Lisez! icon: Search engine
La Maison en pain d'épices
Sylvie Schneiter (traduit par)
Collection : Pavillons
Date de parution : 22/09/2022
Éditeurs :
Robert Laffont

La Maison en pain d'épices

Sylvie Schneiter (traduit par)
Collection : Pavillons
Date de parution : 22/09/2022
Par l'autrice de Qu'avons nous fait de nos rêves ? - Prix Pulitzer 2011
« Le meilleur livre d’Egan à ce jour. » Publishers Weekly
Bix Bouton a 40 ans, quatre enfants, et en apparence tout pour être heureux. Son entreprise, Mandala, connaît un succès tel qu’il est devenu l’un de ces « demi-dieux de... Bix Bouton a 40 ans, quatre enfants, et en apparence tout pour être heureux. Son entreprise, Mandala, connaît un succès tel qu’il est devenu l’un de ces « demi-dieux de la technologie » admirés de tous. Pourtant, il est tourmenté, insatisfait, en quête désespérée d’une nouvelle idée – jusqu’au jour... Bix Bouton a 40 ans, quatre enfants, et en apparence tout pour être heureux. Son entreprise, Mandala, connaît un succès tel qu’il est devenu l’un de ces « demi-dieux de la technologie » admirés de tous. Pourtant, il est tourmenté, insatisfait, en quête désespérée d’une nouvelle idée – jusqu’au jour où il tombe par hasard sur un groupe de discussion dont l’un des membres, professeur à l’université, expérimente un nouveau concept : l’externalisation de la mémoire. Nous sommes en 2010.
En l’espace d’une décennie, OwnYourUnconscious, la nouvelle technologie développée par l’entreprise de Bix permettant non seulement d’accéder à tous ses souvenirs mais aussi de les partager en échange de l’accès à ceux des autres, a séduit les foules. Mais à quel prix ?

Roman miroir de Qu’avons-nous fait de nos rêves ?, prix Pulitzer 2011, La Maison en pain d’épices est un récit électrisant, foisonnant et terriblement actuel sur la quête d’authenticité, de lien et de sens dans un monde où la mémoire et les identités ne nous appartiennent plus. 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221261095
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 396
Format : 135 x 215 mm
EAN : 9782221261095
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 396
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Felina 23/04/2023
    Découverte absolue de cette auteure qui a reçu le prix Pulitzer pour son roman « Qu'avons-nous fait de nos rêves ? ». Selon certaines chroniques, on retrouverait certains des personnages de ce roman dans « La maison en pain d'épices ». Ce qui veut dire qu'il faudrait que je le lise également. À voir selon mon appréciation de cette première lecture. Bix Brouton est une des personnalités phares du monde numérique après avoir créer sa société : Mandala. Mais, il tourne en rond et aimerait bien être à l'origine d'une innovation technologique encore plus impactante pour la société actuelle. C'est ainsi que tout à fait par hasard, il découvre au détour d'un forum, le concept d'externalisation de la mémoire. Et il le sait, il tient son idée révolutionnaire. Mais est-ce vraiment une évolution pour la société, ou juste une manière de déposséder l'être humain de son intimité ? La plume de Jennifer Egan est assez déroutante, de même que la structure du roman. Le lecteur peut même s'interroger si la précédente œuvre de l'auteure était conçue de la même façon, parce qu'il faut vraiment s'accrocher. Contrairement à la majorité des livres où le lecteur est totalement passif et se laisse porté... Découverte absolue de cette auteure qui a reçu le prix Pulitzer pour son roman « Qu'avons-nous fait de nos rêves ? ». Selon certaines chroniques, on retrouverait certains des personnages de ce roman dans « La maison en pain d'épices ». Ce qui veut dire qu'il faudrait que je le lise également. À voir selon mon appréciation de cette première lecture. Bix Brouton est une des personnalités phares du monde numérique après avoir créer sa société : Mandala. Mais, il tourne en rond et aimerait bien être à l'origine d'une innovation technologique encore plus impactante pour la société actuelle. C'est ainsi que tout à fait par hasard, il découvre au détour d'un forum, le concept d'externalisation de la mémoire. Et il le sait, il tient son idée révolutionnaire. Mais est-ce vraiment une évolution pour la société, ou juste une manière de déposséder l'être humain de son intimité ? La plume de Jennifer Egan est assez déroutante, de même que la structure du roman. Le lecteur peut même s'interroger si la précédente œuvre de l'auteure était conçue de la même façon, parce qu'il faut vraiment s'accrocher. Contrairement à la majorité des livres où le lecteur est totalement passif et se laisse porté par le récit, dans « La maison en pain d'épices », il a intérêt à être attentif au moindre détail s'il veut relier les personnages à leur histoire. Le postulat de départ est plus qu'intéressant. Étant donné l'emprise que possèdent les réseaux sociaux sur notre vie personnelle, quel serait l'impact d'avoir la possibilité de pouvoir partager ses souvenirs avec le monde entier ? Comment réagir à la découverte des souvenirs d'autrui ? N'est-ce pas se déposséder de son intimité ? N'est-ce pas comme laisser entrer n'importe qui dans son jardin secret ? N'est-ce pas ouvrir la porte à une nouvelle forme d'abus, car même si un certain anonymat est respecté, cela n'empêchera probablement pas les dérives. Car il ne faut pas oublier que l'Homme est un loup pour l'Homme.
    Lire la suite
    En lire moins
  • sheppard 03/03/2023
    Déroutant ! Imaginez un monde dans lequel vos souvenirs sont sauvegardés et partagés via des capteurs, serveurs et autres nouvelles technologies. Imaginez un monde où vous pouvez voyagez dans le passé grâce aux souvenirs enregistrés des membres de OwnYourUnconscious. Vous signez ? Jennifer Egan tisse un réseau de personnages pour former la toile d’une nouvelle réalité virtuelle. Elle tisse méticuleusement et déroute par la forme. Le fil narratif est déconstruit à chaque chapitre, les personnages sont multiples et les aller-retours dans le passé perturbent. Les narrateurs s’échangent leurs rôles pour mieux vous perturber. Accrochez-vous ! Embarquez dans ce monde connecté, inscrivez-vous, mais prenez garde à vos habitudes. La maison en pain d’épices est l’extrapolation de notre monde qui vit les prémisses de la révolution numérique. C’est une construction en plusieurs couches, plusieurs saveurs et plusieurs décors. Elle expérimente et réussit une œuvre unique et tranchante. Un livre qui peut vous dérouter tant l’écriture n’est pas linéaire et classique. L’autrice américaine joue des codes pour programmer un livre surprenant et novateur.
  • Bazart 22/01/2023
    2010. Bix Bouton, 40 ans, a participé à la fondation de Mandala, un nouveau monde qui fait de lui "un demi-dieux de la technologie". Il part en quête d'une nouvelle idée, d'un nouveau projet ambitieux. Il découvre alors l'idée d'un professeur d'université exposant un nouveau concept visant à externaliser la conscience des êtres humains vers un 𝑐𝑢𝑏𝑒 𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑐𝑖𝑒𝑛𝑐𝑒, afin de pouvoir revivre ses propres souvenirs, restituer ceux déjà oubliés, mais aussi les partager de manière anonyme avec ceux qui ont en fait autant sur un serveur collectif... Mais à quel prix? Imaginez-vous partager vos souvenirs avec d'autres? Et comment accepter de se sentir comme dépossédé de sa propre identité ? Jennifer Egan, Prix Pullitzer avec l'éblouissant qu'avons nous fait de nos rêves, est revenue en septembre dernier sur les feux de l'actualité littéraire en France avec La maison en pain d'épices. Dans ce nouveau roman à la fois étonnant et ambitieux, Jennifer Egan sonde un monde où les identités et les souvenirs ne nous appartiennent plus et livre un brillant et audacieux récit sur une quête d'authenticité et de sens.. La maison en pain d'épices peut dérouter le lecteur qui s'attendrait à un récit plus linéaire et classique, car ici... 2010. Bix Bouton, 40 ans, a participé à la fondation de Mandala, un nouveau monde qui fait de lui "un demi-dieux de la technologie". Il part en quête d'une nouvelle idée, d'un nouveau projet ambitieux. Il découvre alors l'idée d'un professeur d'université exposant un nouveau concept visant à externaliser la conscience des êtres humains vers un 𝑐𝑢𝑏𝑒 𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑐𝑖𝑒𝑛𝑐𝑒, afin de pouvoir revivre ses propres souvenirs, restituer ceux déjà oubliés, mais aussi les partager de manière anonyme avec ceux qui ont en fait autant sur un serveur collectif... Mais à quel prix? Imaginez-vous partager vos souvenirs avec d'autres? Et comment accepter de se sentir comme dépossédé de sa propre identité ? Jennifer Egan, Prix Pullitzer avec l'éblouissant qu'avons nous fait de nos rêves, est revenue en septembre dernier sur les feux de l'actualité littéraire en France avec La maison en pain d'épices. Dans ce nouveau roman à la fois étonnant et ambitieux, Jennifer Egan sonde un monde où les identités et les souvenirs ne nous appartiennent plus et livre un brillant et audacieux récit sur une quête d'authenticité et de sens.. La maison en pain d'épices peut dérouter le lecteur qui s'attendrait à un récit plus linéaire et classique, car ici la romancière s'affranchit des codes pour livrer un témoignage plutôt singulier sur l'aspiration des êtres humains à une connexion réelle, quelque soit la forme que celle-ci peut prendre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MELIANNE 20/01/2023
    Audacieux ? J'acquiesce ! Jennifer Egan nous livre sous forme de roman une réflexion sur notre vie future, et imagine une qu'une nouvelle frontière va être franchie, où nous irons vers encore plus de communication mais aussi vers toujours plus d'abandon de notre intimité. Bix Bouton, la quarantaine, déjà à la tête d'une grande entreprise du numérique, rêve de trouver une nouvelle idée, quelque chose d'aussi fort que l'invention des réseaux sociaux. Ce sera OwnYourUnconscious, sorte de vaste conscience collective où les volontaires abandonneront leur conscience, la rendront d'accès publique. Super invention ou réel danger pour notre vie privée ?. Que peut-on en penser? Se succèdent et se mélangent dans des chapitres très différents au niveau stylistique, des personnages , des milieux, des époques très variés . Ces tranches de vie sont des morceaux du puzzle qu'il nous faut reconstituer pour se faire une idée des conséquences de cette conscience collective nouvelle. Audacieux le roman, car le lecteur doit chercher les informations, les reconstituer, repérer des indices dispersés, un peu comme une analyse de données par un algorithme. Jai beaucoup aimé les personnages du roman, on sent l'empathie de l'auteure dans l'analyse approfondie de leurs blessures et... Audacieux ? J'acquiesce ! Jennifer Egan nous livre sous forme de roman une réflexion sur notre vie future, et imagine une qu'une nouvelle frontière va être franchie, où nous irons vers encore plus de communication mais aussi vers toujours plus d'abandon de notre intimité. Bix Bouton, la quarantaine, déjà à la tête d'une grande entreprise du numérique, rêve de trouver une nouvelle idée, quelque chose d'aussi fort que l'invention des réseaux sociaux. Ce sera OwnYourUnconscious, sorte de vaste conscience collective où les volontaires abandonneront leur conscience, la rendront d'accès publique. Super invention ou réel danger pour notre vie privée ?. Que peut-on en penser? Se succèdent et se mélangent dans des chapitres très différents au niveau stylistique, des personnages , des milieux, des époques très variés . Ces tranches de vie sont des morceaux du puzzle qu'il nous faut reconstituer pour se faire une idée des conséquences de cette conscience collective nouvelle. Audacieux le roman, car le lecteur doit chercher les informations, les reconstituer, repérer des indices dispersés, un peu comme une analyse de données par un algorithme. Jai beaucoup aimé les personnages du roman, on sent l'empathie de l'auteure dans l'analyse approfondie de leurs blessures et de leur émotions. J'ai ressenti aussi cette empathie entre les personnages. L'avenir paraît peut-être dangereux mais aussi positif. Il est question souvent de rédemption.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ceciloule 17/11/2022
    Roman choral qui flirte avec le recueil de nouvelles harmonieux et unitaire, ce livre kaléidoscopique crée un réseau de personnages semblable à une ligne de code, chacun lié par la technologie. Les éléments dystopiques sont à la fois centraux et accessoires, présence banale dans une société différente de la nôtre, sorte d'évolution parfois perturbante mais froidement familière (plus de détails : https://pamolico.wordpress.com/2022/11/17/la-maison-en-pain-depices-jennifer-egan/)
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.