'enquête est intéressante et Milan y est fascinante. Un bon polar en somme." Et comment cela s'est-il fini ? "Efficace est une nouvelle fois le mot qui me vient pour résumer cette histoire comme sa conclusion. Malheureusement, les deux points négatifs que j'ai soulevé plus tôt ne sont quand même pas des moindres et m'ôtent personnellement l'envie d'aller plus loin."
    Lire la suite
    En lire moins
  • nath74gri Posté le 11 Février 2022
    Premier roman que je lis de Sandrone Dazieri avec la danse du gorille (sorti le 03/02/22) mais il ne m'a pas convaincu ! Bon déjà le gorille est apparu dans des précédents romans de l'auteur, ce que je ne savais pas. Et ce fameux Sandrone, alias le gorille, souffre de trouble dissociatif de l'identité, il a un double dans sa tête, l'associé et ce n'est pas facile à comprendre tout au long du roman. L'intrigue en elle même j'ai eu du mal à l'apprécier car les trop nombreux personnages embrouillent tout. Sinon les chapitres courts se lisent vite mais la complexité des relations entre les personnages m'a décontenancée. Merci à La bête noire pour leur confiance.
Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ? Abonnez-vous à sa newsletter pour ne rater aucune nouveauté !
Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.